Mardi 25 Juillet 2017
(AFP 07/06/17)
La Mauritanie a rompu ses relations diplomatiques avec le Qatar, accusé par les autres pays de la péninsule arabique et l'Egypte de "soutien au terrorisme", a rapporté mardi soir l'agence officielle AMI. "Le gouvernement de la République islamique de Mauritanie a décidé de rompre ses relations diplomatiques avec l'Etat du Qatar", lui reprochant de "soutenir les organisations terroristes et de promouvoir les idées extrémistes", selon un communiqué du ministère mauritanien des Affaires étrangères, cité par lagence. "Il a semé le chaos et les tensions dans dans de nombreux pays arabes, ce qui a provoqué de grandes tragédies humanitaires dans ces pays, en Europe, et à travers le monde"...
(AFP 07/06/17)
Le prochain sommet du G5 Sahel se déroulera le 2 juillet à Bamako en présence du président français Emmanuel Macron, ont annoncé mardi les ministres des Affaires étrangères des pays concernés, au terme d'une réunion dans la capitale malienne. L'ambassadeur de France à l'ONU a par ailleurs annoncé mardi que son pays allait demander au Conseil de sécurité d'autoriser la force conjointe destinée à lutter contre la menace jihadiste et les trafics que veut constituer le G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad). "Le 2 juillet, les chefs d'Etat du G5 Sahel ont décidé d'organiser un sommet spécial au cours duquel ils auront un dialogue direct avec le chef d'Etat français", a déclaré à l'AFP le ministre malien des...
(AFP 07/06/17)
La France a présenté mardi un projet de résolution au Conseil de sécurité de l'ONU autorisant le déploiement d'une force militaire africaine chargée de combattre les jihadistes et les trafiquants de drogue dans le Sahel. Cette force militaire pourrait "utiliser tous les moyens nécessaires" pour "combattre le terrorisme, le trafic de drogue et le trafic de personnes", selon une copie du texte obtenue par l'AFP. Le Conseil pourrait voter sur cette proposition de résolution la semaine prochaine. Le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Tchad et le Burkina Faso, qui composent le G5 Sahel, ont accepté en mars de constituer une force de 5.000 hommes, chargée de cette mission. Le quartier général de la force sera basé au Mali mais...
(APA 07/06/17)
APA-Nouakchott (Mauritanie) - Le ministère des Affaires étrangères et de la coopération mauritanien a annoncé, mardi soir dans un communiqué, la rupture ses relations diplomatiques avec le Qatar. Le communiqué a souligné que « l’Etat du Qatar s’est employé à violer les principes sur lesquels l’action arabe commune a été fondée », ajoutant que la politique de Doha dans la région s’est liée au soutien d’organisations terroristes ». Il a déploré le fait que le Qatar « fasse la propagande pour les idées extrémistes et œuvre à la propagation de l’anarchie et des conflits dans de nombreux pays arabes, ce qui a conduit à des tragédies humaines dans ces pays, en Europe et dans le monde ». Selon le ministère...
(RFI 07/06/17)
La France a fait circuler mardi 6 juin aux 15 membres du Conseil de sécurité de l’ONU un projet de résolution autorisant le déploiement d'une force militaire africaine basée au Mali pour lutter contre le terrorisme et le crime organisé. Paris espère que cette résolution, qui appuie juridiquement et politiquement la force conjointe dite du G5 Sahel, sera approuvée dès la semaine prochaine et permettra de créer un environnement pacifié pour encourager la mise en œuvre de l'accord de paix signé en 2015. La Minusma, seule opération de maintien de la paix de l'ONU à opérer dans un environnement antiterroriste, devrait donc être épaulée rapidement par la force conjointe dite du « G5 Sahel ». Décidée en mars dernier par...
(AFP 07/06/17)
APA-Nouakchott (Mauritanie) - L'Union Africaine soutient l’initiative de mise en place d’une force militaire des pays du Sahel destinée à lutter contre le terrorisme dans cette région, a déclaré le président de la commission de l’organisation panafricaine, Moussa Mahmat L’Union africaine a déjà envoyé le dossier de cette initiative au Conseil de sécurité de l’ONU qui accordera « très prochainement » un mandat à ladite force, a ajouté M. Mahmat dans une déclaration à la presse à l’issue d’un entretien avec le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, mercredi à Nouakchott. Il a souligné que sa visite en Mauritanie vient en « signe de solidarité » avec elle et de soutien aux « gigantesques efforts » qu’elle déploie pour lutter...
(RFI 06/06/17)
Au Mali, les ministres des Affaires étrangères du Burkina Faso, du Niger, du Tchad et de la Mauritanie se sont réunis, ce lundi 5 juin, pour faire le point sur l'avancée du G5 Sahel. Une force armée sous régionale doit être mise en place pour lutter contre le terrorisme et l'Union européenne apporte une aide financière de plusieurs dizaines de millions d'euros. 10 000 soldats pour sécuriser, entre autres, la zone des trois frontières entre le Mali, le Burkina et le Niger. Un effectif qui a été doublé par rapport aux prévisions initiales et « une nécessité », pour le ministre des Affaires étrangères malien, Abdoulaye Diop, tant les missions de cette future force armée sont nombreuses. « Cette force...
(APA 06/06/17)
APA-Nouakchott (Mauritanie) - La Mauritanie a condamné l’attentat qui a frappé dimanche le centre de Londres et a exprimé sa solidarité, selon un communiqué rendu public dimanche soir à Nouakchott. «Le gouvernement mauritanien condamne » les « attaques lâches perpétrées hier soir dans la capitale de la Grande Bretagne et suite auxquelles plusieurs victimes innocentes sont tombées », peut on lire dans le communiqué émanant du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération mauritanien. Le texte exprime la « solidarité (de Nouakchott) avec le peuple et le gouvernement britanniques ainsi qu’avec les familles des victimes » après ces « attaques terroristes ». L’attentat au véhicule et au couteau a fait sept morts et une cinquantaine de blessés. Il a...
(La Tribune 06/06/17)
La Conférence des chefs d’Etat de la CEDEAO qui s’est tenue ce dimanche à Monrovia au Liberia a donné son accord de principe pour l’adhésion du Maroc à l’organisation d’intégration sous-régionale. La Tunisie a également été admise comme membre observateur de la Communauté, alors que la Mauritanie, candidate pour un accord économique, a été priée de présenter un dossier de réadmission. Après l'Union africaine (UA) en janvier dernier, le Maroc va bientôt adhérer à la CEDEAO comme membre à part entière. Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'organisation d'intégration sous-régionale qui ont tenu la 51e session de leur Conférence ordinaire, dimanche à Monrovia, ont en effet décidé de donner leur accord de principe à la demande d'adhésion formulée par...
(RFI 06/06/17)
Les pays du G5 Sahel veulent une armée sous-régionale capable de lutter efficacement contre le terrorisme et l'insécurité en général, spécialement dans la zone des trois frontières entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger. Les ministres des Affaires étrangères des pays du G5 Sahel se réunissent à Bamako ce lundi 5 juin pour une réunion, et les contours de cette force commune se précisent. L'effectif de cette force pourra aller jusqu'à 5 000 hommes avec un mandat d'un an renouvelable. Mais la véritable nouveauté c'est qu'elle sera dotée de deux composantes. Une militaire et une autre policière avec des effectifs chargés de lutter plus particulièrement contre le trafic de drogue, de biens, ou d'êtres humains. Une nouvelle manière...
(APA 06/06/17)
L’union européenne a annoncé le décaissement de 50 millions d’euros pour la mise en place et le fonctionnement de la force conjointe des pays du G5 sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad). Cette annonce a été faite ce lundi à Bamako par Federica Mogherini, la vice-présidente de la commission de l’union européenne en visite au Mali. La déclaration intervient alors que les ministres des Affaires Etrangères des pays du G5 du Sahel sont réunis ce lundi à Bamako pour coordonner la lutte antiterroriste menée par leurs forces armées ‘’L’union européenne, en tant que premier partenaire du G5 Sahel, peut annoncer aujourd’hui une contribution de 50 millions d’euros pour soutenir le déploiement de la force conjointe.’’ Le déploiement de...
(AFP 05/06/17)
La chef de la diplomatie de l'Union européenne, Federica Mogherini, a annoncé lundi à Bamako une aide de 50 millions d'euros pour permettre aux pays du G5 Sahel de créer une force conjointe destinée à lutter notamment contre la menace jihadiste. Cette annonce a été faite dans la capitale malienne lors de la rencontre annuelle entre la représentante de l'UE et les ministres des Affaires étrangères du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad). Les participants ont salué la décision adoptée au dernier sommet de l'organisation, le 6 février à Bamako, de "création immédiate de la force conjointe du G5 Sahel dont le mandat régional est de lutter contre le terrorisme, la criminalité transnationale organisée et l'immigration irrégulière", selon...
(APA 02/06/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Sept casques bleus de nationalité mauritanienne ont été blessés lors d’une patrouille de routine qu’ils effectuaient à Mobaye, localité du sud est de Centrafrique, a annoncé, jeudi à Bangui, Vladimir Monteiro. Selon le porte-parole de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en Centrafrique, les casques bleus sont tombés dans une embuscade tendue par un groupe armé qui occupe la ville de Mobaye après avoir mis en fuite une bonne partie des habitants. ‘’La riposte des casques bleus a été robuste occasionnant la débandade...
(APA 02/06/17)
APA-Nouakchott (Mauritanie) - Le ministre espagnol des Affaires étrangères et de la Coopération, Alfonso Dastis, a déclaré que son pays considérait la Mauritanie comme « un modèle de stabilité dans une région qui doit relever beaucoup de défis ». Les deux pays sont liés par de « très forts liens dans le domaine de la coopération », a souligné M. Dastis dans une déclaration à la presse à l’issue d’une entrevue avec le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, jeudi à Nouakchott. Arrivé la nuit dernière dans la capitale mauritanienne, le ministre espagnol a précisé que sa visite avait pour but de consolider les liens entre les deux pays et d’œuvrer à les développer davantage. Il a ajouté que la...
(Agence Ecofin 02/06/17)
(Agence Ecofin) - Ne surtout pas sacrifier les droits fonciers des communautés villageoises de la vallée du Fleuve sur l’autel de l’agro-industrie. Telle est la substance de la déclaration de l'Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA), une ONG mauritanienne antiesclavagiste, parvenue à la presse ce 1er juin 2017. L’organisation, qui dénonce une « tentative de spoliation foncière », explique que « le gouverneur de cette région (Boghé), Abderahmane Ould Mahfoudh Ould Khatri, a sorti un arrêté portant sur la création d’une commission chargée de l’élaboration d’une liste de bénéficiaires de parcelles dans le cadre de l’extension du périmètre du casier pilote de Boghe, d’une superficie de 2210 ha. Ces terres traditionnelles devant faire l’objet d’aménagements sont une source...
(RFI 01/06/17)
Les sénateurs mauritaniens se disent très déçus après la convocation du collège électoral, lundi 29 mai par décret, en vue du référendum constitutionnel du 15 juillet. Ces dernières semaines, ils espéraient encore que le président abandonnerait son projet qui prévoit la suppression du Sénat, de la haute cour de justice et un changement de drapeau. En mars, le Sénat, pourtant majoritairement acquis au pouvoir, avait voté contre. Pour les élus, persister dans la voie du référendum va accentuer les tensions politiques. Réunis en plénière mardi, ils ont dénoncé une fois de plus une violation flagrante de la Constitution. Les sénateurs n'ont pas tardé. Quelques heures à peine après la convocation du collège électoral, ils se sont réunis en plénière pour...
(AfricaNews 01/06/17)
Le torchon brûle entre le président mauritanien et le Sénat pourtant majoritairement dominé par le parti au pouvoir. Principale pomme de discorde, la convocation le 29 mai dernier par Mohamed Ould Abdelaziz du collège électoral en vue du référendum constitutionnel fixé au 15 juillet. La décision a suscité la colère des sénateurs qui ont dans la foulée, publié une déclaration dans laquelle ils qualifient d’anti-constitutionnelle, l’initiative de leur chef de l‘état. En mars déjà, le Sénat mauritanien avait voté contre le projet du référundum constitutionnel soumis à son approbation. Le texte prévoit la suppression du Sénat, de la haute cour de justice et un changement de drapeau. Pour les sénateurs mauritaniens, persister dans la voie du référendum c’est accentuer les...
(BBC 01/06/17)
Dix islamistes mauritaniens emprisonnés ont entamé une grève de la faim. Ils accusent les autorités et les organisations humanitaires d'indifférence à leur sort. Ils avaient été condamnés pour terrorisme. Me Ahmed Salem Ould Bouhoubein, avocat des prisonniers, explique la situation.
(AFP 31/05/17)
Six prisonniers islamistes mauritaniens en grève de la faim condamnés pour "terrorisme", dont quatre à la peine capitale, ont accusé mardi les autorités et les organisations humanitaires d'indifférence à leur sort. Ils réagissaient notamment à des déclarations du porte-parole du gouvernement, Mohamed Lemine Ould Cheikh, estimant qu'un condamné à mort n'avait aucun droit à revendiquer. "Ces prisonniers font l'objet de condamnations à mort et la vie est un des droits les plus élémentaires qu'il convient de préserver pour un individu. Dès lors que la justice lui a retiré ce droit, la réclamation d'autres droits ou revendications reste sans objet", a affirmé M. Ould Cheikh, au cours d'un point de presse lundi. Ces six islamistes, arrêtés à des dates différentes à...
(Jeune Afrique 31/05/17)
Approuvé par l’Assemblée nationale, rejeté par le Sénat, le projet de révision constitutionnelle sera bien soumis à référendum le 15 juillet. Mais le débat continue de faire rage. C’est parti pour le référendum constitutionnel, fixé au 15 juillet. Le Conseil des ministres du 20 avril a confié à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) la supervision de tout le processus, à commencer par un recensement complémentaire pour mettre à jour les listes électorales de 2014. La majorité, Union pour la République (UPR, parti présidentiel) en tête, ainsi que l’opposition modérée, notamment l’Alliance populaire progressiste (APP, de Messaoud Ould Boulkheir), font campagne pour le oui, jusque dans les coins les plus retirés du pays, sollicitant l’appui des notabilités tribales et religieuses...

Pages