Vendredi 26 Mai 2017
(RFI 26/05/17)
La finale de la Coupe d’Afrique des nations des moins de 17 ans opposera l’équipe du Ghana à celle du Mali, tenante du titre, le 28 mai 2017 à Libreville. Les Ghanéens se sont qualifiés aux dépens des Nigériens 6 tirs au but à 5 (0-0 après prolongation), ce 24 mai à Port-Gentil. Les Maliens aussi sont passés par la case tirs au but face aux Guinéens, ce mercredi à Libreville. Une séance pleine de fébrilité puisque les « Aiglons » se sont imposés 2 tirs à 0, un score inhabituel. La Guinée a manqué quatre tentatives.
(RFI 26/05/17)
Après le Burkina Faso voisin, le Mali. De présumés jihadistes s'attaquent à des écoles qui dispensent les cours en français au centre du Mali. La dernière école attaquée par de présumés jihadistes est située dans la région de Mopti au centre du Mali. Sah est le nom de la localité en question. Les assaillants armés sont arrivés, selon les témoins, à motos. Après avoir saccagé les locaux de la direction de l’école, ils ont mis le feu dans les salles de classes. Des tables et bancs ont été brulés. Enturbannés pour certains, visages découverts pour d’autres, ils ont affirmé qu’ils étaient contre « l’éducation occidentale », et que « c’est l’éducation prônée par la charia qui doit être dispensée »...
(RFI 25/05/17)
Ahmed Boutache, le président du Comité de suivi de l'accord de paix au Mali, est d'habitude extrêmement mesuré dans ses déclarations. Mais dans une lettre acerbe adressée à Brahim Ould Sidati, le représentant de la CMA, il accuse les ex-rebelles de ne pas honorer leurs engagements « une fois de plus et une fois de trop », en ne libérant pas le camp 1 de Kidal. Ce camp qui doit servir de base aux soldats du MOC (les patrouilles communes entre signataires de l'accord de paix et les militaires maliens). « Les manœuvres politiciennes aux desseins inavoués » n'ont que trop duré...
(Jeune Afrique 25/05/17)
Après Berlin, le nouveau président français, a choisi le Mali et la base de Gao pour rendre visite, le 19 mai, aux soldats français qui luttent contre le terrorisme djihadiste. Le choix de Gao a perturbé les autorités maliennes. La visite à la force Barkhane est très significative : montrer que la France poursuit son option militaire de lutte contre le terrorisme jihadiste. Emmanuel Macron a été accompagné de Mme Goulard, ministre des Armées, de M. Le Drian, ministre des...
(RFI 24/05/17)
Au Mali, une déclaration du président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, fait polémique. Le chef de l'Etat a affirmé à deux reprises, dont une fois sur RFI, que jamais le dialogue avec les jihadistes n'avait fait partie des recommandations de la Conférence d'entente nationale qui a eu lieu fin mars. Or, la mesure est inscrite noire sur blanc. La présidente de l'Alliance pour la démocratie au Mali (Adema), Sy Kadiatou Sow, arrive avec un épais document sous le bras, 170 pages. Il s’agit d’une synthèse de la Conférence d'entente nationale qui a réuni presque toutes les composantes de la nation malienne du 27 mars au 2 avril 2017.
(RFI 24/05/17)
Au nord du Mali, une patrouille de la Minusma qui se trouvait mardi matin 23 mai à quelques kilomètres au nord de la ville d'Aguelhoc a été prise en embuscade par des assaillants non identifiés. Mahamat Saleh Annadif, chef de la force onusienne, a fermement condamné cette attaque au cours de laquelle deux casques bleus ont été tués et un autre blessé. De sources onusiennes ce sont neuf personnes qui ont été interpellées. Des casques bleus qui patrouillaient à pied...
(Le Monde 24/05/17)
Depuis les années 1970, la plupart des services sociaux et des infrastructures ont été financés par les migrants et sont entretenus par l’argent qu’ils continuent d’envoyer. Des acacias à perte de vue. C’est le seul paysage qui s’offre aux voyageurs qui empruntent l’unique route goudronnée qui relie Bamako à Kayes, au Mali. Il faut entre huit et dix heures pour rallier cette ville, capitale administrative de la région du même nom. Cela dépend surtout du nombre de camions renversés au...
(RFI 23/05/17)
Le président américain Donald Trump a réuni en Arabie saoudite une cinquantaine de représentants de pays musulmans dont Alassane Ouattara, Macky Sall et Ibrahim Boubacar Keita. Donald Trump a appelé ces pays à lutter avec détermination contre « l'extrémisme islamiste ». En marge de cette rencontre, la chaine de TV Al-Jazeera s'est entretenue avec Ibrahim Boubacar Keïta. A la question: « serez-vous candidat à votre succession en juillet 2018 ? », le président malien a répondu : «Inch'Allah». « En tant que croyant, je m’en remettrai à Allah, affirme le président malien Ibrahim Boubacar Keïta. Je ne suis que l’humble instrument de sa volonté ».
(Jeune Afrique 23/05/17)
Alors que certains, au Mali, s’étonnent qu’Ibrahim Boubacar Keïta se soit rendu le 19 mai à Gao pour y rencontrer Emmanuel Macron, et que ce ne soit pas ce dernier qui se soit déplacé à Bamako, l’entourage d’IBK estime que ces critiques n’ont pas de raison d’être. « Gao est au Mali, donc où est le problème ? M. Macron voulait rendre visite aux forces françaises. Pourquoi serait-il venu à Bamako alors qu’elles sont toutes basées à Gao ? » glisse une...
(Jeune Afrique 23/05/17)
La banque islamique de développement (BID) a signé des accords avec la Tunisie, le Mali et la Gambie, via sa filiale, la société islamique internationale de financement du commerce (SIFC), afin de financer le développement du secteur des matières premières stratégiques. Dans un communiqué publié le 21 mai, la société islamique internationale de financement du commerce (SIFC), filiale de la Banque islamique de développement (BID), a annoncé la signature de plusieurs accords visant à financer le secteur des matières premières...
(Mediapart 22/05/17)
La France aurait-elle décidé de tourner la page de l’aveuglement volontaire face au « double jeu » d’Alger sur la lutte antiterroriste au Sahel ? La question se pose après les déclarations d’Emmanuel Macron lors de son premier voyage présidentiel en Afrique, le vendredi 19 mai 2017, à l’état-major de la force militaire française « Barkhane », à Gao (Mali) : « Emmanuel Macron a précisé, indique une dépêche de Reuters, qu’il avait informé jeudi le président algérien Abdelaziz Bouteflika...
(RFI 22/05/17)
Au Mali, 34 Peuls arrêtés le 9 mai dernier dans le centre du Mali ont été libéré samedi 20 mai. Tous dénoncent de mauvais traitements de la part des forces armées maliennes. Aucun des Peuls libérés ne veut s'exprimer au micro par peur de représailles, mais tous acceptent d'exhiber leurs poignets et leurs chevilles, les chairs à vifs, abîmés après des heures ligotés. Le 9 mai dernier, l'armée malienne débarque dans le village de Sofora dans le centre du Mali...
(RFI 22/05/17)
'Office central des stupéfiants du Mali le qualifie de «baron du trafic de cocaïne» dans la sous-région. Ce ressortissant guinéen arrêté la semaine dernière est désormais inculpé pour «trafic illicite de stupéfiants». L'homme était à la tête d'un réseau de trafiquants dont trois autres membres ont aussi été arrêtés. Il est né en Côte d’Ivoire, mais il a la nationalité guinéenne. L’homme qu’on appelle plus couramment par son surnom Rouzo, brandit souvent sa carte d’identité malienne, une fausse. Faussaire, il...
(RFI 22/05/17)
Les équipes du Ghana, de la Guinée, du Mali et du Niger représenteront l’Afrique en Coupe du monde des moins de 17 ans, en octobre en Inde. Elles se sont en effet qualifiées pour le Mondial U17 en atteignant les demi-finales de la Coupe d’Afrique des nations cadets, au Gabon. Le Niger va disputer pour la toute première fois la Coupe du monde des moins de 17 ans. Les Nigériens font en effet partie des quatre équipes qui représenteront l’Afrique...
(RFI 21/05/17)
Lors de sa visite éclair à Gao vendredi 19 mai au cours de laquelle il a rencontré le président Ibrahim Boubacar Keïta et les forces françaises Barkhane, Emmanuel Macron a réaffirmé l'engagement de la France dans la lutte antiterroriste. Mais le président français a également pressé le président malien et l’Algérie, médiatrice dans la crise malienne, d'accélérer la mise en œuvre de l'accord de paix et de s'engager pleinement dans la lutte antiterroriste. Une déclaration qui pourrait tout à fait...
(RFI 20/05/17)
Emmanuel Macron, pour son premier voyage présidentiel en Afrique, a passé la journée du vendredi 20 mai 2017 sur la base militaire de Gao, dans le nord du Mali. Il est allé à la rencontre des militaires français postés sur place dans le cadre de l'opération Barkhane. Bien sûr, il a aussi été reçu par son homologue malien Ibrahim Boubakar Keïta, avec lequel il s'est entretenu. Envoyé spécial sur ce déplacement à l'étranger pour RFI : Christophe Boisbouvier. Le président...
(Le Monde 20/05/17)
En visite à Gao, le président a dit vouloir « poursuivre et accroître » l’investissement français dans l’opération « Barkhane ». Il a serré des mains sans compter. Le soldat : « Mes respects, monsieur le président. » Lui, souriant aux uns et aux autres, un peu mécanique dans son habit de chef des armées : « Enchanté. » « Bien. » « Parfait. » « Vous venez d’où ? » Il n’a pas manqué les selfies, dans une forêt dense de treillis. Il...
(BFM TV 20/05/17)
Pour son premier déplacement hors d'Europe, Emmanuel Macron se rend vendredi sur la base de Gao au Mali, pour donner une nouvelle dimension à l'engagement de la France, présente sur place depuis quatre ans pour lutter contre les jihadistes. Moins d'une semaine après son entrée en fonction, le chef de l'Etat se rend en visite officielle au Mali afin non seulement de marquer sa "détermination" à poursuivre l'engagement au Sahel mais aussi pour l'inscrire dans une coopération renforcée avec l'Allemagne...
(Le Figaro 20/05/17)
Le président Macron s'est rendu hier au Mali pour visiter les troupes françaises. Mali signifie en langue mandingue «là où le roi vit». Il n'y a pas de roi au Mali, mais il y eut, pour quelques heures, le président de la République française. Dans l'actualité internationale, le nom évoque spontanément le mot mal, et celui dont cet infortuné pays est frappé depuis plusieurs années s'appelle la guerre. La présence française s'effectue dans un cadre d'un mandat appelé «Minusma», acronyme...
(Reuters 19/05/17)
GAO, Mali (Reuters) - Emmanuel Macron est attendu ce vendredi au Mali pour une visite auprès des troupes françaises déployées à Gao, son premier déplacement sur un théâtre militaire depuis son investiture, dans un contexte de regain de tensions quatre ans après l'intervention Serval. Le chef de l'Etat, qui sera accueilli à son arrivée dans la matinée par son homologue malien Ibrahim Boubacar Keïta, sera accompagné de la ministre des Armées Sylvie Goulard, de Jean-Yves Le Drian, passé de la...

Pages