Dimanche 22 Avril 2018
(AFP 30/03/18)
Le Premier ministre Edouard Philippe se rendra au Mali les 7 et 8 avril pour rendre visite aux troupes françaises et rencontrer le président Ibrahim Boubacar Keïta, a annoncé Matignon jeudi. Le Premier ministre évoquera avec le chef de l'Etat malien "tous les enjeux de la relation bilatérale et les questions régionales, notamment s’agissant de la lutte contre le terrorisme", indique son cabinet dans un communiqué. Il rencontrera également le Premier ministre malien Soumeylou Boubeye Maiga pour un entretien davantage centré sur le volet économique. Une visite est également prévue aux forces françaises engagées dans l’opération Barkhane, ainsi qu'auprès de la communauté française à Bamako.
(RFI 30/03/18)
Composé de partis politiques et d’associations, le regroupement « Unis pour le Mali » (UMA) dit souhaiter l’alternance à l’occasion de l'élection présidentielle de juillet prochain. Ancien ministre, président du Congrès national d'initiative démocratique (CNID), le parti de la majorité présidentielle au Mali, Me Mountaga Tall, ne mâche pas ses mots. Pour lui, le pouvoir actuel du président Ibrahim Boubacar Keïta, plus connu sous le surnom d'IBK, a échoué. « Aujourd’hui, le Mali est menacé dans son existence même, estime-t-il. Et cela dans tous les domaines, qu’il s’agisse de sécurité, d’économie, d’éthique, de perspectives pour les jeunes ». Société civile Au sein du parti Unis pour le Mali (UMA), dont il est le coordinateur national, il existe, selon lui, des...
(RFI 28/03/18)
Le gouvernement du Mali, la Plateforme, qui fédère les groupes armés progouvernementaux et l'ex-rébellion de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) ont signé une nouvelle feuille de route pour accélérer la mise en œuvre de l’accord pour la paix de 2015 issu du processus d’Alger. Ce document vise aussi à créer un climat propice à l’organisation d’élections libres inclusives sur tout le territoire en juillet prochain. Au Mali, la nouvelle feuille de route signée entre le gouvernement, la Plateforme...
(Journal du Mali 28/03/18)
L’organisation d’une élection crédible est importante au Mali mais elle ne doit pas occulter le défi de l’absence de l’État dans plusieurs localités du pays. Quatre mois avant la tenue de l’élection présidentielle du 29 juillet au Mali, le pays reste confronté aux problèmes de gouvernance et de sécurité. Sur les plans politique, sécuritaire et opérationnel, les défis perdurent et focalisent l’attention nationale et internationale. L’insécurité au Mali, caractérisée par la persistance de la menace terroriste, a entrainé la perte...
(Les Echos (ml) 28/03/18)
Dans le cadre du soutien que la Francophonie apporte à la préparation du processus électoral au Mali, et à la demande des autorités de cet Etat membre, la Secrétaire générale de la Francophonie a déployé une mission d’information à Bamako, du 21 au 24 mars 2018. Conduite par Dileita Mohamed Dileita, ancien Premier ministre de la République de Djibouti, cette mission est composée d’une parlementaire et d’experts de haut niveau venant de la France, du Sénégal et du Cameroun. Cette...
(AFP 27/03/18)
Le Premier ministre malien, Soumeylou Boubeye Maïga, a prôné la réconciliation nationale et la mobilisation contre les jihadistes, au dernier jour d'une tournée dans le nord et le centre du Mali, récemment ensanglanté par des affrontements intercommunautaires. Ce périple, entamé le 22 mars, aura été dominé par sa visite le 23 mars à Kidal (nord-est), une première depuis près de quatre ans dans ce bastion de l'ex-rébellion à dominante touareg. Lors de sa dernière étape, à Djenné (centre), M. Maïga...
(RFI 27/03/18)
Après son périple dans le nord du pays, le Premier ministre malien, Soumeylou Boubeye Maïga, a bouclé sa visite à l'intérieur du pays ce 26 mars par deux localités du centre, Bandiagara et Djenné. L’étape la plus émouvante de cette visite de terrain plutôt inédite a été Kidal. Un Premier ministre malien ne s’était pas rendu depuis 2014 dans cette localité aux mains des ex-rebelles. On se souvent en mai de cette année-là de la visite du Premier ministre de...
(L'indicateur du Renouveau 27/03/18)
Dans son adresse à la nation à l’occasion de la commémoration du 26 mars, le président de la République a donné des assurances sur l’organisation des élections sur l’ensemble du territoire. Pour le président de la République, l’évocation de la date du 26 mars 1991 nous renvoie toujours à son lot de tristesses, nous rappelle sa part de sang et de larmes : « C’est d’ailleurs pour ne rien oublier, ni de la lutte menée ni des messages que la...
(L'indicateur du Renouveau 27/03/18)
La situation à l’Adema PASJ préoccupe jusqu’au plus haut niveau le régime jusqu’à ce que le président de la République sollicite une intervention de l’ancien président de la transition par intérim, Dioncounda Traoré. Pour cet effet, IBK a rencontré samedi matin de 10 heures à 11 heures 30 l’ancien président du parti de l’Abeille autour de la prochaine présidentielle. Si aucune nouvelle n’est sortie de leur entretien, des proches de Dioncounda Traoré soutiennent que celui-ci aurait rassuré son successeur de...
(Jeune Afrique 27/03/18)
L'ancien Premier ministre malien et président du parti Yelema était, de nouveau, à Paris la semaine dernière. Il a notamment rencontré la députée (LREM) Alexandra Valetta-Ardisson, présidente d’un groupe parlementaire sur l’accueil des migrants. En campagne pour la présidentielle du 29 juillet, Moussa Mara multiplie les séjours à Paris. Le 21 mars, l’ancien Premier ministre s’est entretenu avec la députée Alexandra Valetta-Ardisson (LREM), présidente d’un groupe parlementaire sur l’accueil des migrants. Le chef du parti Yelema l’aide à préparer la...
(AFP 26/03/18)
Le Premier ministre malien, Soumeylou Boubeye Maïga, a prôné la réconciliation nationale lundi, au dernier jour d'une visite dans le nord et le centre du Mali, récemment ensanglanté par des affrontements intercommunautaires. M. Maïga a entamé le 22 mars une tournée dans le nord et le centre du pays, dominée par sa visite le 23 mars à Kidal (nord-est), une première depuis près de quatre ans dans ce bastion de l'ex-rébellion à dominante touareg. Après deux autres étapes dans le...
(AFP 26/03/18)
Le Premier ministre malien Soumeylou Boubeye Maiga a annoncé samedi à Gao (Nord) des mesures pour la réouverture de plusieurs centaines de salles de classes fermées en raison de la crise et d'autres en faveur de l'emploi des jeunes, a constaté l’AFP. "Pour pallier le manque d’enseignants, j’autorise les maires à engager des bénévoles là où il n’y a pas d’enseignants. Ils seront payés par l'État à 50.000 cfa par mois", a déclaré le Premier ministre malien au cours d’une...
(RFI 26/03/18)
Le 19 mars dernier, Habib Sylla, le président du Haut Conseil des Maliens de l'extérieur (HCME) qui fédère les associations des Maliens à l'étranger, a apporté son soutien au président Ibrahim Boubacar Keïta en vue de la présidentielle prévue le 29 juillet prochain au Mali. Un positionnement qui a indigné plusieurs associations de la diaspora qui rappellent que le HCME est apolitique. Elles demandent que le mandat du président du HCME soit suspendu le temps de période électorale. Le Haut...
(Le Monde 26/03/18)
Selon l’avocat Mamadou Ismaïla Konaté, le contexte sécuritaire, social et politique ne permet pas de garantir le bon déroulement du scrutin présidentiel prévu en juillet. Le principal indicateur de la vitalité démocratique d’un pays s’apprécie de nos jours à la tenue de scrutins à la date convenue. En démocratie, c’est l’élection qui fonde le pouvoir. C’est cet indicateur qui détermine les bailleurs de fonds dans leur coopération avec un Etat, même si celle-ci est également conditionnée au respect des équilibres...
(RFI 24/03/18)
Cela faisant quatre ans qu'un chef du gouvernement du Mali ne s'était plus rendu dans la ville du Nord. Soumeylou Boubeye Maïga l'a fait vendredi 23 mars, accompagné de huit de ses ministres. Un déplacement sous très haute surveillance et escortée par l'ancien rébellion, les combattants de la CMA. Une visite qui n'était pas sans risque : la veille, la base de la Minusma a été une fois de plus visée faisant cinq blessés parmi les soldats français. L'hélicoptère atterrit...
(AFP 23/03/18)
Le Premier ministre malien Soumeylou Boubeye Maïga a effectué vendredi une visite de quelques heures à Kidal, une première depuis près de quatre ans dans ce bastion de l'ex-rébellion dans le nord du Mali, où une attaque jihadiste la veille a blessé cinq militaires français. Arrivé en hélicoptère sur la base de la Mission de l'ONU (Minusma), M. Maïga a été accueilli par le chef de la Minusma, Mahamat Saleh Annadif. Dans la ville, la sécurité autour de la délégation était assurée par les combattants de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA, ex-rébellion à dominante touareg), a constaté un correspondant de l'AFP.
(RFI 23/03/18)
Le Premier ministre malien est en tournée dans le nord du pays. La première étape a été effectuée ce jeudi 22 mars à Tessalit où il a rencontré les populations locales. L'étape de Kidal qui devait commencer jeudi commencera finalement ce vendredi, en raison d'une météo capricieuse. C'est non sans maestria, étant donné le terrible vent de sable qui soufflait alors, que le pilote de l’avion de commandement du Premier ministre s'est posé sur l’aéroport de Tessalit. En revanche, l’engin...
(Jeune Afrique 23/03/18)
La France devrait accueillir une rencontre entre les parlementaires des pays membres du G5 Sahel et les bailleurs de fonds. L'événement, prévu fin 2018, se tiendra sous l'égide de la Commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale française. Jacques Maire, député LREM, vice-président de la Commission des Affaires étrangères et président du groupe d’amitié France-Niger à l’Assemblée nationale, organise une rencontre interparlementaire entre les membres du G5 Sahel et les bailleurs de fonds de la région afin d’identifier les besoins...
(AFP 22/03/18)
Le Premier ministre malien Soumeylou Boubeye Maïga a entamé jeudi une visite dans le nord et le centre du pays qui doit le mener à Kidal, sous contrôle de l'ex-rébellion, une première depuis 2014. M. Maïga est arrivé en milieu de matinée avec sa délégation comprenant huit ministres à Tessalit (nord-est), près de la frontière algérienne, a constaté un correspondant de l'AFP. Il était ensuite attendu à Kidal, où une attaque jeudi matin contre le camp de la Mission de l'ONU (Minusma) et de la force française Barkhane a fait cinq blessés légers parmi les militaires français, selon l'état-major des armées à Paris, ainsi que des dégâts matériels.
(L'Essor 22/03/18)
La Région de Kidal que le Premier ministre visite aujourd’hui, plus de 3 ans après l’expérience malheureuse de Moussa Mara (alors à la tête du gouvernement), est au cœur des enjeux du défi sécuritaire au Sahel. Malgré cet antagonisme récurrent que renvoie Kidal au reste du pays, Soumeylou Boubèye Maiga s’évertue à y aller en messager de paix du président de la République. Le chef du gouvernement, accompagné d’une forte délégation (dont une dizaine de ministres), s’imprégnera de la situation sécuritaire dans la perspective de l’organisation de l’élection présidentielle prochaine.

Pages