Jeudi 25 Mai 2017
(Jeune Afrique 18/05/17)
La candidate du mouvement d'Emmanuel Macron pour représenter les Français de l'étranger aux prochaines législatives a décidé de réagir à la polémique suscitée au Maroc par son investiture. Elle rejette toute position hostile à l'égard du royaume chérifien et pointe du doigt son principal détracteur. Interview. Son investiture dans la 9ème circonscription des Français de l’étranger (Maghreb et Afrique de l’Ouest) pour le mouvement d’Emmanuel Macron lors des prochaines législatives françaises a provoqué un tollé au Maroc. En cause : sa position hostile au Maroc sur le dossier du Sahara occidental. Le mardi 16 mai, la Franco-Algérienne et sénatrice MoDEM (parti de François Bayrou) Leila Aichi s’est trouvée obligée de publier un communiqué réfutant toute hostilité envers le royaume chérifien...
(Libération 18/05/17)
La candidature de Leila Aïchi dans la neuvième circonscription des Français de l'étranger a provoqué la colère des comités locaux du mouvement. En cause, les déclarations passées de l'ex-sénatrice Modem sur le Sahara occidental. [Actualisation. Dans la liste des candidats La République en marche publiée ce mercredi à 18 heures, le nom de Leila Aïchi a été retiré. Aucun candidat n'est désigné pour la 9e cironscription des Français de l'étranger.] En Marche est-il pris à son propre piège ? Le mouvement politique créé par Emmanuel Macron a toujours officiellement dédaigné les «accords d’appareils». Dans la neuvième circonscription des Français de l’étranger (Maghreb et Afrique de l’Ouest), des militants de la première heure y ont cru : ils s’indignent...
(Tout sur l'Algérie 18/05/17)
La grogne populaire que connait la région du Rif, située dans le nord du Maroc, continue de gagner du terrain. Née à la suite de la mort tragique d’un poissonnier de la ville d’Al Hoceima, broyé par une benne à ordures au mois d’octobre 2016, le mouvement populaire du Rif s’est répandu comme une traînée de poudre. Face à cette situation, les autorités marocaines ont tout tenté pour tuer dans l’œuf cette contestation. En vain. Les Rifains ne décolèrent pas. Aujourd’hui, le Makhzen veut caresser le Hirak Echaâbi (mouvement populaire) dans le sens du poil pour éviter davantage de propagation du feu contestataire de cette « région révolutionnaire », qui jadis, avait proclamé sa propre république de 1921 à 1926...
(Huffingtonpost 18/05/17)
POLITIQUE - Mardi 16 mai, dans la soirée, les responsables des comités du mouvement La République En Marche! (LREM) Maroc se sont réunis pour faire un point sur la candidature de Leïla Aïchi pour la 9e circonscription aux législatives françaises. L'antenne marocaine du mouvement fondé par Emmanuel Macron maintiennent la suspension de sa campagne. "Après avoir consulté l'ensemble des adhérents à Tanger, Oujda, Rabat, Casablanca, Marrakech (et régions) ainsi qu'Agadir, les comités de LREM Maroc se sont réunis ce jour pour réévaluer la situation du blocage. À l'aune de la réaction des adhérents de LREM Maroc et de la déclaration de la candidate désignée, LREM Maroc a décidé de maintenir la suspension de la campagne jusqu'au jeudi 18 mai", explique...
(Huffingtonpost 18/05/17)
RAPPORT - Comment faire pour que le Maroc accélère sa croissance économique et devienne un pays émergeant en 2040? En créant des emplois pour les jeunes et en modernisant son économie et ses institutions publiques. Telle est la principale conclusion du dernier mémorandum économique de la Banque mondiale (BM) consacré au Maroc, intitulé "Le Maroc à l’horizon 2040: Investir dans le capital immatériel pour accélérer l’émergence économique". Le rapport, rendu public lundi par la BM, a été présenté le lendemain lors d'une conférence-débat organisée à la Fondation d'Attijariwafa Bank, tenue à Casablanca. Il analyse les performances économiques, ainsi que les opportunités de développement à saisir et les obstacles à surmonter pour le Maroc. Le rapport apporte également une feuille de...
(AFP 18/05/17)
Les autorités marocaines ont annoncé une série de mesures "d'urgence" suite au rejet sur le littoral de boues noires non-identifiées provenant apparemment d'une centrale thermique dans la ville de Mohammedia (centre), sur la côte atlantique. Dans un communiqué diffusé mercredi et relayé par l'agence officielle MAP, le Secrétariat d’État chargé du développement durable a affirmé qu'une équipe de la police de l’environnement a été dépêchée sur les lieux pour "s’enquérir de la situation". Les "investigations" ont confirmé "la présence de tâches noires sur une superficie de plus de 4000 m²", sur une plage à Mohammedia, entre...
(APA 18/05/17)
L'adjoint au maire de Libreville (Gabon), Sickout Iguendja Nicaise, a évoqué, jeudi à Casablanca, la nécessité pour les villes de l'Afrique subsaharienne de coopérer afin de profiter des innovations technologiques qui doivent améliorer les services offerts aux populations. "Le constat est que l'Afrique subsaharienne n'innove pas et ne copie que les innovations des autres. Il est temps qu'on innove dans la gestion de nos villes. C'est pourquoi, il y a nécessité de créer un pont entre nos villes africaines pour créer un pont avec le Maghreb", a dit M. Nicaise, dans un entretien à APA, en marge de la deuxième édition de Smart City Expo Casablanca qui s'achève ce jeudi. L'édition 2017 porte sur le thème "Villes par tous". Selon...
(Agence Ecofin 18/05/17)
La Banque mondiale a annoncé, hier mardi 16 mai 2017, qu’elle allait allouer 350 millions $ pour « appuyer des réformes de grande ampleur dans le secteur de l’intermédiation financière » au Maroc. Selon un communiqué rendu public par l’institution, ce prêt permettra aux PME marocaines d’accéder à de nouvelles sources de financement, tout en améliorant le cadre de supervision bancaire. Il devra également favoriser le développement du marché des capitaux, en élargissant la gamme des instruments disponibles et en renforçant la protection des investisseurs marocains. Enfin, cet appui financier contribuera à la pérennité financière de la caisse de retraite de la fonction publique, qui pourra ainsi rester un important investisseur institutionnel. Toujours selon la Banque Mondiale, le secteur financier...
(AFP 18/05/17)
C'est un trésor caché en plein coeur du Rif au nord du Maroc, à quelques encablures des hordes de touristes qui déferlent chaque été sur cette côte de la Méditerranée. Le parc national d'Al-Hoceïma veut préserver sa riche mais fragile biodiversité, tout en privilégiant un éco-tourisme responsable. "Le parc d'Al-Hoceïma, c'est 40 km de falaises de 600 mètres de haut! Bien plus que les calanques de Marseille!", s'exclame Houssine Nibani, président de l'Association de gestion intégrée des ressources (Agir), impliquée dans la conservation du parc. A 150 km à l'est du détroit de Gibraltar, ce parc créé en 2004 s'étend sur 48.000 hectares, avec une partie terrestre parsemée de villages berbères et une façade maritime immaculée de roches à pics...
(Agence Ecofin 18/05/17)
La Commission de l’Union européenne (UE) ne financera pas les projets marocains d’énergies renouvelables, implantés sur les territoires occupés du Sahara Occidental. « En ce qui concerne les projets d’énergies renouvelables au Sahara Occidental, l’UE ne finance pas de tels projets, et lorsqu’elle est contactée par des entreprises européennes et des citoyens, elle les informe en conséquence du statut juridique du Sahara Occidental, et notamment de l’exploitation des ressources minières.», a affirmé Federica Mogherini (photo). Cette déclaration a été faite dans la lettre que la responsable a écrite, en réponse à l’interpellation de l’eurodéputé, Miguel Viegas, qui interpellait l’UE sur l’exploitation des ressources du Sahara occidental. Précisons que la région est considérée par l’Union, comme un territoire non autonome dont...
(Les Afriques 18/05/17)
Afin de consolider le partenariat stratégique entre leurs deux institutions, Maroclear, dépositaire central des titres au Maroc, et le DC/BR, dépositaire central/Banque de règlement sur l’Uemoa, dont le siège est à Abidjan en Côte d’Ivoire, viennent de signer, à Casablanca, un accord de coopération. Les places financières d’Abidjan et de Casablanca vont se rapprocher un peu plus. En effet, Maroclear et le Dépositaire central/Banque de règlement (DC/BR) en Côte d’Ivoire, organe chargé de la conservation et de la circulation des valeurs mobilières pour le compte des émetteurs et des intermédiaires financiers agréés par le Conseil régional de l’épargne publique et des marchés financiers de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa), entendent mutualiser leurs efforts, en termes de conseil et d’accompagnement...
(Le Monde 18/05/17)
Rabat et Abuja ont annoncé le lancement d’une étude de faisabilité pour ce méga-projet énergétique, dont la réalisation semble extrêmement compliquée. Le projet de gazoduc géant qui doit relier le Maroc et le Nigeria par la façade atlantique verra-t-il le jour ? Annoncé en grande pompe fin 2016, ce méga-projet a franchi un premier pas, lundi 15 mai, à Rabat avec la signature d’un protocole d’accord en présence du roi Mohammed VI et du ministre nigérian des affaires étrangères, Geoffrey Onyeama. Mais en l’absence du président nigérian, Muhammadu Buhari, gravement malade et actuellement à Londres pour des soins. En décembre 2016, un accord de partenariat stratégique avait été signé entre le fonds souverain marocain Ithmar Capital (ex-FMDT) et la Nigeria...
(Africa24 18/05/17)
 
00:00
Économie, Le Maroc et le Nigeria annoncent le lancement officiel du projet de gazoduc devant relier les deux pays. Avec ce projet, il s’agit de prolonger le gazoduc déjà existant qui relie actuellement pas moins de quatre pays d’Afrique de l’Ouest
(La Tribune 18/05/17)
Depuis 16 ans, Mawazine, le plus grand festival de musique d’Afrique, attire plus de 2,5 millions de spectateurs pendant 9 jours. Un écho à l’ouverture et à la tolérance sur fond de développement économique. « Un pays ouvert, c'est un pays qui avance ». Abdeslam Ahizoune, le président de Maroc Cultures, l'association organisatrice de Mawazine, donne le ton. « Le Festival Mawazine, Rythmes du monde est le porte étendard du Maroc. Il représente les valeurs de notre pays inscrit dans une tradition de partage et de tolérance. La programmation couvre quasiment toutes les cultures musicales du monde. Mawazine, c'est plusieurs festivals en un ». Il est vrai qu'avec ses cinq scènes ouvertes, dispersées dans les plus beaux sites de Rabat...
(APA 18/05/17)
Le sociologue marocain, Nourédine Ayouch, a mis en garde, jeudi à Casablanca, contre l’érection d’une ville intelligente d’où sont exclus la culture et les arts. "La place de la culture et des arts est fondamentale dans une ville intelligente", a dit Nourédine Ayouch dans un entretien avec APA en marge de l'édition 2017 de Smart City Expo Casablanca dont le thème est "Ville par tous". Dans l'avènement d'une ville intelligente, le sociologue Ayouch, par ailleurs président de la Fondation des arts vivants, a estimé que s'il n'y avait pas une place pour la culture et les arts, "on passe à côté de la plaque". "Attention! Attention! Si dans une ville intelligente il n'y a pas d'arts, des espaces dédiés à...
(Autre média 18/05/17)
Le Wydad Casablanca reprend son bien ! Détrôné par le FUS Rabat la saison passée, le WAC s’est assuré son 19e titre de champion du Maroc en disposant 2-1 de l’Olympique de Safi mercredi. En effet, avec 7 points d’avance sur le Diffa El Jadida à deux journées de la fin, les hommes d’Houcine Ammouta ne peuvent plus être rejoints et bouclent une belle saison. Le grand rival, le Raja n’est que 3e, le FUS 7e.
(La Vie Eco 18/05/17)
De 2008 à 2016, les investissements dans les Fintechs ont été multipliés par treize dans le monde. Les régulateurs marocains y mettent du leur pour booster le domaine. Dans le cadre des activités d’animation des membres de sa communauté, Casablanca Finance City a organisé, le mardi 9 mai, une conférence sur les Fintechs, animée par des experts internationaux du domaine (Luxembourg For Finance, B-Part consulting, PwC) et des représentants des régulateurs marocains (Bank Al-Maghreb et l’Autorité marocaine des marchés des capitaux). Le terme Fintech, un mot barbare jusqu’à il y a une dizaine d’années, est né de la contraction de Finance et Technologie. L’ambition des Fintechs est claire : bousculer les banques et révolutionner le monde de la finance. Et...
(AFP 17/05/17)
Une vingtaine de militants sahraouis, accusés d'avoir assassiné onze membres des forces de l'ordre marocaines en 2010, se sont retirés de leur procès mardi soir, a-t-on appris de sources concordantes. Le "procès de Gdeim Izik", du nom du camp de déplacés où ont été tués onze policiers et gendarmes marocains en novembre 2010 près de la ville de Laâyoune, au Sahara occidental sous contrôle marocain, avait repris fin décembre devant une juridiction civile, après un premier jugement devant un tribunal militaire en 2013 au Maroc. 25 Sahraouis avaient...
(AFP 17/05/17)
On l'appelle ici "le negro", du nom donné par le voisin espagnol. Le grand dauphin fait des ravages dans les filets des sardiniers du port marocain d'al-Hoceïma, en Méditerranée occidentale, contribuant à la sévère crise de la pêche locale. "Depuis toujours à Al-Hoceïma, l'économie c'est la pêche", raconte Saïd Shaib, 44 ans, patron de pêche et sardinier. "On cohabitait avec le dauphin. Mais à partir de 2010, les attaques du negro ont explosé", raconte-t-il. "Quand il attaque, il ne nous reste parfois que 10 à 20 caisses de sardines, avec à chaque fois de gros dégâts dans les filets". Réparer les trous, le filet immobilisé, le carburant dépensé... "la facture monte vite", se plaint l'armateur. Sur les quais du port,...
(RFI 17/05/17)
En France, suite à la polémique suscitée par sa position sur la question de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, Leila Aïchi, la candidate de La République en Marche aux législatives pour la 9e circonscription des Français de l'étranger a démenti avoir tenu des propos pro-Polisario. Dans son communiqué, la candidate indique, sur la question du Sahara occidental, soutenir « fermement la recherche d'une solution juste, durable et mutuellement agréée, sous l'égide des Nations unies ». Le 13 février 2013, la sénatrice Leila Aïchi avait indiqué au quotidien algérien Al Watan : «Le Sahara occidental n’appartient pas au Maroc, c’est un territoire dont le statut juridique n’est pas encore tranché »...

Pages