Dimanche 25 Juin 2017
(Le Point 16/06/17)
Le président français a choisi le Maroc pour sa première visite au Maghreb. En Algérie, on ne s'en est pas tant fait que ça. Explications. « L'ami de l'Algérie », pour reprendre l'expression de l'ex-ministre des Affaires étrangères algérien Ramtane Lamamra, a choisi comme première destination, non européenne, le Maroc en tant que nouveau président français. La santé de Bouteflika au cœur de toutes les spéculations À Alger, la visite d'Emmanuel Macron...
(Le Point 16/06/17)
La situation dans le Rif est l'un des dossiers chauds du royaume chérifien actuellement. Le président français en a parlé en conférence de presse à Rabat. Le président français Emmanuel Macron a assuré mercredi que le roi du Maroc Mohammed VI était « préoccupé » par la situation dans le Rif, région du nord du royaume en proie depuis des mois à un mouvement de contestation populaire. À la suite de sa première rencontre avec le souverain chérifien ce mercredi, le président Emmanuel Macron n'a pas pu éviter d'aborder la question des manifestations et de la situation qui prévaut dans le Rif en conférence de presse. Indiquant que le sujet avait été abordé « dès le début de la visite...
(Huffingtonpost 16/06/17)
AUTOMOBILE - On en sait davantage sur les ambitions de PSA au Maroc et en Afrique. Au lendemain de la visite d'Emmanuel Macron, le groupe automobile français a lancé ce jeudi les travaux de construction de sa première usine au royaume, à Kénitra, en présence de son patron Carlos Tavares et du ministre de l'Industrie, de l'investissement, du commerce et de l'économie numérique, Moulay Hafid Elalamy. Le site, qui sera opérationnel dès 2019, produira des moteurs et des véhicules couvrant les besoins de la région et des clients marocains. Sa capacité de production sera de 90.000 véhicules/an au démarrage pour atteindre 200.000 unités à terme. Pour MHE, ce "projet entame une nouvelle transformation du secteur de l’automobile: il s’accompagnera d’une...
(Agence Ecofin 16/06/17)
Attijariwafa Bank, qui est majoritairement contrôlé par la holding royale marocaine SNI, a annoncé le lancement imminent de la deuxième phase de son développement en Afrique, a-t-on appris d'une note d'information à des investisseurs. Le groupe, à travers cette deuxième phase, cible des implantations dans des pays anglophones du continent, a-t-elle expliqué. Rappelons qu'Attijariwafa a récemment élargi sa présence en Afrique du Nord, en finalisant l'acquisition de la filiale en Egypte du groupe Barclays Plc. L’ambition anglophone fait l'objet d'annonces depuis le début d'année 2013. Même si la première banque au Maroc a signé en décembre 2016 un accord avec le groupe United Bank of Africa, il semble qu'elle ait renoncé à entrer sur le marché nigérian. Par contre, elle...
(APA 16/06/17)
Le biologiste marocain, Adnane Remmal, a remporté, ce jeudi, le prix de l’inventeur européen de l’année pour son traitement « anti-antibiotique », décerné par l’Office Européen des Brevets (OEB), lors d’une cérémonie à Venise. Le médicament de ce biologiste marocain a été développé dans son laboratoire à l’université Ben Abdellah de Fès et se pose comme une alternative au recours systématique aux antibiotiques. Pour rappel, Remmal avait déjà remporté, en mai 2015, le prix de l’innovation pour l’Afrique pour un traitement semblable chez les animaux. Benoît Battistelli, président de l'OEB a déclaré que « l'innovation d'Adnane Remmal a non seulement le potentiel de sauver des vies, mais peut offrir un nouvel outil dans la lutte contre la menace croissante des...
(Le Point 16/06/17)
ENTRETIEN. Sur le continent africain et au-delà, le tandem Belhaloumi-Da Costa veut faire rayonner l'élégance masculine dans un univers raffiné. Tout commence sur un réseau social lorsque Chakir Belhaloumi, homme d'affaires belgo-marocain qui a travaillé avec des renoms de la mode comme Kenzo ou Thierry Mugler, découvre le travail de Victor Da Costa, maître-tailleur et coupeur chez Francesco Smalto, à Paris. Depuis leur rencontre, ils travaillent main dans la main afin de mettre à l'honneur l'élégance masculine. D'où le nom de leur maison « Sidi » (monsieur en arabe). La dextérité du maître-tailleur ajoutée à l'expertise du directeur de l'enseigne font leurs preuves depuis 2014, date de création de la première maison haute couture pour hommes au Maroc Sidi Marrakech...
(AFP 15/06/17)
Le procès de 25 Sahraouis accusés d'avoir assassiné onze membres des forces de l'ordre marocaines en 2010 touche à sa fin jeudi près de Rabat, avec un verdict attendu début juillet. Les plaidoiries de la défense ont démarré mercredi et doivent se terminer jeudi devant le tribunal de Salé, a indiqué à l'AFP Brahim Rachidi, avocat d'une des familles des victimes. A l'issue d'une audience mardi, le procureur avait requis de "lourdes peines sans les spécifier", tout en laissant au tribunal la possibilité de requalifier les faits. "Le parquet est persuadé que les pièces à conviction examinées confirment la culpabilité des accusés dont certains ont été pris en flagrant délit", a déclaré à la presse le procureur général, Hassan Daki...
(AFP 15/06/17)
Vingt-cinq manifestants et militants présumés du mouvement de contestation populaire qui secoue le nord du Maroc, ont été condamnés à 18 mois de prison ferme, à l'issue de leur procès mercredi à Al-Hoceïma (nord), a-t-on appris auprès de leur défense. Ils étaient 32 jeunes, âgés de 18 à 25 ans, qui ont comparu jusqu’à l'aube mercredi devant le tribunal d'Al-Hoceïma, a indiqué à l'AFP Me Mohamed Ziane. "Le verdict est tombé cette fin d'après-midi, vingt-cinq d'entre eux ont été condamnés à 18 mois de prison ferme", a annoncé Me Ziane. Les sept autres, qui comparaissaient libres, ont été condamnés à du sursis et à des amendes, a-t-il précisé. Tous avaient été arrêtés il y a plus de deux semaines lors...
(AFP 15/06/17)
Le président français Emmanuel Macron a assuré mercredi que le roi du Maroc Mohammed VI est "préoccupé" par la situation dans le Rif, région du nord du royaume en proie depuis des mois à un mouvement de contestation populaire. "Nous avons évoqué (la situation dans le Rif) dès le début de la visite", a déclaré au cours d'une conférence de presse M. Macron, arrivé deux heures plus tôt à Rabat pour une visite "d'amitié et de travail", et une première rencontre avec le souverain. "Le roi du Maroc est préoccupé du sort de cette région qui lui est chère et où il a l'habitude de passer du temps", a commenté le chef de l'Etat français. "Il ne m'appartient pas de...
(RFI 15/06/17)
Emmanuel Macron et Mohammed VI ont choisi un format un peu particulier pour leur première rencontre ce mercredi 14 juin. Ni visite d’Etat, ni visite privée, une rencontre plus familiale que protocolaire qui n’a pas empêché les deux dirigeants de faire le point sur les sujets sensibles du moment. Mohammed VI est venu en personne accueillir Emmanuel Macron à l’aéroport de Rabat. Un accueil protocolaire avec tapis rouge et garde royale pour une visite décrite des deux côtés comme « personnelle ». Autrement dit sans réception officielle et délégation pléthorique. Mais avec un entretien au palais et un diner familial en compagnie de leurs épouses dans la résidence du roi pour la rupture du jeûne. Un privilège apprécié par le...
(Libération 15/06/17)
Le président français, invité par Mohammed VI ce mercredi à un dîner de rupture du jeûne en famille, n'a pas émis la moindre critique sur la répression de la révolte du Rif. Le verdict a été prononcé au moment où l’avion présidentiel français se posait sur le tarmac de l’aéroport de Rabat. Le tribunal d’Al-Hoceima, ville du nord du Maroc, a condamné 25 jeunes manifestants à dix-huit mois de prison ferme pour «troubles à l’ordre public, rébellion, participation à un attroupement non-autorisé et armé». Ils avaient été arrêtés deux semaines auparavant lors des heurts provoqués par la tentative d’arrestation de Nasser Zefzafi, leader du Hirak, le mouvement social qui secoue la région du Rif depuis des mois. Loin de cette...
(RFI 15/06/17)
Emmanuel Macron se rend au Maroc ce mercredi 14 juin. Une visite très rapide destinée à lui permettre de faire connaissance avec le roi Mohammed VI. C'est une visite pour permettre à Emmanuel Macron et Mohammed VI de faire connaissance. Les deux hommes ne se sont jamais rencontrés. C'est peut-être ce qui explique que ce déplacement soit présenté d'abord et avant tout comme étant d'ordre personnel. Le président français ne sera pas accompagné d'une délégation ministérielle ou de chefs d'entreprise. Mais simplement de son épouse Brigitte. Car le point d'orgue de la rencontre doit avoir lieu, le soir, lors du diner de rupture du jeûne que le couple Macron partagera avec Mohammed VI et sa famille dans la résidence personnelle...
(La Tribune 15/06/17)
En visite de deux jours au Maroc pour son premier déplacement officiel au Maghreb, le président français s’est entretenu avec le roi Mohammed VI. Les deux chefs d'Etat ont évoqué plusieurs sujets d’intérêts communs. Emmanuel Macron a réitéré le partenariat stratégique qui lie la France et le Royaume, un partenariat appelé à se renforcer davantage dans tous les domaines. Les deux chefs d’Etats qui ont passé en revue leurs relations bilatérales ainsi que la situation qui prévaut sur le continent et la crise du pays du Golfe, ont également convenu de coordonner leurs actions en matière de politique africaine dans le cadre d’une stratégie renouvelée qui met l’accent sur le développement. « La France et le Maroc ont ensemble aujourd'hui...
(Agence Ecofin 15/06/17)
La Banque mondiale envisage d’octroyer un prêt de 400 millions $ au Maroc pour la mise en œuvre du projet de construction de la centrale solaire Noor Midelt. D’une capacité de 800 MW, l’infrastructure sera, à son achèvement, la plus grande centrale solaire du pays. Le financement qui irait au profit de l’Agence marocaine des énergies renouvelables (MASEN) devra être approuvé par le conseil des administrateurs du groupe de la Banque mondiale, d’ici la fin de l’année en cours. Il entre dans le cadre de la stratégie de partenariat de l’institution financière avec le pays pour la période 2018-2021. L’enveloppe globale prévue dans le cadre de ce partenariat s’élève à 650 millions $ répartis en trois prêts. Les autres secteurs...
(APA 15/06/17)
Le président français Emmanuel Macron a souligné que le Maroc et la France ont un défi conjoint à relever pour « un développement actif en Afrique », saluant « la diplomatie active du Maroc » en Afrique. Lors d'une conférence de presse, tenue mercredi à Rabat à l'occasion de sa visite d'amitié et de travail au Maroc, le chef de l'Etat français a proposé de « conjuguer les politiques » des deux pays en matière de développement dans divers domaines liés aux infrastructures, au secteur privé et aux entrepreneurs. « La France est présente en Afrique (car) elle stabilise », a-t-il dit. « Il faut que notre stratégie (conjointe) soit cohérente et harmonieuse », a-t-il déclaré. Le chef de l'Etat...
(AFP 14/06/17)
Le président français Emmanuel Macron était attendu mercredi au Maroc pour une première rencontre avec le roi Mohammed VI consacrée notamment à la coopération dans la lutte anti-terroriste et à la crise du Golfe. M. Macron, accompagné de son épouse Brigitte, doit atterrir à 17H00 (16H00 GMT) à l'aéroport de Rabat, où il sera accueilli par le roi. Il sera ensuite reçu par Mohammed VI, d'abord en tête-à-tête puis avec ses conseillers. Le soir, il est convié avec son épouse au repas de rupture du jeûne du Ramadan offert par le roi en leur honneur dans sa résidence personnelle de Dar al Salam, avant de repartir jeudi matin pour Paris. Ce premier déplacement du président français dans le Maghreb, le...
(AFP 14/06/17)
C'est un peu la "France au bout de la rue": depuis quelques années, les grandes écoles françaises sont de plus en plus nombreuses à s'implanter au Maroc, qui apparait comme un "hub" pour la formation universitaire en Afrique. L'Ecole Centrale, l'EM Lyon Business School, l'ESSEC, l'Ecole des Mines, l'INSA, Dauphine... "Pas moins de six grands établissements français d'enseignement supérieur se sont installés au Maroc, et d'autres manifestent un intérêt pour le royaume", explique à l'AFP Jean-Marc Berthon, directeur général de l'Institut français du Maroc.
(Gabon Actu 14/06/17)
L’ambassade du Gabon au Maroc a annoncé dans un communiqué que le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba passe un séjour tranquille au Maroc après un long séjour à New York aux USA où il a participé au sommet de l’ONU sur les océans. Le communiqué de l’ambassade dément des informations diffusées dans les réseaux sociaux annonçant que les gabonais seraient mécontent du séjour qu’effectue en ce moment, en territoire chérifien, Ali Bongo Ondimba. L’ambassadeur du Gabon en poste au Maroc, Abdu Razzaq Guy Kambogo a tenu « à démentir ce genre d’informations aussi erronées que mensongères, qui ne grandissent nullement leurs auteurs et dont le but inavoué serait de ternir l’image du Gabon et de ses dirigeants »,...
(AFP 14/06/17)
Une association marocaine a réclamé l'interdiction immédiate de l'exploitation des domestiques mineures et l'amendement d'une loi sur le sujet, selon un communiqué transmis mardi à l'AFP. L'association Insaf, qui vient de diffuser sur Youtube une vidéo plaidoyer sur ce thème, appelle les autorités marocaines à "interdire immédiatement l'exploitation de tout(e) mineur(e) dans le travail domestique". Elle appelle le parlement à "harmoniser" une loi promulguée à l'été 2016 qui fixe à 18 ans l'âge minimal des employés de maison, mais autorise encore pour cinq ans l'emploi d'adolescents de 16 à 18 ans. Malgré les "témoignages de victimes sur cette pratique indigne", la loi "permet toujours l'exploitation dans le travail domestique des enfants âgés de 16 à 18 ans", déplore l'Insaf. Par...
(RFI 14/06/17)
Emmanuel Macron se rend au Maroc ce mercredi 14 juin. Une visite très rapide destinée à lui permettre de faire connaissance avec le roi Mohammed VI. C'est une visite pour permettre à Emmanuel Macron et Mohammed VI de faire connaissance. Les deux hommes ne se sont jamais rencontrés. C'est peut-être ce qui explique que ce déplacement soit présenté d'abord et avant tout comme étant d'ordre personnel. Le président français ne sera pas accompagné d'une délégation ministérielle ou de chefs d'entreprise. Mais simplement de son épouse Brigitte. Car le point d'orgue de la rencontre doit avoir lieu, le soir, lors du diner de rupture du jeûne que le couple Macron partagera avec Mohammed VI et sa famille dans la résidence personnelle...

Pages