| Africatime
Samedi 22 Avril 2017
(APA 22/04/17)
La France a offert vendredi 653 millions de FCFA, près d’un million d’euros, d’aide alimentaire aux populations du nord du Mali, a appris APA auprès de l’ambassade de France au Mali. La signature de trois conventions de financement dans le cadre de l’aide alimentaire allouée s’est déroulée ce vendredi à Bamako. ‘’Cette aide alimentaire sera mise œuvre par le Programme alimentaire mondial (PAM) pour un montant de 500 000 euros, l’ONG ACTED pour 250 000 euros et l’ONG ALIMA pour près de 250 000 euros’’, peut-on lire dans le communiqué de l’ambassade de France au Mali dont APA a reçu copie. La malnutrition des enfants de moins de cinq ans et des femmes enceintes est...
(AFP 21/04/17)
La police colombienne a signalé jeudi le groupe jihadiste Front de libération Macina (FLM) comme responsable présumé de l'enlèvement d'une religieuse franciscaine en février au Mali. "La soeur Gloria Cecilia (Narvaez) a été apparemment enlevée par un groupe qui s'intitule Front de libération Macina. C'est un groupe rebelle qui existe au Mali et est répertorié comme terroriste", a déclaré à l'AFP le général Fernando Murillo, directeur de la Direction anti-enlèvement et anti-extorsion de la police nationale. Il a ajouté que le FLM "est lié à des cellules jihadistes et c'est un groupe qui est à l'origine d'enlèvements d'étrangers, dont (des) européens" pour la libération desquels il a exigé des sommes d'argent "assez importantes". Le problème est que depuis l'enlèvement de...
(Afrique 7 21/04/17)
Des soldats ivoiriens sont en route pour le Mali afin d’intégrer la Minusma pour lutter contre le terrorisme. Au nombre de 150 hommes, un premier détachement de 15 éléments sont allés en éclaireurs, ce jeudi. Les 135 autres suivront après des formalités d’usage. Des soldats ivoiriens dans la chaudière malienne La lutte contre le jihadisme au Mali s’enlise à telle enseigne que la Minusma a besoin d’un renfort supplémentaire. En effet, un contingent de soldats ivoiriens composé de 150 éléments...
(Dw-World 21/04/17)
Les journaux commentent la famine qui touche l'Afrique de l'Est, ainsi que les conditions climatiques extrêmes au Mali, dont souffrent les soldats allemands déployés dans le pays dans le cadre de la Minusma. "Trop chaud, trop poussiéreux, au Mali, la Bundeswehr fatigue" titre die Welt. La moitié des véhicules militaires sont en panne. Les hélicoptères n'ont pas le droit de voler pendant le temps de midi. Ceci est dû tout d'abord aux conditions climatiques extrêmes, explique Thorsten Jungholt. En avril,...
(Le Republicain (ml) 21/04/17)
Hier, jeudi 20 avril 2017 à la Maison de la presse de Bamako, l’émission « Forum de la presse » recevait sur son plateau Fodié Touré, président de la Haute autorité de communication (HAC). L’émission était présentée par Alexy Kalembry du journal les Echos, Chahana Takiou du journal 22 septembre et Bakary Cissé (Bakci) de la radio Kledu. Au cours des débats, l’invité Fodié Touré a informé de la fermeture prochaine de toutes les radios et télévisions qui ne répondent...
(Autre média 21/04/17)
Un militaire français a été enterré cette semaine dans l’indifférence générale. Julien Barbé était caporal-chef du 6ème régiment du génie d’Angers. son décès a porté à dix-neuf le nombre de soldats français décédés au Mali, dans son cas particulier à la suite d’un accrochage avec des terroristes lors d’une opération dans le sud-est, près de la frontière du Burkina Faso. Les faits se sont produits lors d’une opération militaire tripartite avec des unités maliennes et burkinabées de la force française...
(AFP 20/04/17)
L'état d'urgence au Mali, en vigueur avec de rares interruptions depuis près de 17 mois, a été rétabli pour dix jours à compter de la nuit de mercredi à jeudi, a annoncé le gouvernement. Cette mesure d'exception a été instaurée à plusieurs reprises dans le pays depuis l'attaque jihadiste contre l'hôtel Radisson Blu de Bamako le 20 novembre 2015 (20 morts, outre deux assaillants tués). "La situation sécuritaire au Mali et dans la sous-région reste caractérisée par la persistance de la menace terroriste ainsi que des risques d'atteinte grave à la sécurité des personnes...
(AFP 19/04/17)
Cinq soldats maliens ont péri mardi dans une attaque jihadiste dans la région de Tombouctou, au nord du Mali, selon Bamako, la France annonçant que sa force Barkhane avait neutralisé une dizaine de "terroristes". L'attaque a visé un "détachement des Forces armées maliennes basé à Gourma Rharous", une localité d'accès difficile située à quelque 120 km à l'est de Tombouctou, selon un communiqué du gouvernement malien. L'assaut a été mené "par un groupe terroriste aux environs de 05H00 du matin" (heure locale et GMT), elle "a occasionné la mort de cinq soldats et une dizaine de blessés", a ajouté le gouvernement, sans identifier de groupe en particulier.
(RFI 19/04/17)
Une attaque meurtrière a ciblé ce mardi 18 avril un camp militaire dans la région de Tombouctou. Le bilan provisoire fait état de 4 soldats maliens tués, 16 autres sont blessés. La force française Barkhane a mené une opération antiterroriste dans la foulée, et a tué plusieurs personnes. Les terroristes n'auront parcouru qu'une trentaine de kilomètres avant d'être rattrapés par les soldats de Barkhane. Les forces françaises ont rapidement mobilisé leurs hélicoptères et ont annoncé avoir tué une dizaine de terroristes à bord de deux pick-up lourdement armés.
(Jeune Afrique 19/04/17)
Malgré la traque acharnée des services de renseignements français, américains et ouest-africains, les groupes islamistes sont toujours actifs dans la sous-région du Sahel. Et se paient même le luxe de narguer les autorités. «Si on le trouve, on le liquide ! » Depuis le déclenchement de l’opération Serval, au Mali, en janvier 2013, cette phrase lapidaire, toujours prononcée off the record, revient régulièrement dans la bouche de hauts responsables français, dès qu’il est question du Touareg Iyad Ag Ghaly. « Il...
(Le Republicain (ml) 19/04/17)
La ville de Gourma Rarhous a vécu une journée endeuillée le 18 avril à cause de l’attaque terroriste revendiquée par Nusrat Al Islam Wal Islam, l’Alliance de groupes terroristes dirigée par Iyad Ag Ghaly. Le bilan provisoire de l’attaque contre la base des forces spéciales malienne et le domicile du préfet est estimé à 6 morts dont 4 soldats et 2 civils, 3 blessés graves du côté des Famas, plusieurs véhicules calcinés. Les assaillants ont été repoussés avec de lourdes...
(L'Essor 19/04/17)
Après 38 jours de grève, les structures sanitaires ont repris le travail, hier, suite à un accord trouvé sur l’ensemble des doléances des syndicats. Pour s’assurer de l’effectivité de cette reprise, le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, le Pr Samba Sow s’est rendu, avec une forte délégation dans certaines structures sanitaires. Il s’agit notamment l’association de santé communautaire de Banconi (ASACOBA), l’hôpital du Mali, le centre de santé de référence (CSREF) de la Commune V. Partout où...
(AFP 18/04/17)
Plusieurs militaires maliens ont péri mardi dans une attaque imputée aux jihadistes dans la région de Tombouctou, dans le nord du Mali, a-t-on appris de sources concordantes. L'attaque a visé un camp de l'armée malienne à Gourma Rharous, une localité d'accès difficile, située à quelque 120 km à l'est de Tombouctou. "L'attaque est intervenue aux environs de 05H00 (heure locale et GMT). Il y a eu des pertes en vies humaines et en matériel du côté des forces armées et...
(RFI 18/04/17)
L'un des défis à relever pour le nouveau gouvernement malien reste la sécurité des biens et des personnes. Il faut notamment réinstaurer la confiance entre les populations et les forces de défense et de sécurité, comme à Konna, localité du centre où des élus et des citoyens réclament aujourd'hui justice, après ce qu'ils appellent une « bavure », à la suite de la mort par balles début avril de deux jeunes de la localité, présentés comme de présumés jihadistes par l'armée. Selon un collectif qui réclame justice, les deux jeunes natifs de la localité de Konna, au centre du Mali
(RFI 18/04/17)
Fin de la grève dans le secteur de la santé après 38 jours sans travail. Les personnels ont repris le chemin des différents hôpitaux, mais les syndicats restent vigilants en attendant l'entrée en vigueur des accords décrochés de haute lutte. La grande majorité des revendications syndicales ont été accordées par le gouvernement après deux jours d'âpres discussions. « Il y a d'abord la prime de fonction spéciale, il y a la prime de garde, il y a la prise en...
(Studio Tamani 18/04/17)
Les forces armées maliennes appuyées par la force Barkhane ont conduit une opération entre le 27 mars et le 10 avril dernier baptisée « Panga ». Cette opération s'est déroulée dans la zone frontalière entre le Mali et le Burkina Faso au sud de Hombori. C'est au cours de cette opération qu'un soldat français a récemment trouvé la mort dans un accrochage avec des terroristes. L'opération visait à lutter contre les groupes armés terroristes, notamment près de la forêt de...
(Le Republicain (ml) 18/04/17)
Après sa grande marche à Bamako et à l’intérieur du pays le mercredi 05 avril dernier et sa grève de 210 heures qui continue toujours, le Collectif des syndicats de l’Education signataires du 15 octobre 2016 vient de déposer, sur la table du gouvernement, un nouveau préavis de grève de 15 jours et de 20 jours avec rétention des notes. Le collectif exige toujours « l’application immédiate du procès verbal de conciliation du 8 janvier 2017 ». Se dirige –t-...
(L'indicateur Renouveau 18/04/17)
Malgré une demande expresse du Premier ministre, le Syndicat national de l’enseignement supérieur maintient toujours sa grève illimitée. Ses responsables estiment qu’il est hors de question d’observer la trêve demandée par le Premier ministre. Cependant, ils disent être ouverts au dialogue social. Si au niveau de la Santé, la grève illimitée a été levée, du côté de l’enseignement supérieur, les choses n’ont pas bougé. Malgré une demande expresse du Premier ministre, le syndicat national de l’enseignement supérieur maintient toujours sa...
(Jeune Afrique 18/04/17)
Pendant des décennies, les réformistes wahhabites maliens ont concurrencé l'islam traditionaliste confrérique et se sont imposés sur la scène religieuse. Avant de s'inviter dans la vie politique nationale, avec succès. C’est un fait : depuis le débat sur le Code de la famille, en 2009, les « bras croisés », appellation qui renvoie à la gestuelle durant la prière, se sont petit à petit imposés sur la scène politique malienne. En janvier 2012, Mahmoud Dicko, président du Haut conseil islamique...
(Le Republicain (ml) 18/04/17)
Le nouveau gouvernement dirigé par Abdoulaye Idrissa Maiga après moult tentatives est parvenu a persuadé les médecins du Mali à revêtir les blouses blanches qu’ils avaient ôté depuis le jeudi 08 Mars 2017. En effet, après une longue négociation entre cinq ministres et les syndicalistes, un accord a été trouvé le dimanche 16 Avril 2017. Et sur les 9 points de revendications des grévistes, 8 points ont été satisfaits. Le Syndicat National de la Santé, de l’Action Social et de...

Pages