Mardi 22 Août 2017
(Jeune Afrique 22/08/17)
Dans un discours essentiellement tourné vers l'Afrique, le roi du Maroc y défend sa politique africaine menée sur le plan économique, mais se place surtout en défenseur du codéveloppement. Ce n'est un mystère pour personne. Le roi Mohammed VI a enclenché une politique dynamique sud-sud sans précédent, avec des actions concrètes à la clé. Ce dimanche 20 août, alors que le royaume célèbre le 64e anniversaire de la Révolution du roi et du peuple, le roi s'est une fois de plus félicité de la politique menée sur le continent et a répété avec fermeté qu'il entendait poursuivre sinon aller encore plus loin. Au cœur de ce discours essentiellement tourné vers l'Afrique, une véritable leçon d'Histoire...
(Afrik.com 22/08/17)
L’important discours prononcé le dimanche 20 août par le Roi du Maroc Mohammed VI, à l’occasion du 64e anniversaire de la Révolution du roi et du peuple, a permis au souverain de détailler la stratégie africaine du Maroc. Pour le souverain, l’Afrique représente "l’avenir qui commence aujourd’hui". L’avenir passera par l’Afrique. C’est très précisément ce qu’a affirmé le roi Mohammed VI dans son discours marquant le 64e anniversaire de la Révolution du roi et du peuple le dimanche 20 août 2017. Pour le roi, la Révolution du roi et du peuple, à l’origine de l’indépendance marocaine, est aussi le "catalyseur d’une prise de conscience aigüe et d’une foi accrue dans la communauté de destin qui unit le Maroc à son...
(AFP 21/08/17)
Dans un discours télévisé prononcé dimanche à l'occasion d'une fête nationale, le roi Mohammed VI s'est félicité de la politique menée par son pays en Afrique, basée sur des partenariats "gagnant-gagnant", se posant en défenseur des intérêts du continent. "Le choix du Maroc de se tourner vers l’Afrique n’a pas été le fruit d’une décision fortuite" mais "l’aboutissement d’une méditation profonde et réaliste", a dit le monarque marocain à l'occasion des 64 ans de la Révolution du roi et du...
(La Tribune 21/08/17)
C’est à l’Afrique que le roi du Maroc a exclusivement consacré son message à la nation prononcé dans la soirée de ce dimanche 20 août à l’occasion de la commémoration du 64 e anniversaire de la révolution du roi et du peuple. Le souverain marocain est revenu sur les raisons qui expliquent l’orientation africaine du Maroc et, dans une approche qui tient plus à une conviction personnelle, a tenu à lever toutes les équivoques sur les tenants et les aboutissants...
(Le Monde 18/08/17)
La crise de confiance entre les habitants et les autorités s’est aggravée après le décès d’un jeune manifestant. Mohammed VI doit s’exprimer le 20 août. Où se trouve Mohammed VI ? Ces derniers jours, plusieurs médias le donnaient présent à Al-Hoceima, où le souverain marocain a l’habitude de séjourner une partie de l’été ; d’autres sur la plage de Saïdia, plus à l’est, de passage avant de regagner la localité de M’diq, près de Tétouan. Si sa présence est scrutée...
(Bladi 18/08/17)
La participation d’un groupe d’étudiants marocains à un camp militaire organisé par le Polisario tout au long de cette semaine ne va sans doute pas manquer de faire polémique au Maroc. Ces étudiants en provenance des provinces du sud sont depuis le 14 août dernier dans la région de Tifariti, « territoire libéré » selon les termes utilisés par la presse proche du Polisario. D’après le journal Al Ahdath Al Maghribia, ce camp rassemble plus de 200 jeunes et devait...
(AFP 17/08/17)
L'ancien président allemand Horst Koehler a été formellement nommé mercredi nouvel émissaire de l'ONU pour le Sahara occidental, chargé de relancer les discussions entre le Maroc et le Front Polisario, selon un communiqué des Nations unies. Le choix de Horst Koehler, 74 ans, avait été annoncé début juin par l'ONU. Il remplace l'Américain Christopher Ross, qui avait démissionné en avril après des années de tensions entre l'ONU et le Maroc à propos de ce territoire très disputé. Economiste et ancien...
(La Tribune 17/08/17)
Les orientations économiques du gouvernement marocain pour 2018, s’inscrivent dans la continuité du gouvernement précédent, en témoigne la lettre de cadrage du projet de loi de finance 2018. Un document qui reprend en grande partie les priorités du gouvernement précédent à quelques détails près. Le gouvernement marocain vient de publier la lettre de cadrage concernant le projet de loi de finance (PLF) 2018 avec 2 mois de retard, une première pour l'équipe de Saâdeddine El Otmani, chef du gouvernement. Celui-ci s'est ainsi engagé à contenir le déficit budgétaire à 3% du PIB et à atteindre un taux...
(Jeune Afrique 17/08/17)
Répercussion d’un mauvais bilan ? du discours du Trône ? de la crise du Rif ? Face aux rumeurs entourant sa démission de la direction du PAM, le président de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima s’explique. Costard noir, cravate noire, lunettes noires… C’est aussi d’une humeur noire qu’Ilyas El Omari, 50 ans, s’est présenté à la presse le 8 août à Rabat au siège du Parti Authenticité et Modernité (PAM), première formation de l’opposition et deuxième force politique du pays. Face au crépitement des...
(La Croix 17/08/17)
Le royaume devrait bientôt rejoindre la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao). Depuis une quinzaine d’années, ses grandes entreprises s’implantent dans tout le continent. La France veut s’associer à cette stratégie.Quelques mois après avoir rejoint l’Union africaine après trente-trois ans d’absence, le Maroc a franchi une nouvelle étape dans son rapprochement avec le reste de l’Afrique. Le 4 juin dernier, la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a donné son accord de principe à une...
(AFP 14/08/17)
Les autorités marocaines ont rejeté lundi les accusations de l'organisation Reporters sans frontières (RSF) selon lesquelles elles entravaient la couverture du mouvement de contestation à Al-Hoceïma dans la région du Rif (nord). RSF avait dénoncé en juillet "l'attitude des autorités", en affirmant avoir "recensé de nombreuses violations de la liberté d'informer" dans cette région du Maroc secouée par des protestations populaires depuis octobre 2016. Dans un communiqué, le ministère marocain de la Culture et de la communication a démenti les...
(Jeune Afrique 12/08/17)
Selon des sources internes, les deux hommes forts du Parti de la justice et du développement (PJD) ont conclu un accord pour tenter d’apaiser les tensions qui déchirent la formation islamiste. Abdelilah Benkirane se serait engagé à modérer les discours où il a tendance à attaquer les dirigeants du PJD ayant accepté de faire partie du gouvernement de Saadeddine El Othmani. De son côté, le Premier ministre aurait assuré au secrétaire général que lui et ...
(Jeune Afrique 10/08/17)
Sur les quelque cent premiers jours de son mandat à la tête du gouvernement – nommé le 5 avril, six mois après les législatives et l’échec d’Abdelilah Benkirane (numéro un du Parti de la justice et du développement, PJD) à former une nouvelle équipe –, Saadeddine El Othmani (numéro deux) en aura passé une bonne moitié absorbé par la crise du Rif. Et le nouveau chef du gouvernement a laissé des plumes dans la gestion de ce dossier. Beaucoup de plumes. En Conseil des ministres, présidé par le roi, El Othmani et son équipe ont été sévèrement recadrés.
(RFI 09/08/17)
Au Maroc, Ilyas El Omari, secrétaire général du Parti authenticité et modernité, principal parti de l'opposition, a démissionné lundi 7 août. Ilyas El Omari avait pris l'an dernier les rênes du PAM, lui permettant d'arriver deuxième aux élections législatives d'octobre dernier. La presse marocaine attribue cette démission aux événements d'Al-Hoceïma, qui durent depuis dix mois maintenant. Ilyas El Omari assure que sa démission du PAM est irréversible. Dans une conférence de presse mardi à Rabat, il a affirmé que son...
(Huffingtonpost 09/08/17)
POLITIQUE - La nouvelle a fait l’effet d’une bombe. Tard dans la nuit dernière, le secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), Ilyas El Omari, à la tête de la première force d’opposition au parlement marocain avec plus de cent députés, annonçait sa démission, qui sera entérinée dans la journée. Le départ de l’homme fort du parti fondé par Fouad Ali El Himma, actuel conseiller du roi Mohammed VI, est considéré par les observateurs comme un acte emblématique dans...
(Jeune Afrique 09/08/17)
C'est un homme bien plus discret que le désormais ex-secrétaire général Ilyas El Omari, qui a été choisi pour assurer l'intérim à la tête d'un des partis les plus puissants du Maroc. « Le conseil national va se réunir entre la fin septembre et début octobre pour trancher », nous dit Mehdi Bensaïd, militant du Parti authenticité et modernité (PAM). Depuis le 7 août au soir, le parti est en effusion : son secrétaire général, l’omniprésent Ilyas El Omari a quitté sa fonction. L’annonce a fait l’effet d’un coup de tonnerre et depuis, chacun se perd en conjectures. El Omary quitte-t-il son poste à cause du discours royal du 29 juillet...
(AFP 08/08/17)
Ilyas El Omari, secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM, libéral), principal parti d'opposition au Maroc, a présenté lundi soir sa démission, a annoncé sa formation dans un communiqué. Ancien militant d'extrême gauche, M. El Omari, également président de la région nord du Maroc, avait pris début 2016 les rênes du PAM, formation fondée en 2008 par Fouad Ali El Himma, un proche conseiller du roi du Maroc. A la tête de ce parti libéral, il s'était livré à...
(Bladi 08/08/17)
Une dizaine de ministres marocains concernés par les projets d’Al Hoceima ont été interdits de vacances cette année et ont pour interdiction de quitter le territoire national. Ces derniers ont été prévenus jeudi dernier par le Chef du gouvernement Saâdeddine El Othmani lors du conseil du gouvernement, affirme le journal Assabah qui évoque des instructions royales. El Othmani leur a demandé non seulement de rester au Maroc mais aussi de se rendre à Al Hoceima pour superviser les travaux du...
(Jeune Afrique 08/08/17)
Pour la fête du Trône, Mohammed VI a prononcé le discours le plus offensif de son règne. Dans sa ligne de mire, les politiques et les fonctionnaires. Ambiance… Les sceptiques selon lesquels les relations entre la France et le Maroc ne sont plus ce qu’elles étaient peuvent aller se rhabiller. Les présidents de la République changent, les liens entre les deux pays restent au beau fixe. En témoigne le nombre de prestigieux convives et de nouvelles stars de la politique...
(Le Point 08/08/17)
Le commerce entre les cinq pays de l'UMA ne représente que 3 % de leurs échanges globaux, ce qui en fait la région la moins intégrée au monde. Sur le papier, ça sonne bien. Cinq pays : Maroc, Algérie, Tunisie, Libye, Mauritanie – ayant trois points communs : la langue, la religion et leur histoire (passé colonial notamment). De quoi disposer d'une région forte, intégrée, prospère, ayant un destin commun. Ce n'est pas le cas. Le 17 février 1989, le...

Pages