Vendredi 17 Novembre 2017
(Le Monde 17/11/17)
A la tête de l’opération de maintien de la paix des Nations unies au Mali, Mahamat Saleh Annadif doit faire face à une guerre asymétrique, imposée par les djihadistes. Ancien ministre tchadien des affaires étrangères (1997-2003), Mahamat Saleh Annadif, 61 ans, diplomate expérimenté, dirige depuis 2015 la Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation des Nations unies au Mali (Minusma), forte d’environ 14 000 hommes (11 000 militaires, 1 700 policiers, 1 180 civils). Déployée depuis juillet 2013 alors que le Mali était la proie de groupes armés sécessionnistes touareg, la Minusma doit dorénavant faire face à des attaques djihadistes.
(Le Republicain (ml) 17/11/17)
Bien que le décret de convocation du collège électoral n’est pas « rapporté », il y a de fortes chances que les élections du 17 décembre soient reportés. Les mouvements armés et une partie de la classe politique optent pour le report et le ministre Tiéman Hubert Coulibaly de son coté souhaite l’inclusivité lors de ces élections. Face donc à cette situation, le gouvernement prendra bientôt une décision pour le maintien ou le report du scrutin. Bien que le décret de convocation du collège électoral n’est pas encore abrogé , il y a de fortes chances que les élections du 17 décembre soient reportées. Pour preuve, les mouvements armés et une partie de la classe politique optent pour le report...
(Le Temps.ch 16/11/17)
Au Forum de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique, la désagrégation de l’appareil étatique malien a nourri les inquiétudes. Un défi social et politique contre lequel bute la force militaire commune du G5 Sahel. A Gao, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) assure toujours, quatre ans après l’intervention militaire française au Mali, le fonctionnement de l’hôpital. Idem à Kidal, où le CICR a pris le relais de Médecins du monde. Médecins sans frontières fait de même...
(Le Republicain (ml) 16/11/17)
Le cadre de concertation Ministère de l’administration territoriale-partis politiques s’est réuni le mercredi 15 novembre 2017 dans la salle de conférence dudit ministère sous la présidence de Tièman Huber Coulibaly, ministre de l’administration territoriale. Ordre du jour : adoption du procès-verbal de la dernière rencontre, point des préparatifs des élections communales et régionales prévues le 17 décembre prochain et des questions diverses. Il ressort de cette rencontre que non seulement 64 communes sont menacées d’insécurité, mais aussi 11 communes et...
(AFP 15/11/17)
Matériel insuffisant, vulnérabilité, mandat inadapté... des dirigeants africains ont dénoncé au Forum de Dakar l'inadéquation des missions des Casques bleus au nouvel environnement sécuritaire, une préoccupation partagée par les Nations unies, qui veulent faire évoluer leurs interventions. "Face à la violence asymétrique, les missions de maintien de la paix éprouvent des difficultés, au point qu'elles sont parfois contraintes de consacrer leurs moyens à leur propre sécurité", constate le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, déplorant à ce Forum annuel sur la paix et la sécurité en Afrique "l'impuissance de la puissance".
(RFI 15/11/17)
L’ex-chef de la junte malienne Hamadou Haya Sanogo et ses co-prévenus restent derrière les barreaux. La justice a refusé leur demande de remise en liberté provisoire. Ils attendent toujours l'organisation de leur procès dans l'affaire de l'assassinat en 2013 de 21 bérets rouges, retrouvés dans un charnier près de Bamako. Tous sont inculpés d'assassinat et de complicité d'assassinat. Un premier procès d’Amadou Haya Sanogo et de ses seize co-accusés s'est ouvert à Sikasso dans le sud du Mali, en novembre...
(RFI 14/11/17)
Le Forum de Dakar a commencé lundi 13 novembre dans la capitale sénégalaise. Cette rencontre réunit 800 intervenants, acteurs politiques, experts, chercheurs, membres de la société civile et se veut un lieu informel pour évoquer les questions de sécurité. La première journée a été marquée par le débat entre les chefs d’Etat et hauts responsables d’institutions présents. Sur la grande scène, il est le premier à avoir pris la parole lundi au Forum de Dakar. Moussa Faki Mahamat, président de la commission de l’Union africaine, a placé la barre très haut.
(APS 14/11/17)
Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a promis, lundi, à Diamniadio (27 km à l’est de Dakar), de faire de son mieux pour que son pays, confronté depuis plusieurs années à des mouvements djihadistes, ait les moyens d’assurer sa défense. "Je ferai tout ce que je pourrai, jusqu’à mon dernier souffle, pour que mon pays ait les moyens de défense à hauteur de la menace" dont il est l’objet, a assuré M. Keïta à l’ouverture de la quatrième édition du...
(APA 14/11/17)
"Chef de file de la médiation internationale en vertu de l'accord pour la paix et la réconciliation au Mali de 2015, l'Algérie est un acteur important du processus de paix au Mali", a répondu la porte-parole du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, Agnès Romatet-Espagne, à une question sur le processus de paix au Mali posée au cours du point de presse électronique quotidien. Dialogue à tous les niveaux entre l'Algérie et France La France et l'Algérie "dialoguent à...
(RFI 14/11/17)
Le SADI, parti d'opposition malienne, a organisé ce week-end à Bamako, coup sur coup, un meeting ce samedi et une conférence de presse ce dimanche. Une mobilisation pour dénoncer « le saccage d'une de ses radios », installée dans la localité de Koutiala, située dans le sud du pays. Dans la localité de Koutiala, située au sud du Mali, l’une des radios les plus écoutées, s’appelle radio Kayira. Elle est membre d’un réseau de radios appartenant au SADI, un parti...
(Le Republicain (ml) 14/11/17)
Comme les Maliens ne semblent toujours pas comprendre la mission de la Minusma au Mali, s’interrogeant chaque fois sur la persistence de l’insécurité, alors même que le Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) est sur le sol malien, le représentant spécial du secrétaire général au Mali et chef de la MINUSMA, Mahamat Saleh Annadif, dans un langage plus explicite que jamais, situe l’Etat malien devant ses responsabilités. Devant les députés, pour des questions-réponses, une...
(L'indicateur du Renouveau 14/11/17)
C’est aujourd’hui que la justice est appelée à se prononcer sur la demande de liberté provisoire en faveur de l’ex-putschiste, Amadou Haya Sanogo et ses 17 coaccusés dans la disparition de 23 bérets rouges dont les corps ont été retrouvés il y a 4 ans dans un charnier à Diago dans les environs de la ville de Kati. Pour leurs avocats dont Me Konaré, « la justice ne peut que libérer le général Sanogo et ses camarades puisque le délai...
(Le Sphinx 14/11/17)
Pris la main dans le sac ! On ne peut en dire autrement avec cette tentative de commander 1,5 millions de cartes Nina pré-personnalisées à stocker chez le fournisseur, Afritek-sarl de Samba Bathily, dont tout le monde connaît ses accointances avec les tenants du pouvoir. En effet, la demande d’avenant y afférent a été établie par le ministère de l’Administration territoriale, au moment où des instructions ont été données par le Premier ministre pour annuler le processus d’attribution du marché...
(AFP 13/11/17)
Des dirigeants africains ont appelé lundi à aider leurs Etats à assurer leur propre sécurité, y compris par une adaptation des interventions internationales aux réalités locales, à l'ouverture du Forum de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique. "La réponse militaire doit être solidaire et globale pour ne laisser aucun sanctuaire aux groupes terroristes", a déclaré le président sénégalais Macky Sall...
(Jeune Afrique 13/11/17)
La 4e édition du Forum international sur la paix et la sécurité en Afrique s'est ouverte ce lundi à Dakar. Les présidents rwandais, Paul Kagamé, et malien, Ibrahim Boubacar Keïta, ont fait le déplacement. Pendant deux jours, les grands enjeux sécuritaires africains seront au centre des discussions à Dakar. Les 13 et 14 novembre, la capitale sénégalaise accueille la 4e édition du Forum international sur la paix et la sécurité en Afrique. Cette année, près de 800 personnes – militaires,...
(Xinhua 13/11/17)
Les présidents Paul Kagamé (Rwanda) et Ibrahima Boubacar Keïta (Mali) sont arrivés dimanche à Dakar où ils prendront part lundi au Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité. Ils ont été accueillis par le président sénégalais Macky Sall. Le Premier ministre tchadien, Albert Pahimi Padacké, est également arrivé dimanche à Dakar où sont attendus plus de 500 participants, acteurs régionaux et internationaux au plus haut niveau, autorités politiques et militaires, experts et universitaires, diplomates, représentants d'organisations internationales, de la société civile et du secteur privé.
(APA 13/11/17)
APA-Dakar (Sénégal) - Les Présidents Paul Kagame (Rwanda) et Ibrahim Boubacar Keïta (Mali) sont arrivés dimanche soir à Dakar, pour prendre part au Forum international de Dakar sur la Paix et la Sécurité qui débute lundi. Ils ont été accueillis par leur hôte, le président du Sénégal Macky Sall. Le Premier ministre tchadien Albert Pahimi Padacké est lui aussi déjà arrivé à Dakar ce dimanche. Selon ses organisateurs, sont attendus à cette édition près de 700 participants composés d’acteurs régionaux...
(L'Essor 13/11/17)
Dans une interview qu’il nous a accordée, le ministre de la Justice, Garde des sceaux, Mamadou Ismael Konaté, explique les raisons de la suspension des activités de l’Office central de lutte contre l’enrichissement illicite (OCLEI) et les facteurs qui entravent la poursuite du procès Amadou Aya Sanogo et de ses codétenus qui ont entamé une grève de la faim depuis la semaine dernière L’Essor : Après la grève du SYNTADE, le gouvernement a décidé une relecture de la loi portant...
(RFI 10/11/17)
Le chef de l'ONU au Mali était devant les parlementaires, jeudi 9 novembre, pour la traditionnelle séance de questions-réponses organisée chaque année pour que les Nations unies expliquent leurs actions devant les députés. Mahamat Saleh Annadif a été percutant face aux critiques des élus. Sous une pluie de critiques, le représentant spécial de l'ONU n'a pas tardé à renvoyer dos à dos le gouvernement, les parlementaires et les groupes armés. « Sur la question de la dégradation de la sécurité...
(Info-Matin 10/11/17)
Après un bon moment de silence, le doyen Seydou Badian KOUYATE a rencontré la presse, hier mercredi, à son domicile à l’Hippodrome, pour se prononcer sur la situation socio-politique et sécuritaire de notre pays et faire des propositions pour une sortie honorable de cette crise qui n’a que trop durée. La proposition phare faite par le vieux Seydou Badian est de sursoir à l’organisation de l’élection présidentielle de 2018 pour construire une union sacrée autour du pays. Ce compromis proposé...

Pages