Lundi 11 Décembre 2017

Édouard Philippe poursuit à Rabat sa tournée au Maghreb

Édouard Philippe poursuit à Rabat sa tournée au Maghreb
(AFP 16/11/17)

Le Premier ministre français Édouard Philippe est arrivé mercredi soir à Rabat, où il a été accueilli par son homologue marocain, Saad-Eddine El Osthmani, avant plusieurs rencontres prévues jeudi autour de l'économie, la jeunesse, la coopération décentralisée et l'Afrique.

"Nous avons ensemble des sujets d'intérêt commun et des convergences de vues très fortes sur des questions relatives au développement économique, à la coopération bilatérale, aux questions liées à la sécurité, régionale et dans son ensemble: nous avons avec le Maroc des coopérations fortes en matière de lutte contre le terrorisme", a déclaré le chef du gouvernement en début de soirée, avant un dîner officiel avec M. El Osthmani.

Dix à vingt accords, portant sur la sécurité civile, la coopération administrative pour la réforme de l'État, l'amélioration des services publics ou le numérique, doivent être signés entre les deux États à l'issue de rencontres bilatérales entre ministres français et marocains et d'une réunion plénière intergouvernementale.

Dix ministres et secrétaires d'Etat accompagnent Edouard Philippe, de Nicole Belloubet (Justice) à Elisabeth Borne (Transports) en passant par Jean-Michel Blanquer (Education), Françoise Nyssen (Culture) et Laura Flessel (Sports).

Les deux gouvernements doivent faire des déclarations dans les domaines culturel, sportif et de éducatif, l'un des principaux axes du déplacement.

L'un des accords concerne une aide au développement de l'enseignement bilingue, en augmentant les sections internationales françaises dans le secondaire, quatre décennies après le lancement de la politique d'arabisation lancée par le roi Hassan II dans les années 70.

Il doit également soutenir le développement des voies professionnelles et l'équité entre garçons et filles en milieu rural.

Édouard Philippe doit en outre visiter le campus de l'Essec à Rabat, ouvert en 2017, dans un contexte de développement soutenu des liens universitaires entre les deux pays : depuis quelques années, les grandes écoles françaises sont de plus en plus nombreuses à s'implanter au Maroc, dont l'École Centrale, l'EM Lyon Business School, l'Ecole des Mines, ou l'INSA.

Le Maroc demeure par ailleurs toujours le premier pays d'origine des étudiants étrangers en France. La France a développé au Maroc le plus important de ses réseaux scolaires publics au monde, fort de 38 écoles françaises et 37.000 élèves inscrits à la rentrée 2017, de la maternelle aux classes préparatoires.

- 'Entreprises bien placées' -

Après un déplacement début octobre en Tunisie, le premier hors-UE, où il avait appelé à préférer "l'utile" à "l'éclat" pour contribuer au développement économique de l'Afrique, le Premier ministre doit également annoncer à Rabat une augmentation de la capacité d'intervention de l'Agence française de développement dans le pays.

Il s'agit notamment de mettre en œuvre des prêts et des cofinancements dans les domaines de l'énergie renouvelable, les transports portuaire et "le développement inclusif pour les territoires", a précisé son entourage.

Le Premier ministre, accompagné d'une délégation d'une quarantaine d'entreprises, doit également participer jeudi au Forum économique franco-marocain, où seront présentes près de 150 entreprises des deux pays.

Aujourd'hui, 800 filiales d'entreprises françaises, dont 33 du CAC40, sont implantées au Maroc et les investissements étrangers sont pour un tiers hexagonaux, mais la France n'est plus le premier partenaire commercial du royaume, supplantée par l'Espagne.

Des discussions sont également prévues entre Édouard Philippe et Saad-Eddine El Othmani sur l'intensification de l'entraide judiciaire en matière civile et pénale.

Il ne rencontrera toutefois pas le roi, Mohammed VI, en déplacement à l'étranger. La visite permettra de maintenir "une relation historique excellente entre les deux pays", selon une source à Matignon.

Emmanuel Macron, qui y avait fait une visite privée en juin, peu après son élection, doit à nouveau s'y rendre, cette fois pour une visite d'État, au premier semestre 2018.

Après la Tunisie et le Maroc, Édouard Philippe est attendu pour sa part "prochainement" en Algérie pour un séminaire gouvernemental, a indiqué son entourage.

Commentaires facebook