Dimanche 22 Avril 2018

Migrations et esclavage : quand le Maghreb était la destination d'Européens

Migrations et esclavage : quand le Maghreb était la destination d'Européens
(Le Point 17/03/18)

« Dieu soit loué. À mon maître, que Dieu le garde en vie. Après que notre maître m'ait crié dessus et se soit mis en colère contre moi me reprochant d'avoir souvent agi sans l'en avoir informé et d'avoir amené de Grèce ma mère sans le prévenir […] je me suis réfugié parmi les plus humbles. […] Je suis votre esclave. Vous devez ordonner à votre esclave. Vous pouvez aussi lui pardonner. Vous affirmez que j'ai amené auprès de moi ma mère sans en aviser votre excellence. [Et bien] je n'ai ni mère, ni père. Vous êtes ma mère et mon père. Je n'ai que vous, maître. »

Ces lignes d'une lettre conservée aujourd'hui aux Archives nationales tunisiennes furent rédigées en 1832 par un esclave d'origine grecque, converti à l'islam sous le nom de Muhammad le Trésorier (Khaznadar). Ses paroles d'excuses sont adressées à son maître, le vizir (ou principal ministre) de la province ottomane de Tunis, Shakir le Garde des Sceaux (Sahib al-Taba) lui aussi de statut servile mais provenant d'une tout autre région, de Circassie, dans les contrées caucasiennes. Cette région se trouve aujourd'hui au sein de la Fédération de Russie, au nord de la Géorgie et correspond aux républiques russes de Karatchaïévo-Tcherkessie, de Kabardino-Balkarie et d'Adyguée. Parmi de multiples témoignages d'esclaves au cours du XIXᵉ siècle, la lettre, rédigée en langue arabe, nous plonge dans un tout autre monde des circulations d'hommes et de femmes en Méditerranée.

Le Maghreb, l'eldorado des européens
Jusqu'à la première moitié du XXe siècle, les hommes, femmes et enfants ne cherchent pas majoritairement à parcourir la Méditerranée du Sud, de l'Afrique du Nord, vers les rives européennes et plus loin encore sur ce continent. Bien au contraire ce sont les contrées maghrébines qui attirent des sujets italiens, français, espagnols, grecs. Ces populations européennes fuient la misère et la pression démographique chez eux. Elles viennent tenter leur chance sur de nouvelles terres comme ils le font alors aussi dans des colonies outre-Atlantique.

Ce sont les contrées maghrébines également, et non européennes, qui reçoivent des esclaves africains contraints de traverser le Sahara mais aussi jusqu'au milieu du XIXe siècle, des esclaves d'origines caucasienne, géorgienne ainsi que des esclaves grecs à la suite de la lutte pour l'indépendance de cette population contre les sultans ottomans dans les années 1820. Lorsque Muhammad Khaznadar rédige ou fait rédiger sa courte missive, le Maghreb n'est pas encore passé sous domination coloniale européenne. Les Français ont pris Alger depuis deux ans et ont conquis dans un assaut terrible de violence toute une série villes sur le littoral algérien entre 1830 et 1832.

Lire sur: http://afrique.lepoint.fr/actualites/migrations-et-esclavage-quand-le-ma...

Commentaires facebook