Mercredi 23 Août 2017
(Xinhua 04/08/17)
La 30ème édition du Forum mondial de l'industrie du gaz de pétrole liquéfié (GPL) aura lieu à Marrakech (sud du Maroc), du 3 au 5 octobre prochain, avec la participation des acteurs institutionnels et du secteur privé, ainsi que de l'ensemble des intervenants de la chaîne de valeur de l'industrie du GPL, ont annoncé jeudi les organisateurs. Organisé par la World LPG Association (WLPGA), l'association mondiale pour le développement du GPL (butane/propane) dans le monde, cet événement d'envergure internationale et unique en son genre, est le premium événement annuel de l'industrie du GPL dans le monde. L'objectif de ce forum consiste à échanger autour des dernières évolutions du secteur, de ses potentiels de croissance à long terme, ainsi que de...
(AFP 04/08/17)
Le chef du gouvernement marocain a annoncé jeudi la mise en place d'un plan d'action pour "corriger les irrégularités en matière de gestion de la chose publique", soulevées quelques jours plus tôt par le roi Mohammed VI. Moins d'une semaine après un discours télévisé du monarque marocain, très critique envers la classe politique et l'administration, le chef du gouvernement Saad-Eddine Al-Othmani a annoncé la mise en place d'un programme "réaliste, opérationnel et rapide" pour corriger les "dysfonctionnements et irrégularités" soulevés par Mohammed VI. Parmi les mesures phares figurent la réforme de l'administration, la promotion de l'investissement ou encore la simplification des procédures administratives. Le chef du gouvernement a également affirmé que les différents départements ministériels devront faire dans les "prochains...
(AFP 04/08/17)
Le président soudanais Omar el-Béchir, sous le coup d'un mandat d'arrêt international, est arrivé jeudi soir au Maroc pour une "visite privée" qui suscite l'indignation de défenseurs des droits de l'homme au royaume. M. el-Béchir est arrivé à l'aéroport de Tanger (nord), accompagné d'une délégation de ministres et de hauts responsables de son pays, a rapporté le site d'informations Le360. Plus tôt dans la journée, l'agence de presse officielle soudanaise (SUNA) avait indiqué que cette visite à titre "privé" allait durer "plusieurs jours", sans plus de détails.
(La Croix 04/08/17)
Incarcéré depuis fin juin à la prison Oukacha à Casablanca, Rabii Elablaq a été transféré à l’hôpital Moulay Youssef, lundi 31 juillet. Membre du « Hirak », le mouvement de contestation qui secoue la région du Rif depuis 10 mois, l’homme de 34 ans avait entamé une grève de la faim après l’Aïd-el-Fitr. Selon un bilan officiel, 176 personnes auraient été placées en détention préventive depuis mai dernier. Mis en garde à vue avant d’être emprisonné, dès le début de son incarcération, Rabii Elablaq avait entamé une grève de la faim pour réclamer sa remise en liberté. Une grève que ce membre du « Hirak », le mouvement de contestation qui secoue la région septentrionale du Rif, cesse 15 jours...
(APA 04/08/17)
Le Conseil de gouvernement a annoncé la prise de six mesures de mise en oeuvre du contenu du discours royal prononcé à l’occasion du 18ème anniversaire de la fête du trône et des moyens de leur concrétisation sur le terrain. Ainsi, le Conseil de gouvernement, réuni ce jeudi à Rabat, a décidé de lancer un chantier de réformes global et une modernisation complète de l’action des Centres régionaux d’investissement (CRI) et à former une commission interministérielle en charge de ce chantier, présidée par le ministère de l’Intérieur et les départements ministériels concernés. La deuxième mesure porte sur la création d’une commission chargée du dossier de la gouvernance et de la réforme de l’Administration qui sera composée de plusieurs ministères et...
(Agence Ecofin 04/08/17)
La banque centrale du Maroc, Bank Al-Maghrib, a annoncé une accélération de la croissance du crédit bancaire pour toutes les branches d’activités. D’après ses données de statistiques pour le deuxième trimestre, la hausse des prêts bancaires sur la période, est passée de 4,5 % pour le trimestre s'achevant au 31 mars 2017, à 6,2 %. Cette évolution, selon BAM, s’explique par une amélioration dans les « bâtiments et travaux publics », le volume de prêts dans le secteur est passés de 2,4 % à 3,7 %. Dans la branche d’activités « transport et communication », on note une progression de 10 % contre 5% précédemment. Dans le domaine des « industries manufacturières », les encours de crédit ont progressé de...
(Jeune Afrique 04/08/17)
L’officier tunisien Khaled Karoui a reçu un certificat de reconnaissance de l'ONU pour avoir sauvé trois de ses confrères et un prisonnier dans une attaque perpétrée par des anti-balka. Le Casque bleu Khaled Karoui a sauvé la vie de trois de ses confrères marocains ainsi que d’un prisonnier le 8 mai, lors d’une attaque de son convoi par des hommes armés en Centrafrque, à 25 km de Bangassou. Ce jour-là, Khaled Karoui assure le transfert d’un ex-seleka, détenu, quand il est interrompu par un groupe de plus de 500 anti-balaka. Des échanges de tirs ont lieu, et un contingent de casques bleus est touché. Des soldats marocains notamment sont blessés. Khaled Karoui s’aventure alors sous la pluie de balles pour...
(Jeune Afrique 04/08/17)
Le président soudanais, sous mandat d'arrêt international, est venu rencontrer le roi Salmane d'Arabie saoudite jeudi à Tanger, où celui-ci a pris ses quartiers d'été. Une visite vivement contestée par les défenseurs des droits de l'homme au Maroc. Le président soudanais, Omar Hassan el-Béchir, est arrivé à Tanger, jeudi 3 août, pour une visite privée, a indiqué un haut responsable marocain joint par Jeune Afrique. Il a atterri hier en fin d’après-midi à l’aéroport Ibn Battouta et s’est directement dirigé vers le palais du roi Salmane d’Arabie Saoudite qui séjourne dans la ville depuis le 24 juillet. Les deux chefs d’État, qui se sont nettement rapprochés ces dernières années, avaient déjà eu un tête-à-tête en 2016 dans ce même palais...
(Le Point 04/08/17)
C'est une première pour le royaume : la Banque centrale marocaine et le ministère des Finances ont autorisé la création de cinq banques islamiques, dites "participatives". Dix ans après la Grande-Bretagne, cinq ans après la France et même deux ans après la Côte d'Ivoire, la banque centrale marocaine (Bank Al-Maghrib) autorise officiellement cinq banques islamiques, dites « participatives » à introduire les crédits « halal » et des comptes conformes à la loi islamique. Il faut dire que cette autorisation était attendue avec impatience par le secteur financier du royaume chérifien, mais également par plusieurs opérateurs des pays du Golfe. Jusqu'à présent, et depuis 2010, seule la banque marocaine Attijariwafa Bank – profitant d'un assouplissement du cadre législatif – était...
(Autre média 04/08/17)
Le président soudanais Omar Al Béchir a quitté ce jeudi Khartoum pour une visite privée de plusieurs jours au Maroc a annoncé l’agence officielle SUNA. Selon les informations de Akhir Lahza, Omar El Bechir est attendu ce 3 août au Maroc suite à une invitation adressée par le roi Mohammed VI lors d’une visite à Khartoum en juillet 2016 de Salaheddine Mezouar, alors aux Affaires étrangères. L’occasion pour Mezouar d’affirmer que le Maroc et le Soudan faisaient face aux mêmes menaces extérieures… Le chef d’État soudanais fait l’objet d’un mandat d’arrêt émis par la Cour pénale internationale. La Haye a émis deux mandats d’arrêt à son encontre, le premier, le 4 mars 2009 et le second, le 12 juillet 2010...
(Jeune Afrique 03/08/17)
Ses partisans veulent que Benkirane rempile pour un troisième mandat à la tête du Parti de la justice et du développement, et qu’il aplanisse ses relations avec l’État. Ils étaient quelque 260 membres du Parti de la justice et du développement (PJD) à s’être déplacés, le 15 juillet, à l’École nationale des mines de Rabat, pour assister à la réunion extraordinaire de leur conseil national. L’ordre du jour était minimaliste : fixer la date du prochain congrès national et élire les commissions chargées de le préparer.
(Jeune Afrique 03/08/17)
Les Casques bleus marocains de la Minusca, environ 750 soldats, paient un lourd tribu. Directement visés, ils sont aujourd'hui déployés dans de nombreuses villes du sud de la centrafrique, toutes sous tension. Quelques voix ont bien essayé de jeter l’opprobre sur le contingent de Casques bleus marocains basé en Centrafrique. Monseigneur Juan José Aguirre, l’évêque espagnol de Bangassou, a d’ailleurs récemment suggéré l’idée que la présence de soldats marocains dans la ville contribuait à attiser les tensions, du fait de leur confession musulmane. À la Minusca, mission onusienne en Centrafrique, on se refuse de prêter le flanc à ce débat : musulman ou pas, ce n’est pas la question, déclare-t-on en substance. Sur le terrain, un ex-Séléka, de confession musulmane,...
(Agence Ecofin 03/08/17)
Tanger Med Special Agency, l'agence de gestion du port de Tanger est signalée parmi une vingtaine de repreneurs potentiels qui se sont manifestés pour le rachat des actifs du groupe français Necotrans en redressement judiciaire partiel depuis le 29 juin. Cette initiative, si elle se confirme, est en droite ligne avec les ambitions africaines de cette organisation. Necotrans qui est aujourd'hui en difficulté en raison notamment du poids de sa dette intéresse le groupe marocain. Le logisticien emploie 4500 salariés à travers la trentaine de pays où il est présent, pour un chiffre d’affaires mondial de 850 millions d’euros (plus de 9 milliards de DH), avec une part importante réalisée en Afrique où il est déployé dans une vingtaine de...
(Afrik.com 03/08/17)
Anas Safraoui, fondateur du groupe ADDOHA est un puissant investisseur marocain. Son groupe a émergé au début du règne de Sa Majesté le roi Mohammed VI. Au début, sa politique consistait à accompagner le roi pour la promotion de l’habitat social. Notre confrère AfriqueMidi s’est penché sur ses investissements baroques au Sénégal... Faisant parti système makhzen au Maroc, Anas Safraoui a décidé très tôt de créer le groupe ADDOHA pour agir rapidement face aux besoins immenses des Marocains en matière d’habitat social. Son groupe était même coté à la bourse marocaine. Quand le secteur immobilier s’est effondré du fait d’un faible taux de recouvrement, la période des vaches maigres commence alors pour le groupe ADDOHA. C’est en ce moment qu’Anas...
(Jeune Afrique 03/08/17)
Le royaume chérifien parie sur un soft power moderne, en partie dévolu à la société civile, pour consolider sa diplomatie vis-à-vis de l’Afrique subsaharienne. La culture y joue un rôle important. Fès a été la capitale du Maroc jusqu’au XIe siècle. Fondée au VIIIe siècle par Idris I, communément considéré comme le premier sultan du Maroc, elle est le symbole de la profondeur historique de la monarchie et reste, aujourd’hui, la ville dont est issue une grande partie de l’élite politique et économique du pays. La cité continue d’ailleurs à accueillir de très nombreux étudiants. L’université Sidi-Mohammed-Ben-Abdellah, qui reçoit plus de 100 000 d’entre eux, demeure le plus gros campus du pays. Le patrimoine fassi – dont le roi Mohammed VI...
(AFP 02/08/17)
Des associations des droits de l'Homme ont exprimé leur inquiétude autour de l'état de santé d'un membre du mouvement de contestation dans la région marocaine du Rif hospitalisé lundi, un mois après avoir entamé une grève de la faim. Rabii Elablaq était incarcéré depuis fin juin à la prison Oukacha à Casablanca. Ce militant de 34 ans avait immédiatement entamé une grève de la faim pour réclamer sa libération. Il avait été arrêté pour avoir participé aux manifestations pacifiques dans sa ville d'Al-Hoceïma réclamant le développement de la région du Rif.
(Jeune Afrique 02/08/17)
Avec une croissance de 4,8 % prévue pour 2017, le Maroc tourne le dos à une année 2016 marquée par une sécheresse exceptionnelle et une croissance de 1,2 %. C'est le ministre marocain de l'Économie et des Finances, Mohamed Boussaid, qui l'annonce. Le Maroc devrait connaître une croissance de 4,8 % en 2017, loin des 1,2 % de 2016. Parallèlement, le déficit budgétaire devrait être revu à la baisse, passant de 4,1 % l'an dernier à 3,5 % cette année, alors que le déficit du compte courant du PIB devrait reculer à 4 % cette année, après 4,4 % l'année dernière. L'inflation, pour sa part, s'est située à 0,9 % au cours des six premiers mois de l'année. C'est donc...
(Jeune Afrique 02/08/17)
Le Rifain Hakim Benchamach est le président de la Chambre des conseillers et le président du conseil national du Parti authenticité et modernité (PAM). Il a répondu à nos questions sur l'opposition. Président de la seconde chambre du Parlement depuis octobre 2015, Hakim Benchamach est réputé pour ses joutes oratoires. Natif de Beni Bouayach, près d’Al Hoceima, ce Rifain de 53 ans est l’un des cadres fondateurs du Parti Authenticité et Modernité (PAM), qui compte de 23 sièges sur 120 au sein de la Chambre des conseillers, contre 24 pour l’Istiqlal et 12 pour le PJD. Jeune Afrique : L’un des critères pour évaluer l’efficacité d’une opposition parlementaire est le nombre de propositions de loi déposées. Combien l’ont été à la...
(Jeune Afrique 02/08/17)
L'avocat du chef de la contestation, Nasser Zefzafi, estime que cette grâce est un bon début pour la résolution d'une crise qui n'a que trop duré. Et qui a démontré la défaillance de la classe politique. Au lendemain de la grâce royale, qui a bénéficié à un groupe des détenus du Hirak du Rif (la mouvance), l’avocat, Mohamed Ziane livre son analyse sur cette initiative, censée calmer la contestation qui dure dans la région depuis neuf mois. Il fait aussi le point sur le procès en instruction de son client, Nasser Zefzafi, chef de la contestation, qui devait se tenir ce mardi 1er août.
(Jeune Afrique 02/08/17)
Grâce à une nouvelle approche fondée sur des « écosystèmes », le plan engagé en 2014 a permis de donner un vrai coup d’accélérateur au secteur secondaire. Bilan à mi-parcours. Au commencement il y eut le Plan émergence, engagé à la suite d’une étude du cabinet McKinsey commandée durant le mandat de Salaheddine Mezouar au portefeuille de l’Industrie (2004-2007). Son successeur, Ahmed Réda Chami, essaya de donner corps à un Pacte national d’émergence industrielle, une stratégie axée sur les secteurs dans lesquels le Maroc se montre compétitif grâce à sa main-d’œuvre bon marché. Puis vint le Plan d’accélération industrielle (PAI), lancé en grande pompe en 2014 par Moulay Hafid Elalamy, quelques mois après son arrivée à la tête du ministère...

Pages