Mardi 25 Juillet 2017
(Le Calame 28/06/17)
Mais finalement où est l’opposition ? L’avez-vous vue lorsque le pouvoir, non content de s’être fait désavouer par le Sénat, a décidé de recourir à la voie référendaire qu’il avait, au départ, lui-même, exclu en disant qu’elle était moins appropriée ? L’avez-vous vue lorsque le Premier ministre et le chef du parti qui se veut au pouvoir ont dit que régime ne changera pas en 2019, parce que, ont-ils affirmé, le pays a toujours besoin du général-président pour achever les réformes que celui-ci dit avoir entamées ? Avez-vous vu notre opposition lorsque des mouvements extrémistes ont pris l’habitude de faire des appels à la haine des races...
(Le Calame 28/06/17)
L’Etat mauritanien n’a ménagé aucun effort, de l’indépendance nationale à nos jours, pour se doter d’une compagnie nationale de transport aérien digne de ce nom. Mais, faute de compétences et, surtout, suite à une accumulation de très mauvaises décisions gestionnaires, la compagnie n’a jamais pu… décoller, avec des dirigeants qui ne connaissaient pas la différence entre cockpit (espace réservé au pilote, porte blindée) et commande de vol (gouverne, aileron, elevon et flaperon). « MAI », la plus récente de ces compagnies éphémères, celle qui a bénéficié d’un appui particulièrement conséquent (achat d’avions, énormes facilités financières…), est en grand danger de débâcle : absence totale de politique commerciale et opérationnelle, déficit d’encadrement professionnel, manque notoire de personnel technique qualifié, pilotes, techniciens.....
(L'Authentique Quotidien 28/06/17)
L’Assemblée nationale a adopté jeudi, au cours d’une plénière, organisée sous la présidence de M. El Khalil Ould Tiyib, son premier Vice-président, le projet de loi relatif à la protection des données à caractère personnel. Le ministre de l’emploi, de la formation professionnelle et des technologies de l’information et de la communication, M. Dia Moctar Malal, a mis en exergue, dans son intervention faite devant les députés, à cette occasion, le développement spectaculaire et rapide du monde numérique, au cours des dernières décennies et l’impact de la révolution de l’information sur la vie quotidienne des individus. Une situation qui fait de l’accompagnement de ce développement, de législations appropriées, par n’importe quel pays dans le monde, extrêmement difficile, voire impossible, a-t-il...
(Jeune Afrique 27/06/17)
Un rapport de l’ONU pointe l’extrême pauvreté dans laquelle vivent les trois quarts de la population et l’exclusion qui frappe les Haratines. Mais les cercles du pouvoir persistent dans le déni… C’est un rapport sévère que présentera à la 35e session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU (6-23 juin) Philip Alston, rapporteur spécial sur les droits de l’homme et l’extrême pauvreté en Mauritanie, où il a effectué une mission du 2 au 11 mai 2016. Les conclusions qu’il en a tirées ne sont pas réjouissantes, constatant que « si la Mauritanie avait réalisé des progrès notables dans la lutte contre la pauvreté ces dernières années », les trois quarts de la population vivent « dans un état de...
(Alakhbar 27/06/17)
ALAKHBAR (Nouakchott) - L'imam de la Grande mosquée de Nouakchott a alerté l’Etat mauritanien contre le chiisme iranien qui se développerait en République Islamique de Mauritanie. L’imam, Ahmedou Ould Lemrabott Ould Habibourrahmane, livrait sons sermon de l’Aid el-Fitr, dimanche dernier. Il a estimé que le shiisme iranien est fondé sur des "fausses" croyances. Cette alerte intervient une semaine après la visite en Mauritanie du ministre iranien des Affaires étrangères. Mohamed Jewad Dharif était venu proposer le renforcement de la coopération dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et la consolidation des relations bilatérales dans le domaine bancaire et dans les secteurs privé, des mines, de l’énergie, de l’urbanisme et de la pêche. L'imam de la Grande mosquée de...
(Alakhbar 27/06/17)
ALAKHBAR (Nouakchott)- Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a exhorté ses concitoyens à profiter de "l’école du Ramadan" pour renforcer "notre unité nationale". « Il nous incombe tous d’appréhender de l’école du Ramadan l’intérêt et la nécessité du renforcement de notre unité nationale », a indiqué le chef de l’Etat mauritanien qui s’exprimait à l’occasion de l’Aïd el-Fitr. Dans une Mauritanie, marquée par la montée des revendications identitaires ces dernières années, le pouvoir, l’opposition et la Société civile s’accusent mutuellement d’agir en défaveur de l'unité nationale.
(Studio Tamani 27/06/17)
Le président tchadien Idriss Déby Itno a menacé de retirer ses troupes des opérations militaires en Afrique dans un entretien à RFI, TV5 Monde, et le quotidien Le Monde. Le président tchadien estime que son pays " n'a pas du tout été soutenu sur le plan financier, économique". Au Mali, le Tchad forme le troisième contingent le plus important de la Minusma avec 1.390 hommes. Par ailleurs, 2.000 soldats tchadiens sont engagés dans la Force multinationale mixte, créée en 2015 conjointement par le Niger, le Nigeria, le Tchad et le Cameroun, pour combattre le groupe islamiste nigérian Boko Haram. Idriss Déby Itno dans l'entretien qu'il a accordé a indiqué que son pays ne pouvait " pas continuer à être partout,...
(Financial Afrik 27/06/17)
La société générale Mauritanie (SGM), filiale du groupe français Société Générale, est déterminée à accompagner l’économie mauritanienne. La Banque entend mettre le paquet dans le financement des projets structurants. L’annonce a été faite, jeudi 22 juin, par le président du conseil d’administration, Eric Bastien Ballouhey et le directeur général, Patrick Vernet. En marge de la célébration du 10ème anniversaire de cette structure, les responsables ont également montré leur volonté d’accroître leur réseau bancaire, riche d’environ 11 agences sur le marché mauritanien. En 10 ans d’existence (1 janvier 2007-2017), la banque compte une part de marché d’environ 20 %, ce qui en fait l’une des toutes premières du pays. Le portefeuille client estimé à 30000 dont 1700 entreprises progresse de manière...
(Afrique sur 7 27/06/17)
Le terrorisme en Afrique est une multinationale très engagée vu la teneur avec laquelle les terroristes se déchaînent dans les pays de l’Afrique de l’Ouest. En visite d’une semaine au Burkina-Faso pour mieux comprendre ce fléau, un confrère n’avait sur la bouche que ces mots : « Ces attaques terroristes, ça commence à faire trop». Retour sur des attaques atypiques au Burkina et au Mali. Le terrorisme: la naissance d’une multinationale en Afrique Le terrorisme en Afrique semble irrémédiable au regard de l’acharnement avec lequel les terroristes s’en prennent aux pays de l’Afrique de l’Ouest. « On ne sait pas si elles ont été planifiées et exécutées par le même groupe, mais le Mali et le Burkina ont une fois...
(Autre média 27/06/17)
Ex-Directeur de la Coopération Internationale au Ministère de l’Intérieur, ex-coordinateur avec la MINURSO et ex-wali de Dakhla. Voilà trois postes exercés par Hamid Chabar qui sont, habituellement designés aux grands cadres de la DST et la DGED. Le nouvel ambassadeur du Maroc en Mauritanie Hamid Chabar a été nommé, en juillet 2001, en tant que gouverneur, chargé de la coordination avec la MINURSO pour mener à bien un plan de déstabilisation de la mission onusienne établie au Sahara Occidental. Recrutement des membres du personnel de la MINURSO, installation d’écoute dans les lignes téléphoniques de son siège, hameçonage de ses ordinateurs, des missions propres aux services secrets, feront partie des tâches qui lui sont confiées à El Aaiun, capitale du Sahara...
(RFI 23/06/17)
A Bruxelles, des avocats ont déposé une plainte internationale pour dénoncer l'esclavage et la torture en Mauritanie. Elle a été adressée au rapporteur des Nations unies sur l'esclavage et à la commission juridique de l'Union africaine. Pour les défenseurs des victimes, c'est une situation qui perdure en Mauritanie malgré l'abolition de l'esclavage : des familles entières sont esclaves de mère en fille et de père en fils. C'est dans un lieu symbolique, le Parlement européen, que les avocats ont tenu à présenter leur plainte.
(La Croix 23/06/17)
Bien qu’aboli, l’esclavage continue d’exister en Mauritanie, dénonce une ONG qui dépose une plainte auprès de la rapporteuse de l’ONU sur l’esclavage et de la commission juridique de l’Union africaine. Biram Dah Abeid poursuit son combat contre l’esclavage en Mauritanie. Le militant, plusieurs fois condamné et emprisonné, était jeudi 22 juin au parlement européen à Bruxelles. Son ONG, non reconnue par les autorités mauritaniennes, L’initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA), a adressé une plainte pour dénoncer l’esclavage et la torture en Mauritanie à la rapporteuse spéciale des Nations unies pour les formes modernes d’esclavage et à la commission juridique de l’Union africaine, a révélé RFI dans son journal Afrique. La Mauritanie a été l’un des derniers pays de...
(RFI 23/06/17)
Avec notre invité, nous allons revenir sur cette force du G5 Sahel qui a fait l'objet d'un vote mercredi au Conseil de sécurité : l'ONU a approuvé à l'unanimité le déploiement de la force antiterroriste. Un soutien politique qui n'a pas permis d'avancer en revanche sur la question du financement sur lequel les Américains restent totalement opposés. Comment réagissent les pays concernés à cette avancée en demi-teinte ? Écoutez le ministre mauritanien des Affaires étrangères, Isselkou Ould Ahmed Izid bih de passage à Paris. Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/emission/20170622-mauritanie-plus-securite-sahel-est-p...
(RFI 23/06/17)
Après le feu vert donné par l’ONU mercredi 21 juin, l'engagement des pays de Sahel de fournir les militaires, il ne reste plus que le financement pour mettre en place la force conjointe des pays du G5 Sahel qui aura pour mission de lutter contre le terrorisme et le trafic transfrontaliers. Financement qui est loin d’être réuni pour le moment. Un sommet des chefs d'Etat des G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad) se tiendra à Bamako le 2 juillet prochain en présence du président français Emmanuel Macron pour essayer de récolter des fonds. La tâche paraît difficile. Pour être efficace, il lui faut de l'argent, et le risque d'inefficacité et le manque des moyens minimiseront forcément l'impact de...
(Le Monde 23/06/17)
Depuis 2015, les attaques djihadistes se sont étendues au centre et au sud du Mali, et le phénomène gagne les pays voisins, en particulier le Burkina Faso et le Niger. Emmanuel Macron arrivera le 2 juillet à Bamako pour le sommet des chefs d’Etat du « G5 Sahel » – Mauritanie, Niger, Tchad, Mali et Burkina Faso – auréolé d’une timide victoire diplomatique. La France est parvenue à faire voter au Conseil de sécurité de l’ONU et à l’unanimité, mercredi 21 juin, une résolution saluant le déploiement d’une force antiterroriste de 5 000 hommes, composée de contingents de ces cinq pays du Sahel, chargée de protéger les frontières de cette vaste zone sahélo-saharienne en proie à la violence des groupes...
(Le Point 23/06/17)
Ce spécialiste en développement analyse les méfaits d'une aide internationale vouée aux urgences sécuritaires dans ces pays où les fragilités structurelles s'aggravent. Ces cinq pays que sont le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad, regroupés au sein du cadre institutionnel baptisé G5 Sahel dont le but est d'apporter une réponse régionale aux défis sécuritaires, n'ont bien entendu rien de commun sur les plans géographique, historique ou culturel, mais ils partagent depuis une dizaine d'années d'importantes fra­gilités structurelles auxquelles il faut désormais ajouter les incertitudes conjoncturelles. Chiffres et témoignages à l'appui, des experts du Sahel, des économistes en développement et des scientifiques ont lancé un plaidoyer en faveur d'un changement de paradigme dans l'approche du développement...
(Agence Ecofin 23/06/17)
Feu vert pour l’opérationnalisation de la force conjointe du G5 Sahel. Le Conseil de sécurité de l’Onu vient d’adopter un texte saluant le déploiement des forces sahéliennes dans la lutte contre les groupes djihadistes dans la région. Toutefois, ce vote ne donne pas un mandat de l’Onu (qui serait synonyme d’un appui matériel et financier) à la force sahélienne. Dans un communiqué dont Niamey et les 2jours a obtenu copie, le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a exprimé son satisfecit : « Je salue l'adoption à l'unanimité par le Conseil de sécurité de la résolution 2359 » qui entérine « le déploiement de la force conjointe du G5-Sahel». Pour M. Le Drian, « le...
(AFP 21/06/17)
Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté mercredi à l'unanimité une résolution saluant le déploiement d'une force africaine pour combattre les jihadistes dans la région du Sahel. Le projet de résolution élaboré par la France a été accepté par la totalité des quinze membres du Conseil, après que Paris et Washington soient parvenus à trouver un accord sur son contenu. Le texte salue le déploiement du G5 Sahel (Mali, Mauritanie, Niger, Tchad et Burkina Faso), mais sans toutefois délivrer un mandat de l'ONU à cette force. Ces pays africains ont accepté en mars de constituer une force de 5.000 hommes chargée d'une mission spéciale de contre-terrorisme dans la région. Le président français Emmanuel Macron doit assister au prochain sommet...
(AFP 21/06/17)
Le Conseil de sécurité de l'ONU doit se prononcer mercredi sur un projet de résolution présenté par la France ouvrant la voie au déploiement d'une force africaine pour combattre les jihadistes dans la région du Sahel, ont annoncé des diplomates. Le vote est prévu à 14H00 GMT, ont-ils précisé mardi. Après plusieurs jours de discussions, la France et les Etats-Unis sont tombés d'accord sur ce texte qui salue le déploiement du G5 Sahel (Mali, Mauritanie, Niger, Tchad et Burkina Faso) sans toutefois lui délivrer un mandat de l'ONU, selon le texte consulté par l'AFP. Ces pays africains ont accepté en mars de constituer une force de 5.000 hommes chargée d'une mission spéciale de contre-terrorisme dans la région. Le président français...
(RFI 21/06/17)
Le Conseil de sécurité des Nations Unies doit voter mercredi matin à New York une résolution qui permet le déploiement d'une force anti-jihadistes dans la région du Sahel. Washington s'était violemment opposé à tout texte. Mais la France -qui porte la plume sur ce sujet- et les Etats-Unis sont finalement parvenus à un accord. C'est néanmoins un texte édulcoré qui devrait être adopté. Le texte qui sera soumis au vote est un texte de consensus qui permet à Paris d'obtenir le soutien de Washington alors que les Américains étaient opposés à l'idée d'une résolution. Dans les grandes lignes, il ne s'agit plus d'autoriser la force antiterroriste du G5 Sahel mais simplement de saluer son déploiement. Ce glissement sémantique rassure les...

Pages