Dimanche 19 Novembre 2017

Mauritanie : Moustapha Chafi dénonce une campagne de « dénigrement » contre sa personne

Mauritanie : Moustapha Chafi dénonce une campagne de « dénigrement » contre sa personne
(APA 09/11/17)
L’opposant mauritanien, Moustapha Limam Chafi

APA-Abidjan (Côte d'Ivoire) - L’opposant mauritanien, Moustapha Limam Chafi, contacté par APA, a dénoncé la campagne de « dénigrement » dirigée contre sa personne, notamment sur les réseaux sociaux et qui appelle, légitimement, à s'interroger sur ses motifs inavoués. L'acte, selon lui, comporte une part manifeste de préméditation.

« Depuis que j’ai refusé de cautionner le coup d’Etat en 2009 contre le premier pouvoir démocratiquement élu dans mon pays, je suis épisodiquement la cible d’attaques, orchestrées par les officines du pouvoir mauritanien. La plus récente s'appuie sur des arguments fallacieux et des stratagèmes de diffamation délibérée», a confié cet ancien conseiller spécial de l’ancien président burkinabè, Blaise Compaoré et ex-négociateur de l’ombre dans plusieurs dossiers relatifs à des prises d’otages au Sahel.

Ses détracteurs, plaide-t-il, se sont servis de montages de photos pour le montrer, à Jérusalem, dans le cadre d'une campagne visant à exciter, contre lui, une sensibilité antisémite au sein de l'opinion publique. « Ils ne sont pas arrêtés là, allant jusqu'à diffuser, via les réseaux sociaux, des images attestant sa présence parmi les preneurs d’otages. « Il s'agit-commente-t-il, d'une tentative désespérée de me discréditer et de me coller l’étiquette de complice dans une entreprise criminelle ».

« Or, mon implication dans la libération des otages est connue et ne relève, donc, pas du secret de polichinelle. De toute façon, j'oeuvrais en collaboration avec les pays concernés par la séquestration de leurs ressortissants. Je regrette seulement de n'avoir pu préserver la vie d'autres victimes », a-t-il expliqué.

Sur les images exposées, figurent Moustapha Limam Chafi, en compagnie de l’ancien chef d’Etat-major particulier du Président du Burkina Faso (photo jointe).

La pose a été prise le 23 août 2010 au Nord du Mali, jour de la libération d’otages espagnols. « Egalement présents sur l'image, l'on reconnait, de dos avec un turban blanc, le Colonel malien Issa Tembene, à l’époque chef des services de renseignements maliens à Gao et actuellement attaché militaire de son ambassade en Libye ».

Y apparaît, aussi, l’ex Chef d'Etat-major particulier de l’ancien président burkinabè, Gilbert Diendere. « Nous étions venus, en hélicoptère, pour soustraire, à un calvaire mortel, des hommes retenus contre leur gré », explique-t-il.

« La mission a été coordonnée et suivie par de nombreux pays », a rappelé M. Chafi, soulignant que cette photo et plusieurs autres ont été distillées par le pouvoir mauritanien, au travers de ses circuits occultes, notamment l'un de ses représentants à Paris, qui s'échine à leur conférer une ampleur internationale en vue d'intoxiquer certains milieux.

Et de conclure : « Ce tripatouillage sordide ne peut, en aucun cas, salir ma réputation, car, en l'occurrence, je ne me reproche absolument rien d’illégal, ayant agi en collaboration avec des Etats, dans le but de sauver des vies innocentes ».

Commentaires facebook