Samedi 27 Mai 2017

Abdelghani Yalouz, le lutteur à la tête de l’Institut français du sport

Abdelghani Yalouz, le lutteur à la tête de l’Institut français du sport
(Jeune Afrique 21/04/17)

Ce natif de Casablanca est devenu en France l’un des meilleurs spécialistes mondiaux de sa discipline : la lutte. À 49 ans, il vient d’être nommé directeur de l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance (Insep).

Bernard Amsalem s’en souvient encore. Quand il a proposé au ministère des Sports le nom de Ghani Yalouz pour devenir le directeur technique national de l’athlétisme français, l’ex-président de la Fédération n’a pas échappé aux attaques. « On ne comprenait pas pourquoi je voulais que ce soit un ex-lutteur et pas quelqu’un du sérail. Or j’ai pensé que choisir quelqu’un habitué au haut niveau, mais venant sans a priori, serait une bonne chose pour l’athlétisme français. Je savais également que Ghani était réputé pour sa façon de manager. »

C’était en 2009. Sept ans plus tard, Bernard Amsalem peut se féliciter de son choix : les résultats vont au-delà des espérances. Et le 11 mars, l’ancien lutteur, le plus médaillé des Français de la discipline au niveau international — que la rumeur envoyait dans un ministère —, a été propulsé directeur de l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance (Insep).

Au départ, le foot

Malgré des propositions émanant de pays du Golfe, du Maroc – où il n’a « plus trop le temps d’aller » – et de l’Algérie, Abdelghani Yalouz, dit Ghani Yalouz, 49 ans, restera donc en France. La raison ? « J’aime passionnément ce pays, tout simplement. »

Commentaires facebook