Mardi 25 Juillet 2017

Ivan Collendavelloo : «j’ai fait la connaissance de Sobrinho à un déjeuner à la state house»

Ivan Collendavelloo : «j’ai fait la connaissance de Sobrinho à un déjeuner à la state house»
(Le Défi Média 16/03/17)
Ivan Collendavelloo, Deputy Prime Minister.

C’est à la State House au cours d’un déjeuner que le Deputy Prime Minister a fait la connaissance de l’homme d’affaires angolais Alvaro Sobrinho. C’est Ivan Collendavelloo lui-même qui l’a affirmé lors d’un entretien réalisé par Nawaz Noorbux en seconde partie du Grand Journal de Radio Plus ce jeudi 16 mars.

« J’ai fait la connaissance d’Alvaro Sobrinho lors d’un déjeuner à la State House organisé par la présidente de la République. Je ne me souviens plus de la date. Mais c’était un dîner pour le Planet Earth Institute [NdlR : Alvaro Sobrinho et Ameenah Gurib-Fakim sont les co-fondateurs de cet institut]. C’était la première fois que je l’ai rencontré. Je m’asseyais à la même table que lui », a déclaré Ivan Collendavelloo.

Le no 2 du gouvernement est aussi revenu sur sa rencontre de la semaine dernière avec l’homme d’affaires angolais. Il dit avoir rencontré Alvaro Sobrinho à la demande de ce dernier. Il affirme que si Alvaro Sobrinho a voulu le rencontrer, c’est parce que l’homme d’affaires avait fait part de son intérêt d’investir dans le secteur énergétique à Maurice, un dossier qui tombe sous le ministère d’Ivan Collendavelloo.

Selon le Deputy Prime Minister, l’Angolais voulait remettre les pendules à l’heure après tout ce qui a été dit sur lui dans la presse locale. «Il voulait me donner sa version. Le but de sa visite était de m’assurer qu’il n’y a pas de blanchiment d’argent dans l’investissement qu’il souhaite faire à Maurice dans le secteur énergétique», a expliqué Ivan Collendavelloo.

Le Premier ministre adjoint affirme qu’Alvaro Sobrinho a été injustement présenté dans la presse comme quelqu’un ayant été condamné par la justice. «Il n’y a aucune preuve qu’il ait été condamné par une quelconque instance, que ce soit au Portugal ou en Angola. Si une personne n’a pas été condamnée, je ne peux me baser sur des articles de presse pour lui demander de ne pas venir à Maurice. Nous avons des instances à Maurice, surtout la Financial Services Commission, qui vont enquêter sur la provenance de son argent», a déclaré Ivan Collendavelloo.

Le no 2 du gouvernement a défendu le Bureau de la présidence qui a été, selon lui, victime des attaques viles de «deux journalistes».

Lors de l’émission ont aussi été abordées la déclaration du député du Muvman Liberater Sangeet Fowdar sur l’affaire Sobrinho, la fourniture des biscuits de Rum and Sugar Ltd, compagnie de Sheila Hanoomanjee, à la Mauritius Duty Free Paradise et la situation politique entre autres.

Commentaires facebook