Dimanche 28 Mai 2017
(Le Republicain (ml) 26/05/17)
Lettre ouverte à Emmanuel Macron, par Professeur Adame Ba Konaré : « Monsieur le Président, ce qui semble être une expérience inédite pour la France, est une réalité pour l’Afrique qui en tire déjà les leçons… » Le dimanche 7 mai, à 20 h précises, le visage du nouveau président français apparaît sur les écrans de télévision et ce visage est celui d’un homme jeune de moins de quarante ans, le plus jeune président de l’histoire de la France, depuis Napoléon. Un président qui n’a jamais brigué un poste électif avant les présidentielles, quasi inconnu des Français jusqu’à son passage comme secrétaire général adjoint de l’Élysée puis comme ministre des Finances de François Hollande. Un...
(Le Republicain (ml) 26/05/17)
Dr Soumana Sako, l’ancien Premier ministre du Mali, lors du sixième anniversaire de son parti : la Cnas Faso Hèrè, le jeudi dernier, n’a pas pris de gant pour fustiger la gouvernance actuelle du pays. Selon Sako, le régime issu des élections générales de 2013 a conduit le Mali dans l’impasse. Pire, ajoute l’ancien Premier ministre, le Mali est aujourd’hui un condominium franco-algérien. « Le Mali est devenu, avec l’accord d’Alger et ce régime, un pays à souveraineté limitée», assure le président d’honneur de la Cnas Faso Hèrè. C’est dans une salle comble de la maison des ainés de Bamako et devant plusieurs responsables politiques, de la majorité présidentielle et de l’opposition, que Dr Soumana Sako, l’ancien Premier ministre, a...
(RFI 25/05/17)
Ahmed Boutache, le président du Comité de suivi de l'accord de paix au Mali, est d'habitude extrêmement mesuré dans ses déclarations. Mais dans une lettre acerbe adressée à Brahim Ould Sidati, le représentant de la CMA, il accuse les ex-rebelles de ne pas honorer leurs engagements « une fois de plus et une fois de trop », en ne libérant pas le camp 1 de Kidal. Ce camp qui doit servir de base aux soldats du MOC (les patrouilles communes entre signataires de l'accord de paix et les militaires maliens). « Les manœuvres politiciennes aux desseins inavoués » n'ont que trop duré...
(Jeune Afrique 25/05/17)
Après Berlin, le nouveau président français, a choisi le Mali et la base de Gao pour rendre visite, le 19 mai, aux soldats français qui luttent contre le terrorisme djihadiste. Le choix de Gao a perturbé les autorités maliennes. La visite à la force Barkhane est très significative : montrer que la France poursuit son option militaire de lutte contre le terrorisme jihadiste. Emmanuel Macron a été accompagné de Mme Goulard, ministre des Armées, de M. Le Drian, ministre des...
(Info-Matin 24/05/17)
Révision constitutionnelle et processus électoral : enjeux et défis étaient les thèmes sur lesquels a planché la Convention des partis politiques de la majorité présidentielle (CMP), lors de ses 2es assises, les samedis et dimanche derniers, au Stade du 26 Mars, à Yirimadjo. Occasion pour le regroupement de signer sa Convention revue. Le secrétaire exécutif de la CMP, Nancoma KEITA a justifié les assises par la nécessité d’apporter un soutien visible et lisible au chef de l’État et à l’action...
(RFI 23/05/17)
Le président américain Donald Trump a réuni en Arabie saoudite une cinquantaine de représentants de pays musulmans dont Alassane Ouattara, Macky Sall et Ibrahim Boubacar Keita. Donald Trump a appelé ces pays à lutter avec détermination contre « l'extrémisme islamiste ». En marge de cette rencontre, la chaine de TV Al-Jazeera s'est entretenue avec Ibrahim Boubacar Keïta. A la question: « serez-vous candidat à votre succession en juillet 2018 ? », le président malien a répondu : «Inch'Allah». « En tant que croyant, je m’en remettrai à Allah, affirme le président malien Ibrahim Boubacar Keïta. Je ne suis que l’humble instrument de sa volonté ».
(AFP 23/05/17)
Voici les principaux points d'achoppement de l'accord de paix au Mali signé il y a deux ans, que le nouveau président français Emmanuel Macron a exhorté les signataires à faire avancer "sans barguigner". "On sait où sont les difficultés principales et ce que nous devons faire", a lancé vendredi M. Macron devant son homologue Ibrahim Boubacar Keïta, lors d'une visite à la base militaire française de Gao, principale ville du nord du Mali. Cet accord a été signé en mai-juin 2015 par le gouvernement malien, les groupes armés pro-Bamako, et l'ex-rébellion à dominante touareg du Nord.
(L'Essor 23/05/17)
Ce qu’il faut retenir de ce sommet, c’est qu’il s’agit d’une initiative à saluer. Tout ce qui peut concourir à la lutte contre le terrorisme est bon pour nous. Qu’on nous y associe, nous avons apprécié cela. Vous l’aurez remarqué, tous les pays du G5 Sahel étaient là. Au-delà de ceux-là, il y avait également nos amis de la Côte d’Ivoire. Le président Alpha Condé de la Guinée et président de l’Union africaine était là. Tout comme le président Macky...
(Jeune Afrique 23/05/17)
Alors que certains, au Mali, s’étonnent qu’Ibrahim Boubacar Keïta se soit rendu le 19 mai à Gao pour y rencontrer Emmanuel Macron, et que ce ne soit pas ce dernier qui se soit déplacé à Bamako, l’entourage d’IBK estime que ces critiques n’ont pas de raison d’être. « Gao est au Mali, donc où est le problème ? M. Macron voulait rendre visite aux forces françaises. Pourquoi serait-il venu à Bamako alors qu’elles sont toutes basées à Gao ? » glisse une...
(L'Essor 22/05/17)
Les dirigeants des pays arabes et musulmans ont rencontré dimanche à Ryad, le président américain Donald Trump. Le président de la République Ibrahim Boubacar Keita a pris part à ce grand rendez-vous diplomatique qui marque le premier voyage à l’extérieur du nouveau président américain. Les échanges entre les dirigeants arabo-musulmans et le locataire de la Maison Blanche avaient pour objectif de renouveler l’engagement collectif dans le but de faire face au fléau de l’extrémisme violent et du terrorisme global. Premier...
(Mediapart 22/05/17)
La France aurait-elle décidé de tourner la page de l’aveuglement volontaire face au « double jeu » d’Alger sur la lutte antiterroriste au Sahel ? La question se pose après les déclarations d’Emmanuel Macron lors de son premier voyage présidentiel en Afrique, le vendredi 19 mai 2017, à l’état-major de la force militaire française « Barkhane », à Gao (Mali) : « Emmanuel Macron a précisé, indique une dépêche de Reuters, qu’il avait informé jeudi le président algérien Abdelaziz Bouteflika...
(L'indicateur Renouveau 22/05/17)
La candidature à sa propre succession du président de la République IBK en 2018 a été maintes fois annoncée par ses partisans. L’intéressé ne s’était jusque-là pas prononcé. Eh bien, la donne a changé depuis quelques semaines. Dans une interview à des chaînes de télévision arabes, le locataire de Koulouba ne fait plus mystère de sa volonté de briguer un second mandat. Si cette information n’a pas été trop vulgarisée sur le plan national, elle fait pourtant le buzz sur...
(L'Essor 22/05/17)
La Chine constitue un partenaire historique et stratégique du Mali. De l’Indépendance à nos jours, la coopération sino-malienne compte à son actif des réalisations presque tous les domaines de développement. Le ministre des Affaires étrangères de la République populaire de Chine, Wang Yi, était hier chez nous pour une visite qui s’inscrivait dans la mise en œuvre des résultats du Sommet de Johannesburg du Forum sur la coopération sino-africaine tenu en décembre 2015. Au cours de son séjour, il a...
(Autre média 22/05/17)
Aux termes de l’article 8 de la loi n° 97-010 du 11 février 1997 portant loi organique déterminant les règles d’organisation et de fonctionnement de la Cour constitutionnelle ainsi que la procédure suivie devant elle, les membres de la Cour Constitutionnelle ont pour obligation générale « de ne prendre aucune position publique sur les questions ayant fait ou susceptibles de faire l’objet de décision de la part de la Cour, de ne donner aucune consultation sur les questions relevant de...
(Le Republicain (ml) 22/05/17)
Il faut dialoguer avec les extrémistes religieux du Nord-Mali, en l’occurrence Iyad Ag Ghali, dit l’une des recommandations de la Conférence d’entente nationale du 27 mars dernier. Mais le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, l’ignore. Il a étalé (à nouveau) sa méconnaissance des conclusions issues de cette rencontre, le samedi dernier sur les ondes de RFI, en disant : « aucune recommandation de la Conférence d’entente nationale n’a dit cela. La Conférence d’entente nationale n’a pas été actée...
(RFI 21/05/17)
Lors de sa visite éclair à Gao vendredi 19 mai au cours de laquelle il a rencontré le président Ibrahim Boubacar Keïta et les forces françaises Barkhane, Emmanuel Macron a réaffirmé l'engagement de la France dans la lutte antiterroriste. Mais le président français a également pressé le président malien et l’Algérie, médiatrice dans la crise malienne, d'accélérer la mise en œuvre de l'accord de paix et de s'engager pleinement dans la lutte antiterroriste. Une déclaration qui pourrait tout à fait...
(RFI 20/05/17)
Emmanuel Macron, pour son premier voyage présidentiel en Afrique, a passé la journée du vendredi 20 mai 2017 sur la base militaire de Gao, dans le nord du Mali. Il est allé à la rencontre des militaires français postés sur place dans le cadre de l'opération Barkhane. Bien sûr, il a aussi été reçu par son homologue malien Ibrahim Boubakar Keïta, avec lequel il s'est entretenu. Envoyé spécial sur ce déplacement à l'étranger pour RFI : Christophe Boisbouvier. Le président...
(Le Monde 20/05/17)
En visite à Gao, le président a dit vouloir « poursuivre et accroître » l’investissement français dans l’opération « Barkhane ». Il a serré des mains sans compter. Le soldat : « Mes respects, monsieur le président. » Lui, souriant aux uns et aux autres, un peu mécanique dans son habit de chef des armées : « Enchanté. » « Bien. » « Parfait. » « Vous venez d’où ? » Il n’a pas manqué les selfies, dans une forêt dense de treillis. Il...
(AFP 19/05/17)
Sous un soleil de plomb, le président français Emmanuel Macron a passé la journée de vendredi sur la base de Gao, au Mali, assurant son homologue malien de la "détermination" militaire de la France avant de partager de longs moments avec les soldats. Il a également exprimé sa fermeté face aux lenteurs de l'application de l'accord de paix de mai-juin 2015, devant le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, dit IBK. Par ce voyage, il tenait sa promesse de consacrer aux...
(AFP 19/05/17)
Le président français Emmanuel Macron a appelé vendredi au Mali devant son homologue Ibrahim Boubacar Keïta à une "accélération" du processus de paix, lors d'une visite à la base militaire française de Gao, dans le nord du pays. Deux ans après la signature à Bamako d'un accord de paix négocié pendant de longs mois à Alger, la communauté internationale, et notamment la France, exprime régulièrement son impatience face aux retards accumulés dans son application, y compris envers le gouvernement malien. "Mon souhait, c'est que nous accélérions", a déclaré M. Macron au sujet de cet accord signé en mai-jun 2015 entre le gouvernement malien, les groupes armés...

Pages