| Africatime
Mardi 28 Mars 2017
(Financial Afrik 22/02/17)
La Banque Maghrébine d’Investissement et de Commerce Extérieur (BMICE) ouvrira sa première succursale en Mauritanie en fin 2017, a révélé le week-end dernier son directeur général, Noureddine Zekri. C’était en marge d’une conférence organisée sous le thème « implantation des sociétés tunisiennes en Algérie: le partenariat et la complémentarité économique ». Le patron de la BMICE a également annoncé que les 5 pays du Maghreb (Algérie, Libye, Mauritanie, Maroc, Tunisie) ont décidé de libérer le quart du capital de la banque, moyennant une enveloppe de 150 millions de dollars. La BMICI a pour principal objectif de financer des projets d’envergure dans les secteurs des télécommunications, des infrastructures, d’électricité dans l’ensemble des pays du Maghreb. Elle a également pour rôle de...
(Jeune Afrique 22/02/17)
Ces dernières semaines, les pays du G5 Sahel ont annoncé la création de deux forces chargées de sécuriser la bande sahélienne, notamment les frontières entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger. Dans leur ligne de mire, un homme en particulier : Mokhtar Belmokhtar. À la tête d’Al Mourabitoune, la plus grande katiba d’Al Qaïda au Maghreb islamique, numéro deux officieux de l’organisation, Mokhtar Belmokhtar fait peur. En acceptant en 2015 de réintégrer Aqmi, qu’il avait quittée en 2012, il a retrouvé une place de choix au sein de la nébuleuse jihadiste sahélienne. L’Algérien a développé ses alliances au Mali, autour d’Ansar Eddine et de groupes armés proches de Kidal, ainsi qu’en Libye, où se situerait son camp de...
(Points Chauds 21/02/17)
Le parlement mauritanien (Sénat et Assemblée nationale) est convoqué en session extraordinaire mercredi prochain, selon un décret présidentiel rendu public ce week-end. Au programme de cette session, plusieurs points dont le plus important reste l’approbation des réformes constitutionnelles décidées lors des assises du Dialogue national inclusif (DNI), organisées du 29 septembre au 20 octobre 2016. A l’annonce de la convocation de cette session extraordinaire du parlement, plusieurs personnalités, organes de presse et une bonne partie de l’opinion nationale ont cru à une réunion du congrès...
(Le Calame 21/02/17)
Le parlement, composé de l'assemblée nationale et du sénat, est convoqué en session extraordinaire à partir du mercredi 22 février en vue de l’examen de plusieurs textes de lois, annonce un décret de la présidence de la République rendu public samedi dernier. Au menu de la session, figurent notamment l’examen et l’approbation des réformes constitutionnelles issues des assises du Dialogue National Inclusif (DNI) organisé du 29 septembre au 20 octobre 2016, avec la participation de quelques formations politiques classées dans l’opposition «modérée ». Ces réformes constitutionnelles portent sur « la suppression du sénat, la création de conseils régionaux et le changement des symboles nationaux (drapeau et hymne national) ». Le point relatif à la suppression de la limitation à 2...
(Sahara Medias Agency 21/02/17)
On a annoncé lundi à Nouakchott un mouvement au niveau de deux chancelleries mauritaniennes, en Arabie Saoudite et aux Etats Unis. En vertu de ce mouvement, l’ancien ministre des affaires étrangères, Hamada O. Meïmou a été nommé ambassadeur en Arabie Saoudite, et Ba Ousmane, ancien ministre de l’éducation ambassadeur aux Etats Unis d’Amérique. Les deux ambassadeurs qui étaient en poste dans les ambassades de Djedda et Washington ont été rappelés à Nouakchott.
(Sahara Medias Agency 20/02/17)
Le président Mohamed O. Abdel Aziz a reçu lundi une mission du parlement européen actuellement en visite en Mauritanie, avec laquelle il a évoqué les amendements constitutionnels attendus en Mauritanie, à l’origine de grandes divergences au sein de la classe politique du pays. Selon l’agence mauritanienne d’information, le chef de l’état a par ailleurs évoqué avec la délégation européenne la consolidation de la sécurité dans la région et les moyens de coopération entre la Mauritanie et le parlement européen dans les domaines économique et social. Dans une déclaration faite à la presse à l’issue de cette audience, la présidente de cette mission, Mme Ines Ayala Sender a déclaré que les entretiens...
(Xinhua 20/02/17)
NOUAKCHOTT, (Xinhua) -- Le chef de l'Etat mauritanien a opté en faveur de la voie parlementaire pour faire adopter le projet de révision de la Constitution, proposée à l'issue du dernier dialogue entre le pouvoir et l'opposition, a-t-on appris samedi de source officielle. Selon un décret publié ce samedi, le Parlement sera convoqué mercredi prochain avec à son ordre du jour l'examen du "projet de loi constitutionnelle portant sur la révision de la Constitution du 20 juillet 1991 et ses textes modificatifs". Les amendements envisagés concernent la suppression du Sénat, les changements de l'hymne national et des couleurs du drapeau.
(APA 20/02/17)
APA-Nouakchott (Mauritanie) - Plusieurs accords ont été signés vendredi à Nouakchott entre la Mauritanie et l’Arabie saoudite dans des domaines de développement aussi variés que le commerce, l'investissement, les finances, les douanes, l’énergie, le pétrole, les mines, le transport aérien, les normes et les spécifications, les infrastructures, l'hydraulique, l'agriculture, l'élevage et la pêche. Ces accords ont été signés par la ministre mauritanienne du commerce, de l'industrie et du tourisme Naha Mint Hamdi Ould Mouknass et le ministre saoudien du commerce et de l'investissement Majid Ben Abdalla Ghasbi. Ils viennent couronner les travaux de la Commission mixte mauritano-saoudienne lancés jeudi à Nouakchott. Dans un mot à la cérémonie de clôture des travaux, la ministre mauritanienne a indiqué que les deux pays...
(RFI 20/02/17)
Le Sénégal demande à ses pêcheurs de ne pas se rendre dans les eaux de la Mauritanie s'ils ne sont pas en règle, afin de respecter la nouvelle législation mauritanienne, en attendant la signature d'un protocole entre les deux pays. De nouveaux textes sur la pêche sont entrés en vigueur en Mauritanie début février. La récurrence des conflits entre garde-côtes mauritaniens et pêcheurs sénégalais est source de tension entre les deux pays. Depuis début février, la nouvelle réglementation mauritanienne oblige les armateurs étrangers à débarquer leurs prises sur le territoire mauritanien. Une règle qui déplait aux pécheurs sénégalais. De nombreuses pirogues ont donc été immobilisées ou ne sortent plus en mer. A cela s'ajoutent les incidents fréquents depuis plusieurs années...
(Mauri Web 20/02/17)
Le président Mohamed Ould Abdelaziz s’est finalement rétracté sur l’organisation d’un référendum populaire pour l’adoption des réformes constitutionnelles adoptées lors d’un dialogue politique en l’absence des principaux partis de l’Opposition dans le pays. A l’issue du dialogue politique en octobre 2016 pourtant le président mauritanien avait promis à ses concitoyens l’organisation d’un référendum populaire pour introduire les amendements constitutionnels courant 2016. Une date qui a aussi été décalée. Les difficultés de trésorerie de l’Etat seraient à l’origine de ce revirement sur le référendum populaire qui avait été soumis, sans succès, au financement de bailleurs de fonds traditionnels. A l’issue de ce dialogue, par ailleurs, le président Mohamed Ould Abdelaziz avait déclaré son abstention à briguer un troisième mandat dont ses...
(Sahara Medias Agency 20/02/17)
La Mauritanie et le Sénégal sont convenus d’organiser des patrouilles communes entre les garde côtes mauritaniens et la marine sénégalaise dans la zone frontalière maritime afin d’empêcher la pêche illégale. Cet accord mauritano-sénégalais a été décidé vendredi, à l’issue d’une réunion entre les ministres des pêches des deux pays, respectivement Nani O. Chrougha et Oumar Guèye. Lors de leur rencontre les deux ministres ont appelé à la dynamisation de la coopération bilatérale et régionale entre les deux pays et particulièrement au niveau de la commission sous régionale des pêches. Le ministre sénégalais a réaffirmé le respect de son pays pour la souveraineté et les lois mauritaniennes et son engagement à lutter contre la pêche illégale. Il a ajouté que son...
(AFP 18/02/17)
Le Sénégal a appelé vendredi ses pêcheurs n'étant pas en règle en Mauritanie à ne plus pêcher dans les eaux de ce pays voisin pour éviter des incidents, après l'entrée en vigueur d'une nouvelle réglementation mauritanienne concernant les pêcheurs étrangers. "Nous demandons à nos pêcheurs qui ne sont pas en règle de ne plus pêcher dans les eaux mauritaniennes", a affirmé vendredi à l'AFP le ministre sénégalais de la Pêche, Oumar Guèye, en visite jeudi et vendredi dans la capitale mauritanienne Nouakchott. Il a rappelé "à tous (les pêcheurs sénégalais) l'obligation de respecter les lois et règlements de la Mauritanie"...
(APA 18/02/17)
APA-Nouakchott (Mauritanie) - Le ministre des pêches et de l’économie maritime mauritanien, Nany Ould Chrougha, insisté sur la mise en œuvre de la nouvelle stratégie de pêche, suite à une réunion de travail avec son homologue sénégalais Oumar Gueye, vendredi à Nouakchott. Cette stratégie prévoit, entre autres, le débarquement de tous les produits de pêche capturés dans les eaux mauritanienne dans un port mauritanien. Elle exige également que tout le personnel des embarcations relevant du régime national de pêche soient exclusivement mauritaniens. La stratégie devait être mise en œuvre en janvier 2016, mais « nous avons accordé un préavis d’une année prolongé par la suite d’un mois », a souligné Nany Ould Chrougha, précisant que ces mesures ne sont dirigées...
(L'Authentique Quotidien 17/02/17)
Le Président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz devra se rendre en Gambie, le samedi 18 février courant, à l’invitation de son homologue gambien Adama Barrow, pour assister aux festivités commémoratives de la fête de l’indépendance nationale de ce pays. La Gambie, ex-colonie britannique, a accédé à l’indépendance en 1965, comme monarchie constitutionnelle au sein du Commonwealth. L’Etat gambien est sorti dernièrement d’une crise aiguë, après le refus du Président battu aux élections présidentielles Yahya Jammeh de quitter le pouvoir, avant de s’y résoudre finalement, après plusieurs hésitations et grâce à une médiation conjointe menée par les Chefs d’Etat mauritanien Ould Abdel Aziz et guinéen Alpha Condé. Essahaa
(Le Calame 17/02/17)
A en croire des sources bien informées, le gouvernement s’apprête à convoquer séparément les deux chambres du parlement en session extraordinaire pour se prononcer sur la constitutionnalité des amendements constitutionnels préconisés par le dialogue national inclusif, tenu à Nouakchott, du 29 septembre au 20 octobre 2016 derniers. Le parlement pourrait se réunir autour du 20 et 21 février. L’Assemblée nationale et le Sénat vont étudier de la recevabilité du texte déposé par le gouvernement en prélude du congrès du Parlement. Les deux chambres doivent décider de la tenue d’un référendum populaire ou d’un congrès du parlement pour adopter lesdits amendements. Ils ‘agit de s’assurer de garanties pour un texte qui touche à la loi fondamentale du pays, indique un juriste...
(L'Authentique Quotidien 17/02/17)
Des plaintes sourdent sur la présence de quantité de riz en plastique dans le marché de consommation du pays. L’alerte a été lancée par l’Association des consommateurs qui a mis en garde les populations sur la consommation de ce produit très nocif à la santé des personnes. Partant, les responsables du Ministère du Commerce semblent prendre très au sérieux ces cris d’alarme. Finalement, une enquête serait ainsi ouverte par les autorités sur ce périlleux danger qui risque de menacer la santé publique. Le marché national de consommation contiendrait du riz en plastique préjudiciable à la santé des consommateurs. L’alerte a été donnée par l’Association des consommateurs qui a saisi à propos, le ministère du commerce. Depuis, une enquête serait engagée...
(Sahara Medias Agency 17/02/17)
Des ressortissants de la moughata de Barkéol ont observé un sit-in devant la présidence pour réclamer un nouveau découpage administratif en Assaba, qui fera de la moughata de Barkéol une nouvelle wilaya mais aussi le désenclavement de certaines communes relevant d’elle. Les manifestants portaient des pancartes qui demandaient au président Mohamed O. Abdel Aziz la création de la wilaya de l’Aftout dont Barkéol sera la capitale. Dans un communiqué distribué après le sit-in, les manifestants estiment que la densité démographique, le poids politique de la zone, la diversité sociale et culturelle de ses composantes, mais aussi son éloignement de la capitale régionale Kiffa (200 kilomètres), militent en faveur de la création de la wilaya de l’Aftout avec pour capitale Barkéol...
(Agence Ecofin 17/02/17)
Le Fonds monétaire international (FMI) a estimé, le 16 février, que les huit pays membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) devraient enregistrer une croissance économique située autour de 6% à moyen terme, tout en mettant en garde contre un accroissement des vulnérabilités. «Les perspectives de croissance à moyen terme sont favorables avec une croissance du PIB autour de 6%, mais restent soumises à des risques baissiers importants. Les principaux risques pour les perspectives comprennent les incertitudes mondiales, les dérapages dans les plans d'assainissement budgétaire, les ralentissements des réformes structurelles ainsi que la baisse prolongée des prix du cacao », a précisé l’institution dans un communiqué publié à l’issue d’une mission d’experts du fonds qui a séjourné à Abidjan...
(Autre média 16/02/17)
Les armées de Mauritanie et du Sénégal ont annoncé jeudi vouloir lancer conjointement des opérations transfrontalières afin de sécuriser la zone tampon entre leur frontière commune. Cette décision se traduira dans les faits par le déploiement de patrouilles armées. Une décision qui a été prise à l’issue d’une réunion de deux jours tenue en début de semaine à Saint Louis, ville sénégalaise située à la frontière avec le Sénégal. « Nous allons exécuter ensemble des missions sur le terrain pour sécuriser et renfoncer le sentiment sécuritaire des populations qui sont à la frontière », a déclaré le colonel Mbaye Cissé, commandant de la zone militaire Nord du Sénégal. Cette décision stratégique intervient dans le contexte de plusieurs autres initiatives similaires...
(Sahara Medias Agency 16/02/17)
L’institution de l’opposition démocratique en Mauritanie a invité toutes les parties politiques à engager d’urgence, un dialogue politique inclusif à même de permettre la création d’un état d’institutions et consacrer l’alternance politique au pouvoir. Dans une conférence de presse tenue mercredi, le président de l’institution Ismael O. Mohamed a dit que la crise politique s’est corsée entre les différents acteurs politiques, accusant le pouvoir d’être responsable de l’échec pour n’avoir pas voulu, selon lui, organiser un dialogue sérieux capable d’amener le pays à bon port. Il a appelé l’opposition à faire table rase de ses divergences et à travailler fortement pour faire de l’année 2019 une année charnière dans l’histoire de la démocratie dans le pays. L’institution a demandé à...

Pages