Dimanche 20 Août 2017
(Le Pays 21/03/13)
On n’en finirait pas d’égrener les variations sémantiques et langagières pour évoquer le souvenir du coup d’Etat perpétré par le capitaine Sanogo au Mali, il y a juste de cela un an. Ainsi, on utilise pour expliquer et comprendre l’acte du capitaine Sanogo, pêle-mêle, les termes désastre, tragédie, catastrophe, etc. Au fur et à mesure que progresse notre connaissance des raisons avancées, à l’époque, pour justifier ce coup d’Etat, s’aggrave du même coup un sentiment de déréliction. Ainsi, tous ceux qui entendent en finir avec le cauchemar Sanogo sont rattrapés par lui. Chez Heidegger, il y a déréliction lorsque, chez un individu, le passé l’a trahi, le présent est illisible, suffocant, et quant à l’avenir, il ne sait pas de...
(Maliweb 21/03/13)
Boukary Daou, Directeur de publication du journal Le Républicain, inculpé et déféré à la Maison centrale d’arrêt de Bamako depuis le 18 mars 2013, est en passe de devenir un prisonnier encombrant. En plus de la mobilisation de ses confrères au niveau du Mali, de l’Afrique et dans d’autres pays à travers le monde, pour sa libération, ce dossier était hier a l’ordre du jour de la conférence de presse de Philippe Lalliot, porte parole du ministère français des affaires étrangères, qui a indiqué que la France appelait à sa libération immédiate. Il n’y a aucun doute, notre confrère Boukary Daou, Directeur de publication du journal Le Républicain, inculpé et déféré à la Maison centrale d’arrêt de Bamako depuis le...
(Europe 1 21/03/13)
Christian Rouyer, ambassadeur de France au Mali depuis mars 2011, vient d’être démis de ses fonctions, assure jeudi Le Figaro. Il est remplacé par Gilles Huberson, diplomate issu de Saint-Cyr et décrit comme proche des "services", détaille le quotidien. Aucune explication n'a été dévoilée pour le moment, mais ce changement intervient dans un contexte de jeu de chaises musicales à l’œuvre ces dernières semaines chez les hauts diplomates en charge du dossier malien : le sous-directeur en charge de l’Afrique de l’Ouest, Laurent Bigot, a été démis de ses fonctions en février et le représentant spécial pour le Sahel, Jean Félix-Paganon, a également été écarté, comme le rappelle le journal.
(Maliweb 20/03/13)
Notre confrère et directeur de publication du quotidien « Le Républicain », Boukary Daou, séjourne depuis lundi après-midi à la Maison centrale d’arrêt de Bamako-courra après sa mise sous mandat de dépôt par la procureure du Tribunal de première instance de la Commune IV. Contrairement à la volonté affichée par les autorités, son dossier ne sera pas traité du point de vue du code de procédure pénale dont les sanctions prévues auraient été trop lourdes pour lui, mais plutôt selon la loi 00-046/AN-RM, Régime de la presse et délit de presse. Le parquet de la Commune IV a retenu contre notre confrère les chefs d’accusation contenus dans les articles 35 et 37 de la loi sur la presse que nous...
( 20/03/13)
Il a été signalé par des habitants d'El Khalil, non loin de la frontière algéro-malienne. Donné pour mort par le gouvernement tchadien, le 2 mars dernier, l'empereur du désert, Mokhtar Belmokhtar, est finalement vivant, confient des sources très bien imprégnées des donnes sécuritaires et de la situation qui prévaut actuellement au Sahel. La réapparition du brigand a été signalée, semble-t-il, même par des habitants d'El Khalil, non loin de la frontière algéro-malienne. Il aurait été aperçu dans une petite localité désertique, ancienne mine de sel, connue sous le nom de Taoubenit, dans la périphérie du massif de Tighar Ghar, située entre Tombouctou et le nord-ouest Infoghas-Tilemsi, une zone connue aussi sous le nom d'Adrar vers les frontières de la Mauritanie...
( 20/03/13)
BAMAKO, 19 Mars (Xinhua) -- Le candidat de l'Union pour la République et la Démocratie (URD) du Mali et ancien président de la Commission de l'Union monétaire et économique ouest africaine ( UEMOA) Soumaïla Cissé est de retour à Bamako depuis mardi matin, après près d'un an d'absence du pays pour « traitement médical et convalescence » en France. Il a souligné dans un communiqué, que « par la grâce de Dieu, le Tout Puissant, le Miséricordieux, je me porte mieux ». On se rappelle que M. Cissé avait été arrêté deux fois par les putschistes. Allié politique de l'ex-président Amadou Toumani Touré pendant ses deux mandats, il a subit la rage de ses derniers qui s'en sont pris à...
(Maliweb 19/03/13)
« La menace des jihadistes existe ici au Tchad. Elle existait avant qu’on envoie nos forces au Mali. Ce qui se passe au Mali n’est pas loin, c’est dans le Sahel », a déclaré le président Idriss Deby Itno dans l’hebdomadaire tchadien Notre Temps. « Le terrorisme n’a pas de frontière, n’a pas de visage et peut vous sauter à la gueule n’importe où, n’importe quand », souligne le président tchadien qui a engagé 2000 soldats de son pays au Mali pour justifier son intervention. Le Tchad a officiellement payé un lourd tribut avec 30 soldats tués. « Qui peut vous dire aujourd’hui qu’il n’y pas de Tchadiens enrôlés comme terroristes ailleurs? », s’interroge le président tchadien. « Vous avez...
(Maliweb 19/03/13)
Le Mali est un pays compliqué, particulier et le mot adéquat pour le définir ne serait qu’une anomalie. Le puissant entrepreneur Amadou Haya Sanogo, au centre de scandales de nature politique et militaire, est une anomalie. Les politiciens de la vieille génération qui se présentent dans l’arène politique et qui ont fait coulé le Mali sont une anomalie. Les scandales passés et récents comme l’affaire Boucary Daou, Dioncounda Traoré, Bhm/Waic ou encore les avantages accordés à un putschiste et son clan. Aujourd’hui plus que jamais, les élections dans la péninsule sont importantes pour le destin du Mali qui est à la recherche de sa propre identité et qui vient de passer les moments les plus sombres de son histoire. Toutefois...
(Le Parisien 19/03/13)
Nous avons retrouvé la sœur de Djamel, 37ans, le combattant islamiste fait prisonnier début mars au Mali. Elle confie sa colère et estime que son frère a «trahi» la France. C’est un témoignage rare, car le sujet est sensible. Sonia*, la sœur d’un jihadiste français arrêté il y a quelques jours dans le nord du Mali, a décidé de sortir du silence. Révoltée par le comportement de son frère, elle confie sa colère et son incompréhension. Djamel, 37 ans, a été arrêté les armes à la main par l’armée française. Au terme d’un parcours étonnant. Car avant d’aller combattre aux côtés des islamistes du Mali, il a servi dans les rangs de la police nationale. Sonia, mère de famille de...
(BBC News Africa 18/03/13)
L'agence publique russe d'exportation d'armements Rosoboronexport va vendre au Mali trois mille fusils d'assaut kalachnikov de calibre 7,62 mm, a indiqué lundi une source au sein du complexe militaro-industriel russe. Cette vente d'une valeur estimée à plus d'un million de dollars s'inscrit dans le cadre d'un accord conclu en septembre 2012 entre Rosoboronexport et le ministère malien de la Défense, a déclaré cette source à l'agence Interfax, sans préciser si les livraisons avaient déjà été effectuées. Les kalachnikovs, légendaires fusils d'assaut connus dans le monde entier, sont fabriqués à l'usine Ijmach à Ijevsk (1.300 km à l'est de Moscou). Le directeur de Rosoboronexport, Anatoli Issaïkine, avait indiqué la semaine dernière que l'agence livrait au Mali des armes à feu "en...
(Maliweb 18/03/13)
Pour mieux se repositionner et se faire valoir auprès de la communauté internationale, notamment la France protectrice, le Mnla est prêt à tout, y compris à mentir sur la provenance de manuscrits trouvés à In Khalil après l’attaque des paisibles populations par les terroristes indépendantistes Le Mnla (Mouvement national de libération de l’Azawad) déclarait récemment avoir saisi à In Khalil, non loin de Tessalit, le 23 février dernier, un important stock de manuscrits qui aurait été abandonné dans leur véhicule par des terroristes en fuite. Au Prétoire, cette information a été accueillie avec le plus grand scepticisme. La raison essentielle en est que si les groupes islamistes détruisent des mausolées, saccagent des lieux saints, profanent des tombes, détruisent des manuscrits,...
(Le Soleil 18/03/13)
Arrivé hier à Dakar, le ministre allemand de la Défense, Thomas de Maizière, a été accueilli par son homologue sénégalais Augustin Tine, ministre des Forces armées. En visite au contingent opérationnel de son pays basé à Dakar pour appuyer la Mission internationale de soutien au Mali (Misma), M. Maizière a salué la rapidité avec laquelle s’est faite l’installation de ce dispositif. Le ministre allemand de la Défense, Thomas de Maizière, a visité le contingent opérationnel allemand basé à Dakar pour appuyer la Mission internationale de soutien au Mali (Misma). Composé de 94 hommes, ce contingent déployé sur demande de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) servira de soutien logistique aux opérations militaires dans le cadre de...
(Maliweb 18/03/13)
Le Mali est un pays compliqué, particulier et le mot adéquat pour le définir ne serait qu’une anomalie. Le puissant entrepreneur Amadou Haya Sanogo, au centre de scandales de nature politique et militaire, est une anomalie. Les politiciens de la vieille génération qui se présentent dans l’arène politique et qui ont fait coulé le Mali sont une anomalie. Les scandales passés et récents comme l’affaire Boucary Daou, Dioncounda Traoré, Bhm/Waic ou encore les avantages accordés à un putschiste et son clan. Aujourd’hui plus que jamais, les élections dans la péninsule sont importantes pour le destin du Mali qui est à la recherche de sa propre identité et qui vient de passer les moments les plus sombres de son histoire. electionToutefois...
(Maliweb 18/03/13)
La France a annoncé dimanche la mort de son cinquième soldat depuis le début de son intervention armée au Mali. Sur le terrain, les jihadistes s’accrochent à la zone de Gao. Le décryptage de notre spécialiste en géopolitique. Alors qu’une cinquième soldat est mort dimanche au Mali, un troisième front va s’ouvrir dans le pays, à l’Ouest de l’Adrar des Ifoghas, après le front de Gao plus au Sud. En effet, le Mujao (Mouvement pour l’Unicité et le Jihad en Afrique Occidentale) ne veut pas quitter la zone de Gao et s’accroche à la campagne avec d’autant plus d’ardeur qu’il est composé essentiellement de natifs de la région, et notamment des Toubous, ethnie non-apparentée aux Touaregs. A Gao, l’armée française...
(Maliweb 18/03/13)
Où sont passés les chefs djihadistes cachés au Mali ? N’auraient-ils pas déjà fui le pays pour se mettre à l’abri dans les pays voisins ? Analyse. Une inquiétude persiste parmi les États voisins du Mali, plus spécialement au Niger. Les djihadistes, et en particulier leurs chefs, n’auraient-ils pas déjà fui le pays pour se mettre à l’abri dans les pays voisins et attendre des jours meilleurs ? On se demande d’ailleurs si Aqmi n’a pas déjà transféré les otages hors du Mali. C’est l’opinion d’un des spécialistes de la région, contacté à Bamako par téléphone. « Il est à craindre que les gros calibres d’Aqmi aient quitté les Ifoghas et que les militaires n’éliminent plus que des seconds couteaux...
(Maliweb 18/03/13)
Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a appelé les islamistes d’Afrique du Nord à rester dans leurs pays pour s’y opposer aux laïques et conseillé aux jihadistes de rejoindre le combat contre la France, rapporte dimanche le centre américain de surveillance de sites islamistes SITE. Dans un message posté sur des sites islamistes, Aqmi a demandé aux jeunes islamistes de ne pas déserter leurs pays. L’organisation a estimé qu’il ne convenait pas de « laisser le terrain aux laïques et aux expatriés pour qu’ils sèment la corruption » en ajoutant toutefois que les jihadistes convaincus se doivent de rejoindre le combat contre la campagne militaire de « la France des Croisés » en Algérie et au Mali. « Le Front du...
(Le Pays 18/03/13)
C’est décidé : les Casques bleus seront au Mali en juillet prochain. Reste que la faisabilité de l’opération demeure une préoccupation. En effet, les mois à venir semblent bien chargés, et à voir l’environnement, il y a plein d’incertitudes à l’horizon. L’expérience montre qu’au plan international, la mise en œuvre des décisions onusiennes n’est pas toujours aussi rapide qu’on le souhaite. D’ici les échéances prévues, l’on devrait en principe en avoir fini avec la phase des opérations militaires de terrain. Mais les tergiversations relatives à l’envoi de troupes par la communauté internationale, tant au niveau des Africains eux-mêmes que des partenaires étrangers, ne rassurent guère. Il y a de quoi s’inquiéter car, au Sahel, un autre facteur pourrait brouiller les...
(Le Nouvel Observateur 18/03/13)
"Il a porté l'uniforme français", raconte dans "Le Parisien" la sœur du combattant islamiste franco-algérien arrêté au Mali début mars. L'information émane du "Parisien" : dans son édition du lundi 18 mars, le quotidien publie le témoignage de la sœur de Djamel, ce djihadiste franco-algérien de 37 ans arrêté dans le nord du Mali au début du mois de mars. La jeune femme, âgée de 30 ans et vivant en Isère, confie qu'avant de servir aux côtés des islamistes, son frère, qu'elle condamne sévèrement, a servi dans la police : A la fin des années 1990, il a travaillé dans la police. A la BAC, la brigade anticriminalité de Grenoble. Il a donc porté l'uniforme français. C'est vrai que cela...
(Le Parisien 18/03/13)
Nous avons retrouvé la sœur de Djamel, 37ans, le combattant islamiste fait prisonnier début mars au Mali. Elle confie sa colère et estime que son frère a «trahi» la France. C’est un témoignage rare, car le sujet est sensible. Sonia*, la sœur d’un jihadiste français arrêté il y a quelques jours dans le nord du Mali, a décidé de sortir du silence. Révoltée par le comportement de son frère, elle confie sa colère et son incompréhension. Djamel, 37 ans, a été arrêté les armes à la main par l’armée française. Au terme d’un parcours étonnant. Car avant d’aller combattre aux côtés des islamistes du Mali, il a servi dans les rangs de la police nationale. Sonia, mère de famille de...
(Le Parisien 18/03/13)
Nous avons retrouvé la sœur de Djamel, 37ans, le combattant islamiste fait prisonnier début mars au Mali. Elle confie sa colère et estime que son frère a «trahi» la France. C’est un témoignage rare, car le sujet est sensible. Sonia*, la sœur d’un jihadiste français arrêté il y a quelques jours dans le nord du Mali, a décidé de sortir du silence. Révoltée par le comportement de son frère, elle confie sa colère et son incompréhension. Djamel, 37 ans, a été arrêté les armes à la main par l’armée française. Au terme d’un parcours étonnant. Car avant d’aller combattre aux côtés des islamistes du Mali, il a servi dans les rangs de la police nationale. Sonia, mère de famille de...

Pages