Samedi 18 Novembre 2017
(Alakhbar 18/05/13)
Le Bénin propose l’asile politique au capitaine Amadou Sanogo, auteur du coup d’Etat de mars 2012 au Mali, a déclaré vendredi à l’AFP le ministre béninois des affaires étrangères. « Le Bénin, dans sa dynamique de paix et pour accompagner le processus de démocratisation dans ce pays, offre l’asile doré au capitaine Sanogo », a déclaré Nassirou Arifari Bako. M. Sanogo, capitaine de l’armée malienne, avait renversé le régime du président Amadou Toumani Touré le 22 mars 2012 et précipité la chute du Nord aux mains d’islamistes armés liés à Al-Qaïda, qu’une intervention franco-africaine entamée en janvier a chassés de la région. La proposition de Cotonou intervient alors que le Mali se prépare à sa première élection présidentielle depuis le...
(RFI 18/05/13)
Le président malien par intérim, Dioncounda Traoré, a été reçu ce vendredi 17 mai, au palais de l’Elysée, à Paris, par le président français, François Hollande. Le président malien a lancé un appel au dialogue au Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA). Le mouvement touareg accepte la proposition mais les deux parties n’ont pas les mêmes exigences. Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/afrique/20130517-mali-bamako-ouvert-dialogue-le-mnla
(Le Point 18/05/13)
Le rapide succès de l'opération Serval ne doit pas masquer l'impasse politique et militaire dans laquelle est plongé l'État malien. C'est une coquette somme - plus de 3,25 milliards d'euros - que la communauté internationale a promis de verser au Mali pour la reconstruction du pays. Pour sa part, la France s'est engagée à débourser 280 millions sur deux ans à titre bilatéral, en plus des 104 millions qu'elle va apporter à l'aide européenne à destination de Bamako. Lire la suite sur: http://www.lepoint.fr/monde/rien-n-est-regle-au-mali-17-05-2013-1669150_...
(Rue89 18/05/13)
La France a-t-elle refusé un visa à l’ancienne ministre malienne Aminata Traoré, qui critique vivement la politique française vis-à-vis de son pays ? L’affaire fait grand bruit dans une partie de l’opinion, choquée que la France refuse d’entendre une des voix plurielles de ce pays tout en affirmant l’avoir sauvé. Lire la suite sur: http://www.rue89.com/2013/05/17/mali-discours-daminata-traore-paris-veut...
(Le Sahel 17/05/13)
La conférence des Donateurs pour le Développement du Mali s'est tenue, mercredi après-midi à Bruxelles, en Belgique, en présence du Président de la République, SEM. Issoufou Mahamadou, et de plusieurs Chefs d'Etat africains pourvoyeurs de troupes au Mali, ainsi que du Président français François Hollande. Intervenant à la tribune de cette conférence, lors de la cérémonie d'ouverture, le Président Issoufou Mahamadou a rappelé que le Mali avait connu des moments particulièrement difficiles, mais grâce à l'intervention de la France et des pays africains, le Mali a été sauvé, avec lui l'ensemble du Sahel. D'où l'hommage particulier qu'il avait rendu au président français, dont l'intervention des troupes a porté un coup d'arrêt à la progression des djihadistes vers le sud. Il...
(Sidwaya 17/05/13)
De retour de Bruxelles où il a pris part, aux côtés du président du Faso, à la conférence des donateurs pour le Mali, le ministre d’Etat en charge des Affaires étrangères, Djibrill Bassolé se prononce sur la tenue de cette rencontre. Il donne également, des précisions sur l’avenir de la médiation burkinabè dans ce pays. « Il faut se féliciter de l’initiative de l’Union européenne, de la France et du Mali d’organiser cette conférence des donateurs pour la reconstruction du Mali, en clair, pour la relance des activités économique et social. Il faut s’en féliciter parce qu’après cette épisode de guerre, le plus important, c’est de créer de la richesse, de relancer les activités économiques de manière à ce que...
(Le Pays 17/05/13)
Le président Blaise Compaoré est arrivé dans la soirée du 14 mai 2013 à Bruxelles pour prendre part à la Conférence internationale des donateurs pour le développement du Mali, le 15 mai. Selon le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères burkinabè, Djibrill Bassolet, membre de la délégation présidentielle, le président du Faso insistera, devant ses pairs présents à la rencontre de Bruxelles, sur la reprise du dialogue entre Maliens et la nécessité, pour les forces de défense et de sécurité du Mali, de s’organiser, avec les forces africaines et onusiennes, pour assurer la sécurité de l’ensemble de leur territoire. « La force, évidemment, ne pourra pas tout régler. C’est la raison pour laquelle nous devons rapidement renouer le dialogue avec...
(Le Nouvel Observateur 17/05/13)
Lors de sa conférence de presse, le chef de l'Etat a insisté pour que les élections maliennes se déroulent à la date prévue, c'est à dire en juillet. Mission possible ? Lors de sa conférence de presse, le chef de l'Etat, à propos de la situation au Mali, est resté ferme sur la tenue d'élections prévues en juillet par la feuille de route adoptée par Bamako : "Je suis attaché à ce que les élections se tiennent à la date prévue". Lire la suite sur: http://tempsreel.nouvelobs.com/guerre-au-mali/20130516.OBS9497/21h-mali-...
(Le Monde 17/05/13)
Le président malien par intérim avait dit espérer obtenir 2 milliards d'euros d'aide, voire se contenter de 1,6 milliard. Il en a finalement obtenu 3,25 – qui permettront, s'ils sont versés, de financer aux trois quarts le "Plan pour la relance durable" du Mali. Visiblement satisfait, Dioncounda Traoré évoquait une "journée historique" à l'issue d'une conférence des donateurs réunie mercredi 15 mai à Bruxelles. Lire la liste sur: http://www.lemonde.fr/international/article/2013/05/16/la-reconstruction...
(Jeune Afrique 17/05/13)
Dans une interview à Euronews, jeudi 16 mai, le président malien de transition, Dioncounda Traoré, s'est montré hostile à toute indépendance du nord du pays au profit des rebelles touaregs. Mais il affirme que "si la décentralisation est mise en œuvre correctement, tout le monde y trouvera son compte". Le dialogue avec les rebelles touaregs oui, mais pas sur n’importe quelle base. Et en tout cas pas au sujet d’une éventuelle autonomie du nord du Mali, c’est ce qu’a affirmé, en substance, le président malien de transition, Dioncounda Traoré. Interviewé jeudi 16 mai par la chaîne de télévision Euronews, celui-ci a en revanche affirmé vouloir mettre en œuvre plus de décentralisation dans son pays. Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130517090619/
(Libération 17/05/13)
En «visite humanitaire» jeudi à Gao, la plus grande ville du nord du Mali occupée en 2012 par des islamistes armés qui ont commis de nombreuses exactions, Valérie Trierweiler, compagne du président français François Hollande, y a été accueillie en star. Chemise et pantalon beiges, Valérie Trierweiler est descendue dans la matinée du Transall français qui l’a amenée de Bamako à Gao. Un général malien n’a pu s’empêcher de murmurer: «Vraiment, elle est belle et la voir venir ici est pour nous le signe que la France ne nous abandonnera jamais». Lire la suite sur: http://www.liberation.fr/politiques/2013/05/17/mali-valerie-trierweiler-...
(L'Essor 17/05/13)
Le président de la République par intérim, Dioncounda Traoré, a rencontré hier, au lendemain de la Conférence des donateurs pour notre pays, le président du Parlement européen, Martin Shultz, au siège de l’institution. Après une séance de travail, les deux personnalités ont animé un point de presse au cours duquel Martin Shultz a expliqué que le parlement pouvait faciliter la coopération entre le Mali et les différents pays de l’Union européenne. De son côté, Dioncounda Traoré s’est réjoui à nouveau du succès de la conférence des donateurs. « C’était l’expression de la volonté de la Communauté internationale d’aider le Mali à retrouver sa démocratie », a indiqué le président de la République qui a ensuite eu un échange avec les...
(L'Essor 17/05/13)
Le 16 mai 1977, disparaissait le premier président de la République, Modibo Kéïta. A l’occasion de l’anniversaire de son décès, le Premier ministre Diango Cissoko a déposé hier une gerbe de fleurs sur sa tombe. La cérémonie s’est déroulée au cimetière de Hamdallaye en présence de membres du gouvernement. Elle a débuté à 16 heures 55 minutes précises avec l’arrivée du chef du gouvernement. Celui-ci a été accueilli par le ministre de la Défense et des Anciens combattants, le général Yamoussa Camara, le gouverneur du District de Bamako Georges Togo et le maire de la Commune III Abdel Kader Sidibé. On notait aussi la présence l’ancien Premier ministre de la Transition, Soumana Sacko, des anciens compagnons et des héritiers politiques...
(L'Essor 17/05/13)
La liste de demandes de levée d’immunité de députés s’allonge. La représentation nationale a été saisie cette semaine d’une demande de levée d’immunité concernant Oumar Mariko, député élu à Kolondiéba et secrétaire général du parti Solidarité africaine pour la démocratie et l’indépendance (SADI). Il y a une quinzaine de jours déjà, la représentation nationale avait reçu de la justice des requêtes semblables concernant Me Mountaga Tall, élu à Ségou et président du Congrès national d’initiative démocratique, Mamadou Hawa Gassama député élu à Yélimané, Moussa Berthé élu à Sikasso. La levée de l’immunité était aussi demandée pour six députés du nord qui ont ouvertement rejoint la rébellion : Ibrahim Ag Mohamed Assaleh (élu à Bourem), Alhgabass Ag Intallah (élu à Kidal),...
(Les Echos (ml) 17/05/13)
Plus un jour ne passe sans que le bouillant ministre de l’Energie et de l’Eau, Makan Aliou Tounkara, ne justifie les coupures d’électricité qui n’en finissent pas à Bamako ainsi que dans les localités couvertes par l’Energie du Mali (EDM-SA). Peine perdue. Il prêchait dans le désert. Jamais les coupures n’avaient atteint une telle ampleur au Mali. Si à Bamako, les populations crient au scandale, dans les villes de l’intérieur, c’est la catastrophe avec très souvent des jours entiers sans électricité. Aux premières heures des délestages en début mars, le ministre Makan Tounkara, porté à la tête du département de l’Energie avec tous les espoirs, ne manquait pas de subterfuges pour lancer à la face des consommateurs des explications qui...
(Infos Gabon 16/05/13)
Les questions bilatérales entre le Gabon et le Mali et le modèle constitutionnel gabonais étaient au centre des échanges mardi à Libreville entre l’Ambassadeur du Mali au Gabon, Diadié Yacouba Dagnolo et la présidente de la Cour constitutionnelle, Marie Madeleine Mborantsouo. Près de deux mois après la présentation de ses lettres de créances au Cchef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, le tour est venu mardi dernier au président de la Cour constitutionnelle de recevoir en audience le diplomate Malien, Diadié Yacouba Dagnolo . Il était question pour les deux personnalités d’échanger sur la question en rapport avec la situation qui prévaut au Mali et des questions bilatérales entre les deux pays amis. Une fois de plus, le modèle gabonais en...
(Le Figaro 16/05/13)
Après l'arrêt des opérations militaires, une conférence des donateurs s'est tenue à Bruxelles pour financer la reconstruction du pays. Dans une conférence de donateurs, il y a les fonds et il y a la forme. Réunis au chevet du Mali, mercredi à Bruxelles, une centaine de pays et d'organisations internationales ont mis 3,25 milliards d'euros sur la table pour remettre le pays sur pied après la guerre. C'est bien plus que les 2 milliards initialement attendus pour contribuer au financement du «plan de relance durable» élaboré par Bamako. «Si la conférence avait duré une semaine, nos problèmes budgétaires auraient été réglés», a même plaisanté François Hollande qui a salué une «grande réussite». Au nom de la France, première contributrice bilatérale...
(L'Express 16/05/13)
Valérie Trierweiler est arrivée mercredi soir au Mali, à l'invitation de l'épouse du président malien de transition, Dioncounda Traoré. La première dame parle de sa visite comme d'un "très beau symbole". Valérie Trierweiler est arrivée mercredi soir au Mali pour une visite de 48 heures à l'invitation de Minétou Traoré, l'épouse du président malien de transition, Dioncounda Traoré. Accueillie a l'aéroport de Bamako par la femme du président malien, la compagne de François Hollande a déclaré que sa présence au Mali était "un très beau symbole", alors que François Hollande et Dioncouda Traoré étaient mercredi à Bruxelles pour assister à une conférence des donateurs, qui a promis plus de 3 milliards d'euros pour le Mali. Un soutien aux enfants et...
(22 Septembre 16/05/13)
Le désormais ancien vice-président de l’ADEMA, Soumeylou Boubèye Maïga, va mettre sur les fonts baptismaux une nouvelle formation politique. L’Assemblée générale constitutive de cet énième parti est annoncée pour ce dimanche 19 mai, au CICB. Les partisans de Soumeylou Boubèye Maïga se retrouveront calmement mais sûrement ce week-end pour poursuivre leurs actions politiques puisque le cadre du Parti Africain pour la Solidarité et la Justice ne leur convient plus. Ils ne peuvent pas s’accommoder de quelque chose avec laquelle ils ne sont pas d’accord. Il s’agit, bien sûr, du choix « peu porteur » du candidat Dramane Dembélé qui n’a, selon eux, aucune expérience ni de l’Etat, ni du pays, encore moins le background nécessaire pour diriger le pays. C’est...
(22 Septembre 16/05/13)
Dans notre n° 357 du lundi 13 mai, nous annoncions dans un article intitulé : « vers un duel Chato- Séméga ce mardi ». Le lendemain, un journal de la place a décidé avant le débat en titrant : « le PDES choisit Ahmed Diane Séméga ». Ce qui est faux. En vérité, les discussions du mardi pour le choix définitif du candidat PDES ont duré de 17 h à 22 h environs. Au finish, il a été demandé de procéder à un vote entre Chato et Séméga. Ce dernier n’a pas voulu aller à ce scrutin, estimant que même élu, il ne pourra pas être le candidat d’un parti déchiré. Il a, alors, décidé de retirer sa candidature. La...

Pages