Vendredi 15 Décembre 2017

«Affaire Claudine» à Madagascar: «les montants sont faramineux»

«Affaire Claudine» à Madagascar: «les montants sont faramineux»
(RFI 20/04/17)
Claudine Razaimamonjy, Conseillère spéciale du chef de l’Etat Hery Rajaonarimampianina.

Depuis deux semaines, l’affaire Claudine Razaimamonjy défraie la chronique à Madagascar. Conseillère spéciale du chef de l’Etat Hery Rajaonarimampianina, elle a été arrêtée le 3 avril, à Antananarivo, par les services du bureau indépendant anticorruption. Soupçonnée de « favoritisme dans l’attribution de marchés publics, de détournement de deniers publics, de recel de détournement de deniers publics, d’abus de fonction et de blanchiment d’argent », les magistrats décident de la mettre sous mandat de dépôt. Prise d’un malaise au moment où elle apprend sa mise en détention provisoire, elle est transférée à l’hôpital d’Antananarivo, puis évacuée à l’Île Maurice.

Une autorisation d’évacuation sanitaire signée par le ministère de la justice et le ministère de la Santé. Son départ a suscité l’indignation de nombreux Malgaches, et ce, d’autant plus qu’elle fait déjà l’objet de deux interdictions de sortie du territoire. Une affaire de plus qui n’est pas sans conséquence sur l’attitude de la société malgache face à la justice. C’est l’analyse de Ketakandriana Rafitoson, politologue et l’une des leaders du collectif citoyen Wake Up Madagascar.

Commentaires facebook