| Africatime
Mardi 28 Mars 2017
(RFI 28/03/17)
Revirement vespéral à Bamako. Lundi soir, à la fin du premier jour de la Conférence d'entente nationale, la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) a finalement annoncé sa participation ce mardi 28 mars à cette rencontre qui doit favoriser la réconciliation nationale. C'est d'abord un communiqué du haut représentant du président malien qui a annoncé la nouvelle : la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA), l’ex-rébellion, s'engage à prendre part aux travaux de la Conférence d'entente nationale à compter de ce mardi. Pourquoi ce revirement ?
(RFI 28/03/17)
Au Mali, la Conférence d'entente nationale qui doit favoriser la réconciliation nationale s'est ouverte lundi 27 mars en présence du président Ibrahim Boubacar Keïta, mais sans les ex-rebelles de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et l'opposition, qui ont boycotté la conférence comme ils l'avaient annoncé. Dans son discours d'ouverture, le chef de l'Etat malien s'est montré véhément face aux absents, même s'il leur laisse la possibilité de revenir sur leur décision. Ibrahim Boubacar Keïta emploie pendant son discours une métaphore très claire : « Cette conférence nationale est un train qui démarre. Ceux qui ne l'auront pas pris peuvent toujours le rattraper à une autre gare ». Un appel sans équivoque que le président lance à tous les...
(Autre média 28/03/17)
Lundi 27 mars s’est ouverte la Conférence d’entente nationale à Bamako, au nom de la paix et de l’unité de la nation malienne, alors que le conflit dans le pays dure déjà depuis cinq années. Décryptage de Philippe Hugon, directeur de recherche à l’IRIS. Après cinq ans de conflit, quelle est la situation au Mali ? L’accord de paix d’Alger signé en 2015 a-t-il été suivi d’effets concrets ? On peut effectivement considérer qu’il y a eu certaines avancées puisqu’après...
(RFI 27/03/17)
Au Mali, la Conférence d'entente nationale doit s’ouvrir ce lundi 27 mars à Bamako au Palais de la culture. Elle est censée réunir pendant une semaine toute la nation malienne. Mais beaucoup ont déjà annoncé qu'ils ne participeraient pas à ce rendez-vous, qui doit marquer l'aboutissement du processus de paix. Cette Conférence d'entente nationale a un seul but : « Instaurer un débat approfondi et inclusif entre toutes les composantes de la nation malienne sur les causes du conflit qui affaiblit le pays depuis 2012 ». Voilà ce qu'affirme le président de la commission préparatoire de cette réunion.
(Jeune Afrique 27/03/17)
À la tête de la Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) depuis début 2016, l’ancien ministre béninois du Développement estime que le Maroc et la Tunisie peuvent être des partenaires privilégiés de cette zone sans en devenir pour autant membres à part entière. Jeune Afrique : Confirmez-vous que, comme le Maroc, la Tunisie a fait une demande d’adhésion à la Cedeao ? Marcel Alain de Souza : Oui. C’est d’abord le ministre tunisien de la Coopération internationale...
(RFI 25/03/17)
Beaucoup de chaises seront vides lundi 27 mars à Bamako à l'ouverture de la Conférence d'entente nationale prévue par l'accord d'Alger. L'opposition malienne et les groupes armés (progouvernement et ex-rébellion) dénonçant «la mauvaise préparation» de la rencontre, ont décidé de la boycotter. Dans un communiqué, les groupes armés composés des ex-rebelles de la Coordination des mouvements de l’Azawad et des mouvements pro-gouvernementaux expliquent pourquoi ils boycottent la conférence d’entente nationale de ce lundi. Prévue par l’accord d’Alger, la conférence d’entente, au lieu d’unir risque de diviser soulignent les groupes armés qui contestent...
(RFI 23/03/17)
Au Mali, des affrontements communautaires très violents ont opposé dans le centre du pays, ce mercredi, chasseurs traditionnels et éleveurs peuls. Il y a au moins huit morts. Selon différentes sources, ce mercredi, des chasseurs traditionnels, communément appelés Dozos, ont été victimes à une soixantaine de kilomètres de la localité de Niono, dans le centre, du vol de plusieurs dizaines d’animaux. Certains leur servaient de bœufs de labour. Rapidement, les chasseurs traditionnels ont identifié les éleveurs peuls comme les auteurs...
(RFI 23/03/17)
Joutes oratoires, débats contradictoires et un public venu nombreux, le procès en diffamation intenté par le président de l'Assemblée nationale contre le directeur de publication du journal privé Le Figaro du Mali s'est ouvert ce mercredi à Bamako. Il doit se poursuivre la semaine prochaine. A la barre, c’est en costume-cravate que se présente le directeur de publication du Figaro du Mali. A ses côtés, dans une salle pleine à craquer du tribunal de la commune I de Bamako, l’un...
(Libération 23/03/17)
Un centre de santé a ouvert à Bamako pour traiter les malades du noma, une maladie mortelle qui dévore le visage des enfants. «Je ne me souviens plus exactement de quand j’ai attrapé le noma», raconte Awa Diarra. Assise sur un banc du centre Hirzel, dans la capitale malienne, elle a la bouche déformée par la maladie. «Je venais juste d’apprendre à marcher. Mon père m’a emmenée dans un centre de santé. Ils ont voulu suturer la plaie, mais mon...
(RFI 22/03/17)
Au Mali, le gouvernement a décidé de reculer. Il avait annoncé que la Conférence d'entente nationale, prévue par l'accord de paix d'Alger allait se tenir du 27 mars au 2 avril 2017. Mais, vent debout, l'opposition malienne et les groupes armés, y compris ceux proches de Bamako, se sont déclarés contre ce format. Ils ont obtenu gain de cause et la Conférence devrait durer bien plus longtemps qu’une semaine. Au lieu d'une semaine, c'est finalement une Conférence d'entente nationale marathon qui aura lieu, et le 27 mars 2017 ne sera que le lancement de ce processus.
(Jeune Afrique 22/03/17)
Avec l’installation des premières autorités intérimaires, le processus de paix semble enfin progresser. Mais la route reste longue : tandis que les rivalités persistent entre les différents groupes armés, les principaux mouvements jihadistes, eux, unissent leurs forces. Il aura fallu attendre vingt mois. Vingt longs mois durant lesquels le processus de paix a progressé, stagné, et parfois même failli s’effondrer, tel un caravanier exténué traçant, tant bien que mal, sa route à travers les innombrables dunes du Sahara. Avec plus d’un...
(Le Monde 22/03/17)
Deux chercheurs dénoncent la précipitation dans l’organisation d’une conférence qui apparaît comme la dernière chance de sauver l’accord d’Alger et la paix. A entendre le président Ibrahim Boubacar Keïta, on se croirait revenu à l’optimisme et à l’engouement sans pareils des conférences nationales africaines des années 1990. La conférence d’entente nationale ? Le chef de l’Etat n’a pas hésité, dans son discours à la nation de décembre 2016, à la qualifier de « jalon important dans la réhabilitation de la cohésion sociale et du vivre-ensemble au Mali ». Prévue initialement pour le dernier trimestre
(RFI 21/03/17)
Second et dernier volet de notre série de reportages sur le général Amadou Sanogo, chef de l’ex-junte malienne. Pour la première fois depuis trois ans, il reçoit un journaliste sur son lieu de détention, à Sélingué au sud du Mali et évoque son règne entre 2012 et 2013. Inculpé « d'assassinat et de complicité d'assassinat », son procès s'est ouvert fin novembre avant d'être reporté. Quand on dit à Amadou Sanogo que lors du coup d'Etat de mars 2012 le...
(RFI 20/03/17)
Au Mali, on connait désormais la date de la Conférence d'entente nationale, une grande réunion qui doit réunir toutes les composantes de la nation pour faire le point plus d'un an et demi après la signature des Accords de paix d'Alger. Une annonce qui a surpris tout le monde, groupes armés et opposition politique. La paix, l'unité et la réconciliation, voici les trois axes de discussion de cette Conférence d'entente nationale qui doit aboutir à la création d'une charte. «...
(RFI 20/03/17)
Amadou Haya Sanogo, le chef de l'ex-junte militaire malienne (2012-2013) a été arrêté il y a trois ans et inculpé pour « assassinat et complicité d'assassinat » à la suite de la découverte en 2013 d'un charnier contenant les corps et restes d'une vingtaine de militaires « bérets rouges ». Son procès s'était ouvert fin novembre dernier avant d'être reporté pour complément d'enquête. Pour la première fois depuis trois ans, il reçoit un journaliste sur son lieu de détention à...
(La Tribune 20/03/17)
Miné par une guerre au Nord depuis 2012 et un front social tendu caractérisé par des grèves dans presque tous les secteurs, le Mali a besoin de remettre les choses à plat. Le 27 mars à Bamako, s’ouvre une conférence d’entente nationale pour permettre au pays de se ressaisir. Toutes les forces vives de la nation devront prendre part à ce dialogue qui va dérouler jusqu’au 2 avril 2017. Puisque la guerre déclenchée depuis 2012 au nord Mali n'a rien...
(RFI 18/03/17)
C'est une information que vous révèlent RFI et l'AFP : Marine Le Pen se rendra au Tchad la semaine prochaine. Elle ira rencontrer les forces françaises de Barkhane à Ndjamena, entre le 21 et le 22 mars prochains. Pierre Firtion, avec AFP Après Emmanuel Macron et Francois Fillon, c'est donc au tour de la candidate du Front National d'aller rencontrer les soldats français basés sur le continent. Selon les informations recueillies par RFI et l'Agence France Presse (AFP) auprès du ministère de la Défense et du Front national, Marine Le Pen se rendra à ...
(RFI 18/03/17)
Dans la nuit de jeudi à vendredi dans la localité de Ménaka, dans le nord du Mali, des assaillants non encore identifiés ont assassiné le chef militaire local du Gatia (Groupe autodéfense Imghad et alliés). Dans cette ville récemment érigée en chef-lieu d'une nouvelle région administrative et dans sa périphérie, quelles sont les forces en présence. Almadi Ag Lengach était à son domicile situé au nord de la ville de Ménaka. Pour éviter ses gardes du corps en faction devant...
(RFI 18/03/17)
La Fédération internationale de football (Fifa) suspend le Mali pour ingérence politique. Les problèmes au sein de la Femafoot, la Fédération malienne de football, gangrène le monde du sport. Le ministre des Sports a donc décidé d'y mettre fin en annonçant sa dissolution. Les bureaux de la Fédération malienne de football (Femafoot) sont cadenassés. Il y a quelques jours, c'est la police qui est venue expulser les occupants du bâtiment, après l'annonce de la dissolution du bureau par le ministre...
(RFI 17/03/17)
Au Mali, un chef local du Gatia (le groupe armé de la tribu des touaregs Imerades et alliés) a été tué dans la nuit du jeudi 16 au vendredi 17 mars dans le quartier nord de Menaka, par des hommes armés. L'identité des assaillants n'est pas encore connue et le meurtre n'a pas encore été revendiqué. Almadi Ag Lengach, par ailleurs chef militaire local de la plateforme (composée des groupes progouvernementaux), était l'un des piliers de la sécurisation de Menaka.

Pages