Vendredi 17 Novembre 2017
(AFP 17/11/17)
Au moins cinq personnes ont été tuées vendredi à Taouremba, localité située à une soixantaine de km de la frontière malienne, dans une attaque menée par des individus armés, ont indiqué à l'AFP des sources sécuritaires et locales. "Des individus armés non identifiés ont fait irruption dans le village de Taouremba, vers 11h (GMT + locales), tirant à la Kalachnikov", a indiqué, sous le couvert de l'anonymat, une source sécuritaire sur place jointe au téléphone. "Au moins 4 Koglweogo (membres d'un groupe d'autodéfense) et un conseiller municipal ont été tués", a précisé cette source, citant également l'incendie d'un dépôt de boisson, jouxtant le marché de la localité où les victimes ont été abattuse. Des habitants...
(AFP 17/11/17)
Le président du tribunal d'instance de la localité de Niono, dans le centre du Mali, a été enlevé par des hommes armés dans la nuit de jeudi à vendredi, deux semaines après une embuscade ayant visé un haut magistrat, ont indiqué des sources policière et sécuritaire. "M. Soungalo Koné, juge à Niono, a été enlevé jeudi dans la nuit par des hommes armés arrivés à bord d'un véhicule de couleur blanche dans sa maison à Niono", à 340 km au nord-est de la capitale Bamako, a déclaré à l'AFP une source policière locale jointe par téléphone.
(Info-Matin 17/11/17)
C’est « Le Monde », dans sa parution d’hier, qui en a fait la révélation : « Les groupes armés signataires valident à Bamako des règles qu’ils n’appliquent pas sur le terrain ». L’officier français, le général GUIBERT, qui a tenu ces propos fracassants, n’est pas n’importe lequel puisqu’il s’agit du Commandant de la force Barkhane, depuis N’Djamena, au Tchad. Le commandant de la force Barkhane en a profité pour évoquer la nouvelle stratégie que la force anti-terroriste française entend...
(Jeune Afrique 17/11/17)
Dans « Mali : au-delà du jihad », le journaliste français raconte comment ce pays traditionnellement tolérant a plongé dans le radicalisme religieux en dix ans, imposant une intervention militaire française pour sécuriser les populations. Interview. C’est un récit personnel, loin des clichés, que nous livre François-Xavier Freland (collaborateur de JA), dans son dernier livre, Mali : au-delà du jihad (éditions Anamosa). Amoureux de ce pays, qu’il fréquente depuis 2002, l’auteur remonte aux origines du fanatisme religieux qui l’a frappé...
(Jeune Afrique 16/11/17)
La ministre française des Armées était à Dakar au Forum international sur la paix et la sécurité en Afrique. Mise en place de la force conjointe du G5 Sahel, évolution de l'opération Barkhane, lutte contre le terrorisme... Florence Parly répond aux questions de Jeune Afrique. C’était sa première visite à Dakar en tant que ministre des Armées. Les 13 et 14 novembre, Florence Parly, 54 ans, s’est rendue dans la capitale sénégalaise pour assister à la quatrième édition du Forum...
(APA 16/11/17)
La chambre d’accusation de la cour d’appel de Bamako a rejeté ce mardi la demande de liberté provisoire pour le chef de file de l’ex-junte malienne, le général Amadou Haya Sanogo, et 17 de ses codétenus, accusés d’avoir trempé dans l’assassinat de 21 militaires bérets rouges en 2012. ‘’Je confirme que la chambre d’accusation de la cour d’appel de Bamako a rejeté aujourd’hui la demande de mise en liberté provisoire que nous avions introduite pour nos clients : le général...
(Le Monde 16/11/17)
Plus l’armée française est engagée dans le pays et plus se renforce le djihadisme armé qu’elle était venue combattre, explique, dans sa chronique, Christophe Ayad, responsable du service International du « Monde ». Chronique. C’est un pays pauvre et sans pétrole. Un pays désertique à l’intérêt stratégique limité. Une armée occidentale moderne y a mené une guerre éclair et victorieuse pour en chasser un pouvoir djihadiste qui abritait Al-Qaida sur son territoire. Depuis, des élections ont été organisées et un...
(AFP 15/11/17)
La force conjointe du G5 Sahel, qui vient d'achever sa toute première opération, sera jugée non seulement sur son efficacité contre les jihadistes, mais aussi son respect des droits de l'Homme, préviennent organisations internationales et responsables militaires. Juste après le lancement de cette opération, aux confins du Mali, du Burkina Faso et du Niger au début du mois, le secrétaire général adjoint des Nations unies pour les droits de l'Homme, Andrew Gilmour, a effectué une visite au Mali, une première,...
(APA 14/11/17)
L'armée malienne affirme, dans un communiqué reçu à APA, avoir repoussé une attaque terroriste la nuit dernière dans le nord du pays. ''Dans la nuit du lundi 13 au mardi 14 novembre 2017, des hommes armés non identifiés ont encore attaqué simultanément les checks points des forces armées maliennes des sorties vers Menaka et Labezanga à Ansongo,'' peut-on lire dans le communiqué de l'armée. Elle ajoute que l'attaque n'a fait aucune victime :'' les terroristes ont été repoussés et les...
(L'indicateur du Renouveau 14/11/17)
Regroupées au sein d’un collectif, les femmes des milliaires et paramilitaires demandent à IBK d’agir pour que le dossier de leurs époux soit vidé. Elles ont affirmé que leurs maris sont détenus préventivement depuis 2013 dans l’affaire du contre coup d’Etat du 30 avril 2012 dont le jugement ne parvient pas à se tenir. En conférence de presse ce lundi à la Maison de la presse, le collectif des épouses des bérets verts sont venues nombreuses faire des déclarations sur...
(RFI 14/11/17)
Comment est mort le béret vert américain Logan Melgar dans la nuit du 4 juin 2017 à Bamako ? Le mystère reste entier sur les motivations qui ont conduit à son meurtre, mais deux autres soldats d’élite américains sont en tout cas soupçonnés de cet homicide. C'est la piste sur laquelle enquête le NCIS, le service d'enquêtes spéciales de la Marine, selon le New York Times. Avec notre correspondant à San Francisco, Eric de Salve Selon l'autopsie, ce soldat des...
(Le Monde 13/11/17)
Principal soutien des armées sahéliennes luttant contre les djihadistes, la France doit aussi faire face à la défiance des gouvernants de la région, décrypte notre chroniqueur. Un problème « de communication », qu’il faudra résoudre à l’avenir pour éviter la répétition de telles tragédies : c’est la conclusion du communiqué rendu public par le ministère malien de la défense, le 31 octobre, à l’issue d’une rencontre à Bamako avec le responsable de la force française « Barkhane » et l’ambassadrice...
(RFI 13/11/17)
Au Mali, la mission de l'ONU manque cruellement d'hélicoptères. La Minusma va prochainement être renforcée par des militaires belges qui arrivent avec leurs moyens aériens, mais c'est loin d'être suffisant. Faute de moyens aériens, l'action de la Minusma « est compromise » sur l'ensemble du Mali. Le constat est tiré du dernier rapport du secrétaire général de l'ONU au Conseil de sécurité. La mission des Nations unies dans le pays n'arrive pas à faire le plein d'hélicoptères. Pour ne donner...
(22 Septembre 13/11/17)
Le verdict est tombé vendredi au Tribunal de Grande Instance de la Commune III du District de Bamako. Depuis quelques jours, la rocambolesque affaire de découverte d'un réseau de faussaires de tickets du PMU-Mali au détriment des parieurs était pendante devant le TGI de la Commune III. Ouvert le jeudi 2 novembre 2017, le procès des 14 travailleurs du Pari mutuel urbain « PMU-Mali » a connu son épilogue le vendredi 10 novembre. Poursuivies pour atteinte aux biens publics par...
(RFI 13/11/17)
Au Mali, huit personnes ont été arrêtées, mardi 7 novembre, au nord du pays lors de l'opération Hawbi menée dans la zone des trois frontières, par la force conjointe du G5 Sahel, appuyée par Barkhane. Les ex-rebelles de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) ont alors affirmé qu'il s'agissait d'un de ses officiers et son équipe, appelant à leur libération. Ils ont été relâchés, ce dimanche, après vérification de leur identité, selon la CMA. Dans l'attente d'un bilan officiel...
(Le Monde 11/11/17)
Récit d’un « lundi noir » dans un pays en proie à de constantes attaques des groupes djihadistes à un mois des élections régionales. A Bamako, la controverse enfle au sujet de la mort de soldats maliens qui auraient été tués par erreur dans un raid des forces françaises. Le ministère de la défense a pointé la responsabilité de la France, qui, elle, dément toute bavure. Chaque jour qui passe au Mali apporte son lot de militaires tombés sur un front qui n’existe pas, de voyageurs infortunés dont le véhicule explose sur une mine. Il y a moins d’un moins, le premier ministre, Abdoulaye Idrissa Maïga...
(AFP 10/11/17)
L'UE compte afficher son soutien au G5 Sahel, qui a mis sur pied une force antijihadiste dans la région, en invitant les dirigeants de cette coalition à une réunion avec leurs homologues européens à Bruxelles le 14 décembre, a appris l'AFP vendredi de sources concordantes. Ce sommet "consacré au Sahel", selon un diplomate, devrait avoir lieu avant un conseil des 28 chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE qui doit s'ouvrir le 14 décembre dans l'après-midi. Son objectif est de "continuer à soutenir financièrement et matériellement les besoins particulièrement importants de la force conjointe G5 Sahel, et de reposer la question de son financement au niveau européen", a expliqué ce diplomate.
(RFI 10/11/17)
Au Mali, Barkhane est soupçonné d’avoir bombardé par erreur des soldats maliens, pris en otage par un groupe armé terroriste lors d’un raid dans la nuit du 23 au 24 octobre dernier. Pour la première fois depuis l’affaire d’Abeibara, RFI est en mesure de donner des éléments précis sur le déroulement de l’opération. Les militaires ont accepté de lever un coin du voile sur la manière dont s’est déroulé cette opération. Avec notre envoyé spécial au Poste de commandement de la Force Barkhane (PCIAT) à Ndjamena, Selon Barkhane, l’opération avait été minutieusement préparée. Le campement a été survolé plusieurs jours auparavant par un drone de reconnaissance et la cible a fait l’objet d’une observation...
(AFP 09/11/17)
La France va augmenter "sensiblement" - de plus d'un tiers - son aide au développement dans la région du Sahel, qu'elle lie à la lutte contre les violences des groupes jihadistes, a indiqué mercredi le nouvel envoyé spécial français pour le Sahel, Jean-Marc Châtaigner. "La France va augmenter sensiblement son aide au développement dans les pays de la région du Sahel pour faire face aux défis sécurité-développement qui se pose à cette région", a affirmé lors d'une conférence de presse M. Châtaigner, arrivé à Nouakchott mercredi.
(AFP 09/11/17)
Le "Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans", principale alliance jihadiste du Sahel, liée à Al-Qaïda, a revendiqué mercredi une série d'attaques au Mali, attribuées par l'ONU à des "êtres sans foi ni loi". Dix personnes, dont neuf civils, ont péri lundi dans deux attaques dans le nord et le centre du Mali, où le Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga a dû reporter une visite après l'explosion d'une mine au passage d'un véhicule d'escorte. Dans des communiqués sur les réseaux sociaux, repris par l'agence privée mauritanienne Al-Akhbar et le centre américain de surveillance des sites jihadistes SITE...

Pages