| Africatime
Lundi 27 Mars 2017
(RFI 27/03/17)
Au Maroc, le nouveau Premier ministre Saâdeddine El Othmani a annoncé être parvenu à former un gouvernement de coalition. Après cinq mois de blocages dans les tractations, le roi Mohammed VI avait nommé le 21 mars dernier le numéro deux du Parti justice et développement en remplacement d'Abdelilah Benkirane, Premier ministre sortant. La coalition ressemble de très près à celle formée il y a un peu plus de cinq ans à l'issue de la première victoire historique du PJD en 2011. Le Parti justice et développement (PJD) a en effet reconduit une coalition quasi identique à celle qui avait marqué la deuxième partie du mandat...
(La Tribune 27/03/17)
5 mois après sa victoire aux élections législatives en octobre, le PJD trouve enfin un accord avec les partis qui formeront avec lui la nouvelle majorité gouvernementale. Très confortable, celle-ci comprends, outre le Parti islamiste, le Rassemblement national des indépendants, l'Union constitutionnelle, le Parti du Progrès et du socialisme, le Mouvement populaire et, à la surprise générale, l'Union socialiste des Forces populaires. Clap de fin pour le blocage politique au Maroc. Le chef du gouvernement désigné et numéro 2 du parti de la Justice et du Développement (PJD), Saad Eddine El Othmani a annoncé, samedi soir, la liste des partis qui formeront le prochain gouvernement. Ce dernier comprendra, outre le Parti islamiste, le Rassemblement national des indépendants (RNI), l'Union constitutionnelle...
(RFI 27/03/17)
Au Maroc, après plus de 5 mois d'impasse, la formation d'un nouveau gouvernement est en bonne voie. Les négociations entamées, le 21 mars, par le nouveau Premier ministre, Saad Eddine el Othmani, ont abouti à l'annonce, samedi 26 mars, d'une coalition de six partis autour du parti de la justice et du développement (PJD). Le parti islamiste a remporté, sous la houlette de l'ancien Premier ministre, Abdelilah Benkirane, les législatives d'octobre dernier, mais sans majorité absolue, d'où le recours à...
(Jeune Afrique 27/03/17)
Fin du blocage politique ! Le nouveau chef de gouvernement a annoncé samedi une nouvelle majorité qui comprend les socialistes de l'USFP. La nomination des ministres par le roi doit suivre dans les plus brefs délais. Après six mois de blocage, le Maroc va enfin avoir son gouvernement. L’impasse a pris fin, samedi 25 mars, avec un accord entériné par six partis politiques, dont l’Union socialiste des forces populaires (USFP) qui était à l’origine de ce blocage. Sous la houlette...
(BBC 27/03/17)
La nouvelle coalition s'appuiera aussi sur 240 députés, sur les 395 du parlement, où le PJD compte à lui seul 125 sièges. Le Premier ministre a finalement accepté la présence de l'USFP au sein de la future coalition. Les négociations pour la formation de la future majorité au Maroc ont finalement abouti et le nouveau gouvernement, composé de six partis, devrait être formé très rapidement, selon le Premier ministre islamiste. Numéro deux du Parti justice et développement (PJD, islamiste) qui...
(RFI 27/03/17)
Les thèmes de la semaine: - Soudan du Sud : l'ONU au chevet d'un pays en proie à la guerre civile et à la famine - Maroc : Mohammed VI nomme un nouveau Premier ministre - Ghana : un nouveau gouvernement pléthorique.
(AFP 26/03/17)
Après plus de cinq mois de blocage, les négociations pour la formation de la future majorité au Maroc ont finalement abouti et le nouveau gouvernement, composé de six partis, devrait être formé très rapidement, a annoncé samedi soir le Premier ministre islamiste, Saad-Eddine El Othmani. Numéro deux du Parti justice et développement (PJD, islamiste) qui avait remporté les législatives d'octobre, M. El Othmani, avait été nommé mi-mars par le roi Mohammed VI, après le limogeage du Premier ministre Abdelilah Benkirane, également patron du PJD.
(AFP 24/03/17)
Le roi Abdallah II de Jordanie effectue une visite officielle au Maroc, à une semaine du 28e sommet de la Ligue arabe qui se tiendra fin mars à Amman. Arrivé mercredi soir à Rabat, Abdallah II a été reçu avec tous les honneurs par le roi Mohammed VI. Les deux chefs d'Etat ont inauguré jeudi "L'Afrique en capitale", une manifestation culturelle qui débutera le 28 mars et ambitionne de faire de Rabat pendant un mois la "capitale" artistique du continent...
(Jeune Afrique 24/03/17)
Au sein de l’USFP, une commission travaille en toute confidentialité sur un rapport qu’elle destine à Mohammed VI. Les activités de certaines associations caritatives, financées de l’étranger, dans des bastions du Parti de la justice et du développement (PJD) y seront détaillées – activités qui valent au parti de la lampe les faveurs des électeurs. Selon des sources proches de la formation socialiste, il s’agit d’attirer l’attention sur la nécessaire séparation du champ religieux et du champ politique. Mais l’Union...
(APA 24/03/17)
Le Roi Mohammed VI, et son hôte le Roi Abdallah II de Jordanie, en visite au Maroc, ont inauguré, jeudi au Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain à Rabat, la manifestation culturelle et artistique « L’Afrique en Capitale ». Initiée par la Fondation Nationale des Musées en collaboration avec plusieurs opérateurs culturels et institutionnels du royaume, cette manifestation célèbre l’Art africain en mettant en lumière son dynamisme et la variété de ses modes d’expression.
(Jeune Afrique 24/03/17)
Plus que jamais déchiré à cause de Hamid Chabat, le parti historique se prépare à tenir son congrès fin mars. Un rendez-vous où se jouera l'avenir des grandes familles qui tiennent le parti d'une main de fer depuis sa création. L’Istiqlal a longtemps été surnommé le « parti des Fassis ». Et pour cause. Les grandes familles issues de l’élite urbaine de la ville de Fès règnent depuis toujours sur ce parti marocain – le plus vieux, dit-on souvent –...
(L'Economiste du Maroc 24/03/17)
«Le football, qui concerne toute la jeunesse africaine, ressortira fortement dans la coopération du Maroc avec le continent. Nous allons intervenir pour aider à la remise à niveau des stades, des centres de formation, des terrains avec des pelouses synthétiques, exactement comme ce que nous avons entrepris au Maroc». Fouzi Lakjaâ, président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), ne mâche pas ses mots. Celui qui vient d’être élu par un score écrasant au comité exécutif de la CAF,...
(Tout sur l'Algérie 23/03/17)
Le Maroc mise sur l’effondrement du pouvoir en Algérie. Le chef du Parti authenticité et modernité (PAM), proche du Palais royal, le claironne publiquement : « Le régime algérien est au bord de la désintégration », pronostique El Omari, qui est également président de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, dans un entretien à Atalayar, publié ce mercredi 22 mars. Pour El Omari, chef d’un parti fondé par Foud Al Himma, un ami du roi Mohamed VI, « ce qui se passe...
(TelQuel 22/03/17)
Le siège du Maroc est resté vide le 20 mars lors d'une réunion du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine portant sur le Sahara, en présence de l'envoyé spécial de l'UA sur la question. Présidé par l'Algérien Smail Chergi, le Conseil a tenu à faire remarquer cette absence… sur Twitter. Une provocation du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine (CPS) ? Dans un tweet publié le 20 mars, l'instance dirigée par l’Algérien Smaïl Chergui exprime son "profond regret quant à l’absence du Maroc lors d’une rencontre du CPS". Une rencontre de laquelle les représentants du royaume se sont absentés "malgré" la "réadmission...
(Autre média 22/03/17)
L'Istiqlal appelle Madrid à renoncer à jouer un double jeu dans l'affaire de l'accord agricole qui lie le Maroc à l'Union européenne. L'Istiqlal, parti nationaliste marocain, appelle le gouvernement de Madrid à clarifier de manière ferme et officielle sa position ambiguë au sujet de l'accord agricole qui lie le Maroc à l'Union européenne. "Entre l'envie de préserver le partenariat marocain et celle de satisfaire les parties adverses", titre ainsi Al Alam, organe de l'istiqlal qui, dans son édition de ce...
(Tout sur l'Algérie 22/03/17)
La France est l’ami le plus dévoué du Maroc en Europe, bien plus que l’Espagne. Elle l’a encore démontré en début de semaine en exprimant sa position sur l’arrêt de la Cour de Justice européenne de décembre qui établit que le Sahara occidental ne faisait pas partie du Maroc et que les produits exportés depuis cette ancienne colonie espagnole ne pouvaient pas bénéficier des mêmes avantages tarifaires que les produits marocains. « La question du Sahara occidental (…) est pour le Maroc une priorité absolue et un enjeu d’intérêt national », signalent...
(Jeune Afrique 22/03/17)
Après l’UA, la Cedeao… La spectaculaire demande d’adhésion du royaume chérifien à la communauté ouest-africaine est une étape de plus dans l’ambitieuse stratégie continentale élaborée par Mohammed VI. Le pari est audacieux. Reste à le rendre réaliste… Décidément, pour le Maroc, l’année 2017 est placée sous le signe de l’Afrique. Un signe qui ne trompe pas : depuis presque quatre mois, Mohammed VI passe davantage de temps dans les capitales du continent que dans son propre pays. C’est que l’agenda africain...
(BBC 22/03/17)
Le Premier ministre du Maroc a entamé mardi des négociations avec les principales formations politiques pour former un nouveau gouvernement et sortir de cinq mois d'impasse. Saad-Eddine El Othmani a entamé mardi des consultations avec les principaux partis représentés au Parlement. Il s'est entretenu avec des responsables de l'Istiqlal, troisième force politique aujourd'hui fragilisé par des déclarations controversées de son patron Hamid Chabat. Le Premier ministre désigné a ensuite rencontré Aziz Akhannouch, devenu incontournable dans les négociations depuis qu'il a...
(TelQuel 22/03/17)
À quelques jours de l'ouverture du 28e Sommet arabe, le roi Abdallah de Jordanie est attendu au Maroc où il séjournera du 22 au 24 mars. Une visite officielle à l'invitation de Mohammed VI. Le roi Abdallah II de Jordanie, dont le pays accueillera le 28e Sommet arabe les 29 et 30 mars, est attendu au Maroc du 22 au 24 du mois. Il devrait avoir plusieurs entretiens avec le roi Mohammed VI. Selon le site d’information le360.ma,"le souverain hachémite...
(AFP 21/03/17)
Le Premier ministre désigné du Maroc a entamé mardi des négociations avec les principales formations politiques en vue de former un nouveau gouvernement et sortir de cinq mois d'impasse. Saad-Eddine El Othmani a été nommé il y a cinq jours par le roi Mohammed VI, en remplacement de Abdelilah Benkirane, limogé deux jours plus tôt. Numéro deux du Parti justice et développement (PJD, islamiste) de M. Benkirane qui avait remporté les législatives d'octobre, M. El Othmani a entamé mardi des...

Pages