Vendredi 15 Décembre 2017
(Maliweb 26/03/13)
A quelques jours d’intervalle, notre pays a l’occasion de vivre la commémoration successive de deux évènements, qui ont provoqué chacun de profonds bouleversements dans la vie de la Nation. Amadou Aya sanogo et l’ancien président Moussa Traoré Il s’agit du 1er anniversaire du coup d’Etat du 22 mars 2012, qui vit le renversement du Président démocratiquement élu Amadou Toumani Touré par un groupe de militaires mutins ayant porté à sa tête le capitaine Amadou Haya Sanogo, et de la célébration, demain, de la Révolution du 26 mars 1991, date du renversement de la dictature militaro- civile du Président Moussa Traoré. Par un de ces pieds de nez dont seule l’Histoire a le secret, ces deux évènements sont intervenus dans le...
(Maliweb 26/03/13)
Lors de la 40ème session du Comité FAO de lutte contre le criquet pèlerin qui s est tenu a Rome du 19 au 22 juin, divers équipements ont été acquis au niveau international par le siège de la FAO et achemines au Mali à travers sa Représentation pour le compte du Centre National de Lutte contre le Criquet Pèlerin (CNLCP). La remise officielle des équipements a eu lieu le 12 mars 2013 dans les locaux du CNLCP. C’était en présence du ministre de l’agriculture, Baba Berhté ; du secrétaire général du CNLCP, Fakaba Diakite et du représentant de la FAO, Manda Sadio Keita. En effet, ces équipements d’environ 38 millions vont contribuer à restaurer la capacité du CNLCP et en...
(Le Matin 26/03/13)
Un an après le premier coup de pioche, on entame la troisième phase des travaux de la tranchée couverte sur le boulevard Al-Moqawama (entre les boulevards Mohammed VI et Al-Moqawama). Les travaux de réalisations de la tranchée couverte sur le boulevard Al-Moqawama (la Résistance) ont abordé, hier lundi, un nouveau tournant, dans la mesure où la troisième phase du projet a été entamée. Celle-ci concerne la partie située entre les boulevards Mohammed VI et La Résistance, c’est-à-dire l’entrée du futur passage souterrain en venant du boulevard Zerktouni. À ce propos, la société Copisa, en qualité de maître d’ouvrage, en collaboration avec la commune urbaine de Casablanca, ont organisé samedi dernier une visite de ce chantier dont l’aboutissement est vital pour...
(Maliweb 26/03/13)
L’histoire des grandes nations, offre toujours des jalons pour mesurer le chemin parcouru et ce qui reste à parcourir. Le 26 mars est une de ces dates-repères depuis vingt deux ans, où fille d’une rupture que personne n’avait souhaité si violente, la longue quête de nos forces sociales pour le pluralisme a porté ses fruits. C’est cette quête qui est devenue ce que nous appelons notre processus de démocratisation. Et processus car il n’y a pas de point d’achèvement dans la démocratie qui, comme tout idéal, est à poursuivre et à parfaire. Or cet idéal, ce sont des hommes qui le poursuivent. Ils le poursuivent dans les limites de leurs attributs, de leurs connaissances et de leur époque. Eux qui...
(Maliweb 25/03/13)
Triste anniversaire que celui d’un coup d’Etat. Un an après le renversement du général Amadou Toumani Touré par les militaires, que faut-il retenir de la gestion de la crise institutionnelle, politique et sécuritaire qui a frappé notre pays ? Il y a un an, plus exactement le mars 22, le pays a été précipité dans le chaos. A Kati où le ministre de la Défense, à l’époque Sadio Gassama, effectuait une visite dans le camp militaire Soundjata, il était pris à partie par la troupe qui, selon elle, réclamait de meilleurs moyens pour faire face à la rébellion armée touarègue déclenchée dans le nord du pays, le 17 janvier, par le Mouvement national de libération de l’Azawad. Cet incident matinal,...
(Maliweb 25/03/13)
« L’adoption d’une loi criminalisant l’esclavage est un impératif pour l’ancrage de la démocratie au Mali ». Telle est la revendication forte faite par Ibrahim Ag Idbaltanat, Président de TEMEDT, lors de la conférence de presse qu’il a animée le 22 mars 2013, à la Maison de la Presse pour lever le voile sur la contribution de son association pour la paix et la stabilité au Mali. « Nous sommes dans une démarche pédagogique pacifiste depuis la création de notre association, pour parvenir à l’éradication de l’esclavage au Mali. Mais, vous convenez avec moi que cela ne suffit plus. Il nous faut une loi criminalisant l’esclavage au Mali », a indiqué Ibrahim Ag Idbaltanat, Président de TEMEDT. Selon lui, l’adoption...
(Maliweb 25/03/13)
Les Etats-Unis ont désigné le groupe islamiste malien Ansar Dine comme une organisation terroriste étrangère. Cette décision interdit aux ressortissants américains de fournir un soutien matériel au groupe, et gèle tous ses actifs sous juridiction américaine. Le mois dernier, les Etats-Unis avaient déjà inscrit le chef rebelle touareg Iyad Ag Ghali , leader d’Ansar Dine, sur leur liste noire, à cause de ses liens avec Aqmi. Le département d’Etat américain a déclaré jeudi que depuis sa création fin 2011, Ansar Dine a reçu le soutien d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et continue à entretenir des liens étroits avec ce groupe terroriste. Ansar Dine fait partie des groupes militants qui ont pris le contrôle du nord du Mali en 2012 avant...
(Le Monde 25/03/13)
Après plusieurs semaines d'accalmie, Gao, la grande ville du nord du Mali, a vécu dimanche 24 mars de nouveaux accrochages entre l'armée malienne et des combattants islamistes, qui ont fait sept morts selon des sources concordantes. Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), l'un des groupes islamistes armés ayant occupé le nord du Mali avec AQMI jusqu'à l'opération militaire franco-africaine lancée en janvier, a revendiqué cette "attaque". "Un militaire malien, quatre islamistes et deux civils ont été tués dimanche au cours des échanges de coups de feu entre l'armée malienne et les islamistes" survenus dans le nord-ouest de la ville de Gao, selon une source sécuritaire africaine présente sur place. A la mi-journée, la situation...
Article(s) relatif(s): 
( 21/03/13)
Le président François Hollande a assuré mercredi 20 mars que la souveraineté serait rétablie sur "la quasi-totalité" du territoire malien dans "quelques jours". "Dans la dernière phase où nous sommes, la quasi-totalité du territoire sera revenue à la souveraineté du Mali dans quelques jours", a déclaré le président français au cours d'un dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France. En rendant hommage, le 6 mars, au quatrième soldat français tué au Mali, François Hollande avait déjà annoncé le début du retrait des troupes françaises en avril. "A partir d'avril, il y aura une diminution du nombre de soldats français, dès lors que les forces africaines pourront prendre le relais, appuyées par des Européens", a déclaré le chef de...
( 21/03/13)
Pour tout le monde, ce sont des islamistes purs et durs, rejetant donc normalement les drogues, sous toutes leurs formes, qui combattent au nord du Mali. Pourtant, de très grands responsables de ces mouvements armés sont impliqués dans des trafics en tout genre, comme les cigarettes, le haschich et la cocaïne. Au mois de septembre, plusieurs sources nous signalaient l’interception par des combattants du MNLA (Mouvement national pour la libération de l’Azawad) d’un convoi de voitures tout terrain du MUJAO (Mouvement pour l’unicité du Jihad en Afrique de l’Ouest) transportant de la cocaïne. On devait en rester là car, l’info était à difficile à vérifier. Mais, qu’est devenue la cargaison ? A-t-elle été détruite, comme le soutient la MNLA? Ou...
(Maliweb 21/03/13)
Au Mali, le dossier du directeur de publication du Républicain Boukary Daou évolue de manière inquiétante. Interpellé le 6 mars dernier pour avoir publié une lettre critiquant le capitaine Sanogo, il a été inculpé lundi soir, officiellement, par un procureur de la République. Ce mardi, les journalistes maliens ont tenu une Assemblée générale pour décider de la marche à suivre. Pour les confrères de Boukary Daou qui espéraient sa libération, c’est une immense déception. Le journaliste sera jugé le 16 avril prochain pour incitation au crime et au délit et pour publication de fausses nouvelles. Il risque jusqu’à trois ans de prison. « C’est un signal inquiétant, par le fait qu’il se retrouve en prison. Mais on a demandé à...
(Le Pays 21/03/13)
On n’en finirait pas d’égrener les variations sémantiques et langagières pour évoquer le souvenir du coup d’Etat perpétré par le capitaine Sanogo au Mali, il y a juste de cela un an. Ainsi, on utilise pour expliquer et comprendre l’acte du capitaine Sanogo, pêle-mêle, les termes désastre, tragédie, catastrophe, etc. Au fur et à mesure que progresse notre connaissance des raisons avancées, à l’époque, pour justifier ce coup d’Etat, s’aggrave du même coup un sentiment de déréliction. Ainsi, tous ceux qui entendent en finir avec le cauchemar Sanogo sont rattrapés par lui. Chez Heidegger, il y a déréliction lorsque, chez un individu, le passé l’a trahi, le présent est illisible, suffocant, et quant à l’avenir, il ne sait pas de...
(Maliweb 21/03/13)
Boukary Daou, Directeur de publication du journal Le Républicain, inculpé et déféré à la Maison centrale d’arrêt de Bamako depuis le 18 mars 2013, est en passe de devenir un prisonnier encombrant. En plus de la mobilisation de ses confrères au niveau du Mali, de l’Afrique et dans d’autres pays à travers le monde, pour sa libération, ce dossier était hier a l’ordre du jour de la conférence de presse de Philippe Lalliot, porte parole du ministère français des affaires étrangères, qui a indiqué que la France appelait à sa libération immédiate. Il n’y a aucun doute, notre confrère Boukary Daou, Directeur de publication du journal Le Républicain, inculpé et déféré à la Maison centrale d’arrêt de Bamako depuis le...
(Europe 1 21/03/13)
Christian Rouyer, ambassadeur de France au Mali depuis mars 2011, vient d’être démis de ses fonctions, assure jeudi Le Figaro. Il est remplacé par Gilles Huberson, diplomate issu de Saint-Cyr et décrit comme proche des "services", détaille le quotidien. Aucune explication n'a été dévoilée pour le moment, mais ce changement intervient dans un contexte de jeu de chaises musicales à l’œuvre ces dernières semaines chez les hauts diplomates en charge du dossier malien : le sous-directeur en charge de l’Afrique de l’Ouest, Laurent Bigot, a été démis de ses fonctions en février et le représentant spécial pour le Sahel, Jean Félix-Paganon, a également été écarté, comme le rappelle le journal.
(Maliweb 20/03/13)
Notre confrère et directeur de publication du quotidien « Le Républicain », Boukary Daou, séjourne depuis lundi après-midi à la Maison centrale d’arrêt de Bamako-courra après sa mise sous mandat de dépôt par la procureure du Tribunal de première instance de la Commune IV. Contrairement à la volonté affichée par les autorités, son dossier ne sera pas traité du point de vue du code de procédure pénale dont les sanctions prévues auraient été trop lourdes pour lui, mais plutôt selon la loi 00-046/AN-RM, Régime de la presse et délit de presse. Le parquet de la Commune IV a retenu contre notre confrère les chefs d’accusation contenus dans les articles 35 et 37 de la loi sur la presse que nous...
( 20/03/13)
Il a été signalé par des habitants d'El Khalil, non loin de la frontière algéro-malienne. Donné pour mort par le gouvernement tchadien, le 2 mars dernier, l'empereur du désert, Mokhtar Belmokhtar, est finalement vivant, confient des sources très bien imprégnées des donnes sécuritaires et de la situation qui prévaut actuellement au Sahel. La réapparition du brigand a été signalée, semble-t-il, même par des habitants d'El Khalil, non loin de la frontière algéro-malienne. Il aurait été aperçu dans une petite localité désertique, ancienne mine de sel, connue sous le nom de Taoubenit, dans la périphérie du massif de Tighar Ghar, située entre Tombouctou et le nord-ouest Infoghas-Tilemsi, une zone connue aussi sous le nom d'Adrar vers les frontières de la Mauritanie...
( 20/03/13)
BAMAKO, 19 Mars (Xinhua) -- Le candidat de l'Union pour la République et la Démocratie (URD) du Mali et ancien président de la Commission de l'Union monétaire et économique ouest africaine ( UEMOA) Soumaïla Cissé est de retour à Bamako depuis mardi matin, après près d'un an d'absence du pays pour « traitement médical et convalescence » en France. Il a souligné dans un communiqué, que « par la grâce de Dieu, le Tout Puissant, le Miséricordieux, je me porte mieux ». On se rappelle que M. Cissé avait été arrêté deux fois par les putschistes. Allié politique de l'ex-président Amadou Toumani Touré pendant ses deux mandats, il a subit la rage de ses derniers qui s'en sont pris à...
(Maliweb 19/03/13)
« La menace des jihadistes existe ici au Tchad. Elle existait avant qu’on envoie nos forces au Mali. Ce qui se passe au Mali n’est pas loin, c’est dans le Sahel », a déclaré le président Idriss Deby Itno dans l’hebdomadaire tchadien Notre Temps. « Le terrorisme n’a pas de frontière, n’a pas de visage et peut vous sauter à la gueule n’importe où, n’importe quand », souligne le président tchadien qui a engagé 2000 soldats de son pays au Mali pour justifier son intervention. Le Tchad a officiellement payé un lourd tribut avec 30 soldats tués. « Qui peut vous dire aujourd’hui qu’il n’y pas de Tchadiens enrôlés comme terroristes ailleurs? », s’interroge le président tchadien. « Vous avez...
(Maliweb 19/03/13)
Le Mali est un pays compliqué, particulier et le mot adéquat pour le définir ne serait qu’une anomalie. Le puissant entrepreneur Amadou Haya Sanogo, au centre de scandales de nature politique et militaire, est une anomalie. Les politiciens de la vieille génération qui se présentent dans l’arène politique et qui ont fait coulé le Mali sont une anomalie. Les scandales passés et récents comme l’affaire Boucary Daou, Dioncounda Traoré, Bhm/Waic ou encore les avantages accordés à un putschiste et son clan. Aujourd’hui plus que jamais, les élections dans la péninsule sont importantes pour le destin du Mali qui est à la recherche de sa propre identité et qui vient de passer les moments les plus sombres de son histoire. Toutefois...
(Le Parisien 19/03/13)
Nous avons retrouvé la sœur de Djamel, 37ans, le combattant islamiste fait prisonnier début mars au Mali. Elle confie sa colère et estime que son frère a «trahi» la France. C’est un témoignage rare, car le sujet est sensible. Sonia*, la sœur d’un jihadiste français arrêté il y a quelques jours dans le nord du Mali, a décidé de sortir du silence. Révoltée par le comportement de son frère, elle confie sa colère et son incompréhension. Djamel, 37 ans, a été arrêté les armes à la main par l’armée française. Au terme d’un parcours étonnant. Car avant d’aller combattre aux côtés des islamistes du Mali, il a servi dans les rangs de la police nationale. Sonia, mère de famille de...

Pages