Mercredi 16 Août 2017
(AFP 16/08/17)
Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a promulgué la réforme constitutionnelle issue du référendum du 5 août, adopté à une large majorité et supprimant notamment le Sénat, a déclaré à la presse le porte-parole du gouvernement. "Le président de la République a promulgué la loi référendaire portant sur les amendements constitutionnels adoptés par le référendum du 5 août", a affirmé le ministre et porte-parole du gouvernement, Mohamed Lemine Ould Cheikh, au cours d'une conférence de presse mardi soir à Nouakchott. La promulgation a eu lieu après la validation le même jour par le Conseil constitutionnel des résultats du référendum, approuvé par les Mauritaniens à 85% ...
(APA 16/08/17)
APA-Nouakchott (Mauritanie) - Le Conseil constitutionnel en Mauritanie a annoncé les résultats définitifs du référendum sur des amendements à la constitution organisé le 5 août dernier, confirmant la victoire du « oui » dans cette consultation. Le « oui » a gagné à 85,70% pour l’amendement relatif à la suppression du Sénat et à 85,58% concernant l’amendement relatif à la modification du drapeau et de l’hymne nationaux, a indiqué le président du Conseil, Sghair Ould M'Bareck, dans une conférence de presse mardi à Nouakchott. Ould M'Bareck a ajouté que tous les recours qui ont été présentés au Conseil...
(RFI 16/08/17)
48 heures après les attaques terroristes qui ont endeuillé le Burkina Faso et le Mali, le conseil de sécurité de l'ONU a souligné mardi 15 Août l'urgence de déployer la force anti-terroriste du G5 Sahel dans les zones transfrontalières. L'ONU avait voté à l'unanimité une résolution le 21 juin dernier saluant l'initiative des cinq pays du Sahel (Burkina Faso, Niger, Tchad, Mauritanie, Mali). Mais si tout le monde s'accorde sur l'importance politique d'une telle force, les financements eux restent encore très insuffisants pour que le G5 Sahel devienne pleinement opérationnel.
(Jeune Afrique 16/08/17)
L’opposition radicale s’était d’abord prononcée en faveur du non au référendum constitutionnel du 5 août, qui prévoyait une série de réformes (régionalisation, suppression du Sénat, modification du drapeau national). Elle a fini par opter pour le boycott, faisant baisser le taux de participation à ce scrutin, où le oui l’a emporté à 85,67 %. Un changement de pied dû, indirectement, à la rupture des relations diplomatiques de la Mauritanie avec le Qatar, que le président, Mohamed Ould Abdelaziz, a décidée le 6 juin, emboîtant le pas aux monarchies du Golfe. La rumeur d’une interdiction de Tawassoul, dirigé par Jemil Ould Mansour et que l’on dit lié financièrement à Doha, avait alors enflé.
(Le Monde 16/08/17)
Notre chroniqueur souligne la prédation des élites ouest-africaines et l’aveuglement – voire l’approbation – de la communauté internationale. Par Laurent Bigot (chroniqueur Le Monde Afrique) Lorsque les médias parlent du Sahel, c’est pour évoquer la menace terroriste sous toutes ses formes – une menace bien réelle, comme l’ont récemment montré l’attentat à Ouagadougou, le 13 août, ou les attaques contre les Nations unies au Mali, le lendemain. C’est également le cas pour les autorités françaises, qui communiquent abondamment sur le...
(Xinhua 16/08/17)
Le sous-secrétaire général des Nations Unies aux opérations de paix, El-Ghassim Wane, a appelé mardi le Conseil de sécurité à saisir l'occasion unique qu'offre la mise sur pied de la Force conjointe du G5 Sahel (Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad et Mauritanie) pour répondre aux défis de cette région africaine. A travers une approche régionale, cette force conjointe est en mesure d'apporter une contribution significative à la stabilisation du Sahel, en synergie avec d'autres initiatives, a-t-il affirmé lors d'une réunion...
(La Tribune 14/08/17)
La Mauritanie et la CEDEAO ont officiellement signé mercredi dernier à Lomé, l’accord d’association conclu en mai dernier entre les deux parties. En juin dernier pourtant à Monrovia, les chefs d’Etat et de gouvernement de l’organisation communautaire avaient refusé de valider la requête mauritanienne qui a été invitée à introduire plutôt une demande de réadmission au sein de l’organisation qu’elle avait quittée en 2000. La Mauritanie tient coûte que coûte à réintégrer par la petite porte de la CEDEAO, une organisation qu'elle a pourtant choisi de quitter en 2000 après en avoir été membre fondatrice...
(Xinhua 14/08/17)
NOUAKCHOTT, (Xinhua) -- Mohamed Ould Ghadde, sénateur de l'opposition, très actif contre les réformes constitutionnelles votées par le référendum du 5 août dernier en Mauritanie, a été arrêté depuis 72 heures, a appris Xinhua dimanche de sources judiciaires. Selon son avocat, Me Ahmed Salem ould Bouhoubeyni, le sénateur a été arrête à son domicile, vendredi dernier, aux environs de 23h00, par des hommes en civil qui n'ont donné aucune explication et qui l'ont amené vers une destination inconnue. Jeudi dernier, Ould Ghadde avait été dépossédé de sa pièce d'identité et de son permis de conduire...
(RFI 14/08/17)
En Mauritanie, le sénateur d'opposition Mohamed ould Ghadde, l'un des principaux frondeurs contre la suppression du Sénat validée par le référendum contesté du 5 août, a été arrêté dans la nuit de jeudi à vendredi. Les raisons de son arrestation restent pour le moment inconnues. Son avocat, Me Ahmed Salem ould Bouhoubeyni, dénonce une arrestation arbitraire et politique. Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/afrique/20170813-mauritanie-senateur-contre-referendum...
(AFP 11/08/17)
Le sénateur mauritanien Mohamed Ould Ghadde, qui a mené la fronde contre la suppression du Sénat dont le principe a été adopté par référendum le 5 août, a été arrêté vendredi à Nouakchott, a-t-on appris de source policière et auprès de ses proches. Le sénateur "a été arrêté à son domicile aux premières heures de la matinée par deux policiers en civil", a affirmé à l'AFP la source policière. Son interpellation a été confirmée par des membres de sa famille,...
(RFI 11/08/17)
Après la victoire du «Oui» au référendum constitutionnel en Mauritanie du dimanche 6 août, l’opposition – qui avait pour une large part appelé au boycott du scrutin - a dénoncé une « farce électorale ». La Commission électorale nationale indépendante répond aux accusations de fraude et invite l’opposition à saisir le Conseil constitutionnel. Le « Oui » au référendum constitutionnel l'a emporté avec 85% des suffrages exprimés, selon des résultats proclamés dimanche 6 août dans la soirée, qui font état...
(Financial Afrik 11/08/17)
La Mauritanie et la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) viennent de signer l’accord d’association en marge du forum Amérique Afrique qui se tient actuellement à Lomé au Togo. Ce document a été paraphé mercredi 09 août par le ministre mauritanien du commerce, Naha Mint Moknass et du côté de la CEDEAO par le ministre sénégalais du commerce, Alioune Sarr. Cette convention qui permettra la libre circulation des personnes et des biens, donnera une nouvelle tournure à l’économie...
(RFI 10/08/17)
En Mauritanie, les résultats provisoires du référendum contesté sur la révision constitutionnelle ont été transmis dimanche 6 août au Conseil constitutionnel pour validation. D'après les chiffres de la Ceni, le changement de drapeaux et la réforme des institutions qui prévoit notamment la suppression du Sénat ont été approuvés à plus de 85% des voix, avec un taux de participation de 53%. Les partis participants ont jusqu'au 20 août pour déposer des recours devant le Conseil constitutionnel. Alors que les principaux partis d'opposition avaient opté pour le boycott, un seul défendait le « non », la CDN de Mahfoudh ould Bettah.
(MondAfrique 09/08/17)
Lorsque le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, parvient au pouvoir en 2008, ce militaire est particulièrement chanceux. Le pouvoir mauritanien va découvrir qu’il est assis sur un tas d’or.Tout d’abord, la charge de la dette extérieure a été pratiquement réduite à zéro grâce à la gestion rigoureuse d’un de ses prédécesseurs, le président Ely Ould Mohamed Vall, qui se trouvait aux commandes du pays entre 2005 et 2007. Ensuite, les richesses pétrolières et minières, qui conditionnent l’état de cette économie vulnérable, vont connaitre une formidable embellie entre 2010 à 2014. Hélas, la présidence mauritanienne va dilapider cette cagnotte inespérée.
(Xinhua 09/08/17)
NEW YORK (Nations Unies), (Xinhua) -- Suite à la publication des résultats du référendum portant sur les modifications de la Constitution de la Mauritanie, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a appelé tous les Mauritaniens à "travailler ensemble pour approfondir l'Etat de droit et promouvoir la cohésion sociale et l'unité nationale". Le référendum qui prévoit un changement du drapeau du pays et la suppression du Sénat a été organisé samedi dans l'ensemble du pays. Il a été approuvé à...
(Financial Afrik 09/08/17)
La société pétrolière américaine Kosmos Energy a annoncé le démarrage du forage du puits d’exploration Hippocampe du bloc C-8, situé au large de la Mauritanie, avant la fin du mois d’août, lit-on mardi 08 août sur le site de la structure. Dans ce rapport trimestriel sur sa situation financière au terme du second trimestre de 2017, l’établissement révèle également que d’après leur étude ce site pourrait contenir jusqu’à 2 milliards de barils d’équivalent pétrole. Selon les projections de Kosmos Energy,...
(Agence Ecofin 09/08/17)
(Agence Ecofin) - Dans son rapport trimestriel sur sa situation financière au terme du second trimestre de 2017, Kosmos Energy a annoncé qu’il démarrera le forage du puits d’exploration Hippocampe du bloc C-8, situé au large de la Mauritanie, avant la fin du mois d’août. Selon Andrew Inglis, le PDG de Kosmos, ce puits contient des pièges stratigraphiques structuraux dans le Cénomanien et l’Albien, avec un fort potentiel en huile et en gaz. D’après le document, Hippocampe pourrait contenir jusqu’à...
(AFP 08/08/17)
Le "oui" l'a largement emporté lors du référendum constitutionnel en Mauritanie, ce qui constitue pour le président Mohamed Ould Abdel Aziz une nette victoire que l'opposition refuse de reconnaître. Le taux de participation s'est élevé à 53,73% et 85% des votants se sont prononcés en faveur des changements proposés via ce référendum, notamment l'abolition du Sénat, a fait savoir dimanche la commission électorale. Quelque 1,4 million de Mauritaniens étaient appelés à se prononcer notamment sur le remplacement du Sénat par des Conseils régionaux élus et une modification du drapeau national...
(France 24 08/08/17)
Les électeurs mauritaniens ont voté "oui" à 85 %, selon les résultats dévoilés dimanche par la commission électorale. La participation s'est élevée à 53,73 %. L'opposition radicale conteste les résultats. Le "oui" l'a largement emporté, lors du référendum constitutionnel organisé samedi 5 août en Mauritanie, selon les résultats dévoilés dimanche par la commission électorale. Une nette victoire pour le président Mohamed Ould Abdel Aziz, bien que contestée par l'opposition. Quelque 1,4 million de Mauritaniens étaient appelés à se prononcer notamment...
(RFI 08/08/17)
En Mauritanie, les résultats du référendum constitutionnel sont tombés et, sans surprise, c’est le « oui » qui l’emporte à 85 % des voix pour près de 54% de participation. Le référendum prévoit notamment un changement du drapeau mauritanien et la suppression du Sénat. Une réforme que certains sénateurs rejettent farouchement. Du côté du gouvernement, on estime que le débat n’a pas lieu d’être. Les sénateurs ont décidé lundi 7août de ne pas prendre en compte les résultats du référendum. Ils se sont rendus au Sénat, comme à leur habitude, et comptent exercer leurs fonctions, malgré tout.

Pages