Lundi 19 Février 2018

Mauritanie : pêche et exploitation du gaz off shore au centre de la visite de Macky Sall

Mauritanie : pêche et exploitation du gaz off shore au centre de la visite de Macky Sall
(Xinhua 09/02/18)
Le président sénégalais, Macky Sall.

Le président sénégalais, Macky Sall, est attendu ce jeudi à Nouakchott pour une visite de travail au cours de laquelle l'exploitation commune du gaz off shore et les questions liées à la pêche seront débattues.

D'importants gisements de gaz, découverts depuis plus de deux ans sur la frontière maritime des deux pays, devront être sous peu exploités par la compagnie américaine Kosmos Energy.

Les chefs d'Etat sénégalais et mauritanien auront également à débattre de la très sensible question de la pêche et des licences accordées par la Mauritanie aux pêcheurs traditionnels sénégalais.

Depuis, les relations entre les deux pays connaissent des épisodes "peu fraternels", selon l'expression de journalistes mauritaniens, notamment après un tir de la marine mauritanienne qui a coûté la vie, le 27 janvier dernier, à un jeune pêcheur sénégalais. En représailles, des commerces appartenant à des Mauritaniens à Saint-Louis du Sénégal ont été saccagés et brûlés par des pêcheurs en colère.

Une grande polémique avait alors été engagée sur la toile par la presse des deux pays et sur les réseaux sociaux, appelant parfois à des décisions irresponsables, mais aussi, des appels plus sages ont été lancés par des personnes ressources et de hauts responsables des deux pays pour trouver une solution à ce problème qui prenne en compte les intérêts des deux pays.

Le spectre des événements de 1989 plane encore sur les relations entre le Sénégal et son voisin du nord. Des violences inter-ethniques ont alors éclaté de part et d'autre du fleuve Sénégal des suites d'incidents "mineurs" et "traditionnels" opposant éleveurs et cultivateurs. Pendant plus de quatre ans, les deux pays avaient continué à se regarder en chiens de faïence. Puis les choses sont revenues à la normale et des accords concernant la pêche, l'élevage et la circulation des biens et des personnes ont été signés entre les deux parties.

Des milliers de Négro-Mauritaniens ayant été expulsés vers le Sénégal lors de la crise ont également rejoint leur pays sous l'égide du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

Les observateurs mauritaniens s'attendent à un règlement rapide des questions figurant au menu de la rencontre des deux chefs d'Etat pour, selon eux, permettre "une exploitation rapide des gisements de gaz dans l'intérêt des deux Etats et éviter la malédiction des industries extractives".

Commentaires facebook