Samedi 21 Octobre 2017
(APA 09/10/17)
APA Nouakchott (Mauritanie) - La loi de finances rectificative du budget de l'Etat pour l'année 2017 est équilibrée en recettes et en dépenses à 487.336.432.000 ouguiyas (1,3 milliard de dollars US), soit une augmentation de 5,61% par rapport au budget initial. [Img : Mauritanie: adoption d'une loi de finances rectificative de 1,3 milliard de dollars US] Le ministre mauritanien de l’Economie et des Finances Moctar Ould Diay a expliqué lors d’une séance plénière de l'Assemblée nationale, samedi soir, que cette augmentation se justifie en partie par la prise en considération des coûts du budget résultant des ajustements consécutifs à la réforme de la mise en œuvre du budget des établissements publics à caractère administratif et des structures et entités similaires...
(APA 09/10/17)
APA-Nouakchott (Mauritanie) - Le 31 eme sommet de l’Union africaine aura lieu en juillet prochain à Nouakchott, a confirmé le ministre mauritanien de l’Economie et des Finances Moctar Ould Diay. Cette annonce a été faite par le ministre mauritanien pendant qu’il défendait la loi de finances rectificative du budget de l'Etat pour l'année 2017, lors d’une séance plénière de l'Assemblée nationale, samedi soir à Nouakchott. C’est la première fois que la Mauritanie va abriter un sommet de l’organisation continentale. Le pays avait accueilli l’année dernière, un sommet de la Ligue arabe. Le nom du président Paul Kagamé du Rwanda est avancé pour succéder à Alpha Condé actuel président en exercice de l’UA, en janvier prochain, lors du 30 eme sommet...
(MondAfrique 06/10/17)
Les autorités mauritaniennes ont placé en détention depuis deux mois un leader de l’opposition sur la base de vagues accusations de corruption, a déclaré aujourd’hui Human Rights Watch. Elles devraient remettre en liberté Mohamed Ould Ghadda, ou le juger rapidement et de manière équitable, si elles disposent d’éléments de preuve suffisants contre lui. Des responsables mauritaniens ont procédé à l’arrestation de Ghadda le 10 août 2017, cinq jours après le résultat d’un référendum dans le cadre duquel les Mauritaniens se sont prononcés en faveur de la dissolution du Sénat, dont Ghadda était membre. Ce dernier était ouvertement opposé à ce scrutin, que l’opposition considère comme une manœuvre du président Mohamed Ould Abdel Aziz pour renforcer ses prérogatives et ouvrir la...
(AFP 06/10/17)
Des ONG sénégalaises, dont la section locale d'Amnesty international, ont annoncé jeudi renoncer à tenir une conférence de presse à Dakar sur les droits de l'Homme en Mauritanie voisine en présence de l'opposant mauritanien Biram Ould Dah Ould Abeid. Les autorités sénégalaises avaient déjà obtenu le report d'une conférence de presse à laquelle il devait participer le 30 septembre, avec des avocats français et mauritanien, selon des ONG sénégalaises, portant notamment sur les procédures visant des opposants à la révision constitutionnelle en Mauritanie. Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a accusé de "trahison" les sénateurs opposés...
(RFI 06/10/17)
Human Rights Watch s'alarme de la détention prolongée en Mauritanie, depuis près d'un mois, du leader d'opposition Mohamed Ould Ghadda. L'ancien sénateur a été arrêté au lendemain d'un référendum constitutionnel, qui prévoyait notamment la dissolution du Sénat, et dont il était l'un des principaux opposants. Mohamed Ould Ghadda a été arrêté en lien avec une nébuleuse affaire de corruption. L'organisation américaine de défense des droits de l'homme appelle, dans un communiqué rendu public ce jeudi, le pouvoir mauritanien à mettre fin au flou qui entoure aujourd'hui sa détention. Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/afrique/20171006-mauritanie-hrw-s-inquiete-detention-s...
(APA 06/10/17)
Au Sénégal, des ministres ont discrètement demandé à des ONG de défenses des droits de l’homme qui dénoncent l’esclavage en Mauritanie de ne pas organiser de conférence de presse à Dakar. Dans une rangée de sièges vides, seul Seydi Gassama, directeur d’Amnesty International au Sénégal, est venu expliquer la situation. La conférence de presse a été annulée deux fois, samedi dernier et ce jeudi, afin de protéger les ressortissants sénégalais basés en Mauritanie, explique-t-il : « Je dois avouer qu’à nous-mêmes également l’Etat du Sénégal nous a exprimé ses préoccupations. Surtout que les bruits entre les deux pays ont tous des répercussions sur les populations. Il y a eu des actes de représailles, soit contre des pêcheurs, soit contre des...
(Jeune Afrique 06/10/17)
Pour la deuxième fois en cinq jours, le militant mauritanien Biram Dah Abeid et des ONG sénégalaises de défense des droits de l’homme ont été contraints d’annuler une conférence de presse qui devait se tenir à Dakar, afin de ne pas mécontenter le régime de Nouakchott… « Tout ce que Macky Sall est amené à faire contre nous, je pense qu’il le fait à contre-cœur… » Malgré une certaine amertume, le Mauritanien Biram Dah Abeid, fondateur et président de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA-Mauritanie), se montrait philosophe, quelques jours après l’annulation inopinée – suite aux pressions informelles exercées par plusieurs officiels sénégalais – d’une première conférence de presse qui devait se tenir à Dakar sur la situation...
(RFI 06/10/17)
La mort de trois soldats américains tués dans une embuscade au Niger a révélé au grand jour la présence de forces armées américaines dans une région en proie à d'innombrables attaques jihadistes et qui bénéficie d'une forte coopération militaire avec les Occidentaux. C'est la première fois qu'une présence opérationnelle de soldats américains est reconnue dans la zone sahélo-saharienne. Les activités américaines y sont pourtant nombreuses depuis le début des années 2000 : l'initiative Pan Sahel Initiative (PSI) de lutte contre le terrorisme lancée en 2002, renommée en 2004 Trans-Sahara Counter Terrorism Initiative (TSCTI). Des programmes de formations, d'entraînement et d'équipement... Et, chaque année, le très conséquent et médiatisé exercice Flintock qui s'est d'ailleurs déroulé à plusieurs reprises au Niger. Voilà...
(APA 06/10/17)
La communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) fait partie des institutions nominées pour le prix Nobel de la paix, pour son rôle dans la résolution de la crise politique en Gambie sans effusion de sang en début de cette année. Le comité du Nobel dévoilera le récipiendaire du prestigieux prix ce vendredi. Le prix Nobel de la paix est l'une des plus prestigieuses distinctions au monde qui récompense les contributions individuelles ou collectives pour un monde plus pacifique. La Cedeao a été fortement impliquée dans la résolution de la crise politique en Gambie, lorsque l’ex-président Yahya Jammeh a refusé de céder le pouvoir après avoir perdu la présidentielle de décembre 2016 devant l’actuel chef d’Etat, Adama Barrow...
(AFP 05/10/17)
C'est un archipel de tentes éparpillées sur une mer de sable roux. En plein désert mauritanien, les réfugiés du Mali, toujours plus nombreux, ne veulent plus entendre parler de retour, refroidis par les déboires de ceux qui ont tenté l'aventure. Arrivé comme la plupart en 2012 au camp de Mbera, à environ 50 km de la frontière, lorsque le nord du Mali était tombé aux mains des groupes jihadistes, Mohamed Ousmane Ag al-Khalifa est un de ceux là. Six mois après la signature en juin 2015 d'un accord de paix entre le gouvernement malien et l'ex-rébellion à dominante touareg, il est rentré avec sa famille dans la région de Tombouctou (nord-ouest). "Depuis que nous nous avons été obligés de quitter...
(Le Monde 05/10/17)
Mali, Niger et Burkina Faso sont censés mener leur première opération militaire fin octobre, mais seul le contingent malien est opérationnel. Et l’argent manque encore. Des fils électriques désœuvrés s’échappent des murs en attendant d’être raccordés aux appareils de climatisation. Dans l’air chargé d’odeur de peinture fraîche, la voix grave de Jean-Yves Le Drian résonne dans le vide des salles. En visite au Niger, mardi 3 octobre, l’ex-ministre de la défense est venu évaluer l’état d’avancement des travaux de restauration de cet ancien centre d’instruction pour les blindés de l’armée nigérienne destiné à héberger l’état-major, pour la région Centre, de la « force conjointe G5 Sahel ». Pas besoin d’avoir été, comme l’actuel chef de la diplomatie française, ministre de...
(Agence Ecofin 04/10/17)
Le Conseil de sécurité de l’Onu annonce qu’il enverra une délégation au Sahel du 19 au 23 octobre prochains. Objectif, faire l’état des lieux de la préparation pour le déploiement de la force conjointe G5 Sahel. La délégation ira en Mauritanie, au Mali et au Burkina Faso. En visite officielle à Niamey, ce mardi, le ministre français des Affaires étrangères, Jean Yves le Drian, a déclaré à la presse que le plan stratégique de la force sahélienne sera validé le 30 novembre prochain par le Conseil de sécurité de l’Onu. La force conjointe G5 Sahel devrait être opérationnelle depuis le mois passé. Mais elle est confrontée à un souci de financement. Sur les 423 millions d’euros nécessaires, seuls 58 millions...
(AFP 03/10/17)
Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a affirmé mardi à Niamey que la force antijihadiste des pays du G5 Sahel "sera une bonne réponse aux questions sécuritaires" dans la région et aura "le soutien de la France". "Je suis convaincu que la mise en oeuvre de cette force qui sera déployée sur les trois fuseaux sera une bonne réponse aux questions sécuritaires" au Sahel, a souligné M. Le Drian qui a visité à Niamey le poste de commandement de la force que sont en train de mettre sur pied les Tchad, Niger, Mali, Burkina Faso et Mauritanie.
(AFP 03/10/17)
La Mauritanie a appelé lundi les bailleurs à appuyer financièrement la création de la force antijihadiste du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad), en quête de fonds pour son déploiement, lors d'une réunion internationale à Nouakchott. "Je saisis cette occasion pour exhorter nos partenaires bilatéraux et multilatéraux à apporter leur appui à la force conjointe du G5 Sahel lors de la conférence des donateurs", a déclaré la ministre déléguée chargée du Maghreb arabe, Khadijetou Mbareck Fall, dont le pays abrite le siège de cette organisation. Une conférence internationale de planification des contributions à cette force est prévue le 16 décembre 2017 à Bruxelles.
(AFP 03/10/17)
Le Conseil de sécurité se rendra "du 19 au 23 octobre en Mauritanie, au Mali et au Burkina Faso" au moment où la force G5 Sahel, toujours en quête d'un financement adéquat, commencera ses opérations, a annoncé lundi l'ambassadeur français à l'ONU, François Delattre. La France assure en octobre la présidence tournante du Conseil de sécurité et compte faire de la lutte contre le terrorisme au Sahel l'une de ses priorités. Elle est présente dans la zone sahélo-saharienne avec 4.000 hommes dotés d'avions de combat, de drones, d'hélicoptères et de blindés (opération antijihadiste Barkhane), et a poussé à la création début juillet d'une force militaire commune à cinq pays du Sahel: Mauritanie, Tchad, Mali, Niger et Burkina Faso. "La force...
(Jeune Afrique 03/10/17)
Débarqué à New York du 17 au 21 septembre pour assister à la réunion du G5 Sahel à l’ONU, Mohamed Ould Abdelaziz n’a pu s’exprimer à la tribune... Ba Ousmane, le représentant permanent de la Mauritanie aux Nations unies, avait omis d’inscrire le chef de l’État mauritanien sur la liste des orateurs, déclenchant l’ire de ce dernier… Le diplomate, qui fut ambassadeur en Gambie, a essayé de rattraper son erreur. En vain. Le 20 septembre, Isselkou Ould Ahmed Izid Bih, le ministre des Affaires étrangères, a donc prononcé le discours du président. Lire sur: http://www.jeuneafrique.com/mag/479065/politique/mauritanie-aziz-prive-d...
(MondAfrique 02/10/17)
La Résurgence du Mouvement Abolitionniste (IRA), ONG anti-esclavagiste en Mauritanie, des organisations de défense des droits humains et des avocats mauritaniens, sénégalais, français et belges ont vu le gouvernement sénégalais interdire la conférence de presse qu’ils devaient tenir, ce samedi 30 septembre 2017, au Café de Rome. Cette conférence de presse n’aura finalement pas lieu à la date et à l’endroit initialement retenus. Les autorités mauritaniennes et sénégalaises n’y étant pas favorables. Pour rappel, la rencontre avec la presse devait évoquer la grave crise politique et sociale en Mauritanie ainsi que les nombreux maux ...
(APA 02/10/17)
Le ministre mauritanien de l’Education nationale, Isselmou Ould Sidel Moctar Oud Habib, a déclaré que l’année scolaire 2017-2018 sera riche de programmes, de stratégies et d’activités visant le déclenchement d’une mutation qualitative du système éducatif dans le pays. Cette mutation a pour but de réaliser l’efficacité et de répondre aux exigences du développement à travers l'introduction de réformes, a indiqué le ministre dans un discours à l’occasion de l’ouverture de la nouvelle année scolaire intervenue lundi. Il a ajouté que de telles réformes portent notamment sur la carte scolaire, la gestion des écoles, l’élaboration d’une stratégie de développement des capacités professionnelles des formateurs et des enseignants et la promotion de l'enseignement des sciences. Oud Habib a par ailleurs rappelé un...
(RFI 29/09/17)
La bataille juridique continue entre les sénateurs et le pouvoir mauritanien. Le parquet vient de se pourvoir en cassation pour obtenir leur mise sous mandat de dépôt. L'accusation avait été déboutée le 31 août par le juge d'instruction, puis mercredi par la chambre d'accusation de la cour d'appel. Mais le soulagement a été de courte durée pour les sénateurs puisque le parquet vient, jeudi 28 septembre, de se pourvoir en cassation pour obtenir leur envoi en prison. Un acharnement pour les avocats de la défense. Les sénateurs pensaient mercredi avoir gagné une nouvelle bataille, celle de rester en liberté. Mais leur soulagement aura été de courte durée puisque l'accusation a déjà déposé un nouveau recours en espérant cette fois-ci avoir...
(AFP 28/09/17)
Les avocats de deux opposants au régime du président mauritanien Ould Abdel Aziz, visés par un mandat d'arrêt international, ont dénoncé mercredi "une instrumentalisation de l'autorité judiciaire" dans le cadre d'une affaire impliquant plusieurs sénateurs accusés de corruption. A Nouakchott, "la chambre d'accusation a maintenu les mandats d'arrêt internationaux" lancés par un juge d'instruction début septembre contre l'homme d'affaires et mécène Mohamed Ould Bouamatou et son collaborateur Mohamed Ahmedou Debagh, qui vivent tous deux au Maroc, a indiqué mercredi à l'AFP une source judiciaire. Dans un communiqué, les avocats des deux hommes, William Bourdon, Elyezid Ould Yezid et Georges-Henri Beauthier, ont jugé "irrecevables et abusifs" ces mandats d'arrêt. A leurs yeux, cette procédure "témoigne d'une détérioration accélérée d'un régime aux...

Pages