Vendredi 26 Mai 2017
(Jeune Afrique 26/05/17)
Le politologue marocain Mohamed Darif analyse la crise que traverse le Parti de la Justice et du développement (PJD). Evincé du pouvoir – ou presque -, malgré ses résultats aux législatives, le Parti de la Justice et du développement peine à trouver une ligne directrice unifiée et une stratégie de reconquête. Jeune Afrique : Au vu de la crise interne qu’il traverse, peut-on parler de début de la fin du PJD ? Mohamed Darif : En tout cas, c’est bien la fin d’une phase dans ses rapports avec le régime. Ce parti profite de largesses de la part des pouvoirs publics depuis 2004. À l’époque, l’islam modéré était dans l’air du temps, le PJD se présentait comme un...
(Jeune Afrique 26/05/17)
Un navire transportant des ressources provenant du Sahara Occidental, qui avait dû jeter l'ancre au large des Baléares après que le gouvernement de l’île avait demandé aux autorités espagnoles d'interdire le déchargement de la marchandise, a finalement été autorisé à accoster. Le Polisario continue sa bataille contre ce qu’il appelle « l’exploitation des ressources du Sahara occidental ». Un navire transportant 35 000 tonnes de sable provenant de cette région sous souveraineté marocaine a bien failli se voir interdire de décharger sa marchandise dans le port de Palma de Majorque. Il a finalement pu accoster, le 24 mai, après que les douanes de la Guardia civil espagnole ont jugé que ses autorisations étaient en règle, selon le quotidien El Mundo...
(MondAfrique 24/05/17)
Plusieurs ONG marocaines s’alarment de la violente vague de racisme, qui a déferlé ces dernières semaines, dans les réseaux sociaux marocains. Si les subsahariens qui résident au Maroc ont toujours été victimes de certaines tracasseries de la part des autochtones, l’assassinat d’un gardien de galerie commerciale à Fès par trois ressortissants camerounais a fait éclater sur les réseaux sociaux une vague d’hostilité traversée relents xénophobes et parfois franchement racistes. « Cannibales », « nêgres »…. Certaines pages sur facebook n’hésitant...
(Jeune Afrique 24/05/17)
Drame de l'alcoolisme dans une ville du centre du Maroc. Des personnes sans abri comptent parmi les victimes. Dix personnes sont décédées et six autres ont été hospitalisées dans un état grave, mardi 23 mai, après avoir consommé de l’alcool à brûler dans la ville d’El Hajeb, au centre du Maroc. Des personnes sans-domicile fixe comptent parmi les victimes, dont certains ont été évacués vers des hôpitaux des villes voisines de Fès et Meknès, rapporte l’agence MAP. Arrestation du fournisseur...
(Afrik.com 24/05/17)
Une entreprise commune créée par China Railway Construction Corp et la société marocaine Travaux Generaux de Construction de Casablanca ont remporté l’appel d’offre pour construire la plus haute tour d’Afrique à Rabat, capitale du Maroc. Le gratte-ciel devrait s’élever à 250 mètres de hauteur et sa construction coûterait 375 millions de dollars américains. La tour comportera 45 étages et adoptera des concepts écologiques et durables. Elle comprendra des bureaux, des hôtels et des appartements de luxe, a déclaré la presse...
(Huffingtonpost 24/05/17)
LUXE - Le groupe Aksal poursuit son expansion au Maroc à travers 3 nouveaux projets qui devraient voir le jour avant la fin de ce mois de mai. Ce qui porte au nombre de 12, les boutiques de luxe, franchises du groupe. Moins d'un an après l'ouverture de Armani Collezioni et Just Cavalli, le groupe de Salwa Akhannouch s'apprête donc à inaugurer, dans les prochains jours, la première boutique Armani Exchange (A|X) au Maroc. La boutique prendra ses quartiers au...
(Jeune Afrique 23/05/17)
La fronde conduite par "le groupe des dix" n'a pas abouti. Réélu avec un score presque stalinien, le patron des ittihadis continuera de diriger un parti devenu l'ombre de lui-même. 86,85%. C’est le score obtenu par Driss Lachgar lors des élections du secrétaire général de l’Union socialiste des forces populaires (USFP, majorité) qui ont eu lieu, dimanche 21 mai, à Bouznika. Unique candidat à sa propre succession, le chef ittihadi a été sacré pour un deuxième mandat dans un parti...
(Jeune Afrique 23/05/17)
L’homme qui a modernisé les relations publique du parti islamiste marocain est un influent mais discret numéro deux, discipliné et loyal. Portrait. Slimane El Amrani, comme tous les membres du Parti de la justice et du développement (PJD), ne tarit pas d’éloges sur feu Abdellah Baha, décédé en 2014, alors qu’il était vice-secrétaire général du parti et bras droit de Abdelilah Benkirane, alors chef du gouvernement et actuellement secrétaire général. Mais, plus amusant, El Amrani brosse de Baha un portrait...
(Huffingtonpost 23/05/17)
TÉLÉVISION - Les vidéos qui font le buzz sur le net, depuis quelques jours, le prouvent: Télé Maroc veut s'imposer dans le champ audiovisuel marocain et maghrébin. En quelques jours à peine, l'un des teasers de la chaîne a réussi à atteindre 1,3 million de vues, à coups de larmes, de coups de gueules et de provocations. Un langage franc, des sujets épineux, des invités de tous les horizons, des présentateurs qui ne mâchent pas leurs mots... Les internautes ont...
(Huffingtonpost 23/05/17)
LIBERTÉS RELIGIEUSES- "Les chrétiens du Maroc ignorent-ils pourquoi "Daech" a été fondé". Tel est l’intitulé choc du billet écrit par le directeur de publication d’Al Ousboue, Mustapha Alaoui, et publié le 6 mai dernier, qui attise la colère des chrétiens du Maroc. Leur coordination vient de réagir dans un communiqué dans lequel elle demande au journal et à son directeur de publication des excuses. "Nous dénonçons de toutes nos forces les propos contenus dans l’écrit de Mustapha Alaoui. Nous lui...
(Financial Afrik 23/05/17)
Le géant d’État China Railway Construction Corporation (CRCC) a annoncé, lundi 22 mai, avoir remporté l’appel d’offres pour construire le gratte-ciel le plus haut d’Afrique dans la capitale du Maroc, Rabat. L’entreprise publique chinoise indique, dans son communiqué, qu’elle construira l’édifice de 250 mètres de hauteur en coopération avec le plus grand entrepreneur marocain, The General Construction Company de Casablanca (TGCC). CRCC a déclaré qu’elle effectuera 60% des travaux du projet, qui est budgétisé à 380 millions de dollars, tandis...
(Huffingtonpost 22/05/17)
DIPLOMATIE - La Russie salue hautement les réformes économiques, sociales et politiques entreprises par le Maroc, un pays qui se distingue par sa stabilité, a affirmé l'ambassadeur de Russie à Rabat, Valery Vorobiev. "La Russie salue également la politique étrangère du Maroc", a ajouté le diplomate qui prononçait une allocution à l'ambassade russe à l’occasion de la fête nationale de son pays. Le "monde entier a constaté les efforts colossaux consentis" par le roi Mohammed VI pour le retour du...
(Le Monde 22/05/17)
Analyse. Après six mois de blocage, le royaume a retrouvé un gouvernement, fin avril, dirigé par le numéro 2 du Parti de la justice et du développement (PJD, islamiste). Mais les négociations pour y parvenir laissent à beaucoup un goût amer. Six mois après le début d’une crise politique, la situation est rentrée dans l’ordre au Maroc. Le nouveau premier ministre, l’islamiste Saad-Eddine Al-Othmani, nommé par le roi, a obtenu, sans surprise, fin avril, la confiance des députés pour mettre...
(Le Figaro 22/05/17)
Le Maroc a exigé samedi des "excuses" de l'Algérie après la "grave agression" de l'un de ses diplomates lors d'une réunion d'un comité onusien dans les Caraïbes - une "mise en scène" selon Alger. Photos à l'appui, Rabat avait dénoncé jeudi "l'agression physique" de l'un de ses diplomates par le numéro trois du ministère algérien des Affaires étrangères à Sainte-Lucie lors du séminaire régional d'un comité onusien, un "grave" incident qui va "contre tous les usages diplomatiques". Alger a rejeté...
(Le Monde 20/05/17)
Analyse. Après six mois de blocage, le royaume a retrouvé un gouvernement, fin avril, dirigé par le numéro 2 du Parti de la justice et du développement (PJD, islamiste). Mais les négociations pour y parvenir laissent à beaucoup un goût amer. Six mois après le début d’une crise politique, la situation est rentrée dans l’ordre au Maroc. Le nouveau premier ministre, l’islamiste Saad-Eddine Al-Othmani, nommé par le roi, a obtenu, sans surprise, fin avril, la confiance des députés pour mettre...
(Le Monde 20/05/17)
Des jeunes filles arrêtées pour un baiser, un documentaire sur les couples jugé scandaleux… Ces derniers mois, le Maroc a donné l’impression de se raidir sur les mœurs. Mais les coups de boutoir des jeunes citadins desserrent peu à peu l’étau. Laïla Marrakchi ne s’attendait pas à cela. Au départ, la réalisatrice marocaine voulait simplement faire un documentaire sur l’amour. « Comment on s’aime au Maroc, comment on s’aime dans une société conservatrice », explique-t-elle, attablée devant un café, sous...
(Jeune Afrique 19/05/17)
Aziz Akhannouch espère une nouvelle naissance pour le Rassemblement national des indépendants (RNI), longtemps considéré comme un relais de l'administration. Ce week-end, sa nouvelle réorganisation interne sera adoptée lors d'un congrès national. « C’est ici que tout commence ! ». Ainsi l’a décrété Aziz Akhannouch, le tout puissant patron du Rassemblement national des indépendants, au sujet du congrès national de son parti qui s’ouvre ce vendredi 19 mai à El Jadida. Le slogan qu’il a choisi, un brin pompeux, sonne...
(Financial Afrik 19/05/17)
La Banque mondiale a accordé une nouvelle ligne de crédit au royaume chérifien. Ce prêt d’un montant de 350 millions de dollars vise à appuyer les banques marocaines à reconsidérer leurs offres dédiées aux petites et moyennes entreprises. Il attendu de cette nouvelle ligne de crédit, de réorienter les banques vers le financement de PME et d’autres segments qui évoluent traditionnellement hors des radars. Il s’agira aussi d’appuyer des réformes structurantes dans le secteur de l’intermédiation financière au Maroc. A...
(Jeune Afrique 19/05/17)
Pour un des premiers concerts marquant leurs retrouvailles, dimanche 14 mai, les Espagnols et les Maliens qui composent le collectif Songhai ont célébré la fusion. Au IXème siècle déjà, Fès accueillait de nombreux andalous et son élite religieuse influençait en retour les esprits de Cordoue ou Séville. De la même manière, quelques siècles plus tard, caravanes et théologiens naviguent entre la cité impériale marocaine et l’actuel Mali, particulièrement la ville de Tombouctou, avant qu’un sultan marocain ne décide d’envahir l’empire...
(Jeune Afrique 18/05/17)
La candidate du mouvement d'Emmanuel Macron pour représenter les Français de l'étranger aux prochaines législatives a décidé de réagir à la polémique suscitée au Maroc par son investiture. Elle rejette toute position hostile à l'égard du royaume chérifien et pointe du doigt son principal détracteur. Interview. Son investiture dans la 9ème circonscription des Français de l’étranger (Maghreb et Afrique de l’Ouest) pour le mouvement d’Emmanuel Macron lors des prochaines législatives françaises a provoqué un tollé au Maroc. En cause :...

Pages