Mercredi 22 Novembre 2017

Mauritanie: adoption d'une loi de finances rectificative de 1,3 milliard de dollars US

Mauritanie: adoption d'une loi de finances rectificative de 1,3 milliard de dollars US
(APA 09/10/17)
Le ministre mauritanien de l’Economie et des Finances Moctar Ould Diay

APA Nouakchott (Mauritanie) - La loi de finances rectificative du budget de l'Etat pour l'année 2017 est équilibrée en recettes et en dépenses à 487.336.432.000 ouguiyas (1,3 milliard de dollars US), soit une augmentation de 5,61% par rapport au budget initial.
[Img : Mauritanie: adoption d'une loi de finances rectificative de 1,3 milliard de dollars US]

Le ministre mauritanien de l’Economie et des Finances Moctar Ould Diay a expliqué lors d’une séance plénière de l'Assemblée nationale, samedi soir, que cette augmentation se justifie en partie par la prise en considération des coûts du budget résultant des ajustements consécutifs à la réforme de la mise en œuvre du budget des établissements publics à caractère administratif et des structures et entités similaires.

Elle s’explique aussi par l’uniformisation du dossier de paiement des salaires et traitements des fonctionnaires de l’Etat.

Il s’agit également de programmer une partie des coûts de préparation du sommet africain, de prendre en charge le fardeau de la dette et des dépenses consécutives au lancement des travaux dans certaines infrastructures routières et de l'organisation des festivités commémoratives de la fête de l'indépendance nationale à l’intérieur du pays, a-t-il ajouté.

Le ministre mauritanien a aussi dit que l’augmentation en question sera utilisée pour financer le développement des mahadras pilotes (écoles coraniques) dans les zones défavorisées à travers la création de 60 nouveaux établissements.

Il a en outre évoqué l’introduction d’une réforme appréciable au climat des affaires de manière à hisser le rang de l'économie mauritanienne dans le classement de Doing Business.

Sur le plan des recettes, Ould Diay a souligné que le budget rectificatif permettra de prendre en compte l'augmentation des entrées budgétaires consécutives à la hausse des revenus provenant de redevances sur le chiffre d’affaires de la Société Nationale Industrielle et Minière (SNIM) et d’une partie des bénéficies de la Société nationale de l’Electricité (SOMELEC).

Commentaires facebook