Mardi 27 Juin 2017
(La Nouvelle Tribune (ma) 12/04/13)
Le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, a souligné, jeudi, qu’il n’y aura pas de hausse des prix des matières premières ni de baisse des salaires des fonctionnaires. Le gouvernement a pris des décisions courageuses et responsables, afin de relever les défis qui se dressent devant l’économie nationale, a déclaré à la presse M. El Khalfi à l’issue de la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement, soulignant la nécessité de redoubler d’efforts afin d’assurer la mise en oeuvre des réformes requises. Toutes les décisions du gouvernement ont été prises dans un cadre de transparence, et ont été aussitôt communiquées à l’opinion publique, a-t-il ajouté, indiquant que l’Exécutif a adopté une batterie de mesures pour relever les...
( 12/04/13)
• La Tunisie pourra-t-elle mettre fin à l’utilisation de l’internet à des fins terroristes ? Les ministres de l’Intérieur du Grand Maghreb (Tunisie, Algérie, Maroc, Libye et Mauritanie), outre leurs homologues de la France, de l’Italie, du Portugal, de l’Espagne et de Malte, étaient l’autre jour en conclave à Alger, dans le cadre d’une stratégie préventive visant à œuvrer en faveur d’une approche globale de lutte contre le terrorisme. Bien évidemment, ces assises ont permis de resserrer les rangs dans les domaines de la sécurisation des frontières, des échanges de renseignements et de prisonniers, de la lutte contre la contrebande et le paiement de rançons aux groupes terroristes. Cependant, le fait le plus saillant des recommandations issues de cette réunion...
(Yabiladi 12/04/13)
En mars 1973, les Etats Unis invitent à Washington, le ministre marocain des Affaires étrangères de Hassan II, Ahmed Taïeb Benhima. Les différents câbles diplomatiques, rendus publics par Wikileaks, qui entourent cette visite montrent que les Etats Unis voulaient s'attacher les bonnes grâces de Hassan II, dans le contexte de la guerre froide, indifférents à la répression de la monarchie contre toute forme d'opposition. Il s’agit d’assurer Hassan II de « notre soutien continuel, pas simplement en termes matériels, mais aussi en termes de soutien moral à la monarchie. […] Le roi a besoin de preuve constante de notre intérêt », explique Richard Bordeaux Parker, deputy chief of mission, auprès de l’ambassade des Etats Unis à Rabat, au département d’Etat...
(Le Matin 12/04/13)
La crise financière qui a commencé en 2007 a atteint l’économie réelle et touché non seulement les États-Unis et l’Europe, mais aussi nombre de pays dits émergents. Dans ce contexte de réduction de budgets, les résultats financiers et le bilan des réalisations du premier groupe financier institutionnel, la CDG, étaient très attendus. Ils ont été présentés au cours d’une conférence de presse tenue par Anass Alami, DG de la CDG, Amine Benhalima, DG adjoint, Said Laftit, secrétaire général, et Omar Lahlou, directeur du pôle finances, qui ont présenté les comptes consolidés au 31 décembre 2012 en International Financial Reporting Standards. En dépit d’un contexte défavorable, les résultats sont satisfaisants, mais appellent à la vigilance pour 2013 ! Le groupe Caisse...
(Le Matin 11/04/13)
Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l’assiste, a reçu, mercredi au Palais Royal de Fès, Christopher Ross, Envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara. «Cette audience, indique un communiqué du Cabinet royal, intervient dans le cadre de la reprise des efforts de l’Envoyé personnel, après les garanties apportées et les précisions confirmées à Sa Majesté le Roi par Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations unies, lors de l’entretien téléphonique du 25 août 2012, en particulier sur la nature de son mandat et les paramètres de la négociation qui confirment, notamment, la prééminence de l’Initiative marocaine d’une large autonomie au Sahara, présentée en 2007, par le Royaume.» «Lors de cette audience, ajoute le communiqué, Sa...
(Alterinfo 11/04/13)
Certains médias de nos voisins marocains ne cessent d’attaquer l’Algérie. Des attaques injustes faites de mensonges, de dénigrements et de contre-vérités appelant pratiquement les Algériens à se révolter contre leurs dirigeants. Des articles aussi violents que bizarres sont publiés, à tour de bras, dans des journaux et sites, même sur des sites israéliens (Israël-flash) sous des plumes marocaines à l’exemple de ce courtisan nommé F.M qui dit vouloir la « démocratie » pour… l’Algérie. Tous ses articles – qui visent l’Algérie – sont un tissu de mensonges et de contre-vérité. Il ne fait que dénigrer et fausser la réalité. Au regard de quelques-uns de ses titres ont saisi parfaitement sa « spécialité » : « L'Algérie ; un dragon régional...
(Journal du Tchad 10/04/13)
Le Tchad et le Maroc partagent moins d’activités économicocommerciales, mais entretiennent des liens séculaires riches culturellement parlant Le Tchad est un vaste pays d’Afrique centrale avec une superficie de 1 284 000 km2. L’économie du Tchad est caractérisée par une importante dépendance du secteur rural. La population tchadienne est dénombrée à 11 175 915 d’habitants à majorité rurale 78% (8 752 867). La plupart des ménages tchadiens trouvent l’essentiel de leurs ressources dans le secteur rural. Avant l’exploitation du pétrole en octobre 2003, l’économie tchadienne était basée essentiellement sur la culture du coton qui constituait environ 50% des recettes d’exportation du pays et 20 à 24% des recettes de fiscalité. Depuis 2003, le pétrole compte pour environ 65% des exportations...
(Libération (ma) 10/04/13)
Alors que demain jeudi se tiendra à New York au siège de l’ONU, la réunion des pays contributeurs de troupes sur la Minurso, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a, dans un rapport remis lundi au Conseil de sécurité, relevé que «le conflit malien pourrait déborder au Sahara», d’où «l’urgence d’une résolution de peur des retombées du conflit au Sahel au Nord du Mali». Probablement influencé en cela par son envoyé spécial pour le Sahara, Christopher Ross, qui « estime que la situation sécuritaire actuelle au Sahel rend plus que jamais "urgente" la nécessité de trouver une solution au Sahara, le secrétaire général de l'ONU souligne que «la montée de l'instabilité et de l'insécurité au sein et autour du...
(L'Expression (alg) 10/04/13)
L'Algérie a réitéré son soutien au peuple sahraoui auquel revient la décision de s'exprimer librement dans le cadre d'un référendum comme le stipulent toutes les résolutions du Conseil de sécurité. L'Algérie a des principes. Ils ne sont pas négociables. Elle réaffirme son appui à une solution du conflit sahraoui dans le cadre des résolutions adoptées par le Conseil de sécurité. L'appel de Buenos Aires est donc à jeter aux orties. Le ministre marocain délégué aux Affaires étrangères n'a pas eu froid aux yeux. Il a choisi la capitale argentine pour exprimer son souhait de voir l'Algérie changer sa position au sujet du Sahara occidental. Youssef Amrani qui a vanté la proposition marocaine a qualifié de manière insidieuse cette initiative de...
(Le Matin 09/04/13)
Une fois les feux de la rampe éteints, que retenir de la visite d’État du Président français François Hollande, de ses entretiens avec le Souverain, avec le Chef du gouvernement, de son discours devant le Parlement, de son débat avec les étudiants de l’Université internationale de Rabat, avec les représentants de la société civile ? Un premier enseignement, c’est qu’au-delà des sensibilités politiques, gauche-droite, la relation forte, apaisée, dense, n’est pas le jeu des contingences politiques, mais un acquis historique. Un passé, mais aussi un futur que l’on veut construire avec un pays, le Maroc, dont on apprécie l’ouverture politique et spirituelle, comme en témoigne ce ministre français qui a applaudi à la visite de M. Benkirane à la synagogue...
(Le Matin 09/04/13)
Le Maroc et la Turquie signeront en mai un accord de coopération dans le secteur du transport aérien. De même, ils réviseront les accords de coopération dans les domaines routier et maritime et accéléreront la finalisation d’un accord de coopération entre l’ONCF et son homologue turc le TCDD. Le Maroc compte profiter davantage de l’expérience turque dans le domaine des transports. En fait, les deux pays signeront en mai prochain un accord de coopération bilatérale dans le secteur du transport aérien. De même, ils prévoient de revoir l’accord de coopération dans le domaine routier qui lie les deux pays, d’actualiser l’accord dans le domaine maritime, qui date de 1987, et d’accélérer la finalisation d’un accord de coopération entre l’Office national...
(Jeune Afrique 09/04/13)
Pour pallier la faiblesse de leurs réserves, les pays du nord du continent multiplient les appels d'offres. Attisant la concurrence au sein d'un secteur qui ne compte qu'une dizaine d'acteurs. Hier coûteux et réservé aux pays pétroliers bénéficiant d'une énergie quasi gratuite, le dessalement de l'eau de mer est de plus en plus prisé en Afrique (surtout dans le Nord) pour la consommation, l'irrigation ou l'industrie. Il faut dire que les coûts de construction des usines ont chuté : ils n'excèdent pas 800 à 1 100 euros le mètre cube par jour (m3/j), contre 1 000 à 1 300 euros le m3/j en 2000. « Le tarif de l'eau dessalée par osmose inverse [l'une des deux technologies disponibles ; l'autre,...
(Yabiladi 08/04/13)
Et ce malgré le faible taux chronique d’engagement des investissements publics. Par principe, une politique d’austérité ne s’attaque pas aux dépenses d’investissement, particulièrement lorsque celles-ci sont structurellement à faible croissance en comparaison avec les dépenses de fonctionnement du budget. Pourquoi le gouvernement procède malgré tout? Il semblerait que l’annulation du taux d’engagement soit motivé plus par une volonté de réduire le chiffre du déficit budgétaire plus qu’autre chose. Une mesure cosmétique, car elle ne touche pas au déficit primaire (la différence entre recettes fiscales et assimilées d’une part, et les dépenses de fonctionnement de l’autre). En termes d’impact sur le PIB, une réduction de 15 Milliards d’investissements publics correspond à une baisse de 25% de ceux-ci, soit un impact immédiat...
(Aufaitmaroc 08/04/13)
Ce sont les responsables des sept sections régionales du Parti du progrès et du socialisme (PPS) qui l'ont annoncé: un mouvement de réforme au sein du parti du Livre est né, suite à une réunion qui s'est tenue en début de semaine, a rapporté vendredi le site d'information lakome.com. Une source qui a requis l'anonymat a affirmé, dans une déclaration au site d'information arabophone, que la raison qui a motivé la création de ce mouvement serait la situation “désastreuse” de la section du parti à Casablanca. C'est justement après un an et quelques mois de participation à l'expérience gouvernementale que ces responsables évoquent l'éloignement des principes idéologiques du PPS. La même source ajoute que les initiateurs de ce mouvement réformateur...
(La Tribune du Maroc 05/04/13)
Réunie récemment, l’Instance de la présidence de la coalition gouvernementale vient d’adopter la nouvelle version de la charte de la majorité. Cette réunion, qui a connu la participation des SG et des membres de l’instance des partis de la coalition gouvernementale, a été également l’occasion d’examiner une série de “mesures à même de garantir les équilibres macro-économiques et d’encourager les investissements privés à travers la simplification des procédures et l’élimination des obstacles qui les entravent”, lit-on dans un communiqué de la dite Instance. A rappeler que la charte de la majorité, signée en 2011 par les quatre partis de la coalition gouvernementale est un document contractuel pour une action commune des formations politiques signataires. Elle repose sur quatre principes, à...
(L'Economiste du Maroc 03/04/13)
LES PROFITS DU GROUPE MINIER ONT TOTALISÉ 14 MILLIARDS DE DH EN 2012 HAUSSE DE 5,2% DU CHIFFRE D’AFFAIRES À 59,3 MILLIARDS DE DH L’INDUSTRIEL VERSERA 6 MILLIARDS DE DH DE DIVIDENDES À L’ETAT CETTE ANNÉE L’Office chérifien de phosphate a publié un bénéfice de 14 milliards de DH en 2012. Les profits du groupe sont en recul à l’image des principaux groupes miniers étrangers. «L’année 2012 a été marquée par des prix de vente légèrement inférieur, à ceux de l’année précédente en raison du contexte macroéconomique international tendu. A cela s’ajoutent des quantités vendues plus importantes qui ont nécessité des intrants plus élevés en termes de volume et de prix», confie à L’Economiste Mohamed El Hajjouji, directeur exécutif en...
(Le Matin 03/04/13)
«Relations exceptionnelles», «partenariat d’exception», «alliance stratégique», «l’exception maroco-française» : ce ne sont pas les qualificatifs qui manquent quand il s’agit de parler des relations franco-marocaines. Des relations qui, malgré les soubresauts de l’histoire ou les moments de flottement, sont toujours demeurées sous le signe de l’excellence. De la profondeur. Et du raffermissement permanent. Certes, avec l’avènement du gouvernement socialiste, certaines mauvaises langues, voire des analystes de la 25e heure ont vite fait de prédire un changement de cap du côté de Paris. Frappés de myopies, ils ont tout simplement tout vu faux. Ils ont déchanté, comme nous l’écrivions hier. La preuve par les faits. Le Premier ministre français, à la veille de la tenue de la rencontre de Haut Niveau,...
(Aufaitmaroc 02/04/13)
Le président François Hollande effectue mercredi et jeudi une visite d'État au Maroc, avec le projet de consolider les liens entre la France et son premier partenaire au Maghreb, resté stable dans la tourmente des Printemps arabes. Points forts de cette visite, le chef de l'État rencontrera le roi Mohammed VI à Casablanca, puis s'entretiendra à Rabat avec le Premier ministre Abdelilah Benkirane, avant un discours attendu devant le Parlement. "La relation entre les deux pays est très dense et fluide. Le Maroc est un partenaire très intime, très proche, l'enjeu de la visite est de se donner les moyens de maintenir une relation de haut niveau", affirme-t-on à la présidence française. Signe de cette proximité, le roi Mohammed VI...
(L'Expression (alg) 02/04/13)
Le chef de la diplomatie algérienne, Mourad Medelci, qui s'est entretenu hier avec Christopher Ross a affiché son espoir de voir le dossier du Sahara occidental sortir de l'impasse. La visite de Christopher Ross au Maghreb s'achève en Algérie. Les négociations entre le Maroc et le Front Polisario n'ont pas évolué d'un pouce. L'envoyé spécial de l'ONU veut faire bouger les lignes. Y parviendra-t-il? Le ministre algérien des Affaires étrangères le souhaite. «Je voudrais voir dans cette nouvelle visite de M. Ross l'espoir, en effet, d'avancées qui pourraient être réalisées entre les deux parties, c'est-à-dire le Maroc et le Polisario», a indiqué hier Mourad Medelci sur les ondes de la Chaîne III juste avant de s'entretenir avec le représentant personnel...
(Atlas Info.fr 29/03/13)
Le Maroc a accusé le Polisario, mouvement armé par l’Algérie, de saboter les efforts de l’ONU réitérant lundi son offre d’une large autonomie pour régler définitivement la question du Sahara, a appris Atlasinfo de source officielle . «La seule solution à ce conflit entre dans le cadre du projet de large autonomie proposée par le Maroc », a déclaré à Atlasinfo, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement marocain, Mustapha El Khelfi. « Nous avons réitéré la semaine dernière la position du Maroc à Christopher Ross », l’envoyé spécial de l’ONU pour le Sahara. Le porte-parole du gouvernement a émis l’espoir que le prochain rapport de cet émissaire puisse « pousser les autres parties (Polisario et l’Algérie, ndlr)...

Pages