Vendredi 22 Septembre 2017

Gooljaury raconte la nuit au bungalow de roches-noires : «selon Soornack, un inconnu d’une vingtaine d’années, torse nu, les regardait par la fenêtre…»

Gooljaury raconte la nuit au bungalow de roches-noires : «selon Soornack, un inconnu d’une vingtaine d’années, torse nu, les regardait par la fenêtre…»
(Le Défi Média 13/07/17)
Navin Ramgoolam, leader du Parti travailliste.

Rakesh Gooljaury est entendu en cour intermédiaire ce jeudi 13 juillet, dans le cadre du procès intenté à l’ex-Premier ministre Navin Ramgoolam, à Rampersand Sooroojebally et à Dev Jokhoo. Navin Ramgoolam et les deux anciens haut-gradés de la force policière sont accusés d’entente délictueuse dans le cadre de l’enquête sur le cambriolage au bungalow de l’ex-Premier ministre à Roches-Noires, dans la nuit du 2 au 3 juillet 2011.

Les trois hommes sont poursuivis à la suite de la déposition de l’homme d’affaires Rakesh Gooljaury. Ce dernier a relaté en détails, en cour ce jeudi, ce qui s’est passé durant la nuit au bungalow.

Vers 20 heures, Nandanee Soornack est arrivée en compagnie de sa fille, son gendre et Dass Chetty. Nous sommes partis vers 23 heures. L’ancien Premier ministre et Nandanee Soornack sont restés. J’ai eu un appel et Nandanee Soornack me parlait d’une voix tremblante. Elle m’a expliqué qu’il y avait eu un problème au bungalow et m’a demandé si je pouvais venir. Je suis arrivé vers 2 heures du matin. Selon Nandanee Soornack, un inconnu d’une vingtaine d’années, torse nu, les avait regardés par la fenêtre pendant qu’ils avaient des rapports intimes. Le jeune homme s’est ensuite introduit dans la chambre et Nandanee Soornack a pris un tournevis pour se défendre quand Navin Ramgoolam est intervenu. L’individu les a menacés et Nandanee Soornack s’est précipitée pour aller récupérer une somme de Rs 20 000 dans une autre chambre. Elle a donné l’argent à l’inconnu qui s’est enfui par la même fenêtre. Furieuse, elle a appelé les agents de sécurité Brinks qui étaient à l’entrée du bungalow. Ensuite, les deux anciens hauts gradés de la police sont venus pour décider si le cas devait être rapporté à la police », a déclaré Rakesh Gooljaury.
L’homme d’affaires précise que Dass Chetty était censé faire une déclaration à la police mais il n’a pas répondu aux appels de l’ancien Premier ministre.

« C’est à ce moment qu’on m’a fait comprendre que c’était à moi de le faire. J’ai appelé Rampersand Sooroojebally et Dev Jokhoo et ils m’ont dit que je ne devais pas avoir peur. J’ai accepté car j’étais rassuré. J’ai déposé Navin Ramgoolam à Riverwalk et Nandanee Soornack chez elle. D’après ce qui avait été convenu, je devais me rendre au poste de police le lendemain matin pour faire une déposition. Chose que j’ai faite en présence de deux policiers. Je devais présenter un chèque de Rs 100 000 pour la location du bungalow. J’ai donné cette déposition à plusieurs reprises car j’étais rassuré mais en 2015, j’ai décidé de changer de version quand j’ai vu la Une du journal Le Weekend avec le titre ‘Navin Ramgoolam, présent et Rakesh Gooljaury absent’.»

C’est à cet instant que Rakesh Gooljaury dit s'être rendu compte qu’il est mêlé à un problème grave :

Le 9 janvier, je reçois un appel de l’assistant commissaire de police Heman Jangi pour me dire qu’ils vont m’arrêter. Je décide de prendre Me Sanjeev Teeluckdharry pour loger une affaire en Cour. »

Commentaires facebook