Lundi 22 Janvier 2018
(Journal du Mali 22/01/18)
Dans l’objectif d’une alternance en 2018, certains responsables des partis politiques de l’opposition annoncent une possible candidature commune lors du scrutin présidentiel à venir. Se coaliser pour déminer le chemin menant à Koulouba s’avère, même pour ces caciques de la scène politique, la seule alternative. Mais un tel pari aura-t-il raison des divergences de visions des acteurs concernés ? Rupture, alternance, changement. Le vocabulaire est en vogue. Des personnalités, au sein de l’opposition, s’expriment à plaider pour une alliance autour d’une candidature commune contre le Président de la République actuel en 2018.
(Le Republicain (ml) 22/01/18)
Le terrain de Magnambougou a refusé du monde avant-hier, le samedi 20 janvier 2017. Ils sont venus de partout pour prendre part au lancement officiel de la « Plateforme pour le changement » dont l’initiateur n’est autre que le Général démissionnaire, Moussa Sinko Coulibaly. Lors de ce rassemblement pour le changement, Coulibaly n’a pas fait cadeau au régime D’IBK. Il a ainsi décrié les maux de ces quatre ans de gouvernance du président de la République. « Le seul choix que nous laissons aujourd’hui à IBK, c’est de démissionner avant la fin de son mandat ou de ne pas se représenter … », a ainsi indiqué l’ancien ministre de l’administration territoriale du Mali. Selon Moussa Sinko Coulibaly, les forces qui...
(L'indicateur du Renouveau 22/01/18)
Au lancement de son livre : “Un nouveau pacte social solidaire”, présenté comme projet de société, Dramane Dembélé, a déclaré sa candidature aux primaires de l’Alliance pour la démocratie au Mali (Adéma/PASJ). C’était le samedi à la Maison de la presse. “J’ai écrit ce livre, c’est pour me présenter aux primaires de l’Adéma”. Dramane Dembélé a ainsi annoncé sa volonté d’être le porte-étendard du parti de l’Abeille à la présidentielle de juillet. Eliminé dès le premier tour de l’élection du...
(AFP 21/01/18)
Des milliers de personnes ont participé samedi à Bamako à un meeting de l'ancien ministre Moussa Sinko Coulibaly, un général qui a récemment démissionné de l'armée pour se présenter à l'élection présidentielle de 2018, a constaté un journaliste de l'AFP. Moussa Sinko Coulibaly, ancien ministre de l'Administration territoriale, est parmi les quatre candidats déjà déclarées pour la présidentielle de 2018. Les trois autres sont le maire de Sikasso (sud), Kalifa Sanogo, et deux hauts fonctionnaires internationaux, Modiba Koné, un ancien de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD)
(Le Republicain (ml) 19/01/18)
Malgré les assurances données par le président de la République Ibrahim Boubacar Kéïta, des menaces planent sur la tenue des échéances électorales de 2018 dans le respect des délais constitutionnels au Mali. Ces menaces ont pour nom : dégradation de la situation sécuritaire sur la majeure partie du territoire national, l’inapplication de l’Accord pour la paix et la réconciliation deux ans et demie après sa signature, l’attentisme du gouvernement dans la préparation des élections… « Je donne …l’assurance que toutes les élections et - plus particulièrement la présidentielle et les législatives -
(Info-Matin 19/01/18)
En sollicitant solennellement, mais dans un cadre strictement familial, leur camarade président fondateur du parti, qu’il lui plaise de briguer un second mandat à la tête du pays, les responsables et cadres du Rassemblement pour le Mali (RPM) semblent mesurer toute la portée de leur demande auprès du Président IBK. Si le parti présidentiel se base sur sa machine électorale, véritable rouleau compresseur, il n’en demeure pas moins aussi qu’il s’endosse sur une stratégie électorale bien pensée et un trésor...
(Info-Matin 19/01/18)
Le président du Congrès national d’initiative démocratique (CNID-Faso Yiriwa ton), Me Mountaga TALL, a présenté, hier mardi, à la Maison de la presse, ses traditionnels vœux de fin d’année, au titre de 2018, à la presse. Comme d’habitude, Me TALL s’est prêté aux questions des journalistes, relatives à certains sujets d’actualité et faits marquants de l’année écoulée. Il s’agit entre autres de sa sortie du gouvernement, sa participation à la CMP, la candidature interne du CNID lors de la prochaine...
(Le Republicain (ml) 18/01/18)
La Conférence extraordinaire de la section Adema-P.A.S.J. de la Commune V du district de Bamako a invité le Comité Exécutif à « entreprendre sans délais, le processus de choix d’un candidat issu de nos rangs à l’élection du Président de la République de 2018 » et « exhorte les militantes et militants, sympathisantes et sympathisants du parti à se mobiliser pour faire échec à toutes les tentatives de destruction programmée de notre patrimoine commun qu’est l’Adema-P.A.S.J. », indiquent les recommandations...
(Le Republicain (ml) 18/01/18)
Le Nouveau Pacte Social Solidaire (N.P.S.S.) est le titre d'un livre que Dramane Dembélé, ancien candidat vient de publier aux Editions Jamana. Est-ce une annonce de candidature? Nous vous proposons ici des bonnes feuilles. LE SECOND CHANTIER SERA DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE VISION La Vision est celle d’un Mali sécurisé et doté de capacités de dissuasion et de défense solides. La Sécurité et la Défense sont les bases de tout projet de Paix durable. La guerre n’est...
(RFI 17/01/18)
Au Mali, le comité de suivi de l'accord de paix d'Alger s'est réuni hier pour évaluer les avancées dans la mise en oeuvre de cette feuille de route signée en 2015. Un processus quasiment à l'arrêt et cette réunion l'a confirmé une fois de plus. En sortant de la salle de réunion, les groupes armés, qu'ils soient de la CMA ou de la Plateforme, sont dubitatifs : un nouveau calendrier a certes été adopté, il détermine la marche à suivre...
(L'Essor 17/01/18)
Au cours de la rencontre, un chronogramme fixant les actions prioritaires pour la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation a été élaboré. La 23ème session ordinaire du Comité de suivi de l’Accord pour la paix et la réconciliation (CSA) s’est tenue hier, au Centre régional de l’énergie solaire (CRES). A la fin de la réunion, le président du CSA, Ahmed Boutache, a animé un point de presse. Il avait, à ses côtés le ministre des...
(L'Essor 17/01/18)
Le chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Keita, l’un des invités d’honneur de la rencontre, profitera de cette tribune pour évoquer la situation de notre pays qui est en train de se redresser. Le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, est arrivé hier en début de matinée à Ouagadougou, au Burkina Faso où il prend part au Forum international sur la gouvernance, la démocratie et les affaires. Cette importante rencontre rassemble les élites, les personnalités politiques, économiques et les universitaires...
(Le Republicain (ml) 17/01/18)
Hier, mardi 16 janvier 2018, le président du Congrès national d’initiative démocratique (CNID Faso Yiriwaton), Me Mountaga Tall a présenté ses meilleurs vœux de l’année 2018 à la presse. La cérémonie de présentation de vœux tenue à la Maison de la presse de Bamako a été saisie par Me Mountaga Tall de mettre l’accent sur la situation sécuritaire du Mali. « Le Mali se trouve aujourd'hui dans une situation critique et inquiétante. Ceux qui savent n'en dorment pas. L'année 2017...
(Le Republicain (ml) 16/01/18)
Ibrahim Boubacar Keïta, le président de la République du Mali est encore sorti de ses gonds lors des présentations de vœux du nouvel an à Koulouba. Après avoir traité ses détracteurs d’imposteurs lors de son discours du nouvel an, le chef de l’Etat du Mali est monté au créneau pour, cette fois ci, menacer d’interrompre le budget alloué par l’Etat malien au bureau du chef de file de l’opposition malienne. Sur un ton colérique, le président malien a déclaré :...
(Le Sphinx 16/01/18)
Si les Américains commencent à s’interroger sur l’état mental de leur président, Donald Trump, plusieurs citoyens maliens, du moins, ceux-là d’un certain milieu, doutent de celui de leur président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta. Plusieurs anecdotes colportées enseignent qu’il arrive à ce dernier de ne plus se rappeler un évènement survenu la veille, où à rentrer dans une colère noire pour des broutilles. Votre journal préféré a d’ailleurs écrit, il y a plus de deux ans, qu’IBK, avec sa...
(Procès-Verbal 16/01/18)
La présidentielle de 2018 approche à grands pas et les états-majors politiques s’activent. Lors de la cérémonie de présentation de voeux au président IBK, le samedi 13 janvier, les responsables du RPM lui ont demandé de se représenter en 2018. Au cours de cette cérémonie, le protocole s’est arrangé pour placer le ministre des Mines et non moins président de l’ADEMA, Tièmoko Sangaré, aux côtés d’IBK. Cette posture du président de l’ADEMA vient confirmer les rumeurs selon lesquelles Tièmoko Sangaré,...
(Les Echos (ml) 16/01/18)
ATT a contribué à délégitimer le fait majoritaire. IBK, finalement, l’a mis sous le boisseau. Le RPM semble se réveiller et se rebeller. Va-t-on vers la cassure ? Sous le président ATT, le fait majoritaire n’a jamais prévalu. Au contraire, ATT a travaillé à affaiblir les partis politiques. Le fait était compréhensible. Lui, militaire, reconverti à la démocratie à la 25è heure, a toujours veillé sur ses flancs, tenant en respect les partis, autant les méprisant que les craignant. Il...
(RFI 15/01/18)
Une délégation malienne était à Alger ce week-end conduite par le nouveau Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga. Il était accompagné du ministre malien de la Défense et de celui des Affaires étrangères. Pendant cette visite de travail et d'amitié de deux jours, il a déposé une gerbe de fleurs au mémorial des martyrs d’Alger. Il a rencontré son homologue, Ahmed Ouyahia, et le président, Abdelaziz Bouteflika. Une visite pour relancer la coopération entre le Mali et son grand voisin du...
(Xinhua 15/01/18)
Le Premier ministre malien Soumeylou Boubeye Maïga a conclu dimanche soir une visite de deux jours en Algérie, à l'issue de laquelle il a affirmé que le soutien de ce voisin du nord est un facteur clé dans la mise en œuvre de l'accord de paix dans son pays. Avant d'achever sa visite, le Premier ministre malien a été reçu par le président algérien Abdelaziz Bouteflika, qui a réaffirmé le soutien constant de l'Algérie au Mali en faveur de la...
(RFI 15/01/18)
Au Mali, le séjour d'une délégation des ex-rebelles de la Coordination des mouvements de l'azawad (CMA) aux Etats-Unis, sur l'invitation de l'ONG Independant Diplomat, fait débat. Le président malien s'est lui-même emparé du séjour, vendredi 12 janvier, en dénonçant des « comportements parallèles ». Une petite délégation de la CMA s'est rendue à New York pour rencontrer, entre autres, le Conseil de sécurité de l'ONU, cette semaine. Elle a été invitée par une ONG spécialisée dans « la diplomatie et...

Pages