Mardi 17 Octobre 2017

Terrorisme et menaces de mort sur Facebook : un pirate malgache recherché par la police mauricienne

Terrorisme et menaces de mort sur Facebook : un pirate malgache recherché par la police mauricienne
(Madagascar TV 28/09/17)

Depuis la vulgarisation des réseaux sociaux, tels que Facebook, entre autres, les soucis des internautes n’ont de cesse de surgir. Il y a de quoi. Au vu de la multiplication des piratages de compte sur les réseaux sociaux, l’on se demande dans quels intérêts les pirates de compte agissent-ils…

Les actes criminels semblent se multiplier, ces derniers temps, sur les réseaux sociaux et les internautes de Facebook sont de plus en plus nombreux à en être victimes.
Le dernier fait en date, un ressortissant malgache, résident de Maurice venait d’être victime de piratage de son compte, ayant été utilisé à des actes terroristes assortis de menaces de mort. Un autre ressortissant malgache est suspecté d’être derrière cette affaire. Celle-ci est entre les mains de la Central Criminal Investigation Departement (CCID) de la Police mauricienne.
Déterminé à faire la lumière sur cet acte dont il venait d’être victime, le dénommé Franco Rakotonirina, 25 ans, titulaire du compte Facebook piraté, se décide à réagir. Il s’est entretenu récemment avec des journalistes à Toamasina pour donner sa version des faits. D’après ses dires, son compte aurait été piraté depuis novembre 2016. Le présumé usurpateur de son identité aurait utilisé son compte pour diffuser de fausses nouvelles, pour dénigrer des personnes, attiser des conflits tribaux, proférer des menaces de mort et entreprendre des actes terroristes.

L’escroc qui s’était introduit sur le compte s’était servi du groupe «fifosana», à l’origine de l’incarcération de l’artiste Hiary Rapanoelina. Ce même compte avait servi à créer le groupe «Dossiers secrets mafana maloto», dans lequel il était question, depuis 2017, de diffama- tions et de dénigrements de personnages politiques, de hautes personnalités, voire, des chefs d’institution.
Le cas de Franco Rakotonirina n’est pas isolé. Le compte d’autres internautes de Facebook ont également subi le même sort et servi à véhiculer des propos terroristes et des menaces de mort, du même genre.

La victime de ce piratage de compte, Franco Rakotonirina, s’est décidé à saisir la Police mauricienne du CCID de cette affaire depuis le mois de février 2017. Entretemps, il s’est également adressé à des experts en informatique pour tenter de découvrir l’identité de l’escroc. Cette tentative fut restée vaine à ce jour. La victime a fait savoir aux journalistes, qui se sont entretenus avec lui à Toamasina, que son compte continue jusqu’à maintenant d’être piraté par cet individu. Par conséquent, il exhorte tous ses contacts et amis à faire preuve de vigilance sur leur compte.

F.A

Commentaires facebook