Mardi 26 Septembre 2017
(Le Monde 30/08/17)
Editorial. Le mini-sommet entre des dirigeants européens et leurs pairs venus de l’Afrique sahélienne, qui s’est tenu à Paris le 28 août, montre que progressivement se met en place une politique européenne sahélienne à dimensions multiples. Le mini-sommet qui a regroupé, lundi 28 août à Paris, quelques dirigeants européens et leurs pairs venus de l’Afrique sahélienne est un symbole. L’Europe se préoccupe du Sahel. L’Union européenne désigne l’une de ses toutes premières priorités stratégiques. L’initiative en revient largement à la France – François Hollande d’abord, puis Emmanuel Macron.
(Le Republicain (ml) 30/08/17)
L’hôtel Radisson Blue a abrité le mardi 29 août 2017, l’atelier de dissémination de l’étude : « cartographie économique de la presse écrite » réalisée par le Centre d’études et de renforcement des capacités d’analyse et de plaidoyer (CERCAP) avec le financement de la Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique (ACBF). L'objectif général de l'étude est d'établir la cartographie de la presse écrite au Mali. La cérémonie d’ouverture dudit atelier était présidée par le représentant du ministre de l’aménagement du territoire et de la population, Ibrahima Lansseni Coulibaly, en présence du directeur de Cercap, Boubacar Macalou, des doyens de la presse malienne comme Hamey Cissé, Sadou Yattara et bien d’autres. Il ressort de cet atelier de dissémination que...
(Journal du Mali 30/08/17)
Après sa victoire, avec la Plateforme Anté abana, qui leur a permis d’obtenir du président IBK de « surseoir » au référendum sur la révision constitutionnelle, Ras Bath a déjà enfourché son nouveau cheval de bataille, «Alternance 2018 ». Ce projet ambitionne de changer les mentalités des citoyens et d’en faire des acteurs conscients pour les prochaines échéances électorales. L’activiste a accepté d’expliquer au Journal du Mali, les raisons qui ont provoqué son départ de la Plateforme et ce nouveau combat qui l’animera jusqu’au prochaines présidentielles. Pourquoi avoir quitté la Plateforme Anté Abana ? Nous avons décidé de partir car notre projet « Alternance 2018 » qui a été acté par tous dans la déclaration de l’assemblée qui a suivi...
(L'Essor 30/08/17)
Comme à chaque veille de fête, circuler dans la capitale est devenu un vrai casse-tête. «Pipipi ! Pipipi ! Pipipi !». Le bruit des klaxons est intempestif et parfois assourdissant. En effet, en cette période de fête, la circulation au niveau de nos différentes artères est très dense. Cela est dû à l’effervescence qui y règne en cette veille de fête. Partout, il y a des embouteillages. Il est difficile, voire impossible de se frayer un chemin en certains endroits. Sur un trajet que l’on peut d’ordinaire faire en quelques minutes, on peut banalement passer des heures. En certains endroits, les voitures, les motos, les tricycles et les piétons peinent à se frayer un chemin. Dans cet encombrement, l’on n’entend...
(Jeune Afrique 29/08/17)
Certains courent, d'autres nagent, tous ou presque font des visites médicales régulières. Mais quels que soient leur âge et leur forme, les présidents africains répugnent à dévoiler leur état de santé. Jeune Afrique vous propose un check up continental de ceux qui nous gouvernent. Depuis son entrée en fonction, en septembre 2013, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), 72 ans, a été hospitalisé à deux reprises. Le 12 avril 2016, le président malien a été discrètement opéré à l’hôpital militaire Percy, à Clamart, en banlieue parisienne, de l’adénome de la parathyroïde, une tumeur bénigne de glandes situées dans le cou. Le lendemain, la présidence annonçait que l’intervention s’était déroulée avec succès et que « la convalescence se [passait] normalement ». Une semaine...
(L'Essor 29/08/17)
Le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du royaume de Belgique est à Bamako pour une visite de deux jours. Arrivé hier, Didier Reynders est venu réaffirmer les liens de coopération bilatérale avec le Mali, partenaire stratégique de la Belgique. Le chef de la diplomatie belge est aussi au Mali pour solliciter la voix de notre pays à l’élection de la Belgique à un siège non permanent du Conseil de sécurité des Nations unies. Dès son arrivée, Didier Reynders s’est entretenu avec son homologue malien, Abdoulaye Diop, sur l’état de la coopération bilatérale entre le Mali et le royaume de Belgique. Après cette rencontre, les deux personnalités ont animé ensemble, une conférence de presse au cours de laquelle ils...
(L'indicateur du Renouveau 29/08/17)
Les dirigeants de sept pays africains et européens sont depuis hier matin réunis à Paris sur la crise migratoire. L’objectif est de faire le point et d’harmoniser les positions sur la question de l’immigration, qui suscite bien de débats entre Paris et le continent africain. Le Mali, qui est un pays de départ massif d’immigrés, n’est pas invité à ce sommet. Une situation que certaines personnes assimilent à un boycott des autorités maliennes par les pays européens. Depuis hier, le président Macron reçoit ses homologues tchadien, Idriss Déby, et nigérien, Mahamadou Issoufou sur la question de la gestion des flux migratoire. Selon l’Elysée ce sommet, élargi à l’Allemagne, vise à « réaffirmer le soutien de l’Europe au Tchad, au Niger...
(L'indicateur du Renouveau 29/08/17)
A l’issue de son séjour en Russie, le ministre de la Défense souhaite que Moscou s’implique davantage au Sahel. Une simple visite ou une invitation tacite adressée à ce pays ? Tout porte à croire qu’il y a un véritable enjeu dans ce rapprochement entre les deux pays. Pour nombre de Maliens, la Russie de Vladmir Poutine pourrait être un apport certain dans la lutte contre le terrorisme dans notre pays. Mais, comment peut-on s’attendre à un apport de ce pays alors qu’il n’a jusqu’ici pas manifesté un intérêt face à la situation d’insécurité qui prévaut au Mali ? La visite du très discret ministre de la Défense et des Anciens combattants est perçue comme un nouveau contrat de confiance...
(RFI 29/08/17)
L’activiste malien Mohamed Youssouf Bathily dit « Ras Bath » était encore une fois ce lundi 28 août devant la justice malienne. Cette fois-ci, c’est un homme politique malien qui portait plainte contre lui pour diffamation. Mais à peine ouvert, le procès a été renvoyé. Bonnet sur la tête, et en bras de chemise, l’activiste malien Mohamed Youssouf Bathily dit « Ras Bath », arrive au tribunal. Il est accompagné de son avocat maître Abdouramane Ben Mamata Touré. Le plaignant, plus connu sous le nom de Blaise Sangaré, lui est le grand absent. C’est un homme politique malien. Il est conseiller spécial du président Ibrahim Boubacar Keita, mais c’est à titre purement personnel qu’il porte plainte. Dans une chronique de...
(RFI 29/08/17)
Après avoir obtenu du président malien de « surseoir à l’organisation d’un référendum sur la révision constitutionnelle », la plateforme « Antè A Bana » - « Touche pas à ma Constitution » - marque le pas. Composée de partis politiques et d’associations, le collectif vole même en éclat. L’activiste « Ras Bath » quitte la plateforme avec un nouvel objectif : l’alternance en 2018. Il était l’une des icônes de la plateforme « Antè A Bana ». L’activiste malien Mohamed Youssouf Bathily, dit « Ras Bath », vient de se trouver un nouvel objectif : l’alternance politique en 2018. « Alternance 2018. Comme ce mot le dit, il s’agit de changer le système en cours par un autre système...
(RFI 29/08/17)
Au Mali, les banquiers ont observé trois jours de grève la semaine dernière et cela a encore des répercussions. A quelques jours de la fête de l'Aïd el-Kébir, on se bouscule derrière les guichets, il faut bien souvent plusieurs heures avant de pouvoir retirer un peu d'argent. Les parkings ne suffisent plus à contenir le flot de motos et de voitures garés aux abords des banques. A l'intérieur des établissements, c'est pire, les files d'attentes durent des heures. « J’étais 137e sur la liste d’attente, j’ai attendu à peu près 3h », raconte Siby Houssi qui vient de sortir de la banque. A côté de lui, Bagayoko est sorti en même temps, mais pour lui le calvaire n'est pas fini...
(La Libre 29/08/17)
Les Maliennes exigent de pouvoir participer à la reconstruction de leur pays ravagé par la guerre depuis près de six ans. C’est le message qu’elles ont fait passer lundi soir lors d’une conférence à laquelle participait le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, en visite officielle à Bamako jusqu’à mercredi. « Le principal défi actuel est la non-représentation des femmes dans les mécanismes de résolution du conflit alors qu’elles en sont les premières victimes », a déclaré une des représentantes venues du nord du pays pour s’entretenir avec le chef de la diplomatie belge. « Les préoccupations sécuritaires des femmes ne sont jamais prises en compte », a expliqué une autre participante alors que la guerre qui a éclaté...
(APA 29/08/17)
A quatre jours de la Tabaski, les acheteurs continuent de jouer à cache-cache avec les vendeurs de moutons au Mali. En effet, là où les bêtes abondent dans les foirails et autres places publiques transformées en lieux de vente, les clients se font rares, donnant l’impression d’attendre les ultimes moments pour s’annoncer. Pourtant, il y a intérêt à visiter les foirails car le prix du mouton est d’environ 70.000 FCFA, assure Naba Dembélé, trouvé avec sa dizaine de moutons à hauteur du commissariat du troisième arrondissement de Bamako. L’attente des clients commence à être longue pour lui. ‘’Depuis hier, je n’ai pas à écouler le moindre bélier. Chaque client qui passe demande les prix et s’en va. Or, il ne...
(L'Essor 28/08/17)
Au cours de sa visite de 3 jours, le chef de l’exécutif régional, Sidi Mohamed Ichrach, a eu des discussions franches et directes avec toutes les composantes de la société kidaloise. Ce qui a permis de définir les conditions d’un retour de l’administration dans la région. Enfin le gouverneur à Kidal, annonçait-on le jeudi dernier. Une visite qui a suscité beaucoup d’espoir aussi bien dans notre pays qu’au niveau des partenaires et amis du Mali, engagés dans le processus de mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger.
(Le Republicain (ml) 28/08/17)
Deux actes importants ont été posés, la semaine dernière, dans le processus de paix au Mali. Il s’agit de la visite de Sidi Mohamed Ag Icharach, le gouverneur de la région de Kidal, à Kidal et la trêve de deux semaines signée entre la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) et la Plateforme, deux groupes armés signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, qui se livrent des sanglants combats pour le contrôle de Kidal. Ces signaux positifs ne convainquent pas certains observateurs tant les acteurs du processus de paix, ont l’habitude de souffler le chaud et le froid dans l’application de l’Accord de paix issu du processus d’Alger, signé le 20 juin à Bamako. Décrispation Sidi...
(RFI 28/08/17)
Une marche citoyenne de Bamako à Kidal, au Mali, c'est le projet du collectif « Trop c'est trop ». Ce mouvement s'est illustré, dernièrement, dans la lutte contre le projet de réforme de la Constitution. Ses membres veulent aller plus loin et réunir la jeunesse malienne. Le projet peut sembler un peu utopique, mais les membres du mouvement « Trop c'est trop », ragaillardis par leurs récents succès populaires, y croient dur comme fer. Pour autant, Abdoulaye Guindo en est bien conscient : Kidal, c'est loin. « Oui c'est loin, mais à cœur vaillant rien d’impossible. Le constat est que l’on s’est dit qu’il fallait impliquer toute cette jeunesse
(L'Essor 28/08/17)
Convoquée en séance extraordinaire, l’Assemblée nationale a adopté vendredi le projet de loi portant modification de la Loi de finances 2017. Selon le rapport de la Commission des finances saisie au fond, cette modification première de l’année 2017 est justifiée par une augmentation des recettes qui prennent en charge de nouvelles ressources d’un montant total de 116,643 milliards de Fcfa et une augmentation nette des dépenses de 53,030 milliards de Fcfa qui n’ont pas pu être prises en charge dans le budget initial. Ainsi, l’analyse des recettes révèle que les prévisions des ressources du budget d’Etat rectifié s’élèvent à 2 130,221 milliards de Fcfa contre 2 013,578 milliards de Fcfa, prévues dans le budget initial soit un taux d’accroissement de...
(RFI 28/08/17)
A Bamako, les parents d’élèves des écoles privées du groupe « Collège Horizon » sont inquiets pour l'avenir de leurs enfants. Ces établissements privés, qu'on retrouve dans d'autres pays de l'Afrique de l'Ouest, sont connus pour leur sérieux. Une grande partie du capital du groupe appartient à Fethullah Gülen, imam opposé au pouvoir turc. Depuis quelques mois, le président Erdogan a créé une fondation pour prendre le contrôle de ces écoles. A Bamako, les parents d'élèves se sont réunis lors d’une assemblée générale ce samedi 26 août. En Afrique, la Turquie cherche toujours à « nettoyer » le continent de l’influence de Fethullah Gülen, cet imam accusé par Ankara d’avoir préparé le coup d’Etat raté du 15 juillet 2016. La...
(Le Republicain (ml) 28/08/17)
La Salle de conférence Bakary Traoré du Ministère de l’éducation nationale, a abrité le 25 Août 2017, la conférence conjointe du Ministre de l’éducation nationale, Mohamed Ag Erlaf et le coordinateur de la Fondation Turque Maarif, Mehmet Zafer Gedikli. But de la dite conférence de presse, indique le Ministre Mohamed Ag Erlaf, annoncer à travers la presse à l’opinion nationale et internationale la reprise des actifs et activités professionnelle de l’Ex Collège Horizon par la Fondation Maarif de Turquie, suite à l’accord signé entre les gouvernements malien et Turc environ une dizaine de jours. « Pour éviter le doute dans l’esprit des parents d’élèves, j’ai décidé de faire venir la partie Turque ici ce soir, pour rassurer les uns et...
(RFI 28/08/17)
Comment se porte la filière de l’oignon Dogon, ce petit oignon fort en goût produit au pied de la falaise de Bandiagara en pays Dogon, au Mali ? Nutritif et totalement intégré dans les plats traditionnels, il s’exporte dans tout le pays mais aussi vers les pays voisins. Son prix augmente considérablement à cette période de l’année, Tabaski (Aïd el-Kebir) oblige. Un petit oignon à la chair blanche et au goût prononcé que l’on pourrait confondre avec une échalote c’est le trésor du pays Dogon : « Ca couvre des hectares et des hectares, le spectacle est absolument magnifique. » Xavier Mathias, maraicher bio en Touraine, garde un souvenir impérissable de ses voyages en pays Dogon : « C’est une...

Pages