| Africatime
Samedi 22 Avril 2017
(Studio Tamani 22/04/17)
Les autorités intérimaires des régions de Tombouctou et Taoudeni ont finalement été installées hier après quatre reports consécutifs. Comme dans les trois autres régions du Nord, les autorités installées doivent restaurer l’autorité de l’État et préparer les futures élections. A Tombouctou et Taoudéni, les représentants des nouvelles autorités ont été installés hier après quatre reports. Le Congrès pour la justice dans l’Azawad (CJA), qui s’opposait à leur installation a obtenu des postes de conseillers spéciaux au sein du gouvernorat et des postes au sein de la commission DDR. Les blocages levés, le CJA a libéré les check-points qu’il occupait. Dès sa prise de fonction, le nouveau président des autorités intérimaires
(AFP 21/04/17)
Le Mali a terminé jeudi l'installation des autorités intérimaires dans ses régions du nord, une disposition prévue par l'accord pour la paix, après plusieurs reports, ont rapporté à l'AFP des témoins. L'installation de ces autorités intérimaires pour Tombouctou et Taoudénit complète le programme prévu dans les cinq régions du nord du Mali par cet accord signé en mai-juin 2015. Boubacar Ould Hamadi, de l'ex-rébellion à dominante touareg du nord du Mali, a été investi comme président du Conseil régional de Tombouctou (nord-ouest) et Hamoudi Sidi Ahmed Aggada, comme chef des autorités intérimaires de Taoudénit (extrême nord), lors d'une cérémonie officielle jeudi dans la ville...
(RFI 21/04/17)
Au Mali, les cinq régions du Nord ont finalement toutes leurs nouvelles autorités intérimaires. Elles doivent restaurer l'Etat et préparer les futures élections, mais leur mise en place a été laborieuse ces derniers mois. A Tombouctou et Taoudéni, les derniers représentants de ces nouvelles autorités ont été installés. A Tombouctou, les autorités intérimaires ont finalement été installées après quatre reports consécutifs. Le Congrès pour la justice dans l'Azawad (CJA), qui s'opposait à leur installation, a finalement libéré les checkpoints qu'il...
(Le Republicain (ml) 21/04/17)
Le parti présidé par le chef de file de l’opposition malienne, l’honorable Soumaïla Cissé vient d’introduire une requête, le mardi 18 avril 2017, auprès de la section administrative de la cour suprême du Mali aux fins d’annulation du décret 2017-0320/P-RM du 11 avril 2017 portant nomination des membres du gouvernement de la République du Mali. Ce gouvernement est composé de 35 ministres dont 8 femmes. L’URD motive sa requête en soulignant que la formation du nouveau gouvernement ne respecte pas...
(L'Essor 21/04/17)
A Médine, la délégation présidentielle a participé, dans la Sainte mosquée du Prophète (PSL), à une séance de prières au cours de laquelle beaucoup de bénédictions ont été faites pour la paix et la stabilité au Mali. A Djeddah, le président de la BID a annoncé le financement prochain de plusieurs chantiers d’envergure dans notre pays. Au 4ème jour de sa visite officielle en Arabie Saoudite, sur invitation du roi Salman Bin Abdul Aziz Al Saoud, le président de la...
(Info-Matin 21/04/17)
Avec une situation nationale marquée par les préoccupations sécuritaires, des tensions sociales à répétition et de fortes attentes de nos concitoyens, en rencontrant les membres du nouveau Gouvernement, dimanche dernier, le Président IBK les a exhortés à articuler leur mission autour de quatre axes prioritaires. La mission est titanesque, mais il faut la réussir pour le Mali. Le premier de ces axes, dans la chronologie, donc par en termes de précellence, est de parachever la mise en œuvre de l’Accord...
(France Info 21/04/17)
L'élection présidentielle française intéresse aussi les pays étrangers. Au Mali, deux personnages politiques font par d'eux : François Fillon et... François Hollande, qui pourtant ne se représente pas. Au Mali, quand il s'agit de parler de la campagne de l'élection présidentielle en France, c'est François Fillon qui fait le plus souvent la une des journaux. Les éditorialistes maliens sont ravis de constater que "le népotisme n'a pas cours que dans [notre] pays", en faisant référence au feuilleton judiciaire qui a...
(Le Republicain (ml) 20/04/17)
Le mardi 18 avril 2017, les présidents des partis politiques de l’opposition républicaine et démocratique du Mali ont tenu une réunion ordinaire au siège du cabinet du chef de file de l’opposition. Plusieurs points étaient inscrits à l’ordre du jour dont la Conférence d’entente nationale qui s’est déroulée à Bamako du 27 mars au 2 avril dernier, la Gouvernance actuelle du Mali, l’écoute du chef de file à l Assemblée Nationale sur la révision de la constitution qui doit être...
(L'Essor 20/04/17)
La délégation présidentielle a visité le Musée national de Riyad avant de s’envoler pour la ville sainte de Médine où elle mènera plusieurs activités. Le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, accompagné de son épouse, Mme Kéïta Aminata Maïga, poursuit sa visite officielle en Arabie Saoudite. Le chef de l’Etat a reçu, hier, en sa résidence de Riyad, le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale, Dr Al Issa. C’était en présence du ministre des Affaires religieuses et du...
(Autre média 20/04/17)
Décidément le démon ne cesse de hanter le Rassemblement pour le Mali. Miné par un clanisme sans précédent dans l’histoire des partis politiques au Mali qui a maintes fois occasionné son implosion, l’on s’achemine vers une véritable explosion au sein des tisserands, surtout après la formation du nouveau gouvernement d’Abdoulaye Idrissa Maïga. Non seulement le choix de ce dernier, considéré comme un homme de main d’IBK, a causé des grincements de dents, mais aussi l’équipe gouvernementale est vivement contestée par...
(L'Essor 19/04/17)
Le temps fort de la journée d’hier a été la cérémonie des décorations au cours de laquelle le président Ibrahim Boubacar Keita a élevé le Roi Salman Bin Abdul Aziz Al Saoud à la dignité de Grand Croix de l’ordre national, la plus haute distinction honorifique du Mali. A son tour, le Roi Salman Bin Abdul Aziz Al Saoud a remis au président de la République la médaille «Wissam Abdel Aziz », la plus haute distinction d’Arabie Saoudite. Arrivé lundi...
(Autre média 19/04/17)
C’est ce que l’on appelle un pied-de-nez. Attendant que le président malien assigne à son nouveau gouvernement la mission de restaurer la sécurité, les terroristes n’ont pas tardé à frapper. Comme pour inviter le nouveau chef de gouvernement, Abdoulaye Idrissa Maïga, et son équipe, à attacher la ceinture et à se préparer pour une bataille de longue haleine. D’autant que la problématique de l’insécurité au Mali est quelque chose de complexe. L’insécurité sous-traitée Pour le nouveau gouvernement, même le fait...
(APA 18/04/17)
Le président malien Ibrahim Boubacar Keita a entamé ce lundi une visite officielle de 6 jours en Arabie Saoudite, la première d’un chef d’état malien dans ce royaume Le président Ibrahim Boubacar Keita s’entretiendra notamment avec le roi Salmane Ben Abdelaziz Al Saoud. Pendant cette visite officielle, ‘’le Mali et l’Arabie Saoudite signeront plusieurs accords dans les domaines militaires et économiques’’, peut-on lire dans le communiqué officiel annonçant cette visite La coopération entre les deux pays est au beau fixe d’après plusieurs observateurs. La religion et la culture musulmane demeurent les principaux domaines des relations entre l’Arabie Saoudite et le Mali.
(L'Essor 18/04/17)
L’équipe gouvernementale conduite par Abdoulaye Idrissa Maïga s’était réunie vendredi pour son tout premier Conseil de cabinet. Mis à part les titulaires des portefeuilles de la Défense et des Anciens combattants, Tiéna Coulibaly et des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop (en déplacement), les 33 autres membres étaient présents. Les travaux débutèrent dans une atmosphère très détendue avec les félicitations mutuelles et les bienvenues. C’est dans ce climat relaxe qu’arriva le Premier ministre. L’ordre du jour annoncé...
(Info-Matin 18/04/17)
Le gouvernement du Premier ministre, Abdoulaye Idrissa MAIGA, est connu depuis, mardi dernier. La préséance au sein de ce nouvel attelage gouvernemental apparait à tout point de vue comme une injure à la hiérarchie malmenée. Et pour cause, cet ordre de classement des ministres ne tient nullement compte d’aucun poids politique des ministres issus des partis politiques. L’ordre protocolaire n’a d’utilité outre que symbolique ou honorifique. Aussi, « la hiérarchie gouvernementale résulte d’un choix discrétionnaire du président de la République et...
(Le Republicain (ml) 18/04/17)
Les locaux de la Maison des aînés ont abrité, le samedi 15 avril 2017, la cérémonie de lancement officiel des activités du parti du Mouvement Citoyen pour l’Alternance, le travail et la transparence (MC – ATT) par son président, Jeamille Bittar en présence des cadres, des militants, des sympathisants du MC – ATT et des représentants des partis amis et frères dont Yéléma, FCD, PS Yéelen Kura, ADEMA – PASJ, RPM, UM – RDA, FARE An Kawuli, Parena, MPR et...
(Xinhua 17/04/17)
Le président malien Ibrahim Boubacar Keita a fixé au nouveau Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga, quatre missions prioritaires, dont la paix et la réconciliation nationale, lors du premier conseil des ministres du nouveau gouvernement, dimanche, a appris dimanche Xinhua de source officielle. Il s'agit, selon un communiqué officiel, de "parachever la mise en œuvre de l'accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d'Alger", "d'apaiser le climat social", "de mettre en œuvre le Programme présidentiel d'urgences sociales" et d'adapter la diplomatie malienne "aux exigences de notre place et de notre rôle dans les questions régionales et internationales".
(RFI 17/04/17)
Le premier Conseil de ministres du nouveau gouvernement malien a eu lieu ce dimanche 16 avril à Bamako. Le président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), qui présidait à la cérémonie, a appelé la nouvelle équipe à être plus au service des Maliens. "Avec les grèves dans les secteurs sociaux, la situation est un peu difficile, sinon très difficile pour nos populations. Nous sommes dans une situation difficile. Il y a d’autres priorités. La première priorité comme vous le savez tous, c’est...
(Journal du Mali 14/04/17)
La Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) ne fait pas partie du quatrième gouvernement de l’ère Ibrahim Boubacar Keïta, président de la République. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé. Nommé Premier ministre, Abdoulaye Idrissa Maïga espérait compter des membres de la CMA parmi son gouvernement. Il aurait proposé deux portefeuilles au regroupement de mouvements qui a rejeté la proposition. Pour Ilad Ag Mohamed, porte-parole de la CMA, la méthode utilisée par le gouvernement n’est pas celle qui est prévue...
(Autre média 14/04/17)
Le 6 avril à 16 h 30 heure locale, au sud de Hombori à 250 km de Gao, un véhicule blindé de l’opération Barkhane est touché par un explosif. S’ensuit une fusillade entre djihadistes et forces françaises pendant laquelle sera mortellement blessé le caporal-chef du 6e régiment du génie d’Angers. Depuis janvier 2013, date de l’opération Serval transformée en opération Barkhane en août 2014, 17 soldats ont trouvé la mort sur le terrain des opérations. Ce que l’on nous présente habituellement comme le (seul) succès de Hollande reste tragiquement démenti par la situation sécuritaire de cette région.

Pages