Dimanche 22 Avril 2018
(Xinhua 14/06/13)
NOUAKCHOTT -- La sécurité de la Mauritanie "est intimement liée à la sécurité du Mali voisin parce que les deux pays partagent plus de 2 000 km de frontière, a déclaré, jeudi à Nouakchott, Ahmed Ould Daddah, leader de l'opposition politique mauritanienne. Ould Daddah, également président en exercice de la Coordination de l'Opposition Démocratique (COD), a appelé les Mauritaniens de continuer à "réserver un accueil particulier aux refugiés maliens qui ayant fui les hostilités dans le nord malien". Il a en outre ajouté que le Sahel est en proie à une situation difficile marquée par l'instabilité due à la présence de groupes armés qui "s'adonnent à des trafics de tous genres". "Dans le Sahel, nous devons éviter que notre région...
(Cridem 14/06/13)
Une nouvelle coordination politique opposante regroupe désormais la Convention pour l’Alternance Pacifique (CAP) et l’Alliance Patriotique (AP). Cette nouvelle coordination opposante a été annoncée lors d’une conférence de presse hier jeudi à Nouakchott. La Convention pour l'Alternance Pacifique, crée le 13 mai 2012, regroupe les trois partis d’opposition dits dialoguistes à savoir APP, Wiam et Sawab. L’Alternance Pacifique, crée le 21 avril 2013, réunit les trois partis ADIL, MPR et RD qui ont récemment quitté la Coalition des Partis de la majorité présidentielle. Il existe déjà en Mauritanie la Coordination de l’Opposition Démocratique (COD) qui regroupe les partis qui ont boycotté le dialogue politique et qui exigent le départ sans condition de Mohamed Ould Abdel Aziz du pouvoir.
(Le Quotidien de Nouakchott 14/06/13)
Rien ne va plus dans la capitale économique du pays. Le front social reste très tendu. En milieu de matinée, des marins pêcheurs, ont organisé un sit in devant les bureaux du wali de Dakhlet-Nouadhibou. Objectif : rencontrer directement le wali pour être fixé sur leur situation. Ils n’en peuvent plus d’attendre indéfiniment et entendent crier leur ras-le-bol. Pour cette raison, ils ont organisé en milieu de matinée, un sit in qui, il faut le préciser, n’a pas mobilisé grand monde faute, à en croire l’un d’eux, d’une préparation minutieuse. « Le sit in est improvisé et il n’y a pas eu de sensibilisation », martèle leur porte parole. Il n’empêche que les protestataires présents ont tenu à nous parler...
(Burkina24 14/06/13)
Nous l’avions déjà dit : la langue française est en déclin. La francophonie reste une notion abstraite et son rayonnement sur le monde n’est plus que le reflet d’une splendeur passé jadis aidée par le fait colonial. Guidé par un sursaut de nationalisme linguistique et d’identité culturelle les peuples africains se referment ou effarouchent la langue de Molière en créant un français populaire à la sauce africaine. Désormais classé à la cinquième place dans le monde le français fait face à une concurrence dont la plus menaçante est l’anglais qui pollue désormais le vocabulaire francophone. La langue française des élégances classiques et des références littéraires semble confrontée à une simplification et une ouverture forcée pour intégrer les autres langues si...
(Le Rénovateur Quotidien 13/06/13)
C’est aujourd’hui jeudi 13 juin courant que la présidence en exercice de la COD devra revenir à la plus importante formation politique de ce collectif de partis d’opposition, en l’occurrence le RFD. Un passage de témoin qui s’effectue à une période décisive de la vie politique de l’Etat avec la perspective d’organisation des futures élections législatives et municipales en octobre et novembre prochains. D’une part, le parti d’Ahmed Ould Daddah poursuit les travaux de la réunion de son conseil national, axés sur la position définitive à prendre par rapport à ces consultations. D’autre part, la coalition s’efforce à tout prix de ne pas faire l’objet d’une implosion à cause de ses divergences sur ces perspectives électorales, plaçant le RFD devant...
(L'Authentique Quotidien 13/06/13)
La scène politique nationale connaît depuis quelques jours des activités débordantes, avec des marathons tous azimuts de certains partis dans les quatre coins du pays, des meetings informatifs et intellectuels dans les quartiers de Nouakchott et même des accusations loufoques de contrefaçons de transfuges dans certains cas. Alors que toute la majorité et des formations qui lui sont proches ont engagé sur les chapeaux de roue une rude bataille de "délogeage", les partis de la COD (coordination de l’opposition démocratique) à quelques exceptions près, restent impassibles, comme s’ils s’excluaient d’eux-mêmes de ce marché d’empoigne aux militants. Les partis politiques qui ont battu ces jours-ci le record d’apparition à la télévision nationale sont sans nul doute, le parti El Wiam de...
(L'Authentique Quotidien 13/06/13)
C’est aujourd’hui, jeudi 13 juin 2013, que la présidence de la Coordination de l’opposition démocratique (COD) devra passer du président Mohamed Jemil Mansour du parti Tawassoul au président du Rassemblement des forces démocratiques (RFD), Ahmed Ould Daddah. Une transmission de flambeau qui intervient dans un contexte marqué par un essoufflement de l’opposition, laquelle n’a pas organisé de grandes manifestations depuis bientôt plusieurs mois. D’ailleurs, il est probable que la passation du témoin ne soit suivie d’un départ collectif en vacances de la COD, qui a l’habitude de passer un Ramadan loin des arènes de la joute politique. Une perspective qui tranche avec l’effervescence des partis de la majorité qui s’activent sur le terrain de la mobilisation, dans la préparation d’élections...
(Cridem 13/06/13)
Le 28 Novembre 2013, il fera 51 ans que la Mauritanie a eu son indépendance. On est tenté de dire que la nation va célébrer son anniversaire, mais pour être honnête, il ya très peu à célébrer, au moins pour l'écrasante majorité. Seulement le Président et ses amis de UPR et leurs parents, qui constituent 5 à 10% de la population auront quelque chose à se réjouir. Ils ont apprécié le pouvoir absolu et tous les avantages matériels qu'ils ont accumulés pendant quatre longues années de corruption et de pillage. Pourtant, dans le même temps ils ne peuvent ignorer la souffrance et la misère de millions de gens ordinaires dans le pays. La souffrance est en grande partie le résultat...
(L'Authentique Quotidien 13/06/13)
Le Palais des Congrès de Nouakchott a abrité hier, mercredi 12 juin 2013, un séminaire de sensibilisation sur l’Initiative de transparence dans les industries extractives (ITIE). C’était à l’occasion du lancement des Rapports 2010 et 2011 que la Mauritanie avait tardé à publier et qui lui avait valu sa suspension du Conseil d’administration de l’ITIE le 27 février 2013 lors de la réunion d’Oslo en Norvège. Avec la publication de ces deux documents, la Mauritanie pourra ainsi reprendre sa place de "Pays conforme à l’ITIE" qui lui a été octroyé le 15 février 2012 à Wiston House au Royaume Uni. Ce retour à la transparence des données dans les secteurs miniers, pétroliers et gaziers, ramène ainsi le pays dans un...
(Mauri Web 13/06/13)
Le ministère de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration a organisé hier, mercredi un atelier d’approbation portant sur une étude relative à la révision de la loi sur la formation continue des fonctionnaires et auxiliaires de l’Etat. Il s’agit de coordonner les efforts déployés par les différents secteurs de l’administration publique dans le domaine de la formation dans le cadre d’un plan juridique capable de répondre aux besoins requis par la situation actuelle. Le Secrétaire général du ministère de la Fonction Publique, Mohamed Ould Chérif Ahmed s’exprimant à l’ouverture de l’atelier est beaucoup revenu sur l’importance la formation continue des fonctionnaires et agents de l’Etat, soulignant que la transformation rapide des connaissances techniques et des expériences sur...
(Le Rénovateur Quotidien 13/06/13)
Le mandat finissant de Mohamed Ould Abdel a battu le record des divergences entre un président élu et ses irréductibles opposants, mais aussi il a consacré un blocage politique ayant affecté les institutions démocratiques. Avec un parlement toujours en prolongation et des conseils municipaux désuets, le pays n’arrive pas à retrouver la plénitude de sa forme avec une crise politique qui n’est pas prête de s’arrêter. En faisant le décompte des temps forts de la vie politique depuis l’arrivée du président Mohamed Ould Abdel Aziz, on se rend à l’évidence désolante que la politique a été plus utilisée au service des règlements de compte que pour faire avancer la démocratie. Cette situation a pesé sur le renouvellement dans les délais...
(Cridem 13/06/13)
Dans le cadre de la faillite de la compagnie aérienne Mauritania Airways, l'un de ses actionnaires minoritaires, le groupe mauritanien Bouamatou met aujourd'hui en cause Tunisair, révèle Jeune Afrique. Et dénonce un détournement supposé de plus de 8 millions d'euros. Un an après la mise en liquidation judiciaire de Mauritania Airways, l'un de ses actionnaires minoritaires, le groupe Bouamatou SA, met lourdement en cause l’ancienne direction, détachée par Tunisair, révèle Jeune Afrique dans un article paru dans son édition datée du 9 au 15 juin 2013. Se basant sur un rapport d’audit du cabinet français Gaudino, dont J.A. dévoile les aspects les plus frappants, le groupe Bouamatou estime que ces anciens dirigeants tunisiens auraient empoché indûment par le biais d'une...
(Cridem 13/06/13)
Le secrétaire général du gouvernement mauritanien, Bâ Ousmane a refusé de répondre à la question orale sur le programme Emel 2012, posée par le député du parti d'opposition RFD, Yacoub Ould Moine, a-t-on appris de sources parlementaires. Selon Ould Moine, le secrétaire général a avancé comme preuve à son refus que la réponse à la question n'est pas de son domaine ni de son rôle. Pour le député , cette preuve n'est ni valable ni "fondée". Pour réagir, Ould Moine, a précisé qu'il soumettra sa question au conseil des présidents de l'assemblée nationale, qui déterminera qui des responsables suivants: le secrétaire général du gouvernement, le commissaire à la sécurité alimentaire, le ministre secrétaire général du gouvernement doit se présenter devant...
(Cridem 13/06/13)
A en croire des sources bien informées le colonel Ahmedou Ould Bahiya aurait été limogé de son poste de gouverneur de Tiris Zemmour. Selon nos sources le limogeage d’Ould Bahiya serait en relation avec le mouvement de contestation des journaliers qui avait eu lieu récemment à Zouerate, lesquels journaliers avaient réclamé le limogeage du gouverneur Ould Bahiya accusé d’être en connivence avec les sociétés de sous-traitance de Zouerate qui pressurent les travailleurs et dont l’épouse serait d’ailleurs à la tête d’une société de sous-traitance. Rappelons qu’Ahmedou Ould Bahiya avait soutenu en 2008 le coup d’Etat Aziz contre un président démocratiquement en l’occurrence Sidi Ould Abdellahi.
(Alakhbar 13/06/13)
La Mauritanie est "trompée" dans ses relations avec la France, selon le député Mohamed EL Moustapha Ould Bedre Dine, qui estime que ces relations "profitent plus à Paris qu’à Nouakchott". Le Secrétaire Général de l'UFP(parti de l'opposition d'obédience gauchiste), a aussi accusé la France lors d'une séance à l'assemblée nationale, d'adopter une diplomatie fondée sur la duperie et l'injustice en ce qui concerne ses relations avec la Mauritanie. Il a rappelé que le président français, François Hollande, s’est rendu personnellement dans les pays voisins de la Mauritanie, (Sénégal, 12 octobre 201 - Mali 12 février 2013). Mais, "il s’est contenté de déléguer en Mauritanie son ministre des Affaires étrangères", Laurent Fabius, pour demander le régime mauritanien d'annoncer publiquement la participation...
(Magharebia(fr) 13/06/13)
Les récents événements au Mali exposent le territoire mauritanien à des risques particuliers d’infiltration par des éléments terroristes susceptibles de perpétrer enlèvements et attentats visant notamment les ressortissants occidentaux, ont indiqué des experts rassemblés à Nouakchott. Face à cette situation, les autorités mauritaniennes continuent à mettre en œuvre une stratégie offensive de lutte contre le terrorisme. C'est dans ce contexte que le 29 avril, dans les locaux de l'Hôtel Iman de Nouakchott, le Centre Mauritanien des Etudes et Recherches Stratégiques (CMERS) a organisé une conférence visant à examiner la menace terroriste et à déterminer les meilleures approches de lutte contre ce phénomène. "La Mauritanie a repris l'initiative sur le plan tactique, en passant de la réaction défensive à l’action offensive...
(Cridem 13/06/13)
Dans une interpellation adressée, ce mercredi 12 juin - au ministre de l’Intérieur Mohamed Ould Boilil - la parlementaire de l’UFP, Kadiata Malick Diallo a révélé que pour le seul semestre de 2013, le parquet a enregistré à Nouakchott, 1783 cas de meurtre sans compter ceux qui ne parviennent pas au procureur et dont les auteurs sont libérés par la police. La députée a également laissé entendre que selon l’Association mauritanienne pour la santé de la mère et de l’enfant il y a eu 120 cas de violences sexuelles du premier janvier au 9 juin 2013. Selon la parlementaire la dégradation de la situation sécuritaire est liée aux déperditions scolaires et ses corollaires : le sous-emploi, le chômage et la...
(Mauri Web 13/06/13)
Le ministre de l'intérieur et de la décentralisation, Mohamed Ould Beilil était l'invité de l'assemblée nationale, ce mercredi, pour une interpellation portant sur la recrudescence la criminalité et la déliquescence de la sécurité en Mauritanie. La député Kadiata Malick Diallo qui avait déposé la question a déploré que de crimes de meurtres, d'agressions, de braquages sont de mise depuis quelques temps. à l'indifférence absolue du gouvernement. La député a estimé que la fuite scolaire, le chômage de la jeunesse, l'avènement de jeunes délinquants ont favorisé ce phénomène. Elle a critiqué, d'ailleurs, la marginalisation du corps de la police, dont la mission a été dévolue au Regroupement Général pour la Sécurité Routière (RGSR) qu'elle a mis en cause son efficacité. En...
(L'Authentique Quotidien 13/06/13)
Les examens du Brevet d’études du premier cycle de l’enseignement secondaire ont débuté hier sur l’ensemble du territoire national. Quelques 35.202 candidats tentent ainsi de décrocher un diplôme qui ouvre beaucoup de perspectives d’emploi en Mauritanie, tel que l’enseignement primaire, l’armée, l’école des infirmiers, etc. Les postulants à ce premier degré du secondaire sont répartis dans 191 centres d’examen, avec une majeure partie des candidats à Nouakchott. Les examens du brevet qui interviennent ainsi deux jours après le concours d’entrée au collège et quelques jours avant le baccalauréat, augurent ainsi d’une fermeture précoce de l’année scolaire. Certains expliquent cette précipitation à envoyer les élèves en vacances dès la fin du mois de juin, par l’imminence des élections législatives et municipales...
(L'Authentique Quotidien 12/06/13)
La confrontation entre le pouvoir et l’opposition ne tourne pas seulement autour de la question des élections. On tourne en rond, avec toujours les mêmes questions, les mêmes actions et réactions de part et d’autres. En cette fin de quinquennat du président Aziz, ça tire de tous les côtés… L’opposition (ou plutôt les oppositions parce qu’il y a aussi, en dehors de la Coordination de l’opposition démocratique (COD), cette autre, la Convergence pour une Alternance pacifique (CAP) qui a décidé de participer au dialogue, et de prendre au mot le pouvoir de Mohamed Ould Abdel Aziz), est aujourd’hui à la croisée des chemins. Elle ne sait plus quoi dire ni quoi faire, face à un pouvoir au jeu ambigu. La...

Pages