Mercredi 18 Octobre 2017

Commission d’enquête sur la drogue - qui ment : Me Kandhai ou l’ex-détenu Nunkoo ?

Commission d’enquête sur la drogue - qui ment : Me Kandhai ou l’ex-détenu Nunkoo ?
(Le Défi Média 04/08/17)

Leurs versions ne corroborent pas. Sanjeev Nunkoo a réfuté catégoriquement la version de l’avocat Anupam Kandhai.

Ce dernier avait affirmé à Paul Lam Shang Leen que c’est l’ex-détenu qui avait payé une amende du trafiquant de drogue Jackson Kamasho.

Ils ne sont pas sur la même longueur d’onde. L’avocat Anupam Kandhai et l’ancien détenu de la prison de Beau-Bassin, Sanjeev Nunkoo, ont donné, sous serment, des versions différentes à la Commission d’enquête sur la drogue. L’avocat, premier membre du barreau à déposer, avait affirmé le 15 juin dernier que c’est l’ex-détenu qui avait réglé l’amende du trafiquant de drogue, Jackson Ndesamburo Kamasho. Une version réfutée par celui qui avait été arrêté dans le cadre de l’enquête sur le meurtre d’Hélène Lam Po Tang, en octobre 2010.

À l’audition de ce jeudi 3 août, Sanjeev Nunkoo, placé en ‘remand’ durant quatre ans et demi, rejette la version de l’avocat. Selon ses dires, c’est ce dernier qui aurait réglé cette amende dont il « ignorait le montant. » Les données obtenues par la Commission indiquent que c’est bien l’avocat qui a payé l’amende alors que le reçu a été émis au nom de Sanjeev Nunkoo.

L’ex-détenu dit avoir été approché par le trafiquant Kamasho en prison. Il lui a demandé de l’aider et il aurait sollicité les services de « son ami d’enfance », Me Anupam Kandhai, pour régler la dette Kamasho. « Je me suis rendu à la prison le 3 février 2016 avec l’avocat Kandhai. Il avait placé l’argent dans son sac ou dans une enveloppe. Il a réglé l’amende, car, en tant qu’ex-détenu, je n’ai pas accès à l’intérieur de la prison », dit Sanjeev Nunkoo.

Jackson Kamasho avait été arrêté le 31 mai 2002 pour avoir importé 500 g d’héroïne à Maurice. Il avait été condamné à 13 ans de prison avec une amende de Rs 306 000. Puis, il a écopé de trois années supplémentaires pour évasion. Après sa condamnation, Jackson Kamasho a été maintenu en prison, car il n’avait pas réglé l’amende.

L’avocat Rampoortab a communiqué avec le trafiquant Curly Chowrimootoo à 28 reprises
Son numéro de téléphone a été retracé après la saisie d’une carte SIM à la prison. Selon les données de la Commission d’enquête, l’avocat Vikash Rampoortab a échangé 28 appels avec le trafiquant Curly Chowrimootoo. « Vous l’avez appelé à sept reprises et des messages ont été envoyés », affirme Paul Lam Shang Leen à Vikash Rampoortab. Les 13 comptes
bancaires ont donné du fil à retordre au président de la Commission.

Commentaires facebook