Mardi 23 Janvier 2018
( 07/06/13)
L'ONG britannique de défense des droits de l'homme a relevé vendredi dans un rapport, des dizaines de cas de tortures et de disparitions forcées. "Nous avons pu obtenir des informations précises notamment quant aux exécutions sommaires, disparitions, tortures et mauvais traitements", a déclaré Gaëtan Mootoo, auteur du rapport. Tous les groupes impliqués dans le conflit au Mali sont indexés par Amnesty International "Depuis quelques jours nous sommes très très inquiets (...) des rebelles touaregs du MNLA ont procédé à des arrestations au sein des populations civiles noires à Kidal", a souligné M. Mootoo. Selon lui, plus 25 personnes ont été arrêtées, "maltraitées" et "expulsées" de Kidal dans cette campagne du Mouvement National de Libération de l'Azawad. Amnesty a également documenté...
(Xinhua 07/06/13)
BAMAKO -- Les États-Unis soutiennent de toute urgence une solution négociée à la situation de Kidal en vue de permettre le retour de l'administration civile afin que les élections présidentielles puissent se dérouler sur toute l'étendue du territoire Malien le 28 juillet, selon un communiqué rendu public jeudi par l'ambassade américaine à Bamako. Selon une déclaration du porte-parole du bureau du département d'Etat américain, JEN PSAKI, les "USA condamnent les actes de détention et d'expulsions à caractère racial à Kidal" et " appellent toutes les parties à respecter les droits humaines et à se conformer pleinement à leurs obligations en vertu du droit international". Le texte précise que les Etats-Unis "sont pleinement engagés à la tenue des élections libres, transparentes...
(AFP 07/06/13)
DAKAR, 7 juin 2013 (AFP) - Deux organisations internationales de défense des droits de l'Homme, Amnesty International et Human Rights Watch (HRW), ont dénoncé vendredi dans deux rapports distincts les crimes et exactions commis par l'armée et les groupes armés au Mali depuis janvier. A l'issue d'une récente mission au Mali, Amnesty affirme que "des civils font partie des dizaines de personnes tuées, torturées et disparues, y compris en détention, depuis le lancement de l'intervention de l'armée française il y a cinq mois" contre les jihadistes et les rebelles touareg qui ont occupé le nord du Mali en 2012. "Le bilan des forces de sécurité maliennes en matière de droits de l'Homme est simplement terrible", selon Gaëtan Mootoo, qui faisait...
(RFI 07/06/13)
Après deux semaines de discussions informelles, les négociations officielles commencent ce vendredi 7 juin entre l’Etat malien et les rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA). Le but est de régler le cas de la ville de Kidal, contrôlée par le MNLA depuis fin janvier, en vue de l’élection présidentielle prévue dans tout le Mali le 28 juillet. Les négociations se tiendront sous les auspices du Burkina Faso. RFI a rencontré le négociateur de l’Etat malien, Tiébilé Dramé, juste avant son départ pour Ouagadougou. Il se veut confiant. On aurait pu rêver mieux comme contexte pour les négociations. Après des mois de blocage, l’armée malienne a attaqué, mercredi 5 juin, les rebelles touaregs du MNLA et repris...
(Amnesty International 07/06/13)
Des civils font partie des dizaines de personnes torturées, tuées et victimes de « disparitions », notamment en détention, depuis le lancement de l'intervention militaire française au Mali il y a cinq mois, écrit Amnesty International dans une nouvelle synthèse rendue publique aujourd'hui. Intitulé Mali. Conclusions préliminaires d'une mission de quatre semaines. Atteintes graves aux droits humains, ce document est diffusé à la veille du déploiement par les Nations unies d'une force de maintien de la paix au Mali le mois prochain. Il est le fruit d'une mission de recherche effectuée en mai et juin dans le pays. « Le bilan des forces de sécurité maliennes en ce qui concerne les droits humains depuis janvier est tout simplement déplorable, a...
(L'Essor 07/06/13)
Le Néerlandais Bert Koenders, le chef de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) est arrivé à Bamako mardi après-midi. A sa descente d’avion, il a été accueilli par Sékouba Cissé, le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale. Interrogé par la presse dans le salon d’honneur de l’aéroport, il a « salué le président Pierre Buyoya pour son leadership de la MISMA ». « Je compte, a-t-il assuré, travailler étroitement avec lui. Beaucoup a été fait par l’Union Africaine et la CEDEAO». Sur la question de Kidal, il a assuré être au courant de la situation. « Nous condamnons toutes formes de violence de tous les côtés »,...
(L'Essor 07/06/13)
SIGNATURE DE CONVENTION copieCe fonds va donner un coup d’accélérateur aux activités préparatoires des élections et renforcer les activités de sensibilisation et de mobilisation. C’est un truisme que de dire que les partenaires techniques et financiers sont fortement mobilisés pour la bonne organisation des échéances électorales. Après la conférence très réussie des amis de notre pays à Bruxelles le 15 mai dernier, les partenaires techniques et financiers, à travers la coopération bilatérale et multilatérale, ne cessent de réaffirmer leurs soutiens à notre pays pour la bonne tenue d’élections crédibles, transparentes et apaisées. La signature hier d’un important accord de convention entre le gouvernement, par l’entremise du ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de l’Aménagement du Territoire, le Programme...
( 07/06/13)
Deux soldats de l’armée nationale ont été blessés et dix hommes tués dans les rangs du Mouvement national de libération de l’Azawad au cours de violents combats, mercredi, dans la zone d’Anefis, sur la route de Kidal, occupée par le MNLA, selon des responsables de l’armée malienne. Dans les rangs du MNLA, « nous avons dénombré dix morts et avons fait 28 prisonniers. De notre côté, on n’a déploré aucun mort » au cours de ces combats dans la zone d’Anefis, a déclaré à l’AFP le porte-parole de l’armée malienne, Souleymane Maïga. Sur la télévision nationale, le colonel Didier Dacko, chef des opérations militaires de l’armée dans le Nord, a affirmé que l’armée « a enregistré deux blessés », dont...
(Maliactu 07/06/13)
Les autorités maliennes et les groupes armés vont se réunir du vendredi au lundi prochain à Ouagadougou en vue de signer un accord permettant notamment la tenue de l’élection présidentielle et l’exercice de l’autorité de l’Etat malien sur toute l’étendue du territoire national, a affirmé jeudi à Bamako Tiébilé Dramé, conseiller spécial du président de la République par intérim du Mali, chargé de négocier avec les mêmes groupes. Nommé le 16 mai dernier par le président de la République par intérim du Mali, Dioncounda Traoré, M. Dramé a entamé les discussions avec les groupes armés à Ouagadougou et à Niamey au Niger, il y a deux semaines. Face à la presse, l’émissaire malien a affirmé que les » discussions concernent...
( 07/06/13)
« Kidal doit être libérée avant les élections. Nous encourageons le gouvernement, l’armée et les négociateurs à cela. L’objectif, c’est la libération de Kidal pour que les élections puissent se tenir à Kidal et dans les autres régions du Mali. Un pays ne peut pas exister avec deux armées autonomes. Mais je pense que la voix suivie est la négociation pour le dépôt des armes sur la base du principe qui doit être accepté par tout pays démocratique. Les derniers événements à Kidal nous interpellent tous et je condamne avec la plus grande énergie les exactions intolérables qui ont eu lieu à Kidal du faitdu Mnla », c’est en substance ce qu’a déclaré le candidat de l’Union pour la république...
(Les Afriques 07/06/13)
Parti de rien dans les années 80, il a monté sa société, brique par brique. Houd Baby est aujourd’hui un opérateur malien à l’envergure régionale. Dans le Mali des années 80, être homme d’affaires signifiait en général faire du négoce. Les grands noms du commerce malien se répartissaient entre détaillants et grossistes et rarement au-delà. C’est ainsi que Houd Baby, à 25 ans, se lance dans le commerce de détail en 1982. A la différence de ses nombreux concurrents qui évoluent dans l’informel, ce malien du nord, avec un BTS en gestion des entreprise, décide dix ans après avoir débuté son affaire, de se structurer en créant la société GMCI Sarl, dédiée naturellement à l’importexport afin de donner plus de...
( 07/06/13)
Des soldats commandés par le colonel El Hadj Ag Gamou, un Touareg resté loyal à l’armée malienne, à Gao le 16 février 2013. L'armée malienne annonce qu'elle renforce ses positions à Anefis, à une centaine de kilomètres au sud de Kidal, dans le nord du Mali, au lendemain de combats meurtriers avec des rebelles touareg du MNLA. "On est en train de renforcer et consolider nos positions à Anefis en attendant des conditions favorables à la poursuite de l'opération" vers la ville de Kidal, a déclaré à l’AFP le porte-parole de l'armée malienne, le lieutenant-colonel Souleymane Maïga. Mahamadou Djéri Maïga, vice-president du MNLA, a déclaré à l'AFP que les combattants de son mouvement se trouvent "dans les périphéries" d'Anefis et...
(RFI 07/06/13)
Amnesty International vient de publier un rapport sur une mission de 4 semaines au Mali. Prudente, l'organisation parle de conclusions préliminaires mais son constat est simple : tous les groupes armés, et en premier lieu l'armée malienne qui a bénéficié de l'intervention française, se sont livrés à des exactions, certaines pouvant être considérées comme des crimes de guerre. L'armée malienne ne s'est pas battue pour la reconquête des villes du Nord mais une fois sur place, les soldats ont fait usage de leurs fusils sur des civils désarmés. Faits les plus graves dénoncés par Amnesty International : des exécutions, parfois de vieillards, parfois dans le dos, principalement de Touaregs ou d'Arabes, sans crainte de devoir rendre des comptes. Lire la...
(Le Figaro 07/06/13)
Les groupes armés touareg occupant Kidal, dans le nord-est du Mali, ont averti aujourd'hui qu'ils ne déposeraient pas les armes avant un règlement de la crise dans le Nord malien. "Nous nous réservons le droit de riposter aux agressions de l'armée malienne et de ses milices", indique un communiqué du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA). Dans ce texte signé de Mossa Ag Attaher, porte-parole du MNLA, les deux groupes touareg ont fait part de leur "grand regret" que la France ait appelé hier les "groupes armés" du nord du Mali à "déposer les armes", au moment où des combats faisaient rage entre armée malienne et MNLA à Anefis, à une centaine de kilomètres au sud de Kidal. Les...
(RFI 06/06/13)
Au nord du Mali, vingt-quatre heures après des accrochages entre l'armée et le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) dans le village d'Anéfis, à environ 110 kilomètres au sud-ouest de Kidal, la situation est calme. Alors que s'ouvrent, vendredi 7 juin, les premières discussions entre Bamako et les groupes du nord, les deux camps ne devraient visiblement pas bouger. Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/afrique/20130606-affrontements-anefis-kidal-mnla-azawa...
(AFP 06/06/13)
OUAGADOUGOU, 6 juin 2013 (AFP) - Les groupes armés touareg occupant Kidal, dans le nord-est du Mali, ont averti jeudi qu'ils ne déposeraient pas les armes avant un règlement de la crise dans le Nord malien, opposant une fin de non-recevoir à la France. Ni le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) ni le Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA) "ne déposeront les armes avant le règlement définitif du statut de l'Azawad (nom donné par les autonomistes touareg à la région nord du Mali, ndlr) et se réservent le droit de riposter aux agressions de l'armée malienne et de ses milices", indique un communiqué daté de Ouagadougou. Dans ce texte signé de Mossa Ag Attaher, porte-parole du MNLA,...
(AFP 06/06/13)
BAMAKO, 6 juin 2013 (AFP) - L'armée malienne renforçait jeudi ses positions à Anefis, à une centaine de km au sud de Kidal (nord-est du Mali), au lendemain de combats meurtriers avec des rebelles touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), a appris l'AFP de sources militaires. "On est en train de renforcer et consolider nos positions à Anefis en attendant des conditions favorables à la poursuite de l'opération" vers la ville de Kidal, a déclaré le porte-parole de l'armée malienne, le lieutenant-colonel Souleymane Maïga. "Depuis hier (mercredi), tout le secteur d'Anefis est sous le contrôle total de l'armée", a confirmé une source militaire régionale, ajoutant: "les soldats maliens entrés à Anefis n'ont pas quitté la zone pour...
(RFI 06/06/13)
Dans le nord du Mali, des combats ont eu lieu, le mercredi 5 juin 2013, entre l’armée malienne et le Mouvement national de libération de l'Azawad. L’armée a repris la ville d’Anéfis aux rebelles touaregs, une ville clef, située à une centaine de kilomètres de pistes de la ville de Kidal, toujours contrôlée, elle, par le MNLA. Les combats ont commencé avant 6 heures du matin, heure locale, et se sont arrêtés en fin de matinée. Les rebelles touaregs ont donc été contraints de reculer. Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/afrique/20130606-mali-anefis-armee-mnla
(RFI 06/06/13)
L'armée malienne est en route vers Kidal. Ce n'est pas une reprise de la guerre avec le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) affirme ce matin le président par intérim Dioncounda Traoré. Les pourparlers qui doivent se tenir ce vendredi 7 juin 2013 à Ouagadougou ne sont pas remis en cause. Dioncounda Traoré est interrogé par Olivier Rogez pour RFI. Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/afrique/20130606-dioncounda-traore-rfi
( 06/06/13)
L’armée malienne a pris le contrôle mercredi de la localité d’Anefis, à une centaine de km de Kidal dans le nord du Mali, après des combats avec les rebelles touareg du MNLA, le Mouvement national de libération de l'Azawad. 10 membres du MNLA ont été tués, selon l’armée malienne, un bilan que récuse le MNLA, évoquant 2 morts dans ses rangs. Il s’agit des premiers combats entre l’armée malienne et la rébellion touareg depuis l’intervention militaire française et africaine en janvier pour chasser les combattants islamistes du nord du Mali. L'armée malienne affirme vouloir reprendre à terme la ville de Kidal, occupée depuis fin janvier par le MNLA, accusé d’exactions contre ses habitants noirs. L’armée souhaite contrôler Kidal avant la...

Pages