Vendredi 24 Novembre 2017

Maroc : le remaniement ministériel suspendu au retour du roi, en voyage dans le Golfe

Maroc : le remaniement ministériel suspendu au retour du roi, en voyage dans le Golfe
(Jeune Afrique 11/11/17)
Le Chef du gouvernement marocain, Saad Eddine El Othmani

Les partis politiques ayant subi la colère royale du 24 octobre sont dans l’expectative. Personne ne sait de quelle ampleur sera le remaniement attendu.

Qui remplacera les ministres licenciés par le roi ? C’est la question qui agite la classe politique depuis l’annonce des sanctions qui ont ébranlé le gouvernement de Saadeddine El Othmani, mardi 24 octobre. Quatre ministres, et pas des moindres, ont été remerciés par Mohammed VI pour leur responsabilité dans le retard des projets de développement de la région d’El Hoceima, théâtre de contestations populaires depuis octobre 2016. Il s’agit de deux membres du Mouvement populaire (MP) : Mohammed Hassad, ministre de l’Éducation nationale, et Larbi Bencheikh, secrétaire d’État à la formation professionnelle. Les deux autres ministres concernés appartiennent au Parti du progrès et du socialisme (PPS) : Nabil Benabdellah (Urbanisme et Habitat) et El Houcine El Ouardi (Santé).

Les deux partis politiques touchés sont dans l’expectative en attendant le retour du roi Mohammed VI de son périple dans le Golfe. Après les Émirats arabes unis, le roi doit normalement se rendre au Qatar ce dimanche 12 novembre. Pour dire les choses telles qu’elles sont, dans les états-majors de ces deux partis, personne ne sait s’il s’agira d’un remaniement technique ou si l’architecture gouvernementale subira de profonds changements.

Nabil Benabdellah a beau promettre à ses troupes – réunies en comité central le samedi 4 novembre – qu’il a reçu des assurances « d’en haut » que son parti resterait au gouvernement, rien n’est gagné. Depuis le coup de tonnerre royal, il a rencontré le chef du gouvernement deux fois. « Nous avons de bons profils pour combler les postes vacants, mais je préfère ne pas donner de noms pour éviter les chamboulements de dernière minute « , assure-t-il à Jeune Afrique.

Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/491650/politique/maroc-le-remaniement-minist...

Commentaires facebook