Jeudi 18 Janvier 2018
(AFP 18/01/18)
La contestation sociale s'est poursuivie mercredi à Jerada, ancienne ville minière du nord-est du Maroc, en dépit d'un plan d'urgence proposé pour répondre aux attentes des habitants, selon les autorités locales et des militants. Ce mouvement a été provoqué par la mort accidentelle, fin décembre, de deux frères piégés dans un puits désaffecté où ils cherchaient du charbon. Depuis, des rassemblements pacifiques dénoncent régulièrement "l'abandon" de cette ville économiquement exsangue depuis la fermeture de ses mines en 1998. Selon des images diffusées sur la page Facebook de militants, une foule de manifestants s'est rassemblée sur la place centrale de Jerada, certains avec des sparadraps collés sur la bouche. Les manifestants sont toujours très mobilisés selon...
(AFP 16/01/18)
Le mouvement de contestation sociale qui a agité le nord du Maroc a fait 902 blessés chez les forces de l'ordre et environ deux millions d'euros de dégâts, selon un bilan présenté mardi lors du procès de militants du "Hirak" à Casablanca. Un total de 54 accusés sont jugés depuis mi-septembre par la cour d'appel de Casablanca pour différents motifs, parfois très mineurs, parfois très graves, comme celui "d'atteinte à la sécurité de l'Etat" qui vise le meneur Nasser Zefzafi, 39 ans. Certains encourent des peines pouvant aller théoriquement jusqu'à la peine de mort. Dans une intervention fleuve consacrée à des questions de pure forme, Mohamed El Husseini Kerrout, un des avocats représentant l'Etat -partie civile dans ce procès-, a...
(AFP 16/01/18)
Un élu local marocain a été condamné à mort lundi soir pour "homicide volontaire avec préméditation", après la mort du député Abdellatif Merdas, abattu devant chez lui en mars 2017 dans une affaire mêlant sexe et argent. La veuve du député a été condamnée à la prison à perpétuité, le neveu du meurtrier à 30 ans d'emprisonnement, et une proche de la veuve, présentée comme une "voyante", à 20 ans de réclusion criminelle, au terme d'un procès tenu devant la...
(Le Monde 16/01/18)
Mercredi 10 janvier, Melchior Wathelet, avocat général de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), a déclaré « invalide » l’accord de pêche signé entre le Maroc et l’UE : cet accord « ayant été conclu par le Maroc sur la base de l’intégration unilatérale du Sahara occidental à son territoire et de l’affirmation de sa souveraineté sur ce territoire, le peuple sahraoui n’a pas librement disposé de ses ressources naturelles, comme l’impose pourtant le droit à l’autodétermination »,...
(Le Monde 16/01/18)
Objet d’innombrables spéculations, maintes fois ajourné, le projet de flexibilisation du taux de change du dirham marocain se concrétise enfin. A compter de lundi 15 janvier, le système de change de la devise est partiellement libéralisé. Concrètement, le dirham est désormais autorisé à fluctuer de 2,5 % au-dessus ou en dessous d’un cours pivot fixé vis-à-vis d’un panier de devises. Ce couloir de fluctuations n’était jusque-là que de 0,3 %. Cette mesure, fortement encouragée par le Fonds monétaire international (FMI),...
(APA 16/01/18)
APA-Casablanca (Maroc) - Un séminaire international sur la mobilité durable sous le thème « Promouvoir les transports publics à travers des politiques et des innovations efficaces ». aura lieu le 31 janvier courant à Casablanca à l’initiative de la Commune de Casablanca en collaboration avec la division Moyen Orient et Afrique du Nord de l’Union Internationale des Transports Publics (UITP-MENA), Ce séminaire, qui s’inscrit dans le cadre de la démarche environnementale volontariste du Maroc, a pour vocation d’exposer les mesures...
(AFP 15/01/18)
Des milliers de personnes ont manifesté samedi à Jerada, ancienne ville minière dans le nord-est du Maroc, agitée par un mouvement de contestation sociale depuis la mort il y a trois semaines de deux frères dans une mine de charbon désaffectée. Les manifestants se sont rassemblés pacifiquement pour exiger "travail, développement", et une "alternative" aux puits clandestins d'extraction de charbon, selon Said Zeroual, un responsable local de l'Association marocaine des droits de l'homme (AMDH), joint par l'AFP. Cette commune déshéritée proche de la frontière avec l'Algérie est le théâtre de manifestations pacifiques depuis la mort accidentelle, le 22 décembre, de deux frères piégés sous terre...
(AFP 15/01/18)
En pleine relance des efforts de résolution des Nations-Unies, les tensions autour du Sahara occidental ont été ravivées cette semaine par des conclusions défavorables sur l'accord de pêche entre le Maroc et l'Union européenne. En droite ligne avec les arguments des indépendantistes, l'avocat général de la Cour de justice de l'UE a estimé mercredi que "l’exploitation halieutique des eaux adjacentes au Sahara occidental (...) ne respecte pas le droit du peuple de ce territoire à l’autodétermination". La cour a été saisie pour avis par un tribunal britannique, lui-même saisi par une association pro-Sahraouie, Western Sahara Campaign (WSC), qui milite pour la reconnaissance du droit du peuple du Sahara occidental...
(AFP 15/01/18)
Le Maroc a annoncé samedi avoir lancé la troisième et dernière opération de rapatriement de ses ressortissants bloqués en Libye, qui concerne 338 personnes. Ils seront "acheminés au royaume par deux avions de la compagnie libyenne Afriqiyah" qui atterriront à l'aéroport Mohammed V de Casablanca, a indiqué le ministère délégué chargé des Marocains résidant à l'étranger et des affaires de la migration. Il a ajouté que l'opération avait débuté vendredi mais n'a pas précisé quand les 338 Marocains allaient arriver dans le pays. Une fois au Maroc, ils seront transférés en bus vers leurs villes d'origine...
(AFP 15/01/18)
Deux femmes porteuses de marchandises, surnommées localement "femmes-mulets", sont mortes lundi matin, après une bousculade survenue à la frontière entre le Maroc et l'enclave espagnole de Ceuta, a-t-on appris de sources concordantes. La bousculade a eu lieu au poste-frontière "Tarajal II", réservé aux passeurs piétons, entre la ville marocaine de Fnideq et la cité espagnole de Ceuta, a indiqué à l'AFP Mohamed Benaïssa, président de l'Observatoire du nord des droits de l'Homme. Les deux Marocaines, Ilham et Souad, âgées d'une quarantaine d'années chacune, étaient originaires de Fnideq, selon M. Benaïssa.
(AFP 15/01/18)
L'ancien gardien international marocain Hamid Hazzaz, vainqueur de la CAN-1976, est décédé à Fès samedi matin à l'âge de 72 ans à la suite d'un arrêt cardiaque, a-t-on appris de source officielle. Hamid Hazzaz avait été l'un des meilleurs portiers marocains des années 1960-1970 et contribué au sacre du Maroc à la CAN-1976, disputée en Ethiopie, en sortant notamment une tête à bout portant de l'attaquant Aliou Kéita N'Jo Léa à deux minutes de la fin de l'ultime match contre la Guinée. Hamid Hazzaz avait également disputé le Mondial-1970 au Mexique. Remplaçant d'Allal, il a joué le dernier match de groupe...
(Jeune Afrique 12/01/18)
La capitale économique du royaume dispose enfin de sa première brigade communale. Sa mission ? Veiller à la sécurité, la salubrité et le respect des règles de l'urbanisme et de l'espace public. Casablanca a désormais sa police administrative. En effet, les premières brigades, dont les agents ont prêté serment début janvier, sont opérationnelles depuis quelques jours. Il aura fallu attendre un an après l’annonce du maire de Casablanca, Abdelaziz El Omari. En octobre 2016, il avait en effet déclaré que cette police allait être créée « pour bientôt ».
(AFP 12/01/18)
Les Berbères, dont la fête de Nouvel An, "Yennayer", est décrétée jour férié vendredi en Algérie, une première au Maghreb, regroupent des populations autochtones d'Afrique du Nord qui revendiquent une plus large reconnaissance identitaire et culturelle. Les Berbères dont la présence est antérieure à l'arabisation et l'islamisation se nomment eux-mêmes "Imazighen", pluriel de "Amazigh" qui signifie "homme libre" dans leur langue, le tamazight, différente de l'arabe. Les Berbères sont présents dans plusieurs pays du Maghreb et au Sahara. ALGERIE Le...
(APA 12/01/18)
APA-Casablanca (Maroc) - Un total de 1,395 kilogramme de cocaïne a été extrait, jeudi, des intestins d’un ressortissant nigérian à l’hôpital universitaire Ibn Rochd à Casablanca, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Soupçonné de trafic de cocaïne, ce ressortissant nigérian a été interpellé le 4 janvier à son arrivée à l’aéroport international Mohammed VI de Casablanca à bord d’un vol en provenance de Sao Paulo, précise la DGSN dans un communiqué. Le mis en cause a été...
(AFP 11/01/18)
Des proches de victimes se sont rassemblés mercredi dans la ville marocaine de Fès, pour exiger la peine maximale contre un quinquagénaire français accusé d'agression sexuelle sur des mineures. "C'est une honte !", "nous réclamons la peine maximale pour le pédophile français", ont notamment scandé ces quelques dizaines de manifestants, selon des images diffusées par les médias marocains. Ce ressortissant français de 58 ans, interpellé début janvier dans la ville touristique de Fès (centre), est poursuivi pour des agressions sexuelles...
(AFP 11/01/18)
La recrudescence de la leishmaniose cutanée, une maladie parasitaire transmise par la piqûre d'un moucheron, suscite l'inquiétude dans le sud du Maroc et mobilise le ministère de la Santé, a-t-on appris mercredi de sources concordantes. Plus de 3.000 cas ont été recensés ces derniers mois dans la région de Drâa-Tafilalet - située aux portes du désert, par-delà les massifs de l'Atlas-, a déclaré à l'AFP le Dr Bouhout Souad, chef du service "Maladies Parasitaires" à la Direction Épidémiologie du ministère...
(Jeune Afrique 11/01/18)
Après son avis controversé sur l'accord agricole en 2016, la juridiction européenne doit se prononcer sur la légalité de l'accord de pêche. Nouveaux tracas pour la diplomatie marocaine ? Les relations entre le Maroc et l’Union européenne (UE) sont loin d’être un long fleuve tranquille. Après avoir frôlé la rupture diplomatique en 2016 à cause du statut du Sahara occidental dans leur accord agricole, un autre motif d’embarras vient de faire surface ce mercredi 10 janvier devant la Cour de...
(AFP 10/01/18)
L'avocat général de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a estimé mercredi qu'un accord de pêche conclu entre l'UE et le Maroc était "invalide" au motif qu'il bafoue "le droit du peuple du Sahara occidental à l'autodétermination". La Cour, saisie pour avis par un tribunal britannique, doit désormais prononcer son "opinion". Si elle suivait le raisonnement de l'avocat général, ce qui est généralement le cas, cela représenterait une nouvelle victoire pour le Front Polisario face au Maroc devant la justice européenne. En décembre 2015, le tribunal de l'UE avait invalidé un accord de libre-échange sur des produits agricoles avec le Maroc...
(AFP 10/01/18)
Une quinzaine de ministres des Affaires étrangères de l'Union africaine (UA) se sont réunis mardi à Rabat pour élaborer un "agenda africain sur la migration", centré notamment sur l'intégration des migrants sur ce continent. Les résultats de cette "réflexion collective" seront présentés lors du prochain sommet de l'Union africaine, prévu fin janvier à Addis Abeba, a précisé le chef de la diplomatie marocaine Nasser Bourita à l'ouverture des travaux. La migration en Afrique est essentiellement intra-africaine: 80% des migrants originaires de pays d'Afrique choisissent une destination du continent...
(La Tribune 10/01/18)
Le gouvernement marocain a profité de la Conférence ministérielle africaine sur la migration, qu’il accueille à Rabat, la Capitale du Royaume, pour donner aux participants un aperçu de l’Agenda Africain sur la Migration. Confié lors du 28e sommet de l’Union Africaine au Maroc, la rédaction de cet Agenda devra être publié lors du trentième sommet panafricain et devra remettre les pendules à l’heure, unifier et démystifier les questions liées à la gestion des flux migratoires. La capitale marocaine Rabat abrite...

Pages