| Africatime
Lundi 27 Mars 2017
(Xinhua 27/03/17)
Dix djihadistes ont été tués et 8 autres arrêtés dans une vaste opération des forces armées maliennes (FAMA) dans le centre du Mali, a annoncé dimanche la Direction de l'information et des relations publiques des armées (DIRPA). L'opération a été menée samedi de Sévaré à 20 km de Kouakourou (cercle de Djenné, région de Mopti), a précisé la DIRPA. L'armée a aussi annoncé la saisie des tenues militaires, des documents et 8 motos. Du côté des FAMA, on déplore deux blessés et un véhicule endommagé suite à l'explosion d'une mine...
(RFI 27/03/17)
Au Mali, la Conférence d'entente nationale doit s’ouvrir ce lundi 27 mars à Bamako au Palais de la culture. Elle est censée réunir pendant une semaine toute la nation malienne. Mais beaucoup ont déjà annoncé qu'ils ne participeraient pas à ce rendez-vous, qui doit marquer l'aboutissement du processus de paix. Cette Conférence d'entente nationale a un seul but : « Instaurer un débat approfondi et inclusif entre toutes les composantes de la nation malienne sur les causes du conflit qui affaiblit le pays depuis 2012 ». Voilà ce qu'affirme le président de la commission préparatoire de cette réunion.
(L'Essor 27/03/17)
Le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, a présidé, jeudi dernier au palais de Koulouba, la session ordinaire du Conseil supérieur de la magistrature essentiellement consacrée à la mutation des magistrats du parquet et du siège. A l’issue de 7 heures de discussions, le ministre de la Justice et des Droits de l’homme, Garde des sceaux, Mamadou Ismaël Konaté, a déclaré qu’il était aujourd’hui important de doter nos juridictions de magistrats compétents, efficaces et engagés. Tout comme, il est...
(AFP 26/03/17)
Au moins deux soldats et un douanier maliens ont été tués dans deux attaques distinctes au Mali, l'une dans le Nord et l'autre dans le Sud, ont indiqué dimanche à l'AFP des sources militaires et de sécurité. Une première attaque a visé dans la nuit de vendredi à samedi un poste de sécurité de l'armée malienne à Almoustarat, localité située à environ 120 km au nord de Gao, principale ville de cette vaste région, selon une source sécuritaire et une source militaire. "Nous avons perdu deux hommes", a indiqué à l'AFP la source sécuritaire, sans plus de détails.
(AFP 24/03/17)
Au moins dix personnes ont été tuées mercredi dans des violences dans le centre du Mali entre membres de la minorité peule et des chasseurs traditionnels appartenant essentiellement à l'ethnie majoritaire bambara, a appris jeudi l'AFP auprès du ministère de la Sécurité. Un précédent bilan de sources concordantes faisait état de huit morts. En février, des violences similaires avaient fait au moins 20 morts et des centaines de déplacés dans la même région. Quatre ministres, dont celui de la Justice, Mamadou Konaté, s'étaient alors rendus sur place et avaient annoncé l'ouverture d'une enquête.
(Le Republicain (ml) 24/03/17)
Après l’audience de consignation effectuée le 15 mars dernier, l’affaire opposant l’Assemblée nationale du Mali au journal Figaro du Mali a repris hier mercredi 22 mars 2017 avec les débats du fond. Et cela, après le paiement par les trois plaignants de la somme de 3 200 000 FCFA en guise de consignation. Mais avant d’entrée dans le vif du sujet, les avocats de la défense ont soulevé des exceptions dont la forclusion du délai de citation, le défaut de...
(Studio Tamani 24/03/17)
Depuis plusieurs jours certains quartiers de la capitale sont confrontés à une pénurie d'eau. Si dans certains quartiers l'eau n'est accessible que la nuit, dans d'autres localités les bornes fontaines et les robinets sont à sec depuis des semaines. Cette situation suscite la colère et l'indignation chez les populations de ces quartiers populaires. Certains habitants envisagent de manifester. Ici à Lafiabougou, c'est l'eau qui manque le plus. Dans ce quartier populaire de Bamako, les habitants passent plusieurs jours sans voir...
(Le Republicain (ml) 24/03/17)
Les groupes djihadistes commencent à avoir un impact direct sur la vie quotidienne de certains villages du centre du Mali, selon Adam Thiam, journaliste et consultant. Ce dernier vient de rendre publique (le jeudi 23 mars) une étude intitulée «Centre du Mali: les enjeux d’une crise négligée ». Un cri d’alerte face à la décrépitude de l’Etat dans les régions de Mopti, Ségou et même Koulikoro. L’auteur a déclaré avoir eu écho de l’existence de tribunaux islamiques dans certains villages...
(L'indicateur Renouveau 24/03/17)
Rien ne va plus entre les leaders de l’ex-rébellion et leur base. Une crise à l’origine des difficultés liées à l’application de l’accord pour la paix et la réconciliation. Préférant des hôtels et villas cossues de la capitale, les chefs de l’ex-rébellion sont de plus en plus en déphasage avec la base. C’est le constat qui se dégage avec la situation qui prévaut sur le terrain où chaque décision prise en faveur de l’application de l’accord butte à des difficultés...
(AFP 23/03/17)
Au moins huit personnes ont été tuées mercredi dans des violences dans le centre du Mali entre membres de la minorité peule, et des chasseurs traditionnels appartenant essentiellement à l'ethnie majoritaire bambara, a appris jeudi l'AFP de sources concordantes. En février, des violences similaires avaient fait au moins 20 morts et des centaines de déplacés dans la même région. Quatre ministres, dont celui de la Justice, Mamadou Konaté, s'étaient alors rendus sur place et avaient annoncé l'ouverture d'une enquête.
(RFI 23/03/17)
Au Mali, des affrontements communautaires très violents ont opposé dans le centre du pays, ce mercredi, chasseurs traditionnels et éleveurs peuls. Il y a au moins huit morts. Selon différentes sources, ce mercredi, des chasseurs traditionnels, communément appelés Dozos, ont été victimes à une soixantaine de kilomètres de la localité de Niono, dans le centre, du vol de plusieurs dizaines d’animaux. Certains leur servaient de bœufs de labour. Rapidement, les chasseurs traditionnels ont identifié les éleveurs peuls comme les auteurs...
(RFI 23/03/17)
Joutes oratoires, débats contradictoires et un public venu nombreux, le procès en diffamation intenté par le président de l'Assemblée nationale contre le directeur de publication du journal privé Le Figaro du Mali s'est ouvert ce mercredi à Bamako. Il doit se poursuivre la semaine prochaine. A la barre, c’est en costume-cravate que se présente le directeur de publication du Figaro du Mali. A ses côtés, dans une salle pleine à craquer du tribunal de la commune I de Bamako, l’un...
(L'Essor 23/03/17)
Lors de la manifestation d’hier, l’Association pourla défense des victimes de la répression (ADVR) a annoncé la création d’une Fondation d’ici la prochaine commémoration et compte sur le gouvernement pour la concrétisation de ce projet. Pour honorer le sacrifice des Martyrs tombés en mars 1991, l’Association pour la défense des victimes de la répression (ADVR) a organisé, hier, une marche funèbre qui est partie de l’hôpital Gabriel Touré pour aboutir au Carré des Martyrs à Niaréla. Plusieurs acteurs du Mouvement...
(Libération 23/03/17)
Un centre de santé a ouvert à Bamako pour traiter les malades du noma, une maladie mortelle qui dévore le visage des enfants. «Je ne me souviens plus exactement de quand j’ai attrapé le noma», raconte Awa Diarra. Assise sur un banc du centre Hirzel, dans la capitale malienne, elle a la bouche déformée par la maladie. «Je venais juste d’apprendre à marcher. Mon père m’a emmenée dans un centre de santé. Ils ont voulu suturer la plaie, mais mon...
(AFP 22/03/17)
Un responsable de l'hebdomadaire privé malien Le Figaro du Mali, accusé de diffamation par le président de l'Assemblée nationale, a comparu mercredi devant un tribunal, qui a renvoyé son procès au 29 mars. Outre la diffamation, le directeur de publication du Figaro du Mali, Ammy Baba Cissé, est également accusé d'"atteinte à l'honneur et à la dignité", dans la plainte du président de l'Assemblée nationale Issaka Sidibé, en lien avec un article évoquant un scandale sexuel au Parlement. Dans deux...
(L'Essor 22/03/17)
L’arrêt de travail des blouses blanches ne se traduit pas par une augmentation du nombre de décès. Nos compatriotes, notamment ceux qui ont de faibles revenus sont durement affectés par l’arrêt de travail dans les établissements de soins. Il faut rappeler que le même débrayage est observé dans les services du développement social et de la promotion de la femme depuis le 9 mars dernier. Nous sommes donc aujourd’hui au 13è jour de la grève illimitée déclenchée par le Syndicat national de la santé, de l’action sociale et de la promotion de la famille (SNS-AS-PF)...
(Le Monde 22/03/17)
Deux chercheurs dénoncent la précipitation dans l’organisation d’une conférence qui apparaît comme la dernière chance de sauver l’accord d’Alger et la paix. A entendre le président Ibrahim Boubacar Keïta, on se croirait revenu à l’optimisme et à l’engouement sans pareils des conférences nationales africaines des années 1990. La conférence d’entente nationale ? Le chef de l’Etat n’a pas hésité, dans son discours à la nation de décembre 2016, à la qualifier de « jalon important dans la réhabilitation de la cohésion sociale et du vivre-ensemble au Mali ». Prévue initialement pour le dernier trimestre
(Studio Tamani 22/03/17)
Des milliers d'ânes sont tués chaque année en Afrique et au Mali pour leurs peaux. Celles-ci sont exportées souvent illégalement vers la Chine pour les besoins de la médecine traditionnelle. Le négoce hors-la-loi a fait augmenter le prix des ânes, renforçant d'autant l'appétit des trafiquants. Au Mali la découverte régulière d'abattages clandestins inquiète de plus en plus. Aux yeux des trafiquants, la peau des ânes est devenue une matière première très recherchée. Au même titre que la défense d'éléphant ou...
(RFI 21/03/17)
Second et dernier volet de notre série de reportages sur le général Amadou Sanogo, chef de l’ex-junte malienne. Pour la première fois depuis trois ans, il reçoit un journaliste sur son lieu de détention, à Sélingué au sud du Mali et évoque son règne entre 2012 et 2013. Inculpé « d'assassinat et de complicité d'assassinat », son procès s'est ouvert fin novembre avant d'être reporté. Quand on dit à Amadou Sanogo que lors du coup d'Etat de mars 2012 le...
(Afrique Inside 21/03/17)
Pour soutenir l’autonomisation des femmes et le dividende démographique, la Banque mondiale apporte un important soutien financier. Le montant alloué au Mali s’élève à 40 millions de dollars. Cinq autres pays du Sahel et proche de la zone sont concernés la Côte-d’Ivoire, le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Le Ministère malien de l’Aménagement du territoire et de la Population est le maître d’œuvre de ce projet financé par la Banque mondiale pour soutenir le...

Pages