Mardi 27 Juin 2017
(Le Republicain (ml) 12/06/17)
Le samedi 10 juin 2017, le président du Parti pour la renaissance nationale (PARENA), Tiébilé Dramé, ancien ministre du Mali était face à la presse à la Maison de la presse de Bamako pour non seulement exprimer son refus catégorique face à la tentative de révision de la constitution du 25 février 1992, mais aussi de dénoncer la surfacturation qui entoure les projets routiers “prioritaires” du président de la République IBK. Dans ses propos liminaires, Tiébilé Dramé a fait savoir que cette tentative de révision constitutionnelle divise le pays. Ainsi, le Parena dit non au bricolage de la constitution de 1992 et invite le président de la République à retirer ce projet. Le conférencier Tiébilé Dramé avait à ses cotés,...
(22 Septembre 12/06/17)
Après avoir voté la loi portant révision constitutionnelle par 111 voix, l’intergroupe parlementaire de la majorité fait sa première sortie médiatique dans la dynamique de conforter le referendum du 9 juillet. Il était devant la presse, le vendredi 9 juin, à la Maison de la presse. Le conférencier principal, l’honorable Zoumana Ntji Doumbia, non moins président de la Commission des lois, avait à ses côtés, les président des groupes parlementaires RPM, Sory Ibrahim Kouriba ; ADEMA, Issa Togo et APM, Boulkassoum Touré. La conférence a enregistré la présence de plusieurs honorables députés, des membres du gouvernement et cadres des partis politiques de la CMP dont son président, Dr Bokary Tréta. Cette sortie médiatique de la majorité parlementaire intervient 24 heures...
(Jeune Afrique 12/06/17)
Un « trait d’humour malheureux » soluble dans « l’esprit d’apaisement et de confiance mutuelle » et un coup de fil de l’offenseur à l’offensé, avec ses regrets mais sans excuses : ainsi l’Élysée a-t‑il soldé le compte de la (petite) vague d’indignation née de la blague sinistre d’Emmanuel Macron sur les kwassa-kwassa, ces canots rapides à fond plat qui « ramènent du Comorien » comme d’autres des crevettes, mais qui, surtout, en précipitent dans les abysses du canal du Mozambique, entre Anjouan et Mayotte, au rythme de cinq cents par an. Entendons-nous bien : le nouveau président français n’est pas raciste, encore moins nostalgique de l’époque où les navires négriers « ramenaient de l’Africain » sur les côtes d’Amérique. Il a...
(L'Essor 12/06/17)
Menée 1-0, après, seulement, trois minutes de jeu, la sélection nationale a renversé la vapeur au retour des vestiaires, en marquant deux buts grâce à Kalifa Coulibaly et Yves Bissouma Il est 20h50, samedi 10 juin 2017, au stade du 26 Mars. L’arbitre sud africain, Daniel Frazer Bennet, siffle la fin de la rencontre Mali-Gabon (2-1), au compte de la première journée des éliminatoires de la CAN, Cameroun 2019. Les supporters saluent la fin de la rencontre avec un long standing ovation. Accompagnés par le vice-président de l’UNASAM (Union nationale des associations des supporters des Aigles du Mali), Cheickna Demba, les joueurs font un petit tour de terrain pour rendre la politesse aux supporters. Certains supporters, qui avaient déserté les...
(Le Point 12/06/17)
ENTRETIEN. Dans ce thriller, le réalisateur franco-malien raconte l'ascension fulgurante d'un jeune chômeur dans le monde des narcotrafiquants au Mali. Wùlu. En salle ce mercredi, le premier long-métrage du réalisateur français Daouda Coulibaly est un thriller politique juste, captivant, ancré dans la réalité actuelle du Mali. À travers l'itinéraire de son héros, il révèle le réseau complexe du narcotrafic en Afrique de l'Ouest, ses différents acteurs, notamment l'État, et son rôle majeur dans le déclenchement de la crise du pays. Son titre « wùlu » vient du bambara et signifie « chien » en référence au dernier des cinq niveaux de l'initiation N'tomo. Rite dont l'objectif est de situer la place de l'homme dans le monde en passant par différentes...
(AFP 11/06/17)
Un quatrième Casque bleu a été retrouvé mort après l'attaque contre une position onusienne à Kidal, dans le nord du Mali, revendiquée vendredi par la principale alliance jihadiste de la région, liée à Al-Qaïda, selon un nouveau bilan diffusé samedi. "Le corps d'un Casque bleu qui était porté disparu suite à l'attaque contre une position de la Minusma le 8 juin, a été retrouvé aujourd'hui non loin du lieu de l'attaque. Le bilan des victimes de l'opération terroriste menée contre les Casques bleus s'élève ainsi à quatre morts et huit blessés", indique un communiqué de la mission de l'ONU au Mali (Minusma). "Les blessés ont été traités à l'hôpital de la Minusma à Kidal et leur condition est stable. La...
(RFI 11/06/17)
Au Mali, la fronde contre le projet de révision de la Constitution prend de l'ampleur, une nouvelle manifestation a été dispersée, hier, samedi 10 juin, à coup de gaz lacrymogène. Opposition et société civile accusent le gouvernement de vouloir renforcer les pouvoirs du président. Les yeux encore rougis et le souffle court, Sougalo Sanogo ne décolère pas. Il a participé à cette manifestation, interdite par la municipalité qui invoque l'état d'urgence. Lui, estime que c'est plutôt une manière de bâillonner le peuple : « Dans un pays où le citoyen n’est pas libre de dire ce qu’il pense, c’est grave. C’est vraiment terrifiant.
(AFP 10/06/17)
La France cherchait vendredi à convaincre les Etats-Unis, très réservés sur sa requête selon laquelle l'ONU pourrait appuyer politiquement et financièrement une force militaire africaine anti-jihadistes dans le Sahel. Le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Tchad et le Burkina Faso, qui composent le G5 Sahel, ont accepté en mars de constituer une force de 5.000 hommes, chargée de cette mission. La France a présenté un premier projet de résolution mardi selon lequel cette force militaire pourrait "utiliser tous les moyens nécessaires" pour "combattre le terrorisme, le trafic de drogue et le trafic de personnes".
(RFI 10/06/17)
Un récent rapport de Save The Children plaçait le Mali dans le top cinq des pays où les enfants sont les plus menacés. Dans le centre du pays, plusieurs centaines d'écoles ont dû fermer ces derniers mois. La faute à des prêcheurs radicaux qui menacent de s'en prendre aux personnels et aux enfants et à l'insécurité en général. Le scénario est à chaque fois le même, des précheurs radicaux viennent se présenter dans les écoles, exigent de pouvoir venir délivrer leurs messages plusieurs fois par semaines sous peine de revenir et de détruire les lieux. A chaque fois, les élèves et les professeurs prennent la fuite pour rejoindre Mopti, la capitale administrative de la région. Régulièrement, les prêcheurs radicaux reviennent...
(RFI 10/06/17)
Paris espérait pouvoir voter rapidement une résolution pour donner un soutien politique et juridique à l'envoi d'une force antijihadiste de 5000 hommes au Mali, dite du G5 Sahel. C'était sans compter l'opposition des Américains et des Britanniques qui reconnaissent l'importance de lutter contre le terrorisme au Sahel, mais refusent pour l'instant de mettre la main au portefeuille. Paris a proposé un nouveau texte vendredi 9 juin, qui précise les groupes terroristes visés par cette force et reconnus par l'ONU. Les négociations continuent en coulisse. La France espère toujours un vote en début de semaine prochaine. Pour une fois, les rapports de force sont inversés au Conseil de sécurité. Les Chinois, les Russes, les membres africains et européens soutiennent le texte...
(RFI 10/06/17)
Selon la Mission des Nations unies au Mali, la Minusma, trois de ses casques bleus ont été tués jeudi soir 8 juin, dans le nord-est du pays, lors d'une attaque combinée. Il y a également huit blessés. Les troupes de l’ONU ont été prises pour cible à l'intérieur, mais aussi aux abords de sa base à Kidal. Des obus de mortier, puis des roquettes, une vingtaine en tout, s'abattent avec un énorme fracas sur le camp de la Minusma à Kidal. Des baraquements s'embrasent, des installations de communication sont détruites et plusieurs personnels civils et militaires sont légèrement blessés. Comme à chaque fois, les casques bleus déploient alors une force de réaction rapide pour se lancer à la poursuite des...
(AFP 09/06/17)
Trois Casques bleus guinéens de la Mission des Nations unies au Mali (Minusma) ont été tués jeudi soir à Kidal, dans le nord-est du pays dans une attaque revendiquée vendredi par la principale alliance jihadiste de la région, liée à Al-Qaïda. Déployée depuis juillet 2013, la Minusma est la mission de maintien de la paix de l'ONU la plus coûteuse en vies humaines depuis la Somalie en 1993-1995, avec plus de 70 Casques bleus tués en opération. Le camp de la Minusma à Kidal a été jeudi "la cible de tirs intensifs de roquettes/mortiers", qui ont fait cinq blessés parmi son personnel, a annoncé la Mission de l'ONU dans un communiqué. "Les informations préliminaires indiquent qu'une dizaine d'obus de différents...
(Jeune Afrique 09/06/17)
L'opposition et une partie de la société civile sont vent debout contre le projet de révision constitutionnelle, qui sera soumis à référendum le 9 juillet prochain. Depuis son adoption par les députés à l’Assemblée nationale, le 3 juin dernier, la fronde monte contre le projet de révision constitutionnelle au Mali. Dans les rangs de l’opposition, dans les rues de Bamako, ou encore sur les réseaux sociaux, beaucoup protestent contre cette modification de la Constitution, qui sera soumise à référendum le 9 juillet prochain. Jeudi 8 juin, une cinquantaine de personnes se sont rassemblées...
(Le Republicain (ml) 09/06/17)
Hier, jeudi 08 juin 2016, dans la matinée, la marche pacifique du « Mouvement Trop c’est trop » contre le référendum du 09 juillet 2017 a été, violemment, empêchée par les forces de l’ordre. En effet, les policiers ont bloqué toutes les issues menant à la Bourse du Travail où la marche devrait débuter. Les autres manifestants venus pour grossir la foule n’avaient pas d’autre choix que de rester à distance. Quant aux centaines de manifestants qui étaient devant la Bourse, ils ont été contraints par la Police à élire domicile dans la cour de la Bourse du Travail. Après plusieurs tentatives sans succès, les marcheurs ont décidé de battre le pavé de nouveau le samedi 10 juin 2017 à...
(L'Essor 09/06/17)
Le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Tiénan Coulibaly, a présidé hier la cérémonie de passation de commandement entre les chefs d’Etat-major généraux des Armées sortant et entrant. L’événement a eu lieu à la place d’armes du camp Soundjata Keïta de Kati en présence du général de brigade, Salif Traoré, ministre de la Sécurité et de la Protection civile. On notait également la présence des chefs d’Etat-major et directeurs de service, des représentants des forces partenaires dans notre pays, et les notabilités de la ville de Kati. Après une dernière revue des troupes du chef d’Etat–major général des Armées sortant Didier Dacko, place à la passation du commandement. Par la suite, le général de division Didier Dacko désormais...
(La Tribune 09/06/17)
C’est un homme « pétri d’expérience » qui a été porté mercredi 7 juin à la tête de la force armée conjointe du G5 Sahel pour éradiquer le terrorisme dans la région. Nommé au poste de chef d’état-major général des armées le 29 juin en 2016 pour remplacer le général Mahamane Touré parti à la retraite, le « nouvel homme fort du sahel », a acquis une réputation de meneur de troupes et de guerrier intrépide sur plusieurs fronts militaires au Mali, notamment au nord du pays. Sa nouvelle mission n’est pas une mince affaire. Né en 1967 à San, dans la région de Ségou au centre du Mali, Didier Dacko est un homme du sérail, en témoigne son ascension...
(APA 09/06/17)
L’Union africaine va offrir un hôpital militaire de 3,2 millions de dollars (soit environ 1,650 milliard de CFA) au Mali, a annoncé, vendredi à Bamako, Moussa Faki Mahamat. Arrivé la veille au Mali, le président de la commission de l’UA qui s’est d’abord rendu à Gao a déclaré : ‘’C’était l’occasion pour nous de visiter le site où sera construit l’hôpital offert par l’Union africaine à la République du Mali ». Il a ajouté : ‘’un hôpital d’un coût de 3,2 millions de dollars qui servira aussi bien à l’armée qu’à la population civile. Ce geste certes modique, vient du cœur et montre notre engagement à soutenir le Mali. » Un mémorandum a été signé ce vendredi entre le président...
(Le Republicain (ml) 09/06/17)
Après avoir rejeté le projet de loi portant révision de la constitution malienne du 25 février 1992, les responsables des groupes parlementaires de l’opposition (Vigilance Républicaine et démocratique (VRD); Adp-Maliba/ Sadi) étaient face à la presse hier jeudi 8 juin 2017 à la Maison de la presse de Bamako pour évoquer les stratégies qu’ils entendent mettre en place afin de contrecarrer le texte. L’une de ces stratégies est le dépôt dans les prochains jours d’un recours en annulation contre le texte voté par l’Assemblée nationale le 3 juin dernier devant la cour constitutionnelle du Mali. Au cas où le referendum du 9 juillet aura lieu, l’opposition appelle l’ensemble de la population à massivement voter NON contre le texte. Cette conférence...
(AFP 09/06/17)
Quelque trois millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire "immédiate" dans huit Etats d'Afique de l'Ouest, ont alerté vendredi les ministres de l'Agriculture de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa). "Les ministres se sont préoccupés de la situation difficile d'environ trois millions de personnes en insécurité alimentaire", indique un communiqué publié à l'issue d'une réunion jeudi à Niamey des huit ministres de l'Union. Ces victimes des pénuries vivrières "ont besoin d'assistance immédiate" pour "renforcer leur résilience" particulièrement durant "la période de soudure de juin à août", assure le communiqué lu vendredi sur la télévision nigérienne. La "soudure" est la période qui sépare la fin de la consommation de la récolte de l'année précédente des prochaines récoltes, soit une période...
(Info-Matin 09/06/17)
Les rideaux sont tombés, lundi dernier, aux environs de 17 heures sur les travaux de la 18e session du Comité de suivi de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger. Les recommandations de cette dernière réunion du CSA (Comité de suivi de l’Accord) étaient, hier mardi, au cœur des échanges entre le président du CSA, le diplomate algérien Ahmed BOUTACHE, et les hommes de médias, au Grand hôtel de Bamako ; en présence du chef adjoint de la MINUSMA, Davidse KOEN. Cette 18e session qui s’est tenue à la veille de la date du 20 juin, deuxième anniversaire, du parachèvement de la signature de l’Accord, a été une occasion pour les parties de mesurer le...

Pages