| Africatime
Lundi 24 Avril 2017
(France Info 17/03/17)
Une cérémonie militaire s'est déroulée tôt ce matin dans la cour du quartier Ruty à Besançon. L'état major de la 1ère division envoie 40 soldats au Tchad. 20 hommes partiront le 25 mars, 20 autres le 31 mars. D'autres militaires bisontins déjà sur place vont rentrer. La 1ère division de Besançon est à la tête pendant un an de l'opération Barkhane. Une opération où 4000 militaires sont déployés. Le poste de commandement inter-armées qui regroupe 300 personnes est installé à N'Djamena au Tchad. Les militaires bisontins partent pour une mission de six mois. L'opération Barkhane menée par l'armée française vise à lutter contre les groupes armés djihadistes salafistes dans toute la région du Sahel. Lancée en août 2014, elle a...
(Alakhbar 16/03/17)
ALAKHBAR (Nouakchott)- Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a promis de satisfaire une partie des revendications des professeurs de l’Enseignement supérieur. Mohamed Ould Abdel Aziz rencontrait les membres du Bureau Exécutif du Syndicat nationale des professeurs de l’Enseignement supérieur. Il a indiqué que le problème des enseignants peut être réglé parce que la crise financière que traversait le pays est terminée. Mohamed Ould Abdel Aziz a cepadant rejeté la demande du syndicat d’augmenter le salaire des enseignants ou de leur accorder de terrains à l’intérieur du pays.
(Sahara Medias Agency 16/03/17)
Le président du sénat, a été appelé mercredi à la présidence, au moment où la chambre haute du parlement s’apprête à examiner et à voter les amendements constitutionnels. Selon les sources de Sahara Media, Mohamed El Hacen O. El Hadj a été appelé à la présidence, au moment où la commission des lois, issue du sénat, discutait les amendements proposés, et s’apprêtait à fixer la date de la séance plénière consacrée à la discussion et au vote. La commission ayant achevé la discussion du projet de loi a fixé au la date et l’heure de la plénière au vendredi 17 mars à 16 heures. La réunion de la commission a été boycottée par les sénateurs de l’opposition qui demandaient la...
(Sahara Medias Agency 16/03/17)
L’union européenne a procédé jeudi à la distribution de matériels et d’équipements à des populations du Tiris Zemour destinés à des projets générateurs de revenus dans les deux moughata de Zouerate et F’derick. Le matériel distribué comporte des groupes électrogènes, des motopompes, des moulins à grains, différents équipements pour le stockage et la congélation des produits alimentaires, ainsi que du matériel agricole et d’aviculture. Cette aide s’inscrit dans le cadre d’un programme pour la sécurité alimentaire de quatre ans appuyé par l’union européenne, prolongé désormais de quatre mois et d’une enveloppe de 400 millions d’ouguiyas.
(Sahara Medias Agency 16/03/17)
On a annoncé ce jeudi à Nouakchott des promotions au sein de l’armée nationale. Selon les sources de Sahara Media, le directeur général des douanes, Dah O. Mamy, précédemment général de brigade, a été nommé général de division. Quatre autres colonels ont été portés au grade de général. Il s’agit du secrétaire général du ministère de la défense nationale, le directeur de l’école interarmes d’Atar, des attachés militaires dans les ambassades mauritaniennes à Bamako et Paris.
(Le Défi Média 16/03/17)
Jacques Bernard Congo, qui s’est porté garant pour un ancien collègue qui avait contracté un emprunt bancaire de Rs 50 000 en 1992, risque des poursuites. La banque menace de l’attaquer en justice s’il ne s’acquitte pas des dettes de l’emprunteur qui ne les a pas honorées depuis 2000. Le montant dû, intérêts inclus, s’élève à Rs 235 000. Jacques Bernard Congo, 45 ans, se retrouve dans le pétrin pour un service rendu il y a 25 ans. Cet employé exerçant dans le secteur la construction s’était porté garant d’un collègue qui avait emprunté Rs 50 000 à une banque. Or, ce dernier n’a pas respecté ses engagements. Résultat : la banque menace d’attaquer Jacques, le garant solidaire, en justice...
(Agence Ecofin 15/03/17)
(Agence Ecofin) - La Mauritanie connaîtra une croissance réelle de son PIB de 4,2% en 2017, selon le Fonds monétaire international. Cette projection positive est le résultat d’une série de mesures prises par Nouakchott pour améliorer le climat des affaires dans le pays et diversifier l’économie. Pour autant, les autorités mauritaniennes ne peuvent pas s’en arrêter à la stratégie de croissance accélérée de prospérité partagée (SCAPP) dédiée à soutenir une croissance économique inclusive pour la période 2016-2030. Pour le FMI, l’économie mauritanienne reste encore très sensible aux chocs exogènes liés notamment à la baisse des cours des matières premières, et son endettement qui représente à ce jour plus de 80% du PIB...
(MondAfrique 15/03/17)
Plus de deux ans après les faits, l’affaire du jeune mauritanien Cheikh Ould Mohamed Ould Mkheitir condamné à la peine de mort pour blasphème connait de nouveaux rebondissements. « Ordre social inique » Arrêté en décembre 2014, ce jeune habitant de Nouadhibou, la deuxième ville du pays, avait été condamné pour apostasie après avoir publié sur internet un billet dans lequel il critiquait certains versets du Coran et leur utilisation en Mauritanie. Il accusait notamment la société mauritanienne de perpétuer un « ordre social inique » hérité de l’époque des guerres saintes. Un système de caste très inégalitaire perdure en Mauritanie...
(Financial Afrik 15/03/17)
Le Fonds monétaire international (FMI) projette une croissance réelle du PIB mauritanien de 4,2% en 2017. Une projection de bon augure pour le pays. La Mauritanie s’est résolument engagé à améliorer le climat des affaires et à diversifier son économie, notamment avec la mise en œuvre de la stratégie de croissance accélérée de prospérité partagée (SCAPP), qui vise une croissance soutenue et beaucoup plus inclusive. Cependant, l’institution de brettons woods, a mis en garde les autorités mauritaniennes de certains aspects négatives de l’économie du pays. La Mauritanie reste toujours dépendant des chocs exogènes (baisse des cours de matière première etc.). Le pays a quasiment épuisé ses marges de manœuvre concernant l’endettement qui frôle les 85 % du PIB. Par ailleurs...
(Autre média 15/03/17)
Alors que le texte de modification de la constitution vient d’être adopté à la quasi-unanimité la semaine passée par les députés de l’Assemblée nationale, et que le Sénat s’apprête à en faire autant dans les prochains jours, la tension est à son comble en Mauritanie où l’opposition politique dénonce un coup de force du régime de Mohamed Oueld Abdelaziz. Le projet de loi de révision constitutionnelle est en effet critiqué de toute part. Il prévoit plusieurs mesures impopulaires, dont la suppression du Sénat et le changement du drapeau national. Le texte adopté jeudi par les députés modifie la Constitution en vigueur depuis 1991. Il a été approuvé par 121 des quelque 147 députés présents. Un chiffre qui, pour le clan...
(Financial Afrik 15/03/17)
Le lundi 13 Mars 2017, S.E M. Moctar Ould Djay, Ministre de l’Economie et des Finances de la Mauritanie, a signé à Nouakchott (Mauritanie) avec M. Mohamed El Azizi, Directeur Général du Bureau Régional de Développement et de Prestation de Services pour l’Afrique du Nord de la Banque Africaine de Développement, l’Accord de prêt relatif au financement du Projet de construction du Pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal. Ce projet est cofinancé par la Banque Africaine de Développement (BAD), la Banque Européenne d’Investissement (BEI), l’Union Européenne (UE), ainsi que les gouvernements de la Mauritanie et du Sénégal pour un coût total estimatif de 87,62 millions d’euros. L’ouvrage de 2 x 1 voies permettra de relier les 1461...
(MondAfrique 15/03/17)
Relâché en août 2015 par les autorités mauritaniennes auprès desquelles il s’était rendu deux ans auparavant, Sanda Ould Bouamama, ancien porte-parole du groupe terroriste malien Ansar Dine réside actuellement toujours dans ce pays où il bénéficie d’une liberté totale. C’est ce qu’apprend Mondafrique d’une source diplomatique sahélienne. Bi national malien et mauritanien, Ould Bouamama est visé par un mandat d’arrêt international émis par la justice malienne en 2013 pour « crime contre l’humanité, crime de guerre, crime de génocide, meurtres et assassinats, crime d’atteinte contre la sûreté intérieure de l’Etat, association de malfaiteur, extorsion de fonds, actes de terrorisme et trafic international de drogue ». A l’époque, le mandat d’arrêt avait été transmis à Interpol qui en avait informé les...
(APA 14/03/17)
APA-Nouakchott (Mauritanie) - La Banque Africaine de Développement (BAD) a accordé un prêt de 33 millions de dollars américains pour contribuer au financement de la construction du pont de Rosso, entre la Mauritanie et le Sénégal sur le fleuve Sénégal. La convention relative à ce prêt a été signée lundi à Nouakchott par le ministre de l'Economie et des Finances de Mauritanie, Moctar Ould Diay, et le directeur général de la BAD pour l'Afrique du Nord, Mohamed El Azizi. Le financement total de ce projet se monte à 96 millions de dollars américains. Ce pont est resté pendant longtemps un rêve caressé par les populations de la zone, a rappelé Ould Diay. Il ajouté qu’outre la BAD, le financement requis...
(Financial Afrik 14/03/17)
Le président de la commission de l’union africaine, Moussa Faki Mahamat, vient de nommer le mauritanien Ghassoum Wane comme son directeur de cabinet. Ce haut fonctionnaire aura la lourde tâche d’accompagner Moussa Faki pour donner une nouvelle impulsion à la commission de l’UA. Pour la réussite de cette mission, les espoirs sont permis pour cet homme qui n’est pas inconnu au bataillon, pour avoir occupé la fonction de porte-parole du président de l’UA et de directeur du département Paix et Sécurité de cette organisation. Nominé parmi les 50 africains les plus influents par le magazine africareport, Ghassoum Wane a toujours figuré au premier plan des personnalités qui ont fait bouger cette institution , même s’il était dans la plus grande...
(La Croix 13/03/17)
Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, l’ancien général putschiste de 2008, élu en 2009 et réélu en 2014 avec 82 % des voix, défend son projet de réforme de la Constitution qui devrait être entériné par le Parlement. Les députés ont largement approuvé le texte jeudi 9 mars par 121 voix pour et 19 contre (sur 147 députés présents), soit plus que la majorité des deux tiers requise. C’est au tour des 56 sénateurs d’examiner le projet à compter de ce lundi 13 mars. Leur vote favorable ne laissait guère de place au doute tant l’Union pour la République (UPR), le parti au pouvoir, dispose d’une large majorité dans les deux assemblées. Les sénateurs incités à voter la suppression...
(RFI 13/03/17)
L'opposition mauritanienne réunie sous la bannière du Forum national pour l'unité et la démocratie (Fnud) a marché, samedi, dans les rues de Nouakchott pour protester contre la révision constitutionnelle adoptée jeudi par les députés et qui doit désormais être examinée par le Sénat. Une révision qui prévoit la suppression de plusieurs institutions comme le Sénat, la Haute Cour de Justice et le Haut Conseil islamique, ainsi qu'une modification du drapeau national. Le Fnud, qui regroupe quinze partis, n'approuve pas certaines de ces modifications mais dénonce surtout une méthode politique non consensuelle et un manque de débat démocratique.
(APA 13/03/17)
APA-Nouakchott (Mauritanie) - Le Front national pour la démocratie et l’unité (FNDU) qui regroupe une douzaine de partis politiques, des syndicats et des organisations de la société civile a organisé, samedi soir à Nouakchott, une grande manifestation visant à exprimer son rejet des amendements constitutionnels actuellement soumis au vote, a-t-on constaté dans la capitale mauritanienne. La manifestation a été encadrée par la police sans que des heurts n’aient eu lieu. Les amendements contestés portent notamment sur la suppression du Sénat et son remplacement par des conseils régionaux ainsi que la modification du drapeau et de l’hymne national. Les changements proposés sur le drapeau consistent à lui rajouter deux bandes rouges horizontales aux deux extrémités pour symboliser le sang versé par...
(BBC 13/03/17)
"Nous demandons au Sénat de rejeter cette révision et de refuser de signer son propre arrêt de mort", a lancé Moussa Fall, le président du Forum national pour l'unité et la démocratie (FNDU) co-organisateur de la marche avec d'autres partis d'opposition. Le président de la FNDU reproche au texte constitutionnel proposé de "s'attaquer à nos valeurs et nos symboles, comme le drapeau national". Le Sénat doit entamer lundi l'examen du projet de révision après son adoption jeudi à une écrasante majorité par l'Assemblée nationale. Le texte modifie la Constitution en vigueur depuis 1991 et prévoit notamment la suppression du Sénat, remplacé par des Conseils régionaux, et un changement de drapeau national.
(APA 13/03/17)
APA-Nouakchott (Mauritanie) - Le Conseil des ministres du Comité permanent Inter-états de Lutte contre la Sécheresse au Sahel (CILSS) a nommé le mauritanien Mohamed Abdalahi Ould Babah au poste de directeur général de l'Institut du Sahel (INSAH) pour un mandat de trois ans, selon le communiqué final sanctionnant les travaux de sa 52eme session, vendredi et samedi à Nouakchott. Ould Babah dirigeait jusque-là le Centre national de lutte antiacridienne en Mauritanie où il a mené une action fort saluée aussi bien par les autorités du pays que par les partenaires extérieurs. Le communiqué a aussi indiqué que le Conseil des ministres du CILSS a « suivi avec la plus grande attention » la présentation des résultats de l'audit provisoire «...
(AFP 12/03/17)
L'opposition mauritanienne a appelé samedi le Sénat à rejeter le projet de révision constitutionnelle prévoyant sa suppression, au terme d'une marche qui a réuni plusieurs milliers de personnes, a constaté le correspondant de l'AFP. "Nous demandons au Sénat de rejeter cette révision et de refuser de signer son propre arrêt de mort", a lancé Moussa Fall, le président du Forum national pour l'unité et la démocratie (FNDU) co-organisateur de la marche avec d'autres partis d'opposition. "Les sénateurs doivent nous permettre de relever la tête, de rejeter la mascarade conformement à la volonté du peuple ici présent"

Pages