Vendredi 24 Novembre 2017
(Aufaitmaroc 22/04/13)
La question de la réouverture de la frontière entre l'Algérie et le Maroc "pourrait être résolue dans un avenir proche", a affirmé dimanche l'Algérien Dahou Ould Kablia, à l'issue d'une réunion des ministres de l'Intérieur de l'Union du Maghreb arabe (UMA). La réouverture de cette frontière, fermée depuis deux décennies, "est une question primordiale" et, "si nous accélérons le processus des négociations (...) elle pourrait être résolue dans un avenir proche", a déclaré M. Ould Kablia devant la presse. "Nous espérons qu'il y aura un environnement propice", a-t-il poursuivi, ajoutant que ses récentes rencontres avec son homologue marocain Mohand Laenser, qui vient de se rendre à Alger, constituaient "un signal fort". "Les autorités des deux pays ont besoin de se...
(L'Economiste du Maroc 18/04/13)
DÉCISION ANTICONSTITUTIONNELLE ET ILLÉGALE POUR L’USFP L’ISTIQLAL ESTIME QU’IL S’AGIT D’UNE MESURE QUI FAIT PARTIE D’UNE STRATÉGIE GLOBALE BARAKA FAIT LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE INQUIÉTANTE Les coupes budgétaires effectuées par le gouvernement ainsi que la situation inquiétante de l’économie marocaine continuent de faire des vagues. Lundi dernier, les membres de la Commission des Finances ont interpellé Nizar Baraka, ministre de l’Economie et des Finances sur cette question. La réunion programmée après la séance hebdomadaire des questions orales a pris du retard à cause d’un désaccord entre les chefs de groupes et le président de la Commission des Finances concernant la forme juridique de cette réunion. Les députés ayant estimé que la commission s’est réunie suite aux demandes adressées...
(Le Matin 18/04/13)
S’il est une question sur laquelle tous les Marocains sont d’accord, c’est bien celle du Sahara. Et l’initiative visant à élargir les compétences de la Minusro pour englober la surveillance du respect des droits de l’Homme vient de le confirmer encore une fois. Gouvernement, partis politiques et société civile étaient tous unanimes à rejeter une tentative visant l’instrumentalisation d’une cause noble à des fins abjectes. La mauvaise foi des promoteurs de cette initiative est patente. Ils ont fait fi de tous les progrès réalisés par le Maroc en matière d’édification d’un État de droit, comme en témoignent les rapports de plusieurs instances internationales dont la crédibilité ne saurait être mise en question. L’initiative est d’autant plus incompréhensible qu’il y a...
(Le Matin 17/04/13)
Certaines initiatives concernant des questions internationales sont souvent dictées par des intérêts et peuvent être compréhensibles dans le contexte actuel des relations internationales, par contre, si ces initiatives sont unilatérales et alignées, elles sont inacceptables et rejetées. Une telle situation correspond aux initiatives tendant à élargir les compétences de la MINURSO pour englober les droits de l’Homme, sachant que cette mission a pour unique tâche de superviser le cessez-le-feu entre le Maroc et le polisario, en vigueur depuis 1991 conformément à la résolution onusienne. Il s’avère ainsi que ces initiatives visent à entraver le processus de négociations en cours sous les auspices des Nations unies. Toutefois, le Royaume, qui a de tout temps fait montre d’une forte volonté et d’une...
(El Watan 17/04/13)
L’appui des Etats-Unis à l’élargissement du mandat de la Minurso à la surveillance des droits de l’homme a été très mal perçu par le palais. Est-ce le clash entre Washington et Rabat ? La décision des Etats-Unis de soumettre au Conseil de sécurité un projet de résolution élargissant le mandat de la Minurso à la surveillance des droits de l’homme aux territoires occupés est vécue comme une douche froide à Rabat. Signe de cette peur panique qui s’est emparée du royaume, le commandement militaire marocain a donné ses instructions pour suspendre l’opération African Lion 2013, révèle le journal électronique Lakome citant une source proche du dossier ayant requis l’anonymat. De fait, cette grave décision montre et démontre que la tension...
Article(s) relatif(s): 
(Le Courrier 16/04/13)
RÉPRESSION • Une association franco-marocaine mène campagne pour les détenus d’opinion du royaume, dont les prisons s’emplissent malgré les promesses du régime. Créée en 1984, l’Association de défense des droits de l’homme au Maroc (ASDHOM) n’en est pas à sa première campagne en faveur des prisonniers d’opinions! Mais celle lancée en novembre 2012 revêt une importance particulière, puisque le royaume s’est acheté une image démocratique à bon compte, pourtant fort éloignée de la réalité de ses cachots. Des prisons que le «printemps arabe» ne cesse d’ailleurs d’alimenter. Pour briser le silence et les chaînes de la détention arbitraire, l’ASDHOM orchestre une vaste campagne de lettres et de parrainages depuis la France, sa base arrière.A la veille de la journée internationale...
( 16/04/13)
En cédant le contrôle de Cosumar au géant du négoce Wilmar, la famille royale du Maroc, via la SNI, finit de se désengager de ses activités agro-alimentaires. Et de quatre ... Après avoir en deux ans cédé le contrôle de Lesieur Cristal à Sofiprotéol, puis de la Centrale Laitière à Danone et des biscuits Bimo à l'américain Kraft (Lu), la famille royale marocaine vient de vendre un bloc de 27,5 % de Cosumar, l'unique société sucrière du pays, à Wilmar, un géant du négoce alimentaire coté à Singapour. L'opération s'est faite, via la Société nationale d'investissement (SNI) pour un montant de 2,3 milliards de dirhams (202,5 millions d'euros). Elle sera suivie d'une autre cession de 26,5 % de Cosumar à...
(El Watan 15/04/13)
Suite aux appels véhéments lancés par les organisations internationales de défense des droits de l’homme et à la forte recommandation faite en février dernier par le rapporteur spécial sur la torture, Juan E. Mendez, stipulant que les territoires sahraouis occupés par le Maroc depuis 1975 doivent bénéficier d’«un mécanisme robuste de surveillance des droits de l’homme», l’ONU semble s’être enfin décidée à prendre ses responsabilités afin d’éviter aux Sahraouis de nouveaux drames. C’est ce qui ressort globalement du dernier rapport du secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, consacré au conflit sahraoui rendu public ce week-end sur le site de l’organisation. Elaboré sur la base des visites nombreuses effectuées ces derniers mois dans la région par Christopher Rosso, l’envoyé personnel...
(L'Expression (alg) 15/04/13)
La position de la France dans le conflit du Sahara occidental demeure confuse et mérite d' «être clarifiée», a déclaré le président sahraoui, Mohamed Abdelaziz. Comme il fallait s'y attendre, le président français a réitéré le soutien de son pays au plan d'autonomie marocain lors de la visite qu'il a effectuée au Maroc. Avec de légères nuances tout de même. Ce qui n'a pas échappé à la vigilance des responsables sahraouis. Très attendu sur la question du Sahara occidental, François Hollande avait déclaré que «le plan d'autonomie présenté par le Maroc constitue une base sérieuse et crédible en vue d'une solution négociée à la question du Sahara» tout en soulignant que la France soutenait les démarches du secrétaire général des...
(Yabiladi 15/04/13)
Plusieurs télégrammes diplomatiques américains, rendus public par Wikileaks, lundi, racontent les négociations entre le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et l’Espagne à propos du Sahara, en 1973. Le Maroc impose sa position aux autres pays : le Sahara doit être marocain, à défaut, il reste espagnol, mais il ne sera jamais ni algérien, ni indépendant. « Benhima m’a dit que Boumediene a proposé que les trois pays soutiennent des mouvements de libération qui collaboreraient pour expulser les Espagnols du Sahara. Le roi a dit qu’il préférait voir les Espagnols rester que d’avoir un Etat indépendant sous contrôle algérien », rapporte Stuart W. Rockwell, ambassadeur des Etats Unis au Maroc, dans un télégramme - rendu publique par Wikileaks le 8 avril 2013...
(La Nouvelle Tribune (ma) 12/04/13)
Le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, a souligné, jeudi, qu’il n’y aura pas de hausse des prix des matières premières ni de baisse des salaires des fonctionnaires. Le gouvernement a pris des décisions courageuses et responsables, afin de relever les défis qui se dressent devant l’économie nationale, a déclaré à la presse M. El Khalfi à l’issue de la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement, soulignant la nécessité de redoubler d’efforts afin d’assurer la mise en oeuvre des réformes requises. Toutes les décisions du gouvernement ont été prises dans un cadre de transparence, et ont été aussitôt communiquées à l’opinion publique, a-t-il ajouté, indiquant que l’Exécutif a adopté une batterie de mesures pour relever les...
( 12/04/13)
• La Tunisie pourra-t-elle mettre fin à l’utilisation de l’internet à des fins terroristes ? Les ministres de l’Intérieur du Grand Maghreb (Tunisie, Algérie, Maroc, Libye et Mauritanie), outre leurs homologues de la France, de l’Italie, du Portugal, de l’Espagne et de Malte, étaient l’autre jour en conclave à Alger, dans le cadre d’une stratégie préventive visant à œuvrer en faveur d’une approche globale de lutte contre le terrorisme. Bien évidemment, ces assises ont permis de resserrer les rangs dans les domaines de la sécurisation des frontières, des échanges de renseignements et de prisonniers, de la lutte contre la contrebande et le paiement de rançons aux groupes terroristes. Cependant, le fait le plus saillant des recommandations issues de cette réunion...
(Yabiladi 12/04/13)
En mars 1973, les Etats Unis invitent à Washington, le ministre marocain des Affaires étrangères de Hassan II, Ahmed Taïeb Benhima. Les différents câbles diplomatiques, rendus publics par Wikileaks, qui entourent cette visite montrent que les Etats Unis voulaient s'attacher les bonnes grâces de Hassan II, dans le contexte de la guerre froide, indifférents à la répression de la monarchie contre toute forme d'opposition. Il s’agit d’assurer Hassan II de « notre soutien continuel, pas simplement en termes matériels, mais aussi en termes de soutien moral à la monarchie. […] Le roi a besoin de preuve constante de notre intérêt », explique Richard Bordeaux Parker, deputy chief of mission, auprès de l’ambassade des Etats Unis à Rabat, au département d’Etat...
(Le Matin 12/04/13)
La crise financière qui a commencé en 2007 a atteint l’économie réelle et touché non seulement les États-Unis et l’Europe, mais aussi nombre de pays dits émergents. Dans ce contexte de réduction de budgets, les résultats financiers et le bilan des réalisations du premier groupe financier institutionnel, la CDG, étaient très attendus. Ils ont été présentés au cours d’une conférence de presse tenue par Anass Alami, DG de la CDG, Amine Benhalima, DG adjoint, Said Laftit, secrétaire général, et Omar Lahlou, directeur du pôle finances, qui ont présenté les comptes consolidés au 31 décembre 2012 en International Financial Reporting Standards. En dépit d’un contexte défavorable, les résultats sont satisfaisants, mais appellent à la vigilance pour 2013 ! Le groupe Caisse...
(Le Matin 11/04/13)
Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l’assiste, a reçu, mercredi au Palais Royal de Fès, Christopher Ross, Envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara. «Cette audience, indique un communiqué du Cabinet royal, intervient dans le cadre de la reprise des efforts de l’Envoyé personnel, après les garanties apportées et les précisions confirmées à Sa Majesté le Roi par Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations unies, lors de l’entretien téléphonique du 25 août 2012, en particulier sur la nature de son mandat et les paramètres de la négociation qui confirment, notamment, la prééminence de l’Initiative marocaine d’une large autonomie au Sahara, présentée en 2007, par le Royaume.» «Lors de cette audience, ajoute le communiqué, Sa...
(Alterinfo 11/04/13)
Certains médias de nos voisins marocains ne cessent d’attaquer l’Algérie. Des attaques injustes faites de mensonges, de dénigrements et de contre-vérités appelant pratiquement les Algériens à se révolter contre leurs dirigeants. Des articles aussi violents que bizarres sont publiés, à tour de bras, dans des journaux et sites, même sur des sites israéliens (Israël-flash) sous des plumes marocaines à l’exemple de ce courtisan nommé F.M qui dit vouloir la « démocratie » pour… l’Algérie. Tous ses articles – qui visent l’Algérie – sont un tissu de mensonges et de contre-vérité. Il ne fait que dénigrer et fausser la réalité. Au regard de quelques-uns de ses titres ont saisi parfaitement sa « spécialité » : « L'Algérie ; un dragon régional...
(Journal du Tchad 10/04/13)
Le Tchad et le Maroc partagent moins d’activités économicocommerciales, mais entretiennent des liens séculaires riches culturellement parlant Le Tchad est un vaste pays d’Afrique centrale avec une superficie de 1 284 000 km2. L’économie du Tchad est caractérisée par une importante dépendance du secteur rural. La population tchadienne est dénombrée à 11 175 915 d’habitants à majorité rurale 78% (8 752 867). La plupart des ménages tchadiens trouvent l’essentiel de leurs ressources dans le secteur rural. Avant l’exploitation du pétrole en octobre 2003, l’économie tchadienne était basée essentiellement sur la culture du coton qui constituait environ 50% des recettes d’exportation du pays et 20 à 24% des recettes de fiscalité. Depuis 2003, le pétrole compte pour environ 65% des exportations...
(Libération (ma) 10/04/13)
Alors que demain jeudi se tiendra à New York au siège de l’ONU, la réunion des pays contributeurs de troupes sur la Minurso, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a, dans un rapport remis lundi au Conseil de sécurité, relevé que «le conflit malien pourrait déborder au Sahara», d’où «l’urgence d’une résolution de peur des retombées du conflit au Sahel au Nord du Mali». Probablement influencé en cela par son envoyé spécial pour le Sahara, Christopher Ross, qui « estime que la situation sécuritaire actuelle au Sahel rend plus que jamais "urgente" la nécessité de trouver une solution au Sahara, le secrétaire général de l'ONU souligne que «la montée de l'instabilité et de l'insécurité au sein et autour du...
(L'Expression (alg) 10/04/13)
L'Algérie a réitéré son soutien au peuple sahraoui auquel revient la décision de s'exprimer librement dans le cadre d'un référendum comme le stipulent toutes les résolutions du Conseil de sécurité. L'Algérie a des principes. Ils ne sont pas négociables. Elle réaffirme son appui à une solution du conflit sahraoui dans le cadre des résolutions adoptées par le Conseil de sécurité. L'appel de Buenos Aires est donc à jeter aux orties. Le ministre marocain délégué aux Affaires étrangères n'a pas eu froid aux yeux. Il a choisi la capitale argentine pour exprimer son souhait de voir l'Algérie changer sa position au sujet du Sahara occidental. Youssef Amrani qui a vanté la proposition marocaine a qualifié de manière insidieuse cette initiative de...
(Le Matin 09/04/13)
Une fois les feux de la rampe éteints, que retenir de la visite d’État du Président français François Hollande, de ses entretiens avec le Souverain, avec le Chef du gouvernement, de son discours devant le Parlement, de son débat avec les étudiants de l’Université internationale de Rabat, avec les représentants de la société civile ? Un premier enseignement, c’est qu’au-delà des sensibilités politiques, gauche-droite, la relation forte, apaisée, dense, n’est pas le jeu des contingences politiques, mais un acquis historique. Un passé, mais aussi un futur que l’on veut construire avec un pays, le Maroc, dont on apprécie l’ouverture politique et spirituelle, comme en témoigne ce ministre français qui a applaudi à la visite de M. Benkirane à la synagogue...

Pages