Mercredi 13 Décembre 2017

Bousculade au Maroc lors d'une distribution de farine: au moins 15 morts

Bousculade au Maroc lors d'une distribution de farine: au moins 15 morts
(AFP 20/11/17)

Une bousculade provoquée par une distribution d'aide alimentaire a fait moins quinze morts, des femmes venues chercher de la farine, dimanche matin dans un village de la région d'Essaouira (sud-ouest du Maroc).

Une foule de femmes de tous âges s'était rassemblée sur une place du marché de Sidi Boulaalam, un village rural situé à environ 60 km au nord-est d'Essaouira) pour bénéficier de la distribution de farine de blé organisée chaque année par un notable local installé à Casablanca, selon un témoin joint par l'AFP sur place.

"Cette année il y avait beaucoup de monde. Plusieurs centaines de personnes. Les gens se sont bousculés, ils ont fait tomber les barrières (...) les autorités locales sur place ont été débordées", a expliqué ce médecin qui a assisté à la bousculade.

"Et même quand il y avait des personnes à terre, les gens continuaient de se disputer pour récupérer les denrées alimentaires", a ajouté le témoin qui a requis l'anonymat.

Au moins 15 personnes ont été tuées et cinq autre blessées, selon un premier bilan du ministère marocain de l'Intérieur qui ne précise pas les circonstances de la bousculade.

Les 15 personnes décédées sont toutes des femmes, selon le médecin joint par l'AFP, qui fait pour sa part état de 10 blessées, dont deux dans un état critique.

Les blessées ont été évacuées par hélicoptère au centre hospitalier universitaire (CHU) de Marrakech, a-t-il précisé.

- 'Honte ' -

Des images diffusées sur facebook par "Essaouria en ligne tv", une page animée par des activitistes locaux, montrent une foule énorme rassemblées sur la place du marché de ce village. Et des corps allongés inanimés allongés à terre, sous la légende "la faim tue des dizaines de pauvres dans la province d'Essaouira. La tragédie de Sidi Bou est une honte pour les élus et les responsables".

L'opération a lieu chaque année, avec des incidents ces dernières années, "des bousculades", selon Manar Khouda, une enseignante militante qui gère la page Facebook 'Essaouira en ligne TV". Cette année, la distribution de nourriture était surveillée par "seulement quatre gendarmes", selon elle.

Selon Abdelkadir El Hadidi, l'organisateur de la distribution interrogé par le site du quotidien Alkhbar Al Yaoum qui le décrit comme un imam, a déclaré que l'opération s'était déroulée "dans le respect de la loi et sous la supervision des autorités".

Une enquête a été ouverte pour "déterminer les circonstances de l'incident et établir les responsabilités", selon le communiqué du ministère de l'Intérieur.

Le souverain marocain a également décidé de "prendre en charge personnellement les frais d'inhumation et des obsèques des victimes et des soins des blessés", d'après la même source.

"Ce drame est celui du Maroc que l'on ne veut plus voir", a commenté le site d'information Médias 24 pour qui le village de Sidi Boulaalam, qui compte environ 8000 habitants, est "un des villages les plus pauvres" du pays.

Le Maroc est marqué par de criantes inégalités sociales et territoriales. Un rapport officiel rendu public début octobre avait souligné la persistance d'une grande pauvreté dans le milieu rural et les zones enclavées du pays.

Commentaires facebook