Mercredi 23 Août 2017
(AFP 11/08/17)
La situation s'est de nouveau tendue dans la ville d'Al-Hoceïma, épicentre d'un mouvement de contestation dans la région marocaine du Rif (nord), où les appels à manifester se multiplient après la mort d'un manifestant mardi des suites de ses blessures. "La crise du Rif revient à zéro", résume vendredi le quotidien arabophone Akhbar Al Yaoum, qui fait état de nouveaux heurts entre manifestants et forces de l'ordre, alors que la situation s'était relativement apaisée ces dernières semaines. Au coeur des crispations, le décès...
(AFP 11/08/17)
La Fédération royale marocaine de football (FRMF) a annoncé vendredi avoir déposé sa candidature pour accueillir la Coupe du monde 2026 auprès de la Fifa, l'instance organisatrice. Il s'agit de la cinquième candidature du pays, après celles de 1994, 1998, 2006 et 2010 - toutes non-concluantes. Le Maroc devient le deuxième candidat déclaré, après les Etats-Unis, le Canada et le Mexique, qui ont annoncé en avril leur candidature conjointe.
(AFP 11/08/17)
La question du harcèlement des femmes au Maroc a rebondi après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une vidéo montrant une horde de jeunes hommes traquer une jeune femme marchant seule dans la rue. La séquence dure une dizaine de secondes: on y voit une femme habillée en jean et T-shirt, visiblement prise de panique, poursuivie par de nombreux hommes qui tentent de l'encercler sur une avenue de Tanger (nord). Des images...
(TelQuel 11/08/17)
Lors d’une visite à Pékin en mai 2016, le roi Mohammed VI a exempté les ressortissants chinois de visa pour visiter le Royaume, une décision effective dès le mois de juin 2016. Plus d’un an après cette initiative, quel est l'impact sur le tourisme au Maroc ? Sait-on s'adapter à ce nouveau marché émetteur ? L’effectif des visiteurs en provenance de Chine au dernier semestre de 2016 s’élevait à plus de 40.000, soit 300% de plus qu’en 2015. Au premier semestre de cette année, ils sont près de 50.000 ressortissants chinois à avoir visité le Royaume, se rendant principalement à Casablanca, leur ville d’arrivée, puis à Fès et Ouarzazate. Un marché comme la Chine ne peut qu'avoir un impact positif...
(APA 11/08/17)
Le Maroc a officiellement déposé sa candidature pour l’organisation de la Coupe du Monde 2026, a annoncé ce vendredi fédération royale marocaine de football (FRMF). « La FRMF a déposé officiellement son dossier de candidature auprès des commissions spécialisées au sein de la Fédération internationale de football (FIFA) pour abriter le Mondial 2026 », indique un communiqué de l'instance fédérale. Après quatre tentatives d’accueillir ce grand rendez-vous footballistique planétaire (1994, 1998, 2006 et 2010), le Maroc aspire pouvoir décrocher l’organisation du Mondial 2026, la première qui opposera 48 équipes. Jusqu’à aujourd’hui seuls le Maroc et le trio Etats-Unis-Canada-Mexique (dossier conjoint), ont manifesté leurs souhaits d’abriter le l'édition 2026. En mars dernier, le président de la Confédération africaine de football (CAF),...
(L'Equipe 11/08/17)
Candidat malheureux à quatre reprises, le Maroc va de nouveau soumettre un dossier de candidature pour organiser la Coupe du monde 2026. La Fédération marocaine a officiellement manifesté son intérêt vendredi. La Fédération royale marocaine de football a annoncé vendredi la candidature du Maroc pour l'organisation de la Coupe du monde 2026. C'est la cinquième fois que le pays propose d'accueillir l'épreuve phare de la Fifa après 1994, 1998, 2006 et 2010, mais l'instance ne l'a jamais choisi. Le pays d'Afrique s'estime capable d'organiser la première Coupe du monde à 48 équipes. Ahmad, le président de la CAF a apporté son soutien au dossier monté par la FRMF. L'attribution du Mondial 2026 aura lieu le 13 juin 2018 lors du...
(Jeune Afrique 10/08/17)
Sur les quelque cent premiers jours de son mandat à la tête du gouvernement – nommé le 5 avril, six mois après les législatives et l’échec d’Abdelilah Benkirane (numéro un du Parti de la justice et du développement, PJD) à former une nouvelle équipe –, Saadeddine El Othmani (numéro deux) en aura passé une bonne moitié absorbé par la crise du Rif. Et le nouveau chef du gouvernement a laissé des plumes dans la gestion de ce dossier. Beaucoup de plumes. En Conseil des ministres, présidé par le roi, El Othmani et son équipe ont été sévèrement recadrés.
(Jeune Afrique 10/08/17)
Le 14 mai, un communiqué des partis de la majorité a qualifié les contestations qui agitent la province d’Al Hoceima depuis octobre 2016 de « séparatisme et [de] sédition ». Le lendemain, des milliers de Rifains lui répondaient par une grande manifestation, dénonçant une atteinte à leur dignité. Le gouvernement a tenté de renouer le dialogue en dépêchant des ministres sur place. Début juillet, El Othmani lui-même a reconnu, au cours d’une interview télévisée, qu’il regrettait les termes de ce communiqué. Mais le mal était fait, et les manifestations dans le Rif – qui n’a jamais eu de relation simple avec l’Histoire – ont pris de l’ampleur. À la mi-juillet, à peine franchi le cap des cent jours, on pouvait...
(Jeune Afrique 10/08/17)
Ils s’appellent Zamane (« temps »), Dîn wa Dunia, « le magazine des cultures et des religions », ou encore Des histoires et des hommes… Des revues et séries documentaires qui ont investi un nouveau créneau, celui de l’Histoire, dont les Marocains se sont révélés particulièrement friands ces dernières années. Elles leur permettent de revisiter leur passé dans toutes ses dimensions et sa pluralité, sans démagogie, sans tabous. Né à la fin de 2009, le mensuel Zamane en est le doyen. Avec un capital de 1 million de dirhams (environ 90 000 d’euros), le journaliste Youssef Chmirou et l’un de ses amis décident de créer un titre spécialisé dans l’Histoire, un peu à l’image du titre français Historia. Le plébiscite est...
(AFP 09/08/17)
La police espagnole a annoncé mardi avoir découvert 30 migrants marocains et algériens, dont dix mineurs, cachés dans les manèges d'une fête foraine qui devait ensuite quitter l'enclave espagnole de Ceuta au Maroc pour gagner l'Europe. Les agents ont utilisé des détecteurs de battements de coeur et des chiens pour découvrir les migrants qui s'étaient cachés dans de nombreux recoins - dont les auto-tamponneuses et le "train fantôme" - alors que des véhicules, destinés à transporter ces manèges, attendaient d'embarquer sur un ferry à destination de l'Espagne, a indiqué la Garde civile. "Ils utilisent les manèges qui ne sont qu'à moitié couverts pour pouvoir se glisser à l'intérieur et se cacher", a dit à l'AFP le porte-parole. Cette fête foraine...
(Huffingtonpost 09/08/17)
POLITIQUE - La nouvelle a fait l’effet d’une bombe. Tard dans la nuit dernière, le secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), Ilyas El Omari, à la tête de la première force d’opposition au parlement marocain avec plus de cent députés, annonçait sa démission, qui sera entérinée dans la journée. Le départ de l’homme fort du parti fondé par Fouad Ali El Himma, actuel conseiller du roi Mohammed VI, est considéré par les observateurs comme un acte emblématique dans le sillage d’une vague de reconfiguration du leadership des partis politiques marocains, suite au discours royal extrêmement sévère prononcé lors de la fête du trône le 29 juillet. Revue de détail. Finalement, la pression aura probablement été trop forte. Figure...
(RFI 09/08/17)
Au Maroc, Ilyas El Omari, secrétaire général du Parti authenticité et modernité, principal parti de l'opposition, a démissionné lundi 7 août. Ilyas El Omari avait pris l'an dernier les rênes du PAM, lui permettant d'arriver deuxième aux élections législatives d'octobre dernier. La presse marocaine attribue cette démission aux événements d'Al-Hoceïma, qui durent depuis dix mois maintenant. Ilyas El Omari assure que sa démission du PAM est irréversible. Dans une conférence de presse mardi à Rabat, il a affirmé que son départ n'avait rien à voir avec les événements du Rif, cette région du Nord dont il est pourtant le président. L'opposant évoque des raisons personnelles, mais critique quand même au passage des élus du PAM qui n'auraient pas suivi les...
(Libération 09/08/17)
Il s'agit du premier manifestant mort suite à des heurts avec les forces de l'ordre depuis que la contestation (le Hirak) a éclaté en octobre dernier dans le Rif, au nord du Maroc : Imad Atabi. Plongé dans le coma depuis sa blessure à la tête le 20 juillet, lors d'affrontements dans la ville d'Al-Hoceïma entre forces de l'ordre et manifestant, il a succombé hier soir. La nature de la blessure à la tête d'Imad Atabi n'a jamais été précisée de source officielle, mais les membres du mouvement de contestation dans le Rif ont affirmé qu'il avait été touché par une grenade lacrymogène tirée par les forces de l'ordre. L'Association marocaine des droits de l'Homme a accusé le ministère de...
(Atlas Info.fr 09/08/17)
Le Musée Mohammed VI d'art moderne et contemporain (MMVI) est une merveille qui révèle bien le talent des artistes africains, a souligné, mardi à Rabat, le président de la République du Bénin, Patrice Talon. "C'est un plaisir et un bonheur de découvrir sur notre continent et dans un pays frère une merveille de ce genre, où l’art révèle bien la qualité et le talent de l’artiste africain", a affirmé M. Talon, dans une déclaration à la MAP, à l'occasion de sa visite au MMVI qui abrite des expositions mettant à l’honneur la culture africaine, dans le cadre de l’évènement "L’Afrique en Capitale".
(Jeune Afrique 09/08/17)
C'est un homme bien plus discret que le désormais ex-secrétaire général Ilyas El Omari, qui a été choisi pour assurer l'intérim à la tête d'un des partis les plus puissants du Maroc. « Le conseil national va se réunir entre la fin septembre et début octobre pour trancher », nous dit Mehdi Bensaïd, militant du Parti authenticité et modernité (PAM). Depuis le 7 août au soir, le parti est en effusion : son secrétaire général, l’omniprésent Ilyas El Omari a quitté sa fonction. L’annonce a fait l’effet d’un coup de tonnerre et depuis, chacun se perd en conjectures. El Omary quitte-t-il son poste à cause du discours royal du 29 juillet...
(Autre média 09/08/17)
Durant ces cinq dernières années, le Maroc a acquis, auprès de la France, des armes pour un montant de plus de 7 milliards d'euros. Le royaume a ainsi dépassé les acquisitions d'armes de son voisin de l'Est, l'Algérie. Les détails. En cinq ans, le Maroc a acquis, auprès de la France, des armes sophistiquées pour un montant de 7 milliards d'euros. La quotidien Al Massae, qui se fait l'écho de cette information dans son édition de ce mercredi 9 août, rapporte que, durant la seule année 2016, le royaume s'est procuré des armes qui ont coûté 126 millions d'euros, ainsi que des avions et leurs équipements, pour 239 millions d'euros. Le Maroc a également reçu deux satellites espions, des missiles...
(Le Monde 09/08/17)
La présidente de la CGEM n’est pas seulement une femme d’affaires adepte du rapport de forces, elle est aussi un pilier des festivals d’Essaouira et de Casablanca. Dans les couloirs d’un splendide hôtel d’Essaouira, au Maroc, une femme sobrement vêtue s’avance d’un pas assuré, coiffée d’une casquette qui mange son visage. En dépit de son effort de dissimulation, certains la reconnaissent et lui adressent des marques de déférence : Miriem Bensalah-Chaqroun, la présidente de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), est l’une des femmes les plus puissantes de la monarchie. « Devenir présidente de la CGEM, c’est pour moi un chemin de vie. On n’y accède ni par calcul, ni par stratégie », affirme-t-elle une fois assise pour...
(Jeune Afrique 09/08/17)
La plus grande usine de dessalement au monde verra le jour au royaume chérifien. En effet, Abengoa, une entreprise espagnole spécialisée dans le domaine de l’énergie a passé un accord avec le gouvernement marocain pour la construction de la plus grande usine de dessalement d’eau de mer au monde. L’unité sera alimentée par l’énergie solaire et située dans la région d’Agadir. Le projet de l’entreprise repose sur l’utilisation de l’énergie solaire, un processus 100% écologique qui viendra appuyer les efforts du royaume en matière d’énergies renouvelables. À terme, l’usine compte produire environ 275.000 mètres cube d’eau quotidiennement, dont 150.000 seront dédiés à la consommation alimentaire et 125.000 à utiliser pour l’irrigation des 13.600 hectares de plantations au sud-ouest du royaume,...
(Jeune Afrique 09/08/17)
La société espagnole Abengoa, spécialisée dans l'énergie, a annoncé dans un communiqué avoir signé un nouveau contrat de 309 millions d'euros avec le Maroc, plus important que le précédent signé en 2014, pour construire une usine de dessalement fournissant de l'eau potable pour la consommation et l'irrigation, dans la région d'Agadir. Le Maroc et la société espagnole Abengoa, spécialisée dans l’énergie, ont signé un nouveau contrat pour la construction d’une usine de dessalement et le développement d’un projet d’irrigation dans la région d’Agadir. Le consortium mené par l’espagnol Abengoa avait déjà remporté ce marché en 2014. Mais, le projet, qui prévoyait au départ la construction d’une station de dessalement d’eau de mer d’une capacité de production de 100 000 m³,...
(Jeune Afrique 09/08/17)
Riche d’une expérience de plus de 50 ans dans le financement de la petite et moyenne agriculture, le Groupe Crédit Agricole du Maroc a développé un modèle unique au monde qui permet le financement de toutes les exploitations agricoles, quels que soient leur taille ou leur profil de risque. Ce modèle est aujourd’hui reconnu et primé par plusieurs institutions internationales telles que la FAO, la Banque Mondiale ou l’AFD qui l’ont audité et identifié comme modèle innovant de financement de l’agriculture qui mérite d’être largement diffusé et partagé avec d’autres institutions de financement. Avec son modèle d’intervention dans le monde agricole et rural , ses approches, ses outils et ses produits adaptés, le Groupe Crédit Agricole du Maroc propose aujourd’hui...

Pages