Mercredi 13 Décembre 2017
(APA 21/11/17)
APA-Nouakchott (Mauritanie) - La fête du Mawlid qui correspond à l’anniversaire de la naissance du prophète Mohamed (PSL) sera célébrée en Mauritanie le 1er Décembre prochain, selon un communiqué officiel rendu public lundi soir à Nouakchott. « Le premier jour du mois de Rabia al Awal de l’Hégire coïncide avec le 20 novembre 2017 », a précisé le communiqué émanant de la Commission centrale d’observation du croissant lunaire relevant du ministère de l’Intérieur mauritanien. Or le prophète Mohamed (PSL) est né le 12 de ce mois de Rabia al Awal, ce qui fait que l’anniversaire de sa naissance coïncidera avec le premier jour du mois prochain. Cependant, une partie de la population en Mauritanie ne fête pas le jour de...
(Xinhua 20/11/17)
Le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, a appris avec consternation les rapports sur la vente aux enchères des migrants africains en Libye comme esclaves, affirme un communiqué publié ce week-end par l'UA. Le président "condamne fermement ces actes méprisables qui sont en contradiction avec les idéaux des Pères fondateurs de notre Organisation et des instruments africains et internationaux pertinents, y compris la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples", selon le communiqué. Le président a appelé à la fin immédiate de ces pratiques et d'autres actes criminels de traite des êtres humains. Il a appelé à une action rapide pour identifier tous les auteurs et complices...
(RFI 18/11/17)
Trente-sept ministres des Affaires étrangères africains se sont réunis ce vendredi 17 novembre à Washington à l’invitation du secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson. Il s’agissait du premier grand rendez-vous diplomatique entre l’administration Trump et le continent. Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet Le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson, ancien patron d’une grande compagnie pétrolière, a résolument orienté les débats sur le développement économique et les investissements. Mais le préalable pour assurer le développement c’est la sécurité. Et les Africains ont insisté sur la question du Sahel. Soulemane Zeraboussa, ministre du Commerce, représentait la Côte d’ivoire à ce rendez vous : « Nous souhaitons que les Etats Unis en fassent plus pour le G5 Sahel. Nous en parlons avec beaucoup...
(AFP 17/11/17)
Le gouvernement mauritanien a adopté un projet de loi durcissant la législation contre les auteurs d'apostasie et de blasphèmes, qui seront désormais passibles de la peine de mort, sans tenir compte d'un éventuel repentir, a indiqué vendredi l'agence officielle mauritanienne AMI. "Le présent projet de loi vise à abroger et remplacer l'article 306 du Code Pénal en vue de durcir les peines prévues à l'encontre du blasphémateur", a indiqué jeudi le gouvernement, cité par l'AMI. "Chaque musulman, homme ou femme, qui se moque ou outrage Allah ou Son Messager (Mahomet), Paix et Salut sur Lui, ses anges, ses livres ou l'un de ses Prophètes est passible de la peine de mort, sans être appelé à se repentir. Il encourt la...
(APA 17/11/17)
APA-Nouakchott (Mauritanie) - Le gouvernement mauritanien a approuvé lors de sa réunion hebdomadaire jeudi à Nouakchott une nouvelle législation exigeant l’exécution de l’auteur d’insultes au prophète Mohamed (PSL), a indiqué Brahim Ould Daddah, ministre de la justice de Mauritanie. Un nouvel article a été introduit au code pénal pour stipuler cette disposition, a précisé le ministre lors d’un point de presse le même jour dans la capitale mauritanienne. Selon cette nouvelle disposition, « tout musulman, homme ou femme soit il, qui se moque ou insulte Allah ou son prophète Mohamed ou ses anges ou ses livres ou l’un de ses prophètes est exécuté ». L’auteur de tels agissements n’est pas appelé à exprimer son repentir et, même s’il le fait,...
(Jeune Afrique 16/11/17)
Alors que la vie politique se cristallise autour de la présidentielle de 2019 et que l’opposition n’a pour l’heure ni programme, ni argent, ni candidat commun, l’une de ces figures de la majorité pourrait être bien placée pour l’emporter. Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed, dit Ould Ghazouani (60 ans) Chef d’état-major des armées et général de division, il est l’homme le plus proche – « un frère » – du président Ould Abdelaziz, avec lequel il a réussi le coup d’État d’août 2005 (de Vall contre Ould Taya). Il est respecté dans tous les camps politiques en raison de sa modestie et de son ouverture. Mais il n’a guère envie de se lancer dans la course à la présidentielle. Yahya...
(Jeune Afrique 16/11/17)
Boydiel Ould Houmeid, 64 ans, ancien syndicaliste, a gravi tous les échelons de l’administration, jusqu’aux portefeuilles ministériels parmi les plus stratégiques, sous la présidence de Maaouiya Ould Taya. Il a successivement été chef de service de la solde, directeur du budget et des comptes, contrôleur d’État, directeur du Trésor et de la comptabilité publique, puis de la Société mauritanienne pour la commercialisation de poissons (SMCP), commissaire à la sécurité alimentaire, directeur général de la Caisse nationale d’assurance maladie (qu’il a portée sur les fonts baptismaux) et plusieurs fois ministre : Commerce, Artisanat et Tourisme ; Développement rural, Pêches et Économie maritime ; Santé et Affaires sociales ; Finances ; et, enfin, ministre-secrétaire général à la présidence. Ancien cadre du Pacte national pour la démocratie et...
(Jeune Afrique 16/11/17)
Déjà conseil du sénateur Mohamed Ould Ghadda, le Français Jean-Pierre Mignard (Lysias Partners) s’est joint au collège d’avocats qui défend les autres sénateurs et les journalistes mauritaniens mis en examen pour corruption et placés sous contrôle judiciaire. Avant de se rendre à Nouakchott, Me Mignard se déplacera à Bruxelles pour sensibiliser les responsables européens à ce qu’il considère comme une « mise à l’écart d’une partie de l’opposition par la restriction de ses droits et libertés dans le cadre d’une campagne électorale ». Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/mag/491456/societe/mauritanie-france-jean-pi...
(Jeune Afrique 16/11/17)
Après que les forces militaires ont essuyé de cuisantes défaites face aux jihadistes, des réformes ont été engagées, et des moyens mobilisés. Pour quels résultats ? Parmi les armées du G5 Sahel unies dans la lutte contre le jihadisme (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad), deux se distinguent tout particulièrement : la tchadienne et… la mauritanienne. Car elle est de création récente, puisque sa mise à niveau et sa combativité datent de moins de dix ans. Ce redressement s’est effectué selon la volonté du président, qui en a donné les moyens, et sous la houlette de son chef d’état-major, Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed, dit Ould Ghazouani. Il suscite aujourd’hui les éloges des Américains et des Français qui l’ont épaulé. À...
(Jeune Afrique 16/11/17)
La ministre française des Armées était à Dakar au Forum international sur la paix et la sécurité en Afrique. Mise en place de la force conjointe du G5 Sahel, évolution de l'opération Barkhane, lutte contre le terrorisme... Florence Parly répond aux questions de Jeune Afrique. C’était sa première visite à Dakar en tant que ministre des Armées. Les 13 et 14 novembre, Florence Parly, 54 ans, s’est rendue dans la capitale sénégalaise pour assister à la quatrième édition du Forum international sur la paix et la sécurité en Afrique, organisé avec le soutien des autorités françaises. Elle y a notamment rencontré les présidents sénégalais et malien, Macky Sall et Ibrahim Boubacar Keïta, avec lesquels il a largement été question de...
(Jeune Afrique 16/11/17)
En décembre, les voyagistes vont reprendre leurs randonnées pédestres et chamelières entre les dunes, gueltas, canyons et oasis de l’Adrar. Et les premiers circuits affichent déjà complets ! Les amoureux du Sahara seront de retour pour les fêtes de fin d’année dans l’oasis de Toungad, au pied de la dune monumentale de Zire Mint Leboudi et dans l’antique bibliothèque de Chinguetti. Grâce aux vols de la compagnie française ASL Airlines affrétés par une dizaine de voyagistes spécialistes de la randonnée à partir du 16 décembre et jusqu’à la mi-mars, à raison de quatre à six heures de randonnée chamelière par jour, ils renoueront avec les hommes aux semelles de vent qui hantent cet océan de sable et ont été privés de...
(Jeune Afrique 16/11/17)
Malgré une croissance économique en hausse depuis 2016, la Mauritanie est appelée à adopter de nouvelles réformes afin de diversifier son économie. Les chantiers sont de retour à Nouakchott. Symbole de cette reprise, la tour de la Société nationale industrielle et minière (Snim), longtemps à l’arrêt, est en cours de finition. Les statistiques du FMI confirment ce regain : la croissance s’était effondrée de + 6,1 % en 2013 à + 0,9 % en 2015, sous l’effet de la chute du cours du minerai de fer. Elle repart à + 1,7 % en 2016 et + 3,8 % sont annoncés en 2017. Une fois de plus, c’est le secteur minier qui tire l’économie. Le cours du fer, qui était tombé à...
(Jeune Afrique 16/11/17)
À bientôt 60 ans, la capitale ressemble toujours à une petite fille à laquelle il faut tenir la main. Des robes à ajuster, des pas à assurer, un langage à surveiller. Une tête hirsute. Nouakchott (« là où souffle le vent », en berbère) paraît encore tout droit sortie de ce terrain vague entre la mer et le désert naissant qui fut choisi parce qu’éloigné des velléités d’annexion des voisins de la vaste terre de sables qu’est la Mauritanie. Ni Nouadhibou, proche du royaume chérifien, ni Rosso, ni Kaédi, sur la rive du fleuve Sénégal, ne rassuraient. En 1957, le vice-président du Conseil de gouvernement, Moktar Ould Daddah (qui deviendra le premier président du pays, en 1960), décida donc d’ériger...
(Jeune Afrique 16/11/17)
Si elle est « fille de », Maro Hadya Diagana est avant tout une self-made-woman. Fondatrice de Consulting et formation en entreprise, elle vient d’ouvrir un centre d’affaires à Nouakchott. C’est qu’il n’est pas mal du tout ce Mauritanian Business Center (MBC). Simple, fonctionnel et au cœur de Nouakchott, à la fois centre d’affaires pour PME et incubateur de start-up, il offre bureaux et wifi aux jeunes entrepreneurs, salles de réunion ou de réceptions, mais aussi formations, coaching et même un petit restaurant pour ses membres. Aux commandes de ce complexe, Maro Hadya Diagana, 31 ans, débordante d’énergie, bien décidée à prouver qu’une femme peut être un chef d’entreprise de talent et à « défier les hommes » sur ce...
(Jeune Afrique 16/11/17)
La plus importante réforme constitutionnelle adoptée par référendum, le 5 août, concerne la décentralisation et, plus particulièrement, la régionalisation. Le gouvernement travaille à la rédaction des projets de loi et décrets d’application qu’elle nécessite. Un membre du gouvernement a expliqué à Jeune Afrique les trois piliers de cette réforme pilotée par le chef de l’État. Tout en requérant l’anonymat, étant donné qu’un certain flou persiste, notamment sur le nombre des futures régions et leur découpage… • Le rôle des régions sera économique. Elles seront formées sur la base de leur spécificité (agriculture, pêche, tourisme, culture sous palmeraies, élevage, mines, etc.)....
(AFP 15/11/17)
La force conjointe du G5 Sahel, qui vient d'achever sa toute première opération, sera jugée non seulement sur son efficacité contre les jihadistes, mais aussi son respect des droits de l'Homme, préviennent organisations internationales et responsables militaires. Juste après le lancement de cette opération, aux confins du Mali, du Burkina Faso et du Niger au début du mois, le secrétaire général adjoint des Nations unies pour les droits de l'Homme, Andrew Gilmour, a effectué une visite au Mali, une première, selon la Mission de l'ONU dans ce pays, la Minusma. Il y a insisté sur la nécessité de respecter les droits de l'Homme, afin de ne pas s'aliéner les populations, ni le soutien international, essentiel à la viabilité de cette...
(La Tribune 14/11/17)
Les services du FMI viennent de conclure un accord préalable avec la Mauritanie sur un programme économique visant à favoriser la croissance inclusive, maintenir la stabilité macroéconomique, rétablir la viabilité de la dette et réduire la pauvreté. Au titre de l'accord, la Mauritanie aurait accès à un crédit allant jusqu'à 162,8 millions de dollars, sur une période de trois ans. Le gouvernement mauritanien et le Fonds monétaire international ont conclu un accord ad referendum au niveau sur un programme de réformes économiques accompagné d'un accord au titre de la facilité élargie de crédit, a annoncé ce 10 novembre l'institution de Bretton Woods. L'accord préalable porte sur un programme d'aide triennal au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC), conditionné...
(Le Monde 13/11/17)
Le militant Moussa Biram écrit une lettre d’une prison du désert mauritanien où il est en détention depuis cinq cents jours avec Abdallahi Mattalah. Ce 13 novembre 2017, cela fait cinq cents jours que Moussa Biram, un militant de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA) en Mauritanie, est en détention avec son camarade Abdallahi Mattalah. Après trois transferts, ils sont dans une prison du désert dans le nord du pays, d’où Moussa écrit une lettre ouverte pour rappeler leurs conditions de détention tout en réaffirmant leur détermination à se battre contre l’esclavage. Ce matin encore, comme depuis cinq cents jours, nous nous sommes réveillés en prison. Cela fait plus de seize mois que mon ami Abdallahi et moi...
(APA 13/11/17)
APA-Nouakchott (Mauritanie) - Le Forum national pour la démocratie et l’unité en Mauritanie (FNDU) a qualifié de « politisée » la peine de deux ans de prison prononcée en appel jeudi contre Mohamed Cheikh Ould M’khaitir, déjà condamné à mort en première instance pour insulte au prophète Mohamed (PSL). Le « régime à cédé à des chantages de la part de l’Occident », a indiqué le FNDU dans un communiqué rendu public lundi à Nouakchott. Le Front qui regroupe une dizaine de partis politiques, des centrales syndicales, des organisations de la société civile et des personnalités indépendantes, a également exprimé son « rejet catégorique » de la politique du pouvoir consistant, selon lui, à « manipuler les dossiers sensibles qui...
(Agence Ecofin 13/11/17)
Le FMI a annoncé avoir conclu avec les autorités mauritaniennes un accord ad referendum au niveau des services sur un programme de réformes économiques pouvant être appuyé par un accord triennal au titre de la facilité élargie de crédit (FEC). Cet accord, qui toutefois subordonné à l’approbation de la Direction et du Conseil d’administration du FMI, prévue en décembre 2017, permet à la Mauritanie d’avoir accès à un crédit allant jusqu’à 115,920 millions de droits de tirages spéciaux (DTS), soit environ 162,8 millions $, sur une période de trois ans. Pour la mission du FMI dirigée par Eric Mottu qui a séjourné du 25 septembre au 6 octobre dernier à Nouakchott et ultérieurement à Washington, « le programme de réformes...

Pages