Mardi 23 Mai 2017

Dans le monde

(AFP)

Le Festival de Cannes a observé une minute de silence mardi, en solidarité avec la ville de Manchester, frappée par un attentat, avant une soirée exceptionnelle pour fêter une 70e édition avec de nombreuses stars qui ont posé pour une exceptionnelle photo de famille.

(AFP)

"Surtout n'écrivez pas que je suis nigérien", commence par ordonner le poète-peintre touareg Hawad. "Je suis touareg, ma nation, elle est écartelée entre cinq nations. Je ne reconnais pas ces nations africaines".

Une anthologie de Hawad vient d'être publiée dans la prestigieuse collection Poésie de Gallimard. Le musée national Boubou-Hama de Niamey et le Centre Culturel Franco-Nigérien (CCFN) organisent, eux, jusqu'au 27 mai une rétrospective regroupant toute la carrière picturale de cet artiste.

(AFP)

Les partisans du président vénézuélien Nicolas Maduro défilaient mardi à Caracas pour "la paix", alors que l'opposition proteste depuis début avril pour exiger son départ dans un climat de violences qui a déjà fait 51 morts.

"Je convoque massivement tout le peuple du Venezuela dans la rue avec le drapeau tricolore (national, ndlr) en signe de paix, de tolérance et d'amour (...) J'appelle à la grande marche pour la paix", avait déclaré le chef de l'Etat dimanche lors de son émission télévisée hebdomadaire.

(AFP)

Une jeune Chinoise naïve amoureuse d'un rouquin à lunettes... qui n'est autre qu'un dangereux un espion. C'est le thème d'une BD placardée à Pékin depuis l'an dernier, symbole des efforts croissants du gouvernement contre l'espionnage, notamment américain.

Si l'héroïne de la bande dessinée s'en sort avec de chaudes larmes et des remontrances de la police, les histoires peuvent se terminer plus mal. Entre fin 2010 et 2012, Pékin aurait ainsi tué ou emprisonné près de 20 agents travaillant pour la CIA, selon un article publié dimanche par le New York Times.

(AFP)

Un attentat-suicide, revendiqué par le groupe Etat islamique, a fait au moins 22 morts, dont une fillette de huit ans et d'autres enfants, et 59 blessés lundi soir à l'issue d'un concert pop à Manchester (nord-ouest de l'Angleterre). Voici ce que l'on sait mardi en début d'après-midi:

- Un attentat-suicide revendiqué par l'EI

(AFP)

Le ministère grec des Migrations s'est déclaré déterminé mardi à vider le camp insalubre de Hellinikon, installé près de la mer dans l'ancien aéroport d'Athènes, où plus de 700 réfugiés, principalement Afghans, campent depuis plus d'un an.

"Nous sommes sur place aujourd'hui pour enregistrer les besoins des réfugiés et les informer officiellement qu'ils doivent quitter les lieux et aller dans des camps organisés", a indiqué à l'AFP une source au ministère des Migrations sous couvert d'anonymat.

(AFP)

En déposant son "pain d'épice Luther" à la caisse, Mikael Byrial Jensen reconnaît avec embarras que Martin Luther, père du protestantisme, n'aurait sans doute guère goûté les produits dérivés à son effigie.

Luther "disait lui-même que les saints n'ont rien de spécial... mais c'est comme ça de nos jours. Nous sommes luthériens, donc c'est un cadeau sympa", plaide M. Jensen, guide danois venu visiter Wittenberg, dans l'est de l'Allemagne, la "ville de Luther".

(AFP)

La police de Manchester a annoncé mardi l'arrestation d'un homme de 23 ans en lien avec l'attentat suicide qui a fait au moins 22 morts, dont des enfants, à la sortie d'un concert lundi soir.

"Nous pouvons confirmer l'arrestation d'un homme de 23 ans dans le sud de Manchester", a indiqué la police dans un communiqué. L'auteur de l'attentat est mort après avoir déclenché un engin explosif, avait indiqué auparavant la police.

(AFP)

"Il y avait beaucoup d'enfants. C'est une tragédie". Le Royaume-Uni s'est réveillé sous le choc mardi après l'attentat suicide contre une salle de concert de Manchester qui a surtout visé enfants et adolescents.

L'attentat, perpétré par un homme qui a fait détoner un engin explosif dans le foyer de la Manchester Arena à la sortie d'un concert de la pop-star américaine Ariana Grande, a fait au moins 22 morts et 59 blessés.

(AFP)

Les lieux de spectacles, concerts ou discothèques sont des cibles fréquentes d'attentats, tel celui qui a frappé lundi soir Manchester à l'issue d'un concert de la chanteuse Ariana Grande, le plus meurtrier en Grande-Bretagne depuis 12 ans.

- Carnage dans une discothèque d'Istanbul -

Le 31 décembre 2016, à Istanbul, un assaillant armé d'un fusil d'assaut tire au hasard sur la foule dans la boite de nuit branchée Reina, où 700 à 800 personnes fêtent le passage à la nouvelle année. 39 personnes, dont au moins 20 étrangers, sont tuées et 65 blessées.

(AFP)

L'explosion d'une voiture piégée a fait quatre morts et 30 blessés mardi à Homs (centre), troisième ville de Syrie, selon les médias officiels, deux jours après la reprise de la totalité de la ville par les forces du régime.

L'explosion a eu lieu près du quartier d'al-Zahra, où vivent en majorité des musulmans alaouites, la communauté du président Bachar al-Assad.

Deux assaillants se sont approchés d'un barrage à bord d'un véhicule piégé. Des forces de sécurité ont ouvert le feu, faisant exploser le véhicule, a indiqué l'agence Sana.

(AFP)

Au moins dix soldats afghans ont été tués lors d'une attaque menée par des insurgés contre une base militaire de la province de Kandahar, dans le sud de l'Afghanistan, a indiqué mardi le ministère de la Défense.

"La nuit dernière, les ennemis de l'Afghanistan ont attaqué le camp Achakzaï abritant le corps d'armée 205, dans le district de Shah Wali Kot", a indiqué le ministère dans un communiqué. "Dix soldats courageux ont été tués et neuf autres blessés".

(AFP)

La police a ouvert le feu mardi à Bahreïn pour disperser des manifestants, faisant un mort et ravivant les tensions entre la dynastie sunnite et la population à majorité chiite dans ce pays du Golfe allié des Etats-Unis.

Cette opération de sécurité qui a fait également des dizaines de blessés a permis, selon les autorités, de démanteler un sit-in observé depuis des mois dans un village chiite. Elle est survenue quelques jours après une rencontre dimanche entre le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa Al Khalifa, et le président américain Donald Trump en visite à Ryad.

(AFP)

Le président des Etats-Unis Donald Trump a vivement condamné mardi à Bethléem, en Cisjordanie occupée, l'attentat de Manchester perpétré selon lui par "des losers malfaisants".

"Tellement de jeunes gens magnifiques, vivants et aimant la vie, assassinés par des losers malfaisants. Je ne les appellerai pas des monstres car ils aimeraient trop ce mot", a déclaré M. Trump en présence du président palestinien Mahmoud Abbas avec lequel il s'est entretenu dans la matinée.

(AFP)

Petite fille, Première dame de facto ou présidente, Park Geun-Hye s'était toujours sentie comme chez elle dans les allées du pouvoir sud-coréen. La "princesse" de 65 ans comparaît désormais détenue dans un retentissant scandale de corruption.

Cette affaire, à l'origine de manifestations monstre dans le pays pour réclamer son départ, lui a valu d'être la première chef de l'Etat de Corée du Sud destituée.

La fille aînée du dictateur militaire Park Chung-Hee a grandi à la Maison Bleue, la présidence sud-coréenne, où elle a connu une enfance dorée.

(AFP)

Le président russe Vladimir Poutine s'est dit prêt à "développer la coopération antiterroriste" avec la Grande-Bretagne après l'attentat suicide "cynique et inhumain" de Manchester qui a fait au moins 22 morts et une soixantaine de blessés, a indiqué le Kremlin.

Le chef de l'Etat russe "a exprimé ses sincères condoléances" à la Première ministre britannique Theresa May et a "fermement condamné ce crime cynique et inhumain", selon le communiqué du Kremlin.

(AFP)

La chanteuse américaine Ariana Grande, dont le concert a été frappé lundi soir par un attentat meurtrier à Manchester (Grande-Bretagne), est l'une des stars favorites des pré-adolescents, à la réputation plutôt sage.

Bien que son dernier album soit intitulé "Dangerous Woman", elle n'est pas coutumière des polémiques et scandales.

Ariana Grande s'est dite "brisée" par l'attentat. "Du fond du coeur, je suis affreusement désolée. Je n'ai pas de mots", a tweeté la chanteuse, actuellement en tournée en Grande-Bretagne.

(AFP)

La Chine connaît depuis 2016 un boom du "vélopartage 2.0", avec un effet pervers: ces bicyclettes, qui peuvent être louées et laissées n'importe où, pullulent au point de gêner la circulation des automobiles comme des piétons. Un chaos auquel les autorités veulent mettre fin.

Les idées ne manquent pas, de la réduction du nombre de vélos à l'interdiction pure et simple de chevaucher ces montures connectées pour les personnes trop grandes, trop petites, trop jeunes (enfants)...

(AFP)

La Première ministre conservatrice Theresa May et son rival travailliste Jeremy Corbyn ont décidé mardi de suspendre leur campagne en vue des élections législatives du 8 juin, après l'attentat à Manchester qui a fait 19 morts.

Mme May et M. Corbyn sont tombés d'accord pour "suspendre jusqu'à nouvel ordre" la campagne en raison de l'attentat, a déclaré Jeremy Corbyn, cité par l'agence Press Association.

(AFP)

L'ex-présidente sud-coréenne Park Geun-Hye a comparu mardi à Séoul, la mine sombre et sans maquillage, à l'ouverture de son procès dans la retentissante affaire de corruption qui a précipité sa destitution.

L'ex-chef de l'Etat, qui il y a deux mois vivait encore à la "Maison bleue", le siège de la présidence, et était connue pour le soin extrême apporté à son image, est apparue menottée et arborant son matricule de détenue.

(AFP)

Le président américain Donald Trump a appelé mardi Israéliens et Palestiniens à prendre des "décisions difficiles" pour la paix, avant de quitter Jérusalem sans avoir jamais précisé publiquement comment il s'y prendrait pour obtenir ce qu'il a appelé l'accord "ultime".

De ses rencontres lundi avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Jérusalem et mardi avec le président palestinien Mahmoud Abbas à Bethléem en Cisjordanie occupée, M. Trump, lui-même "personnellement décidé à (les) aider à parvenir à un accord", a retenu que les deux antagonistes voulaient la paix.

(AFP)

L'action "terroriste" présumée qui a fait 19 morts et environ 50 blessés lundi soir dans une salle de concerts de Manchester fait suite à plusieurs attaques en Grande-Bretagne, dont la plus grave avait fait 56 morts en 2005.

- Juillet 2005: les transports londoniens visés -

Le 7 juillet, quatre attentats suicide coordonnés à l'heure de pointe dans trois rames de métro et un bus londoniens font 56 morts, dont les quatre kamikazes, et 700 blessés. Un groupe se réclamant d'Al-Qaïda revendique les attaques.

(AFP)

Un attentat suicide a fait au moins 22 morts, dont des enfants, et 59 blessés lundi soir à l'issue d'un concert pop à Manchester (ouest de l'Angleterre). Voici ce que l'on sait mardi matin:

- Un attentat suicide

Selon la police de Manchester, une puissante explosion a eu lieu dans le foyer de la Manchester Arena, une salle de 21.000 personnes, à la fin du concert de la chanteuse américaine Ariana Grande vers 22H30 (21H30 GMT) lundi.

(AFP)

Les 194 Etats membres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) vont élire mardi à huis clos celui ou celle qui remplacera en juillet la Chinoise Margaret Chan, qui est restée à la tête de cette agence de l'ONU pendant plus de dix ans.

Pour la première fois, les Etats membres de l'OMS pourront choisir sur une liste de trois candidats. Auparavant, le Conseil exécutif ne soumettait qu'un seul candidat à l'Assemblée mondiale de la Santé, qui procédait à la nomination finale.

(AFP)

Donald Trump a demandé en mars à deux responsables du renseignement américain de l'aider à contrer l'enquête du FBI à son encontre à propos de liens entre son équipe de campagne et la Russie, selon le Washington Post lundi.

Le quotidien affirme que le président américain a demandé à Mike Rogers, directeur de l'Agence de sécurité nationale (NSA), et à Dan Coats, directeur du Renseignement américain, de nier publiquement qu'il existe des preuves de collusion entre son équipe et la Russie durant la campagne de l'année passée.

(AFP)

Les créanciers de la Grèce, zone euro et Fonds monétaire international (FMI), ne sont pas parvenus à s'entendre lundi à Bruxelles sur un allègement de sa dette et le déblocage de nouveaux prêts.

"Nous n'avons pas dégagé d'accord global", a reconnu tard lundi soir Jeroen Dijsselbloem, le président néerlandais de l'Eurogroupe, qui réunit les ministres des Finances des 19 pays ayant adopté la monnaie unique, à l'issue de plus de huit heures de discussions.

(AFP)

Un "incident terroriste" dans une salle de concerts à Manchester (ouest de l'Angleterre) a fait 19 morts et environ 50 blessés, a annoncé mardi la police locale.

"Ceci est traité comme un incident terroriste" a indiqué la police, appelée à la salle de concerts Arena de Manchester à la suite d'informations faisant état d'une explosion.

(AFP)

Le groupe Etat islamique a revendiqué mardi un attentat-suicide qui a fait 22 morts, dont une fillette de huit ans et d'autres enfants, à la sortie d'un concert de la chanteuse pop Ariana Grande à Manchester, dans le nord-ouest de l'Angleterre.

Saffie Rose Roussos assistait au concert lundi de la pop-star américaine avec sa mère et sa soeur. La petite fille a été emportée par la puissante explosion qui a eu lieu vers 22H30 (21H30 GMT) à l'une des entrées de la Manchester Arena, une salle d'une capacité de 21.000 personnes, à la fin du concert de la chanteuse américaine de 23 ans.

(AFP)

Dénonçant la faim et la répression, les opposants au président vénézuélien Nicolas Maduro manifestaient lundi à Caracas pour la huitième semaine consécutive afin d'exiger son départ, malgré le climat de violences qui a déjà fait 51 morts.

(AFP)

Trois ans après avoir scellé la fin de son plan d'aide international, le Portugal s'apprête à sortir de la procédure de déficit excessif, une consécration de plus pour ce petit pays lourdement endetté qui avait frôlé la faillite en 2011.

La Commission européenne a donné un premier feu vert lundi, en attendant une confirmation par le Conseil européen en juin. "C'est une très bonne nouvelle pour le Portugal", a commenté le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici.

(AFP)

Le nouveau président français Emmanuel Macron recevra lundi prochain dès le lendemain du sommet du G7 Vladimir Poutine, un homme dont il fustige les "valeurs" mais avec qui il sait le dialogue incontournable.

La Russie espère de son côté beaucoup de cette rencontre, prévue à Versailles près de Paris, pour sortir de son isolement, selon des analystes.

(AFP)

L'Italie a vu arriver plus de 50.000 migrants sur ses côtes depuis le début de l'année, selon un bilan publié lundi, après la conclusion d'un accord avec la Libye, le Tchad et le Niger pour tenter de limiter ces arrivées.

Depuis le début de l'année, 50.041 migrants sont arrivés sur les côtes italiennes, soit une hausse de plus de 45% par rapport à la même période l'an passé, selon le bilan diffusé lundi par le ministère de l'Intérieur.

(AFP)

Le médiateur de l'ONU en Syrie Staffan de Mistura s'est montré plutôt confiant lundi dans la possibilité de convoquer une septième session de négociations de paix sur la Syrie courant juin, à Genève.

Rendant compte au Conseil de sécurité de l'ONU de la sixième session qui s'est terminée vendredi, il a affirmé que "toutes les parties s'étaient montrées réceptives à l'idée que l'ONU convoque une septième session, que nous souhaitons tenir courant juin".

Un sixième round de négociations de paix sur la Syrie sous l'égide de l'ONU a pris fin vendredi sans réel progrès.

(AFP)

Le Conseil de sécurité des Nations unies a condamné lundi le dernier tir de missile effectué par la Corée du Nord dimanche et a menacé Pyongyang de sanctions renforcées, à la veille d'une réunion d'urgence.

Dans une déclaration unanime soutenue également par la Chine, seule alliée de la Corée du Nord, le Conseil demande à Pyongyang de ne "pas conduire de nouveaux tests nucléaires et balistiques" et de faire preuve "immédiatement d'un engagement sincère pour la dénucléarisation à travers des actions concrètes".

(AFP)

Le président sud-soudanais Salva Kiir a déclaré lundi un cessez-le-feu unilatéral en lançant un dialogue national destiné à mettre fin à la guerre civile, un processus controversé qui n'inclut pas son vieux rival Riek Machar.

"Je déclare une nouvelle fois un cessez-le-feu unilatéral effectif à partir d'aujourd'hui, pour que nous puissions créer l'environnement nécessaire à un dialogue inclusif", a déclaré Salva Kiir pendant une cérémonie en présence de son fidèle allié, le président ougandais Yoweri Museveni.