Dimanche 20 Août 2017

Super cash back gold : Bhardoraj Maunthrooa récupérera environ rs 70 millions

Super cash back gold : Bhardoraj Maunthrooa récupérera environ rs 70 millions
(Le Défi Média 08/08/17)

Le cas Bhardoraj Maunthrooa est l’un des premiers dossiers traités par l’Integrity Reporting Board (IRB). Le frère du Senior Adviser au Prime Minister’s Office, Prakash Maunthrooa, est l’un des plus gros clients de l’ex-BAI. Il récupérera son argent avec la National Property Fund Ltd (NPFL).

Bhardoraj Maunthrooa avait en effet sept comptes actifs de police d’assurance Super Cash Back Gold (SCBG) de la British American Investment (BAI) ainsi que des investissements au niveau des produits de Bramer Assets Management Ltd (BAML). Son dossier, après l’écroulement du groupe de Dawood Rawat, avait été référé à la Financial Intelligence Unit (FIU) et par la suite à l’Integrity Reporting Services Agency (IRSA). Selon nos recoupements d’informations, l’Integrity Reporting Board (IRB) mené par Lord Phillips de Worth Matravers comme Chairperson et ses deux assesseurs, l’ancien juge Bhushan Domah et l’ancien Permament Secretary, Jugdish Dev Phokeer, n’ont vu aucune anomalie qui nécessiterait une application pour un Unexplained Wealth Order (UWO). L’investisseur peut donc récupérer son argent.

Explications satisfaisantes
L’habitant de Curepipe avait sept plans de SCBG actifs entre 2010 et 2014. La somme d’argent investie est de Rs 91 846 905 alors que les bonus sont d’environs Rs 19 millions. Son dossier parmi les souscripteurs de police d’assurance de la BAI figurait parmi ceux envoyés à des fins d’enquête de la Financial Intelligence Unit. Mais il a aussi été épluché par les nouvelles instances mises sur pied pour combattre l’enrichissement illicite. Bhardoraj Maunthrooa avait aussi investi un peu plus de Rs 8 millions dans les produits de BAML. Il semblerait que les explications fournies au sujet de ces montants investis ont satisfait les autorités et le remboursement a été autorisé.

L’IRB a en effet démarré ses activités cette année suite à une décision du conseil des ministres du vendredi 23 décembre 2016. Annoncé sous l’ère Roshi Bhadain au ministère de la Bonne gouvernance et des Réformes institutionnelles avec trois Britanniques sur le board, l’IRB a finalement eu deux assesseurs mauriciens, Bhushan Domah et Jugdish Dev Phokeer. Puis le 25 mai 2017, le conseil des ministres avait décidé que l’actuel ministre de la Bonne gouvernance, Sudhir Sesungkur, promulguerait les Good Governance and Integrity Reporting Regulations sous la Good Governance and Integrity Reporting Act de 2015 en incluant un serment de confidentialité.

De ce fait, le directeur, un employé, un membre ou encore un consultant de l’Integrity Reporting Services Agency devrait prêter un serment de confidentialité du moment où il assume de telles fonctions. Une situation qui verrouille l’accès à des informations sur les dossiers qui sont traités à ce niveau par ces institutions.

Avec l’exercice de remboursement des polices de SCBG et de BAML restants à ce jour, le souscripteur Bhardoraj Maunthrooa devrait récupérer son investissement de la NPFL en septembre prochain. Nous avons tenté, en vain, de recueillir ses commentaires.

Commentaires facebook