Jeudi 26 Avril 2018
(BBC 30/03/18)
Une autre victime a été enregistrée au sein des forces armées maliennes. Un gendarme égorgé à son domicile. Le porteur de tenue a été trouvé gisant dans une mare de sang à son domicile en début de matinée jeudi. La victime un adjudant-chef de la gendarmerie de son nom Alhousseini AG Amoya a été retrouvé égorgé. Le meurtre s'est déroulé dans la nuit de mercredi à jeudi et selon notre correspondant aucun voisin n'a entendu de bruits suspects venant du domicile de la victime. Les auteurs du forfait seraient partis avec la moto du gendarme. C'est le premier acte de ce genre à Sévaré depuis plusieurs années. Une source proche du dossier a indiqué à...
(Dw-World 30/03/18)
Malgré une forte présence des forces de maintien de la paix ou de sécurisation du Mali, à savoir la Minusma et la force française Barkhane, les attaques terroristes sont fréquentes. Les différentes crises du nord Mali ont créé une véritable prolifération des armes sur l'ensemble du territoire, ce qui permet aux populations de s'armer facilement. Outre la présence de groupes armés qui luttent contre le pouvoir central dans le nord, les conflits fonciers se règlent parfois aussi les armes à la main dans le pays dogon et dans la région de Mopti. Pour l'ancien Premier ministre malien Moussa Mara, les forces internationales dans cette zone sont mal réparties et l'armée malienne manque toujours d'équipement. "Il faut savoir que Barkhane est...
(France 24 30/03/18)
Le fils de Sophie Pétronin, la seule otage française détenue dans le monde, affirme avoir des indices indiquant que sa mère est toujours en vie, tout en espérant obtenir une preuve formelle. De retour du Niger, il exprime des doutes sur le fait qu’elle soit entre les mains du leader jihadiste malien Iyad Ag Ghali, et souligne les divisions qui règnent entre les factions jihadistes dans le Sahel. Regrettant l’attitude des autorités françaises, Sébastien Chadaud a demandé sur le plateau...
(AFP 29/03/18)
Au moins deux personnes ont été tuées dans le centre du Mali dans la nuit de mercredi à jeudi au cours d'une attaque jihadiste contre une localité récemment visitée par le Premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga, ont annoncé l'armée et le gouvernement. L'attaque, à Bandiagara, s'est produite mercredi vers 21H00 GMT, selon des communiqués de l'armée et du ministère de la Sécurité. "Les éléments de la garde nationale ont repoussé une attaque terroriste contre l'hôtel +La falaise+", selon le ministère,...
(RFI 29/03/18)
A Bandiagara, localité du centre du Mali récemment visitée par le Premier ministre lors de son périple à l’intérieur du pays, des assaillants ont attaqué, le 28 mars dans la nuit, l'hôtel La Falaise avant d’être repoussés. L'attaque au cours de laquelle au moins deux personnes ont été tuées a été officiellement qualifiée de « terroriste ». Tout a commencé quand des coups de feu entendus près de l'hôtel La Falaise, dans la ville malienne de Bandiagara ont provoqué un...
(RFI 28/03/18)
Six corps ont été découverts dimanche 25 mars dans une fosse commune près du village de Dogo, dans le cercle de Youwarou, dans la région de Mopti, dans le centre du Mali. Fait troublant, ces personnes avaient été arrêtées quelques jours auparavant dans le cadre d'une opération anti-jihadistes des Forces armées maliennes (Fama). Face à ces soupçons, Human Rights Watch appelle à une enquête. Dimanche, des habitants de Dogo mettent au jour une fosse commune à 1 km à la...
(APA 28/03/18)
L’Office central des stupéfiants du Mali (OCS) a incinéré, mardi, plus de 8 tonnes de cannabis saisies en 2017. « Il s’agissait d’une opération de transparence car, les populations se demandent souvent que deviennent les drogues saisies. C’est pourquoi, nous avons voulu démontrer que ces produits sont bien détruits après leur saisie et non revendus après », a expliqué le colonel Adama Tounkara, directeur de l’Office central des stupéfiants du Mali. Il a ajouté : « Aujourd’hui nous avons incinéré...
(BBC 27/03/18)
’L’état indemnisera toutes les victimes civils et militaires des affrontements de mai 2014 à Kidal", a indiqué l’actuel Premier ministre malien Soumeylou Boubèye Maiga au terme d’une tournée dans le nord et le centre du pays. Le Premier ministre a prôné la réconciliation nationale et la mobilisation contre les jihadistes, au dernier jour d’une tournée dans le nord et le centre du Mali.Des régions récemment ensanglantées par des affrontements intercommunautaires. Ce périple, entamé le 22 mars, a été dominé par...
(AFP 26/03/18)
Le Canada compte déployer son contingent de Casques bleus au Mali vers le mois d'août, a indiqué dimanche le ministre de la Défense Harjit Sajjan. Ottawa a annoncé le 19 mars sa décision de déployer pendant un an une force d'appui aérienne avec des hélicoptères et des Casques bleus dans le cadre de la mission de stabilisation des Nations unies au Mali (Minusma). Mais le gouvernement n'avait pas donné de date, indiquant qu'elle serait fixée après consultations avec l'ONU.
(TV5 26/03/18)
Primés lors d'un concours international à Washington, de jeunes maliens passionnés de robotique exercent leurs talents au pays dans un nouveau centre flambant neuf. Etudiant à l’Ecole nationale d’ingénieurs, Abdoulaziz expérimente des fragments électroniques dans sa chambre... son premier laboratoire. Tous les jours, il retrouve ses camarades dans un atelier de Bamako, Donilab. Ils souhaitent à l’aide d’une carte magnétique et d’un petit robot permettre aux non-voyants d’utiliser les transports en commun de façon autonome. D’autres applications sont possibles. Youssouf...
(Apa 24/03/18)
APA-Nouakchott (Mauritanie)- La situation des réfugiés maliens en Mauritanie a été au centre d’une réunion tripartite, vendredi à Nouakchott, entre des représentants des deux pays et du Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), a constaté APA. Cette réunion a pour but de faire le point sur plus de 50.000 réfugiés maliens en Mauritanie et sur l’état d’avancement du processus de leur retour volontaire. Installés dans le camp de M’berra à l’extrême Est de la Mauritanie, lesdits réfugiés avaient...
(La Libre 23/03/18)
Les problèmes sécuritaires au Mali ne peuvent pas être réglés « en moins de 10 à 15 ans », a estimé le chef d’état-major des armées françaises lors d’une récente audition parlementaire, tout en rejetant l’idée d’un d »enlisement » des forces françaises au Sahel. « Je ne pense pas qu’il soit possible de régler le problème au Mali en moins de 10 à 15 ans, si tant est que nous le puissions », a déclaré le général François Lecointre...
(Le Monde 22/03/18)
Cinq soldats français ont été légèrement blessés jeudi 22 mars par des tirs contre la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) et de l’armée française, à Kidal, dans le nord du Mali, où le premier ministre malien, Soumeylou Boubèye Maïga, était attendu dans la journée, a annoncé l’état-major français. « Cinq à six coups ont été entendus, vraisemblablement venant de tirs de mortier déclenchés à distance », a précisé le porte-parole de l’état-major. La...
(Xinhua 22/03/18)
Trois civils ont été tués lundi par l'explosion d'une mine au passage de leur charrette à Mondoro, dans la région de Mopti au centre du Mali, ont annoncé mardi les Forces armées maliennes (FAMA). "Non loin de là, une seconde mine a été découverte, puis neutralisée par les FAMa", a ajouté l'armée sur son site en précisant par ailleurs qu'une autre mine a été neutralisée entre Hombori et Gossi (centre-nord). On précisait de même source que les FAMa avaient détruit...
(Le Republicain (ml) 22/03/18)
Selon la cellule de communication de Koulouba, à l’issue de son 14ème Conseil d'administration tenu à Bamako les 16 et 17 mars 2018 et en marge de l'inauguration le 15 mars 2018 par IBK de la Maison des Maliens de l'extérieur, les dirigeants du Haut Conseil Malien de l’Extérieur ont été reçu en audience dans l’après-midi du lundi 19 mars 2018, sous la tente de la Résidence des hôtes du Mali, ex-Base B. Au cours de cette rencontre, les présidents...
(Jeune Afrique 21/03/18)
Le procès des auteurs du putsch manqué de septembre 2015 doit reprendre ce 21 mars. Sur le banc des accusés : 83 Burkinabè, mais aussi un Malien membre du Mouvement arabe de l'Azawad, un groupe armé actif dans la région de Tombouctou. Nous sommes le 21 octobre 2015 au soir, dans le quartier Tanpouy de Ouagadougou. Trois membres de mouvements armés maliens viennent de quitter une mosquée lorsque deux gendarmes et huit policiers en civil les arrêtent. La même nuit,...
(Info-Matin 21/03/18)
La campagne du pèlerinage 2018 de la filière gouvernementale a été officiellement lancée hier lundi 19 mars 218 par le ministre Thierno Amadou Omar Hass DIALLO. Malgré un contexte économique difficile caractérisé par le durcissement des conditions de voyage en Arabie Saoudite, le coût du pèlerinage 2018 de la filière gouvernementale connait une légère baisse et est fixé à 2 363 615 F CFA contre 2 364 235 F CF en 2017. Et cela, grâce à l’implication personnelle du chef...
(AFP 20/03/18)
Au moins huit personnes ont péri dimanche et lundi dans des violences entre les communautés peule et dogon dans le centre du Mali, a-t-on appris de sources concordantes. Les violences se multiplient depuis deux ans dans le centre du Mali entre Peuls, traditionnellement éleveurs, et les ethnies bambara et dogon, pratiquant majoritairement l'agriculture. Elles avaient fait au moins 25 morts depuis le début du mois de mars. Dimanche, "le village de Sabéré, 25 km de Koro, a été brûlé et détruit suite à des violences intercommunautaires", ont indiqué dans un communiqué les Forces armées maliennes (FAMAs).
(RFI 20/03/18)
« Ce qui préoccupe aujourd’hui la Nation malienne, pointe le quotidien malien Le Sursaut, ce sont la perte, de facto, des régions du Nord », mais aussi « l’insécurité qui fait vivre dans l’angoisse dans le Centre du pays. Des Bozos contre des Peuls (dans le cercle de Djenné), des Dogons contre des Peuls (dans le cercle de Koro), des Bamanans contre des Peuls (à Niono), des Sonrhaïs contre des Arabes (à Gao) : le spectre des conflits intercommunautaires s’est...
(Jeune Afrique 20/03/18)
Depuis le double attentat de Ouagadougou, Iyad Ag Ghaly est le chef jihadiste le plus recherché de la région. À moins que cet ancien interlocuteur privilégié d’Alger et de Bamako ne bénéficie toujours d’une protection… Pour la troisième fois en un peu plus de deux ans, Ouagadougou a donc été frappée en plein cœur. Cette fois, les jihadistes n’ont pas tué indistinctement des civils dans un café, un hôtel ou un restaurant de l’avenue Kwame-NKrumah, comme en janvier 2016 et...

Pages