Dimanche 28 Mai 2017
(Le Republicain (ml) 04/05/17)
Le Collectif des syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016 (SYLDEF, SYNEB, SYNESEC, SYNEFCT, SYPESCO) a finalement eu gain de cause. Après avoir effectué des conférences, des marches, des meetings, des assemblées pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail, le collectif a finalement eu la promesse de la part du gouvernement l’octroi d’un statut autonome de l’enseignant. Un accord a été trouvé entre le collectif et le gouvernement le mardi 2 mai 2017 tard dans la nuit. Et du coup, le collectif, qui a avait déjà mis en exécution son mot d’ordre de grève de 15 jours durant ce moi de mai et de 20 jours au mois de juin avec boycott et rétention de notes...
(Les Echos (ml) 04/05/17)
Selon un sondage pré-électoral de Afrik-Poll, seulement 18% des Bamakois et Koulikorois sont prêts à voter pour IBK si les élections se tiennent aujourd’hui. C’est le grand titre du magazine trimestriel “le Bon citoyen“ dont le lancement à eu lieu le 29 avril à l’Agetic à la Bibliothèque nationale. Pour assurer la pérennité du projet Gams, Afrik-Poll a procédé au lancement de la 4e phase de son projet et de son magazine d’information “le bon citoyen“. Afrik- poll, est une association de sondage d’opinion et d’éveil des consciences citoyennes née de la vision des jeunes maliens statisticiens, socio-anthropologues et ingénieurs en informatique et en génie civil. Son objectif est de contribuer à l’éveil de conscience citoyenne à partir des sondages...
(Jeune Afrique 04/05/17)
Invité à démissionner après la CAN par Boubacar Baba Diarra, le président de la Fédération malienne de football (Femafoot), Alain Giresse ira finalement au bout de son contrat, qui expire fin novembre. Alain Giresse est arrivé le lundi 1er mai à Bamako. Aux dernières nouvelles, l’ancien milieu de terrain de l’équipe de France et des Girondins de Bordeaux n’a pas eu à subir d’agressions physiques, comme l’avait sous-entendu Boubacar Baba Diarra, le président de la Femafoot il y a quelques mois. Après l’élimination des Aigles au premier tour de la CAN 2017, le dirigeant avait en effet conseillé au sélectionneur de ne pas revenir trop vite au Mali, expliquant qu’il lui « serait difficile d’assurer sa sécurité ». Il lui...
(L'Essor 04/05/17)
Classé 116 sur 180 pays, le Mali entend faciliter davantage l’exercice du métier de journaliste. La protection de la profession favorise l’émergence d’un journalisme de qualité. La petite salle de l’École nationale de police a presque refusé du monde, hier, à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de la liberté de presse, célébrée le 3 mai de chaque année. Des dizaines d’élèves policiers au crane rasé, présents dans cette salle, ont agrémenté cet événement par des cris, chants et ovations. Ils accompagnaient le « débat rappé » (débat en chantant) mis en scène par l’équipe de kunafoni.com. Initiée par cette WebTV, en collaboration avec la direction générale de la police nationale et l’Unesco, cette journée a été célébrée...
(Le Télégramme 04/05/17)
Il y a six mois, le maréchal des logis-chef Fabien Jacq, 29 ans, mourait au Mali, touché par l'explosion d'une mine. Cet enfant de Lesneven (29) a donné sa vie pour la France, contre le terrorisme. Avec fierté et émotion, son père perpétue sa mémoire. De sa voix douce et calme, il sort peu de certitudes, de grandes tirades ou de vérités assénées. Lorsque Dominique Jacq parle de Fabien, comme de chacun de ses quatre enfants, c'est avec les mots simples, ceux du quotidien, ceux d'un père à son fils, en somme. Ceux qui étreignent la gorge quand on mesure l'amour et la fierté qui s'engouffrent lorsqu'il s'agit d'un fils « tombé au champ d'honneur ». Dans la nuit du...
(AFP 03/05/17)
Une personne non identifiée a été tuée et neuf Casques bleus ont été blessés mercredi à Tombouctou, dans le nord du Mali, dans l'attaque au mortier d'un camp de la Mission des Nations unies dans le pays (Minusma), a annoncé l'ONU. Cette "attaque aux mortiers ou roquettes" a visé peu après 13H00 (locales et GMT) le camp de la Minusma à Tombouctou, dit "Super Camp", explique la mission onusienne dans un communiqué diffusé mercredi après-midi. "Selon les rapports préliminaires, six obus y ont atterri. Le bilan provisoire est de neuf blessés parmi les Casques bleus", dont "quatre grièvement", qui étaient en cours d'évacuation sur Bamako, la capitale. "L'attaque a fait un mort dont l'identification est en cours", affirme l'ONU. "Des...
(AFP 03/05/17)
L'armée ivoirienne va envoyer pour la première fois une "unité combattante" de 150 soldats au Mali, qui rejoindra la force de l'ONU à Tombouctou (nord), a annoncé mercredi le général Touré Sékou, chef d'état-major des armées. La Côte d'Ivoire avait déjà envoyé un "peloton de transport" à la Minusma mais jamais d'unité combattante, a souligné le général. "C'est un engagement fort (...) c'est la première unité combattante que nous déployons au Mali. Tout théâtre comporte des risques mais nous pensons que nos hommes ont été bien formés, bien sélectionnés. Ils ont un équipement adapté. Ils devraient pouvoir faire face à la situation et assumer la mission", a affirmé le général à la presse, lors d'une cérémonie à Abidjan en présence...
(AFP 03/05/17)
Neuf soldats maliens ont été tués mardi et cinq blessés dans une attaque dans la région de Ségou, au centre du Mali, a annoncé le gouvernement malien, parlant d'un "bilan provisoire" et réaffirmant sa détermination à lutter "contre le terrorisme". "Une mission de ravitaillement des forces armées nationales est tombée dans une embuscade entre Dogofri et Nampala. Le bilan provisoire est de neuf morts et cinq blessés", a affirmé le ministre du Commerce et porte-parole du gouvernement, Abdel Karim Konaté, dans un communiqué diffusé mardi soir.
(RFI 03/05/17)
Un convoi de l'armée malienne a été attaqué ce mardi 2 mai dans la région de Ségou, entre les localités de Diabaly et de Nampala, au nord de la capitale Bamako. Un bilan provisoire fait état de huit morts. Le convoi de l'armée malienne rentrait de mission. Les militaires avaient passé une nuit plutôt paisible à Diabaly où ils avaient fait étape. Alors qu'ils reprenaient la route ce mardi pour le sud, un de leurs véhicules a sauté sur un engin explosif. Une embuscade. Aussitôt, des hommes armés ont ouvert le feu. Les soldats ont riposté. L’attaque a fait huit morts et au moins quatre blessés chez les militaires maliens, indiquent des sources militaires maliennes. Il y aurait également des...
(AFP 03/05/17)
L’opération militaire française contre des jihadistes à la frontière entre le Mali et le Burkina Faso "n'est pas terminée", a affirmé mardi à Ouagadougou le commandant de la force Barkhane, le général Francois-Xavier de Woillemont. "Je peux dire aux terroristes que ce n’est pas terminé", a déclaré à la presse le général de Woillemont, après une audience avec le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré. "La lutte contre les groupes terroristes est une oeuvre de longue haleine (...) il faut venir, revenir, et ensuite laisser une présence permanente", a poursuivi le général en évoquant l’opération Bayard qui a eu lieu ce week-end, et au cours de laquelle la force française Barkhane a annoncé avoir tué ou capturé une vingtaine de...
(Le Republicain (ml) 03/05/17)
Hier mercredi 02 mai 2017, dans l’après midi, un convoi de l’armée malienne est tombé dans une embuscade entre Nampala et Diabali. Selon la Direction des Relations Publiques de l’Armée(DIRPA), l’embuscade aurait couté la vie à 8 soldats maliens et fait 5 autres blessés. 8 soldats maliens tués et 5 autres blessés, deux véhicules perdus, tel est le bilan provisoire, selon le Colonel Diarran Koné, le directeur de la DIRPA ,contacté par le Républicain, de l’attaque perpétrée, hier mardi 2 mai, aux environs de 13 heures, contre un convoi de l’armée malienne à une trentaine de kilomètres de Nampala. « L’attaque n’a pas été encore revendiquée même si tout porte à croire que c’est l’œuvre de Nusrat Al Islam Wal...
(L'Essor 03/05/17)
Après avoir salué les résultats de la dernière campagne agricole, Ibrahim Boubacar Kéita a donné son quitus à un plan qui prévoit une production céréalière de 9,8 millions de tonnes avec un budget global de 287,6 milliards de Fcfa. Le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, a salué, hier, les résultats encourageants de la campagne agricole 2016-2017 et donné son quitus pour l’opérationnalisation du plan de campagne 2017-2018. C’était à l’occasion de la 7è session du Conseil supérieur de l’Agriculture qu’il a présidée à Koulouba, en présence du Premier ministre, Abdoulaye Idrissa Maïga, du ministre de l’Agriculture, Dr Nango Dembélé, du ministre de l’Elevage et de la Pêche, Mme Ly Taher Dravé, de plusieurs membres du gouvernement. Le président...
(Les Echos (ml) 03/05/17)
Le comédien Michel Sangaré est malade. Très malade. Son état est très critique. L’artiste est admis à l’hôpital le‘’Luxembourg’’ depuis un certain temps. Il aurait été « déposé » ce Centre hospitalier par des agents de l’Etat qui ont disparu par la suite. L’homme est véritablement sans un soutien digne de ce nom. Sa prise en charge est devenue compliquée. C’est ainsi que ses amis se mobilisent pour lui apporter un appui conséquent. Déjà, ils préparent son évacuation à l’extérieur pour recevoir des soins adaptés. Pour cela, c’est l’argent qui manque le plus. L’urgence de la situation est telle que, rien ne peut plus attendre. Au Mali, l’exercice du métier de comédien nourrit difficilement son homme. Michel n’a pas eu...
(AFP 02/05/17)
La force française Barkhane a tué ou capturé une vingtaine de jihadistes ce week-end, au sud-ouest de Gao (Mali), dans zone où un soldat français avait été tué le 5 avril près de la frontière avec le Burkina Faso, a annoncé dimanche l'état-major dans un communiqué. "Depuis samedi 29 avril, la force Barkhane est engagée dans une opération qui a permis de neutraliser près d’une vingtaine de terroristes dans la forêt de Foulsaré à proximité de la frontière entre le Mali et le Burkina Faso, au sud-ouest de Gao", a-t-il indiqué. Ils ont été tués ou capturés, a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'état-major, le colonel Patrik Steiger, sans plus de précisions. Des avions de chasse Mirage 2000 ont...
(Le Monde 02/05/17)
La force régionale au Sahel « Barkhane » a annoncé avoir tué « plus d’une vingtaine de terroristes » au cours du week-end. L’armée française a annoncé, dimanche 30 avril, que « Barkhane », sa force régionale au Sahel, avait tué au cours du week-end « plus d’une vingtaine de terroristes » qui se cachaient dans une forêt située près de la frontière entre le Mali et le Burkina Faso. Au début d’avril, un soldat français avait été tué sur le territoire malien, non loin de là. L’état-major de « Barkhane » précise dans un communiqué que l’opération s’est déroulée au sud-ouest de la ville malienne de Gao, considérée comme une « zone logistique importante pour les terroristes ». Elle...
(RFI 02/05/17)
Au Niger, les chefs d'Etat-major du G5 Sahel qui rassemble le Niger, le Mali, le Burkina Faso, la Mauritanie et le Tchad étaient réunis, ces derniers jours, à Niamey. Une réunion de haut niveau avec, à l’ordre du jour, la sécurisation de la zone sahélo-saharienne, en proie à la menace terroriste. La création d'un groupe d'intervention rapide est notamment prévue. A noter que le commandant du dispositif français antiterroriste, Barkhane, avait fait le déplacement. Pendant trois jours, les officiers supérieurs des armées et de la sécurité du G5 Sahel ont fait le point des opérations militaires conjointes transfrontalières. « Il y a beaucoup d’actions qui sont en cours au sein du G5 Sahel pour une synergie d’action au niveau des...
(RFI 02/05/17)
Les forces françaises Barkhane surveillaient toujours lundi 1er mai avec des moyens aériens une forêt située à la frontière entre le Mali et le Burkina Faso où elles sont intervenues ce week-end pour s'attaquer à un sanctuaire des jihadistes. Une vingtaine d’entre eux ont été tués ou capturés. Les militaires français ont déployé les grands moyens sur le terrain lors de l'opération. Après des renseignements précieux obtenus sur la forêt de Foulsaré, plus précisément sur les positions des jihadistes, ce sont les avions français de chasse Mirage 2000 qui sont entrés en action. Ce n’est pas fréquemment qu’ils sont utilisés pour des opérations antiterroristes dans le nord du Mali, mais surtout à la frontière avec le Burkina Faso. Des boules...
(L'Essor 02/05/17)
A l’occasion de la fête du travail, le chef de l’Etat a adressé aux travailleuses et travailleurs du Mali, un message dont nous vous proposons l’intégralité. « Mes chers compatriotes Chères travailleuses et chers travailleurs, Notre pays célèbre ce 1er mai 2017 la fête du travail. Je voudrais saisir cette occasion pour adresser mes vives félicitations à l’ensemble des travailleuses et travailleurs du Mali. Ces festivités du 1er Mai 2017 se font dans un contexte marqué par des tensions sociales dans des secteurs sensibles et vitaux et dont les effets sont incontestablement ressentis par nos concitoyens. Je voudrais rappeler à l’ensemble des travailleurs de notre pays que le gouvernement et moi-même sommes sensibles aux difficultés auxquelles nos concitoyens sont confrontés...
(Le Republicain (ml) 02/05/17)
Le début de l’année 2017 a été très délicat pour les travailleurs maliens de nombreux secteurs. Sans citer toutes les corporations touchées par les grèves, on peut retenir quelques unes qui ont été fortement secouées: la grève illimitée des magistrats en janvier, la grève illimitée du secteur de la santé qui vient de prendre fin après 38 jours de grève et les grèves incessantes au niveau de l’enseignement qui font planer le spectre d’une année blanche sur l’école malienne ( la grève illimitée des enseignants de l’enseignement supérieur, celle des enseignants des régions Nord du Mali qui a débuté depuis le 11 février dernier, la grève de 15 jours que le Collectif des syndicats d’enseignants du fondamental et du secondaire...
(Le Republicain (ml) 02/05/17)
Déclenchée le 20 mars 2017, la grève illimitée du Syndicat national de l’enseignement du supérieur se poursuit. Suite aux négociations du 30 mars dernier et celles du 27 avril 2017, au regard de l’importance du point de désaccord, le Cen-Snesup maintient son mot d’ordre de grève illimitée. Le point de désaccord est le point 1 des négociations entre les deux parties. Il s’agit de la signature immédiate du rapport de la commission tripartite déposé le 31 janvier 2017 et l’application immédiate de la grille plafond 3000 et plancher 1368 au personnel enseignant de l’enseignement supérieur et aux chercheurs. Sur les prétentions du syndicat, le Gouvernement n’a proposé qu’une augmentation de 5% de la grille actuelle. Proposition que le Snesup rejette...

Pages