Samedi 22 Juillet 2017

Mauritanie : marches en faveur des droits des anciens esclaves

Mauritanie : marches en faveur des droits des anciens esclaves
(Xinhua 02/05/17)

Des centaines de Mauritaniens de toutes origines sociales et politiques ont participé samedi soir à Nouakchott à trois marches en faveur des droits politiques, économiques et sociaux des Haratines, ces anciens esclaves et descendants d'esclaves, a-t-on constaté sur place.

Ces marches, organisées séparément sur fond de divergences, se sont tenues à l'occasion du quatrième anniversaire du lancement du "Manifeste pour les droits politiques, économiques et sociaux des Haratines". Ce document a été lancé par différentes organisations et personnalités indépendantes pour revendiquer la justice sociale pour cette couche de la société mauritanienne particulièrement marquée par son passé.

A cette occasion, les organisateurs ont appelé le gouvernement "à œuvrer pour mettre fin à l'injustice et à l'ignorance dont font l'objet les Haratines et d'autres couches sociales défavorisées et à cultiver la citoyenneté et l'égalité entre tous les Mauritaniens".

"Nous voulons que les Mauritaniens, qu'ils soient arabes, noirs ou autres, puissent être appelés citoyens et accéder aux mêmes droits sans discrimination aucune", a souligné Boubacar Ould Messaoud, président de l'organisation SOS Esclaves.

La Mauritanie a promulgué ces dernières années des lois interdisant toute pratique esclavagiste, mais la question de l'esclavage et des inégalités qui en découlent reste encore "entière", selon les organisations membres du manifeste.

La thèse officielle défend que l'esclavage n'existe plus dans le pays et qu'il en reste des séquelles que le gouvernement combat à travers la mise en place de projets de développement ciblant les plus défavorisés.

A ce titre, la rapporteuse spéciale des Nations Unies chargée des formes modernes d'esclavage, Urmila Bhoola, a déclaré à l'issue d'une visite la semaine dernière en Mauritanie avoir été "très impressionnée par l'engagement du gouvernement" dans la mise en œuvre effective des recommandations qui avaient été formulées par ses prédécesseurs.

"J'ai pu remarquer", a-t-elle ajouté, "les grands progrès accomplis dans le domaine de la lutte contre l'esclavage et l'éradication de ses causes et conséquences", avant d'encourager la Mauritanie "à persévérer davantage dans ces efforts" et de continuer la mise en œuvre de la feuille de route élaborée conjointement en mars 2014 avec la Mauritanie "afin d'arriver à bon port".

Commentaires facebook