Vendredi 15 Décembre 2017

Mauritanie : la Banque centrale explique les changements futurs sur l’Ouguiya

Mauritanie : la Banque centrale explique les changements futurs sur l’Ouguiya
(APA 06/12/17)
Le gouverneur de la Banque centrale de Mauritanie, Abdel Aziz Dahi

APA-Nouakchott (Mauritanie) - Le gouverneur de la Banque centrale de Mauritanie, Abdel Aziz Dahi, a expliqué, lors d’une conférence de presse mardi soir à Nouakchott, les changements qui seront apportés à la monnaie nationale, l’Ouguiya, déjà annoncées vendredi par le président Mohamed Ould Abdel Aziz.

Il s’agit concrètement, a-t-il dit, de retirer progressivement tous les billets et pièces en circulation actuellement et des les remplacer par d’autres qui soient plus solides et plus durables, précisant qu’un zéro sera supprimé de la base de l’Ouguiya et que la circulation de la nouvelle version débutera au 1erjanvier.

M. Dahi a affirmé que cette opération vise notamment à protéger l’économie du pays et à augmenter son efficacité, en plus de l’immunisation de la monnaie contre la falsification et le blanchiment d’argent.

Il a considéré que cette réforme permettra également de faciliter les échanges commerciaux et qu’elle n’aura pas d’effet sur la valeur de l’Ouguiya ni sur le pouvoir d’achat du citoyen. La valeur des épargnes, des biens et des instruments d’investissements ne sera, elle aussi, nullement impactée, a assuré le gouverneur de la BCM.

Il a par ailleurs révélé que le PIB est passé de 785 milliards d’ouguiyas (2,1 milliards de dollars US) en 2009 à 1.829 milliards d’ouguiyas (5 milliards de dollars US) en 2017, soit une hausse de 135%.

M. Dahi a en outre indiqué que le taux d’inflation est attendu à un niveau faible de 2,7% en 2017 alors que la masse monétaire est passée de 307,5 milliards d’ouguiyas (851 millions de dollars US) en 2010 à 608,1 milliards d’ouguiyas (1,6 milliard de dollars US) en 2017.

Le gouverneur a enfin dit que les réserves en devises étrangères se situaient en novembre 2017 à environ 850 millions de dollars américains, soit plus de 5 mois d’importations.

Commentaires facebook