Samedi 21 Octobre 2017
(Journal du Mali 04/10/17)
Le Mali et Air France fêtent leurs noces de chênes. Cela fait 80 que la compagnie française est au Mali. 1937-2017, cela fait maintenant 80 ans que la compagnie Air France dessert Bamako. A sa création en 1933, Bamako est absente du réseau africain d’Air France. Mais il n’aura fallu que quatre ans à la compagnie pour relier Paris via Dakar à la capitale malienne à l’époque encore le Soudan français. L’aviateur et écrivain Antoine de Saint-Exupéry (le Petit Prince) qui effectue pour le compte du ministère de l’Air et d’Air France un trajet de 15.000 km qui le voit passer par Bamako. « Cela fait maintenant 80 ans, que nous sommes présents de manière ininterrompue au Mali, nous avons...
(Agence Ecofin 04/10/17)
Le Conseil de sécurité de l’Onu annonce qu’il enverra une délégation au Sahel du 19 au 23 octobre prochains. Objectif, faire l’état des lieux de la préparation pour le déploiement de la force conjointe G5 Sahel. La délégation ira en Mauritanie, au Mali et au Burkina Faso. En visite officielle à Niamey, ce mardi, le ministre français des Affaires étrangères, Jean Yves le Drian, a déclaré à la presse que le plan stratégique de la force sahélienne sera validé le 30 novembre prochain par le Conseil de sécurité de l’Onu. La force conjointe G5 Sahel devrait être opérationnelle depuis le mois passé. Mais elle est confrontée à un souci de financement. Sur les 423 millions d’euros nécessaires, seuls 58 millions...
(AFP 03/10/17)
Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a affirmé mardi à Niamey que la force antijihadiste des pays du G5 Sahel "sera une bonne réponse aux questions sécuritaires" dans la région et aura "le soutien de la France". "Je suis convaincu que la mise en oeuvre de cette force qui sera déployée sur les trois fuseaux sera une bonne réponse aux questions sécuritaires" au Sahel, a souligné M. Le Drian qui a visité à Niamey le poste de commandement de la force que sont en train de mettre sur pied les Tchad, Niger, Mali, Burkina Faso et Mauritanie.
(AFP 03/10/17)
La Mauritanie a appelé lundi les bailleurs à appuyer financièrement la création de la force antijihadiste du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad), en quête de fonds pour son déploiement, lors d'une réunion internationale à Nouakchott. "Je saisis cette occasion pour exhorter nos partenaires bilatéraux et multilatéraux à apporter leur appui à la force conjointe du G5 Sahel lors de la conférence des donateurs", a déclaré la ministre déléguée chargée du Maghreb arabe, Khadijetou Mbareck Fall, dont le pays abrite le siège de cette organisation. Une conférence internationale de planification des contributions à cette force est prévue le 16 décembre 2017 à Bruxelles.
(AFP 03/10/17)
Le Conseil de sécurité se rendra "du 19 au 23 octobre en Mauritanie, au Mali et au Burkina Faso" au moment où la force G5 Sahel, toujours en quête d'un financement adéquat, commencera ses opérations, a annoncé lundi l'ambassadeur français à l'ONU, François Delattre. La France assure en octobre la présidence tournante du Conseil de sécurité et compte faire de la lutte contre le terrorisme au Sahel l'une de ses priorités. Elle est présente dans la zone sahélo-saharienne avec 4.000 hommes dotés d'avions de combat, de drones, d'hélicoptères et de blindés (opération antijihadiste Barkhane), et a poussé à la création début juillet d'une force militaire commune à cinq pays du Sahel: Mauritanie, Tchad, Mali, Niger et Burkina Faso. "La force...
(AFP 03/10/17)
Le Sénégal et le Mali ont fermé lundi des écoles privées gérées par des groupes proches du prédicateur turc exilé Fethullah Gülen, une décision qui inquiète les parents d'élèves dans les deux pays. A Dakar, des policiers ont interdit l'accès à l'une des neuf écoles gérées dans le pays par l'association turque Baskent Egetim, liée à Fethullah Gülen, ont rapporté des journalistes de l'AFP. La rentrée est effective depuis le 11 septembre. A Bamako, les forces de l'ordre ont également interdit l'accès aux écoles liées à M. Gülen. Un huissier a fait changer les serrures des portes, selon un journaliste de l'AFP. Le ministère sénégalais de l'Intérieur avait annoncé samedi dans un communiqué que "les écoles portant l'appellation Yavuz Selim",...
(Jeune Afrique 03/10/17)
De passage à Paris du 26 au 30 septembre, Soumaïla Cissé en a profité pour entretenir ses réseaux français à moins d’un an de la présidentielle au Mali, prévue pour juillet 2018. Le chef de file de l’opposition et président de l’URD a été reçu le 26 septembre par Rémi Maréchaux, directeur Afrique du Quai d’Orsay, et, le lendemain, par Franck Paris, conseiller Afrique d’Emmanuel Macron. Ces entretiens ont chacun duré près de deux heures, durant lesquelles de nombreux sujets ont été abordés : lutte contre le terrorisme et l’insécurité, mise en œuvre de l’accord de paix dans le Nord, avenir de la force Barkhane, gestion de l’immigration clandestine… Cissé a insisté sur la nécessité d’une transparence électorale, demandant à ses...
(Le Republicain (ml) 03/10/17)
La salle Modibo Keïta du parlement malien a abrité le lundi 2 octobre 2017, la cérémonie d’ouverture de la session ordinaire d’octobre de l’Assemblée nationale du Mali. Ladite cérémonie était présidée par le président de l’hémicycle, l’honorable Issaka Sidibé en présence des membres du gouvernement dont le premier ministre, Abdoulaye Idrissa Maïga, des diplomates accrédités au Mali et de nombreuses autres personnalités. Durant cette session budgétaire, il y aura non seulement 61 projets et propositions de lois qui seront examinées par les députés mais aussi, il y aura le renouvellement du bureau de l’institution parlementaire. « L’ordre du jour de la présente session ordinaire se focalisera naturellement sur l’examen et le vote du projet de budget d’Etat 2018 que le...
(RFI 03/10/17)
Plusieurs dizaines de femmes ont manifesté lundi 2 octobre à Kidal pour réclamer le départ de la force française anti-terroriste Barkhane. Ce mouvement de colère fait suite à une opération d'arrestations menée dans des maisons de cette ville du nord du Mali dans la nuit de samedi à dimanche. Selon plusieurs sources sur place, l'opération aurait été menée vers 4h du matin contre deux maisons appartenant à Mahamadou Ag Rhissa, un commerçant transporteur opérant surtout à la frontière Mali-Algérie. Sept personnes auraient été arrêtées. « A Kidal, ce monsieur a la réputation de faire des trafics en tous genres, migrants, drogues, armes, affirment ces sources. Ce ne sont donc pas les arrestations elles-mêmes mais la manière dont elles ont été...
(22 Septembre 02/10/17)
Depuis août dernier, date à laquelle le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita a décidé de surseoir à la révision constitutionnelle, la question relative à un nouveau gouvernement s’est invitée aux débats politiques. L’interview du locataire de Koulouba, à la faveur de son quatrième anniversaire au pouvoir, réalisé par notre excellent confrère, Sidiki N’Fa Konaté, a conforté les uns et les autres en la nécessité de procéder à un réaménagement ministériel. En effet, le patron de l’ORTM, « la passion du service publique », avait demandé à IBK s’il s’était senti seul durant les périodes mouvementées de la Loi constitutionnelle ? La réponse de ce dernier a été catégorique : « Que si ! Que si ! Que si...
(AFP 02/10/17)
La conférence épiscopale du Mali s'est déclarée dimanche "inquiète" après plusieurs attaques commises récemment contre des églises et des chapelles dans le centre de ce pays du Sahel à 90% musulman où les catholiques sont très minoritaires. "Ces dernières semaines, ces derniers mois, nos églises, nos chapelles, ont été victimes de plusieurs attaques par de présumés jihadistes. (...) Nous sommes inquiets", a déclaré à l'AFP le secrétaire de conférence épiscopale du Mali, Edmond Dembélé. "La semaine dernière, dans le village de Dobara (centre, 800 km au nord de Bamako), des hommes armés ont forcé la porte de l'église et y ont retiré crucifix, images et statue de la Vierge Marie, nappes d'autel et ont brûlé le tout devant ladite église",...
(L'Essor 02/10/17)
Le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, a reçu, samedi dernier, dans la salle de banquets de Koulouba, les notabilités de Koutiala. Le chef de l’Etat était entouré de ses proches collaborateurs, notamment le secrétaire général de la Présidence, Soumeylou Boubeye Maïga. La délégation, forte de plus de 70 personnes venues des cinq cercles du Miniankala (Koutiala, Yorosso, Bla, San et Tominian), a tenu à saluer et surtout remercier le chef de l’État pour tout ce qu’il fait pour la paix au Mali et pour son développement. La première séquence de la cérémonie a porté sur les interventions en langue nationale bamanan. Ainsi, le président du Réseau des communicateurs traditionnels (Recotrade) de Koutiala, Adama Kouyaté, le représentant des paysans,...
(L'indicateur du Renouveau 02/10/17)
Candidat virtuel à la présidentielle de 2018, le maire de Sikasso, Kalfa Sanogo, se dit indigné par la déclaration du CE de l’Adéma/PASJ dont il est l’un des membres fondateurs, rédigé, selon lui, par un groupuscule tentant de ternir son image. “Je n’ai mentionné nulle part que je suis candidat à la présidentielle 2018. Ils savaient que je n’ai pas dit que je suis candidat pour la présidentielle de 2018 avant de faire ce communiqué. C’est une cabale orchestré par trois personnes…” Vingt-quatre heures seulement après l’annonce de l’appel à sa candidature par des associations de soutien et la section Adéma/PASJ de Sikasso, le samedi 16 septembre, Kalfa Sanogo a été la cible d’un communiqué signé par le secrétaire général...
(Le Sphinx 02/10/17)
On croyait vivre le dernier épisode de ce feuilleton juridico-administratif concernant le marché de confection de cartes d’identité Cédéao couplées à l’Assurance maladie obligatoire, avec l’acceptation par l’adjudicataire, la société Cissé Technologies plus précisément, des conditions financières imposées par le ministère de l’Economie et des Finances. Mais c’était sans compter avec la caste de vautours qui tient le haut du pavé appuyée par la versatilité du Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga qui a écrit pour demander l’annulation du marché. Tout le contraire de ce qu’il soutenait il y a peu de temps, exactement dans sa correspondance N° 425/PM-CAB du 20 juin 2017, dans laquelle il exhortait le ministre de la Protection civile et de la sécurité, maître d’œuvre du projet,...
(Agence Ecofin 02/10/17)
Les victimes de la spéculation foncière dans les 37 communes du cercle de Kati, dans le sud du Mali, ont organisé, jeudi dernier, une marche de protestation contre la spoliation des terres agricoles. Elles entendaient ainsi exprimer leur ras-le-bol. « Les accaparements massifs de terres de culture au profit d’intérêts privés, qui ciblent des dizaines de milliers d’hectares à des fins bassement spéculatives, portent atteinte aux droits coutumiers et humains et privent les communautés locales et les paysans d’exercer les activités agricoles et pastorales nécessaires pour leur subsistance, voire leur survie », a notamment déclaré le porte-parole des manifestants, Drissa Niaré, selon des propos rapportés par Mali Actu. Une situation face à laquelle les manifestants appellent les autorités communales et...
(RFI 02/10/17)
Au Mali, la tension est toujours vive à Bamako entre l'encadrement des établissements privés « Collèges Horizons », très proches de l'opposant et imam turc Fethullah Gülen, et la fondation Maarif créée, par le gouvernement turc, pour reprendre, avec l'appui décisif du gouvernement malien, le réseau d'établissements. Des huissiers agissant au nom de la fondation Maarif, se sont rendus, samedi 30 septembre, dans les trois établissements de Bamako. Devant des militaires dont certains sont armés, un huissier ordonne à un menuisier de défoncer les portes et de changer les serrures des salles de classe et des locaux de la direction d’un des « Collèges Horizon » de Bamako. Sur les lieux, des ressortissants turcs, membres de l’encadrement de l’établissement, réagissent...
(Procès-Verbal 02/10/17)
Le ministre de l’Education Nationale, Mohamed Ag Erlaf, a retiré la licence de création des écoles « Collège Horizon » et l’a réattribuée à la Fondation Maarif de Turquie avec, à la clé, un changement de dénomination des écoles « Collège Horizon » en « Ecoles Maarif ». Une Fondation très politique Si l’objectif officiel de la Fondation Maarif est de créer des écoles à l’étranger, de former des professeurs et d’attribuer des bourses scolaires, ses dirigeants ont ouvertement reconnu devant la presse malienne que la Fondation vise aussi à remplacer les structures mises en place par Fethullah Gülen, l’opposant n°1 au président turc. La Fondation, dont les membres du Conseil d’administration sont nommés par le gouvernement turc et qui...
(Xinhua 02/10/17)
Un forum des Premières Dames de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), sur l'éradication de la fistule obstétricale en Afrique de l'Ouest et la protection des droits de l'enfant, se tiendra le 5 octobre prochain à Niamey, capitale nigérienne, a-t-on appris dimanche à Cotonou de source officielle. Ce forum permettra de faire un plaidoyer pour le renforcement du partage d'expériences pour l'élimination des mutilations génitales féminines en Afrique de l'Ouest, et de formuler une recommandation sur l'intégration de la lutte contre ces pratiques au Cadre législatif protégeant les droits des femmes et des filles dans les Etats membres de la CEDEAO. Cette même rencontre contribuera au renforcement de l'engagement politique des Premières Dames sur les solutions...
(Agence Ecofin 02/10/17)
Il y a quelques jours, le bureau sous-régional ouest africain de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (BSR-AO/CEA) a créé, en collaboration avec la Cedeao et l’Uemoa, un Réseau de journalistes spécialisés sur les questions de développement économique, social et environnemental. Présenté à l’occasion d’une rencontre tenue à Dakar, du 28 au 29 septembre 2017, ce réseau a pour objectif de favoriser la collaboration entre les médias de la sous-région pour informer efficacement les populations des Etats membres des efforts consentis par ceux-ci pour transformer leurs économies. Pour Dimitri Sanga (photo), le Directeur du BSR-AO/CEA, « l’institution parle un langage qui n’est compris que des décideurs politiques et spécialistes des questions de politiques publiques. Les spécialistes des médias...
(RFI 30/09/17)
Dans le centre du Mali, le village de Kouakourou est soumis à la pression des groupes terroristes. Depuis quelques semaines, il est très difficile pour les habitants d'entrer et de sortir de la ville soumise à une sorte de blocus. Un bateau a été attaqué par de présumés terroristes. Kouakourou, petit village encerclé par les eaux du fleuve Niger, est uniquement accessible par bateau ou pirogue à cette période de l'année. Depuis « au moins quinze jours », pas une seule embarcation n'accoste ou ne quitte Kouakourou sans être systématiquement fouillée et rackettée par des hommes présentés comme étant des terroristes.

Pages