Vendredi 15 Décembre 2017

Le squelette du fameux Zarafasaura restitué au Maroc

Le squelette du fameux Zarafasaura restitué au Maroc
(MAP 20/04/17)
Le squelette du fameux Zarafasaura.

Le squelette du dinosaure marin qui avait été exposé en mars dernier à l’hôtel Drouot de Paris vient d’être restitué au Maroc, selon l'agence de presse MAP.

Zarafasaura Oceanis a été remis au ministère de l’Énergie, et des Mines, annonce la MAP qui cite l'Ambassade du Maroc en France. Cette restitution s’est effectuée dans le cadre d’un accord entre le Maroc et les détenteurs de squelette, qui permet d’éviter un processus judiciaire long et fastidieux. "Ils reconnaissent sans condition la propriété du Maroc de ce squelette et acceptent d’en assurer le transfert au Maroc et sont indemnisés au prix coûtant pour les travaux effectivement réalisés de restauration et de reconstitution", écrit l'agence de presse.

Par ailleurs, la plainte déposée contre " X " pour fouilles illégales et exportation illicite de fossiles en infraction aux dispositions légales et réglementaires en vigueur au Maroc suit son cours.

La vente de ce dinosaure marin a fait couler beaucoup d'encre après que l'Association pour la protection du patrimoine géologique du Maroc a dénoncé dans un communiqué la vente de ce "trésor patrimonial unique", en mettant en doute la légalité de sa sortie du territoire.

Estimé entre 350.000 et 450.000 euros, le squelette de 9 mètres de long découvert en 2011 à proximité de Khouribga était détenu par un cabinet de curiosités italien qui affirme l'avoir restauré et mis en valeur après avoir acheté "un tas de cailloux" à la foire de Munich en 2014.

"Mon client a fait un travail scientifique et artisanal pour en faire un véritable objet de valeur. Ce travail devra d’une manière ou d’une autre être valorisé. C’est ce qu'on m’a garanti dans l’accord", déclarait à Telquel.ma Alexandre Giquello, commissaire-priseur de l’étude Binoche & Giquello. Ce dernier est en effet parvenu à un accord avec l’ambassadeur du Maroc à Paris, Chakib Benmoussa, en concertation avec le vendeur italien, pour retirer de la vente l’objet de convoitise.

Commentaires facebook