Dimanche 20 Août 2017

À grande-rivière-nord-ouest : enchaînée et cadenassée au lit par son ex

À grande-rivière-nord-ouest : enchaînée et cadenassée au lit par son ex
(Le Défi Média 09/08/17)
Photo d'archives.

Pendant plus de 24 heures, Jenny* (36 ans) a été enchaînée à un lit au domicile de son ancien compagnon Vicky G. (33 ans), à Grand-Rivière-Nord-Ouest. Elle a été hospitalisée. Son agresseur présumé est activement recherché.

Dans une plainte à la police de La Tour Koenig, le 7 août, Jenny est revenue en détail sur sa relation avec Vicky G. « Nou ti pe ress ensam » à Grand-Rivière-Nord-Ouest (GRNO), a-t-elle expliqué. Toutefois, au fil du temps, leur relation s’est détériorée. Et d’ajouter : « Li vinn violan ek li bate. » Elle renchérit qu’elle détestait être le souffre-douleur de son compagnon.

Elle a décidé de mettre un terme à leur relation. « Il y a quatre mois, je suis allée vivre à Pailles. » Mais son ancien compagnon ne l’entendait pas de cette oreille. Il la téléphonait à tout instant.

Dimanche, elle dit avoir reçu un appel de Vicky G. « Li finn dir mwa vinn get li kot li GRNO. » Dans un premier temps, la jeune femme s’est montrée réticente. Par la suite, elle a accepté de s’y rendre. Aux alentours de 13 heures, elle arrive chez son ex et celui-ci lui a demandé de se remettre avec lui. Elle rejette la proposition. C’est alors que la situation aurait dégénéré. Son ex serait entré dans une rage folle, aurait pris un couteau et l’aurait menacée.

Jenny dit avoir tenté de fuir, mais son ex l’aurait rattrapée. « Si to bouze ou krie mo koup twa », lui aurait-il lancé. Cela aurait été le début du cauchemar pour elle. Son compagnon l’aurait enfermée dans une pièce pendant quelques instants.

Pulsions sexuelles
« Kan li finn retourne, li ti ena enn lasenn ek li ek enn kadena », ajoute-t-elle. Il aurait enroulé la chaîne autour des poignets de Jenny, puis l’aurait attachée au lit. L’ex-compagnon n’aurait laissé aucun choix à sa prisonnière. Il aurait cadenassé la chaîne.Jenny relate que dans la soirée son ex serait venu lui apporter à manger. « Monn gagn per, mo pann manze », dit-elle.

Vicky G. aurait donné suite à ses pulsions sexuelles. « Je portais un collant. À un certain moment, il me l’a enlevé pour avoir des relations. Mais il a vu que j’avais mes règles et m’a dit de me rhabiller », indique-t-elle. Ayant eu vent de ce qui se tramait, la mère et la sœur de Vicky G. ont appelé la police. Mais l’ex a pris la poudre d’escampette avant que les policiers n’arrivent sur les lieux. Les agents ont dû briser la chaîne et le cadenas, afin de libérer la victime aux alentours de 15 heures lundi. Jenny avait reçu les premiers soins.

Après son long récit à la police, Jenny est rentrée chez elle à Pailles. Toutefois, dans la journée de mardi, elle a été admise à l’hôpital Dr A. G. Jeetoo. Un psychiatre l’a examinée. La chambre où elle est admise est surveillée par des policiers. À mardi soir, les recherches s’intensifiaient dans la région, afin de retrouver son ex-compagnon.

*Prénom modifié

Commentaires facebook