Mardi 24 Avril 2018
(La Tribune 26/03/18)
L’île Maurice a un nouveau président. De guerre lasse, la présidente Ameenah Gurib-Fakim avait finalement décidé de rendre le tablier après une résistance de courte durée. La seule femme chef d’Etat sur le Continent quitte officiellement ses fonctions présidentielles, ce 23 mars. Et les autorités n’ont pas attendues pour acter son remplacement pour assurer l’intérim. Le nouveau président c’est désormais Paramasivum Pillay Vyapoory, alias Barlen Vyapoory ! Pour l'heure, c'est sa villa des Quatre Bornes, dans les Hautes Plaines (à l'ouest de l'île), qui est devenue, le temps d'un instant, le centre symbolique du pouvoir. Dans l'après-midi de ce vendredi 23 mars, une semaine presque jour pour jour après la démission d'Ameenah Gurib-Fakim, que des...
(Jeune Afrique 26/03/18)
La présidente mauricienne a officiellement quitté ses fonctions ce vendredi midi, poussée vers la sortie par le Premier ministre alors qu’elle était au centre d’un scandale financier. Un départ qui n'est que le dernier épisode d'une série d'affaires dont l'épicentre est le sulfureux homme d'affaires angolais Alvaro Sobrinho. Le 23 mars, à midi, Ameenah Gurib Fakim a plié bagage et quitté la résidence du Réduit. La présidente de la République mauricienne a ainsi mis un terme à un feuilleton qui commençait sérieusement à ternir sa réputation et la fonction qu’elle représentait. Mise en cause dans un scandale financier, elle a été poussée à la démission par le Premier ministre, Pravind Jugnauth, fils et successeur d’Anerood, qui l’avait nommée à ce...
(RFI 24/03/18)
Ameenah Gurib-Fakim a quitté son poste de la présidence mauricienne vendredi 23 mars. Elle s’en va « le coeur gros » en espérant qu’une enquête viendra laver son honneur. Mais quelques heures après les adieux de la cheffe de l’Etat, le Premier ministre est venu annoncer la création d’une commission d’enquête qui devra déterminer s’il y a eu usurpation de pouvoir à la présidence. Les adieux émotionnels de la présidente ont été vite dissipés par la décision du gouvernement de lancer une vaste enquête. Une enquête non pas sur l’affaire de la carte...
(AFP 23/03/18)
Le vice-président mauricien, Paramasivum Pillay Vyapoory, occupe depuis vendredi et de manière transitoire les fonctions de président de la République, après la démission d'Ameenah Gurib-Fakim, mise en cause dans un scandale financier, a annoncé la présidence. "Suite à la démission de son Excellence Ameenah Gurib-Fakim (...), son Excellence Paramasivum Pillay Vyapoory (...), vice-président, assume depuis aujourd'hui 23 mars les fonctions de président de la République", a indiqué la présidence dans un communiqué. Le gouvernement pourra soit confirmer M. Vyapoory dans ses nouvelles attributions, soit nommer quelqu'un d'autre avec l'aval du Parlement.
(La Tribune 19/03/18)
Alors qu’il y a trois jours la présidente de l'île Maurice, Ameenah Gurib-Fakim, comptait encore se maintenir au pouvoir, elle annonce ce samedi sa démission. L'étau s'était vraisemblablement resserré autour d'Amdeenah Gurib-Fakim et sa résistance n'aura duré que peu de temps. Jusque-là présidente d'Ile Maurice, elle a finalement présenté sa démission ce samedi 17 mars, laquelle prendra effet le vendredi 23 mars prochain, a annoncé son avocat, Me Yousouf Mohamed, selon l'AFP. En renonçant à ses fonctions, Gurib-Fakim dit vouloir préserver «l'intérêt national». Elle met ainsi un terme à une grosse polémique qui dure depuis plus de deux semaines.
(AFP 17/03/18)
La présidente mauricienne Ameenah Gurib-Fakim, impliquée dans un scandale financier, s'est résolue samedi à démissionner "dans l'intérêt national", a annoncé son avocat, au terme d'un bras de fer avec le Premier ministre, qui réclame son départ depuis une semaine. Seule femme chef d'Etat en Afrique, Mme Gurib-Fakim était sous forte pression depuis deux semaines, à la suite de révélations sur des achats personnels réglés à l'aide d'une carte bancaire fournie par l'ONG Planet Earth Institute. Cette scientifique et biologiste de renommée internationale, première femme à occuper la fonction...
(La Tribune 16/03/18)
Alors que le Premier ministre a annoncé la semaine dernière, la démission de la présidente, Ameenah Gurib-Fakim a annoncé ce mardi 14 mars qu’elle reste à son poste. Mis en cause par la presse locale pour un présumé scandale financier, la présidente mauricienne réfute tout en bloc et se dit déterminé à se défendre devant la justice. J'y suis et je j'y reste ! C'est en substances l'essentiel du message qu'a voulu transmettre la présidente mauricienne dans une lettre adressée par son cabinet ce mardi 14 mars. Dans le document, Ameenah Gurib-Fakim exclut toute éventualité de démission contrairement à ce qu'avait annoncé, vendredi dernier face à la presse...
(RFI 15/03/18)
La présidente mauricienne Ameenah Gurib-Fakim, conteste les faits qui lui sont reprochés en lien avec un scandale financier. Elle a annoncé ce mercredi qu'elle refusait de démissionner, contrairement à ce qu'avait annoncé la semaine passée le Premier ministre Pravind Jugnauth. Un communiqué de la présidence mauricienne a annoncé ce mercredi que madame Ameenah Gurib-Fakim rejette toute perspective de démission. Le texte fait également savoir qu'elle est « prête à intenter une action en justice pour se défendre ...
(Xinhua 15/03/18)
La présidente de la République de Maurice, Mme Ameenah Gurib-Fakim, a annoncé mercredi qu'elle ne comptait pas démissionner de ses fonctions. Dans un communiqué émis par son bureau ce mercredi, Mme Ammenah Gurib-Fakim a déclaré qu'elle entreprendrait les actions légales nécessaires pour se défendre contre la campagne "d'allégations et d'attaques dont elle fait l'objet depuis plusieurs semaines". Cette déclaration est un rebondissement dans la crise qui secoue le sommet de l'État mauricien depuis plus d'une semaine. Le Premier ministre, Pravind...
(AFP 14/03/18)
La présidente mauricienne Ameenah Gurib-Fakim, contestant les faits qui lui sont reprochés en lien avec un scandale financier, a annoncé mercredi qu'elle refusait de démissionner, contrairement à ce qu'avait annoncé la semaine passée le Premier ministre Pravind Jugnauth. "N'ayant rien à se reprocher et pouvant apporter des preuves corroborantes, son Excellence Mme Ameenah Gurib-Fakim rejette toute perspective de démission", a annoncé dans un communiqué la présidence mauricienne. Mme Gurib-Fakim, seule femme chef d'État en Afrique, a également fait savoir qu'elle était "prête à intenter une action en justice pour se défendre contre les accusations calomnieuses qui la visent".
(AFP 13/03/18)
La célébration du 50e anniversaire de l’indépendance de Maurice a été marquée lundi par une cérémonie suivie d’un spectacle populaire dans le haut lieu des courses hippique de la capitale, Port Louis. Le président de la République de l’Inde, Ram Nath Kovind, était l’invité d’honneur de cette célébration à laquelle a assisté plusieurs milliers de personnes. Le secrétaire d’Etat français aux Affaires étrangères, Jean Baptiste Lemoyne, le vice-président des Comores, Djaffar Ahmed Said Hassani, ainsi que des représentant de la Chine, des Seychelles et de l'île française de La Réunion figuraient parmi les invités. La cérémonie s’est déroulée en présence de la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim...
(Jeune Afrique 12/03/18)
Sa réussite économique depuis l’indépendance a fait mentir les experts. Cité en tête de nombreux palmarès internationaux, le confetti mauricien s’est peu à peu imposé comme un modèle à suivre en matière de développement, démocratique et multicommunautaire, gérant au mieux, depuis un demi-siècle, les contradictions héritées de l’histoire. Le 12 mars, Maurice fête le cinquantième anniversaire de son indépendance. En un demi-siècle, ce rocher immergé au milieu de l’océan indien, peuplé d’1,3 millions d’habitants, s’est imposé comme une démocratie et...
(La Tribune 10/03/18)
La présidente mauricienne Ameenah-Garib Fakim va finalement démissionner à la suite des révélations faites par la presse sur un scandale dans lequel elle était impliquée. En poste depuis 2015, celle qui est actuellement la seule femme du continent à détenir le titre de présidente est accusé d’avoir fait du shopping personnel avec une carte bancaire fournie par une ONG aux ramifications controversées. Le cadeau le plus désagréable de l'année pour la célébration de la journée internationale de la femme revient à la présidente mauricienne qui va devoir quitter son poste. Les choses sont allées très vite pour Ameenah-Garib Fakim dont la démission est attendue...
(RFI 10/03/18)
La présidente de Maurice va démissionner courant mars, après près de 3 ans passés à ce poste honorifique. Ameenah Gurib-Fakim paye son implication dans un scandale financier. Elle est accusée d’avoir effectué des achats personnels avec une carte bancaire fournie par une ONG. Le premier Pravind Jugnauth, qui détient le pouvoir exécutif, a annoncé, vendredi 9 mars, le départ de la présidente mauricienne. Une démission qui prendra effet après le 50e anniversaire de l’indépendance du pays, le 12 mars et avant la rentrée ...
(AFP 09/03/18)
La présidente mauricienne Ameenah Gurib-Fakim, la seule femme chef d'État en Afrique, n'a pas résisté à la pression politique et démissionnera après les cérémonies du 50e anniversaire de l'indépendance le 12 mars, en raison de son implication dans un scandale financier. "La présidente de la République m'a confié qu'elle démissionnerait de ses fonctions. Nous sommes tombés d'accord sur la date de son départ, mais nous ne pouvons pas l'annoncer", a déclaré vendredi à la presse à Port-Louis le Premier ministre Pravind Jugnauth. Ce départ interviendra toutefois "peu après les célébrations du 50e anniversaire de l'indépendance", le 12 mars, et avant la rentrée parlementaire, le 27 mars...
(Xinhua 09/03/18)
Une polémique au sommet de l'Etat secoue l'île Maurice depuis plus d'une semaine, faisant de l'ombre aux célébrations des 50 ans de l'accession du pays à l'Indépendance, prévues le 12 mars prochain. Au centre de la polémique, des révélations dans la presse sur des dépenses jugées "luxueuses" de la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, à partir d'une carte de crédit donnée par une organisation appartenant à un homme d'affaires angolais controversé, Alvaro Sobrinho. L'affaire remonte au 28 février dernier quand le journal l'Express publie en une "Les folles dépenses de Madame la présidente".
(RFI 30/01/18)
Le 30e sommet de l’UA s'est achevé ce lundi 29 janvier à Addis Abeba, siège de l’organisation. Construit par les Chinois, ce siège a-t-il été espionné par les services de renseignement de Pékin, comme l'affirme une enquête du journal Le Monde ? Ce lundi, la Chine dément. La Chine a-t-elle espionné le siège de l'Union africaine ? C'est en tout cas ce qu'affirme Le Monde dans un article publié vendredi 26 janvier. Citant plusieurs sources internes à l'organisation panafricaine, le...
(RFI 29/01/18)
Après plusieurs heures de retard, les dirigeants du continent africain ont réussi à avancer dimanche 28 janvier sur les réformes proposées par Paul Kagame, officiellement désigné pour succéder au Guinéen Alpha Condé. Paul Kagame propose notamment une taxe à 0,2% sur les importations de certains produits. Une vingtaine de pays l'a déjà mise en place. Le chef de l'État rwandais veut aussi avancer sur la mise en place d'un marché commun car les enjeux économiques sont cruciaux pour l'Afrique. Pour...
(AFP 28/01/18)
Donald Trump a assuré dans un courrier aux dirigeants africains que les Etats-Unis "respectent profondément" les Africains, a-t-on appris dimanche de sources diplomatiques, deux semaines après un concert d'indignations provoqué par des propos insultants pour l'Afrique attribués au président américain. Dans cette lettre datée de jeudi et adressée aux chefs d'Etat rassemblés dimanche et lundi pour le 30e sommet de l'Union africaine, dans la capitale éthiopienne Addis Abeba, M. Trump indique par ailleurs que le secrétaire d'Etat Rex Tillerson se...
(AFP 01/12/17)
Le président français Emmanuel Macron a précisé jeudi son projet de lutte contre les réseaux criminels de passeurs de migrants en Libye, plaidant pour le déploiement de forces policières africaines, l'envoi de troupes française n'étant pas à l'ordre du jour. "Nous avons des échanges bilatéraux avec des pays africains pour contrôler les trafics, d'une manière structurée dans une +task force+", a déclaré Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse à Accra, dernière étape de sa tournée africaine. "Il appartient aux Etats africains d'opérer sur leur sol et de mener des opérations de police...

Pages