Jeudi 29 Juin 2017
(Agence Ecofin 23/06/17)
Feu vert pour l’opérationnalisation de la force conjointe du G5 Sahel. Le Conseil de sécurité de l’Onu vient d’adopter un texte saluant le déploiement des forces sahéliennes dans la lutte contre les groupes djihadistes dans la région. Toutefois, ce vote ne donne pas un mandat de l’Onu (qui serait synonyme d’un appui matériel et financier) à la force sahélienne. Dans un communiqué dont Niamey et les 2jours a obtenu copie, le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a exprimé son satisfecit : « Je salue l'adoption à l'unanimité par le Conseil de sécurité de la résolution 2359 » qui entérine « le déploiement de la force conjointe du G5-Sahel». Pour M. Le Drian, « le...
(AFP 21/06/17)
Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté mercredi à l'unanimité une résolution saluant le déploiement d'une force africaine pour combattre les jihadistes dans la région du Sahel. Le projet de résolution élaboré par la France a été accepté par la totalité des quinze membres du Conseil, après que Paris et Washington soient parvenus à trouver un accord sur son contenu. Le texte salue le déploiement du G5 Sahel (Mali, Mauritanie, Niger, Tchad et Burkina Faso), mais sans toutefois délivrer un mandat de l'ONU à cette force. Ces pays africains ont accepté en mars de constituer une force de 5.000 hommes chargée d'une mission spéciale de contre-terrorisme dans la région. Le président français Emmanuel Macron doit assister au prochain sommet...
(AFP 21/06/17)
Le Conseil de sécurité de l'ONU doit se prononcer mercredi sur un projet de résolution présenté par la France ouvrant la voie au déploiement d'une force africaine pour combattre les jihadistes dans la région du Sahel, ont annoncé des diplomates. Le vote est prévu à 14H00 GMT, ont-ils précisé mardi. Après plusieurs jours de discussions, la France et les Etats-Unis sont tombés d'accord sur ce texte qui salue le déploiement du G5 Sahel (Mali, Mauritanie, Niger, Tchad et Burkina Faso) sans toutefois lui délivrer un mandat de l'ONU, selon le texte consulté par l'AFP. Ces pays africains ont accepté en mars de constituer une force de 5.000 hommes chargée d'une mission spéciale de contre-terrorisme dans la région. Le président français...
(RFI 21/06/17)
Le Conseil de sécurité des Nations Unies doit voter mercredi matin à New York une résolution qui permet le déploiement d'une force anti-jihadistes dans la région du Sahel. Washington s'était violemment opposé à tout texte. Mais la France -qui porte la plume sur ce sujet- et les Etats-Unis sont finalement parvenus à un accord. C'est néanmoins un texte édulcoré qui devrait être adopté. Le texte qui sera soumis au vote est un texte de consensus qui permet à Paris d'obtenir le soutien de Washington alors que les Américains étaient opposés à l'idée d'une résolution. Dans les grandes lignes, il ne s'agit plus d'autoriser la force antiterroriste du G5 Sahel mais simplement de saluer son déploiement. Ce glissement sémantique rassure les...
(AFP 21/06/17)
La création d'une force conjointe des pays du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad), sur laquelle le Conseil de sécurité de l'ONU doit se prononcer mercredi, vise à enrayer l'expansion des groupes jihadistes dans la région. - Quelle est la genèse de cette force ? - La décision initiale remonte au sommet du G5 Sahel en novembre 2015 à N'Djamena, mais le projet a été réactivé récemment, en raison notamment de la dégradation de la situation dans le centre du Mali, limitrophe du Burkina Faso et du Niger, gagnés à leur tour par les violences jihadistes. En janvier, ces trois pays ont décidé de créer une force de sécurisation du Liptako-Gourma - zone à cheval sur leurs frontières...
(Xinhua 20/06/17)
Mohammad Javad Zarif, ministre iranien des Affaires étrangères, en visite en Mauritanie, a déclaré lundi à Nouakchott, que son pays plaide pour le dialogue afin de "résoudre les problèmes entre pays musulmans". Le chef de la diplomatie iranienne, qui s'exprimait à l'issue d'une audience du président Mohamed Ould Abdel Aziz, a insisté sur la nécessité de ne pas intervenir dans les affaires intérieures des pays et de favoriser le dialogue pour résoudre les problèmes entre les pays, notamment dans le monde islamique. M. Zarif faisait allusion au dernier blocus mené par certains pays arabes, dont l'Arabie saoudite et la Mauritanie, contre le Qatar accusé de "soutenir des organisations terroristes". L'Iran, pour sa part continue à soutenir le Qatar vers lequel...
(Sahara Medias Agency 20/06/17)
Le président Mohamed O. Abdel Aziz a reçu lundi le ministre iranien des affaires étrangères actuellement en visite en Mauritanie. A l’issue de cette audience le chef de la diplomatie iranienne a déclaré qu’il avait convenu avec le chef de l’état la nécessité de renforcer la coopération entre les deux pays dans le domaine de la lutte contre l’extrémisme et le terrorisme et « avons réaffirmé, a ajouté le ministre, la nécessité d’éviter d’interférer dans les affaires intérieures des pays, d’adopter le principe du dialogue pour le règlement des différends entre les pays, notamment dans le monde musulman ». Le ministre iranien a ajouté qu’il avait convenu avec le président de la république d’entreprendre un effort commun afin d’activer les...
(Points Chauds 20/06/17)
Le ministre français des affaires étrangères Jean Yves Le Drian a révélé vendredi à Nouakchott la signature prochaine entre la Mauritanie et la France d’un accord pour le financement de 18 millions d’euros destiné à appuyer les secteurs de l’éducation et de la formation professionnelle. Le ministre a exprimé la satisfaction du gouvernement français et celle de l’agence française de développement pour la signature prochaine de cette convention dans les prochains mois. Le chef de la diplomatie française a ajouté que l’agence française aspire à développer sa coopération avec la Mauritanie dans les domaines de la sécurité alimentaire et le développement local. Il a rappelé que la coopération entre l’agence française et le gouvernement mauritanien, vieille de 40 ans a...
(Sahara Medias Agency 20/06/17)
Les autorités locales de la ville de Zouerate ont incinéré lundi trois tonnes de produits alimentaires périmés, récupérées dans les commerces de la ville. Ces produits, selon l’agence mauritanienne d’information, qui ont été confisqués par la délégation régionale du ministère de l’industrie, du commerce, de l’artisanat et du tourisme, se composent de jus de fruits, de gâteaux et de produits de beauté. Selon le responsable de la délégation, Cheikh O. Ely Barick, cette opération intervient dans le cadre des efforts déployés par sa structure pour la surveillance des marchés et la lutte contre la vente aux citoyens de produits périmés, dangereux pour leur santé. Le mois dernier une force de la gendarmerie avait fait échec à une tentative d’introduire des...
(Agence Tawary 20/06/17)
Les membres d’une bande d’escrocs composée de sept personnes ont été arrêtés, par des éléments de la brigade mixte de la gendarmerie nationale, ce lundi 19 juin, a-t-on appris d’une source sécuritaire. Les membres du gang de sept personnes dont un étranger s’étaient déclarés des missionnaires de l’État chargés de collecter de l’argent auprès des populations en contrepartie d’une quantité de produits alimentaires qui seront distribués avant la fête d’El Fitr. En moins de deux semaines, les faussaires ont réussi à collecter une somme estimée à plus de deux millions d’um. L’étranger, un ressortissant de l’Afrique de l’Ouest, était chargé d’imprimer les documents falsifiés portant le sceau de l’État, tandis que l’un des mauritaniens d’ailleurs, gérant d’un Cybercafé s’occupait de...
(RFI 20/06/17)
Le terrorisme a été un des principaux thèmes de campagne des candidats en lice dans la 9e et 10e circonscriptions, deux circonscriptions qui regroupent tous les Français qui résident en Afrique. Les électeurs ont porté à l'Assemblée nationale deux bi-nationaux : M'Jid El Guerrab, Franco-Tunisien, pour la 9e (Maghreb et Afrique de l'Ouest) et Amal Amélia Lakrafi, Franco-Marocaine, pour la 10e (Moyen-Orient et Afrique australe, de l'est et centrale). Hier, un campement luxueux, à quelques kilomètres de Bamako, a été attaqué par des jihadistes. Pour rappel, Emmanuel Macron est attendu le 2 juillet dans la capitale malienne pour le Sommet du G5 Sahel. Jean-Pierre Pont est éditeur du magazine La voix de France, le magazine des Français de l'étranger qui...
(APA 19/06/17)
APA-Nouakchott (Mauritanie) - Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohamed Jawad Zarif, a annoncé un renforcement de la coopération bilatérale entre son pays et la Mauritanie, à l’issue d’une rencontre avec le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, lundi à Nouakchott. « Nous avons convenu de déployer un effort commun pour redynamiser les accords déjà signés entre les deux pays », a déclaré M. Zarif, arrivé la nuit dernière à Nouakchott. Il assure que la coopération bancaire sera impulsée entre les deux parties et que le secteur privé iranien s’impliquera davantage dans les domaines des mines, de l’énergie, de l’urbanisme et des pêches en Mauritanie. « Nous sommes tombés d’accord sur le renforcement de la coopération en matière de lutte...
(APA 17/06/17)
APA-Nouakchott (Mauritanie) - Neuf personnes ont trouvé la mort après le naufrage d’une embarcation artisanale sur le fleuve Sénégal près du village de Silou, dans la région du Guidimakha (sud-est de la Mauritanie), a-t-on appris de sources officielles samedi à Nouakchott. Huit corps ont été repêchés alors que le neuvième demeure introuvable, ont précisé les mêmes sources. Les recherches se poursuivent toujours pour trouver la neuvième victime, un enfant. Les causes de l’accident seraient principalement à la surcharge de l’embarcation et à son état défectueux. Le ministre de l’intérieur mauritanien Ahmedou Ould Abddelahi s’est rendu sur place pour présenter les condoléances...
(AFP 16/06/17)
Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian s'est redit vendredi à Nouakchott "confiant" dans l'approbation par l'ONU d'une force antijihadiste des pays du G5 Sahel, mais a laissé entendre qu'elle pourrait intervenir après le sommet de l'organisation en juillet. "Nous sommes confiants et nous sommes déterminés" pour le déploiement de cette force conjointe du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad), a déclaré M. Le Drian à la presse à l'issue d'une rencontre avec le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz. Les deux hommes ont évoqué "en premier lieu l'action du G5 Sahel, et en particulier la mise en oeuvre de la force conjointe (...) qui devrait être validée prochainement par le Conseil de sécurité, et en...
(Le Monde 16/06/17)
La France souhaite une résolution du Conseil de sécurité pour soutenir le déploiement de 5 000 militaires en Mauritanie, au Mali, au Burkina Faso et au Niger. Le premier bras de fer diplomatique entre le président français, Emmanuel Macron, et l’administration Trump se joue indirectement à quelques milliers de kilomètres de leurs capitales respectives, dans les sables de la vaste zone sahélo-saharienne, en proie à une instabilité politique chronique et à la violence des groupes djihadistes liés à Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) et à l’Etat islamique (EI).
(APA 16/06/17)
APA-Nouakchott (Mauritanie) - Le ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean Yves Le Drian, a souligné que la Mauritanie était un partenaire et ami de longue date de son pays, dans des déclarations à la presse vendredi à Nouakchott. Le Drian s’exprimait à l’issue d’une entrevue avec le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz au lendemain de son arrivée dans la capitale mauritanienne. Il a indiqué avoir discuté avec son hôte la question de la force militaire qui va être formée par le G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Niger, Tchad et Burkina Faso) et dont la mission consiste à combattre le terrorisme et l’insécurité dans cette région. Cette force dont les effectifs s’élèveront à 5.000 hommes sera approuvée par...
(AFP 15/06/17)
Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian s'est dit jeudi à Dakar plutôt confiant dans les chances de faire approuver par l'ONU la création d'une force conjointe antijihadiste par les pays du G5 Sahel. Le projet de résolution présenté par la France pour appuyer, y compris financièrement, le déploiement de cette force conjointe du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad) rencontre des réticences au Conseil de sécurité, en particulier de la part des Etats-Unis. Face à "l'accroissement de la menace terroriste sur certains Etats du Sahel, singulièrement d'ailleurs sur le Mali, le Burkina et le Niger", M. Le Drian a salué l'initiative de ces pays qui, au sein du G5 Sahel, ont "décidé de créer une...
(L'Express 15/06/17)
Trump et Macron s'écharpent sur le financement d'une force de lutte contre le terrorisme au Mali. Washington pourrait opposer son veto à la proposition française. Paris cherche à convaincre Washington. Les Etats-Unis sont très réservés à l'idée de laisser l'ONU appuyer politiquement et financièrement une force militaire africaine anti-djihadistes dans le Sahel. Le différent repose sur le financement de cette force de 5000 hommes constituée par le G5 Sahel, composé du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Tchad et du Burkina Faso. Un premier texte retoqué Un premier projet de résolution, présenté mardi dernier, proposait que cette force militaire puisse "utiliser tous les moyens nécessaires"...
(Agence Ecofin 15/06/17)
(Agence Ecofin) - Le gouvernement mauritanien a octroyé à Algold Resources un bail minier d’une validité de 30 ans et couvrant 300 km2, pour son projet aurifère Tijirit. En mars dernier, la compagnie minière a obtenu une autorisation environnementale sur le projet, ce qui lui ouvrait la voie pour la demande d’un permis minier. «Cette étape […] est importante pour la mise en œuvre de notre plan stratégique pour Tijirit, ainsi que pour le développement d’autres gisements dans la zone du permis», commente le CEO, François Auclair. La prochaine étape du développement du projet Tijirit portera sur la réalisation d’une étude de faisabilité, que la compagnie prévoit de terminer en décembre 2018. Le projet Tijirit, détenu à 100% par Algold,...
(Jeune Afrique 15/06/17)
Les pays membres du G5 Sahel ont annoncé début juin qu'ils allaient doubler les effectifs de leur forces conjointe, les faisant passer de 5 000 à 10 000. Leurs partenaires occidentaux se demandent où ils comptent trouver les fonds nécessaires. Le 5 juin, à Bamako, les ministres des Affaires étrangères des pays membres du G5 Sahel ont annoncé que les effectifs de leur force conjointe passeraient de 5 000 à 10 000 hommes. Une annonce qui laisse leurs partenaires occidentaux circonspects. « Où vont-ils trouver ces 5 000 soldats supplémentaires ? Et, surtout, avec quels moyens ? » s’interroge un diplomate européen. Selon un ministre sahélien, le budget nécessaire est estimé à 400 millions d’euros. L’UE en a déjà promis 50. Pour le reste, les...

Pages