Mercredi 21 Février 2018
(Jeune Afrique 17/09/13)
Élu le 11 août, Ibrahim Boubacar Keïta a prêté serment le 4 septembre avant d'être investi en grande pompe le 19. Il doit maintenant passer à l'action. Dossiers prioritaires : sécurité, corruption, élections. Des équipements flambant neufs sur huit hectares. Un investissement de près de 9 millions d'euros, financé à 90 % par le Japon, et une capacité de stockage de 45 tonnes... Six mois après son inauguration, le marché central aux poissons de Bamako, sur la route de l'aéroport, reste désespérément vide. "Le budget de démarrage vient seulement d'être accordé, et il faut encore construire les installations pour la vente au détail", explique Seydou Coulibaly, son directeur. Le projet est un peu à l'image du Mali. Un pays choyé...
(Jeune Afrique 17/09/13)
Pour l'ex-ministre des Affaires étrangères Tiébilé Dramé, le président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) n'a d'autre choix que la concertation s'il veut ramener la paix dans le Nord du Mali et en finir avec les maux qui ont poussé le Mali au bord du gouffre. Président du Parti pour la renaissance nationale (Parena), Tiébilé Dramé a été l'un des premiers hommes politiques maliens à dénoncer le coup d'État du 22 mars 2012 et à exiger le retour des militaires dans les casernes. Depuis, son rejet épidermique de la junte, proportionnel à sa volonté de voir le pays revenir à la démocratie, l'a conduit à participer au Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et de la République (FDR, antiputsch), à...
(Le Pays 17/09/13)
Parlant de la menace de frappes militaires sur la Syrie, le pape François a dit que « la guerre est une défaite de l'humanité ». Ces propos du chef de l'Eglise catholique doivent impérativement inspirer les protagonistes de la crise du Nord-Mali. En effet, depuis le mercredi 11 septembre, des incidents s'enchaînent dans cette partie du pays. Des incidents qui sont de nature, s'ils ne sont pas bien gérés, à mettre de nouveau le feu aux poudres. Il y a eu d'abord des accrochages entre l'armée malienne et les combattants du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) dans la zone de Foïta, dans le Nord-Ouest du pays, tout près de la frontière avec la Mauritanie. Ces affrontements ont fait...
(RFI 17/09/13)
Il s'agit peut-être d'un nouveau pas vers la réconciliation au Mali. Le gouvernement malien a donné son feu vert à une première initiative : tous les groupes armés du Nord (touaregs, arabes et sédentaires) sont en réunion à Bamako pour parler de la stratégie à arrêter pour les prochaines discussions de paix avec le gouvernement malien. Et ce, malgré les récents accrochages entre le MNLA et les forces armées maliennes. Même si ce sont des pré-consultations, c’est une véritable première de voir les représentants des différents mouvements armés du nord du Mali assis autour de la même table dans la capitale malienne. Tous ces groupes armés engagent une réflexion commune devant servir de base au processus de réconciliation annoncé par...
( 17/09/13)
Précédemment proposées par le gouvernement de transition pour se tenir les 27 octobre et 6 novembre, les prochaines élections législatives (les deux tours) devraient avoir lieu finalement le 26 novembre et le 16 décembre 2013. C’est, de sources crédibles, le chronogramme que s’apprête à fixer le gouvernement Oumar Tatam Ly. La décision doit, en principe, être prise demain mercredi par le Conseil des ministres. La volonté des autorités d’aller rapidement aux urnes pour mettre en place une nouvelle Assemblée Nationale ne souffre l’ombre d’aucun doute. Dans la mesure où, analysent les observateurs, IBK et ses collaborateurs savent que la dynamique populaire déclenchée en leur faveur lors de la présidentielle peut s’essouffler du fait des impatiences. Ce qui peut affecter le...
(RFI 17/09/13)
Le Mali est le troisième producteur d’or sur le continent africain. Le pays compte également d’autres ressources, comme le pétrole et le gaz. Le Mali, un pays minier donc, et un pays qui entend aujourd’hui tirer les bénéfices de ses matières premières. Le nouveau ministre de l'Industrie et des Mines, Boubou Cissé, a ainsi annoncé le 10 septembre 2013 qu’il entendait faire un «inventaire» de tous les contrats en cours. « Un inventaire complet de tout ce qui existe » : contrats, titres, permis, voilà à quoi comptent procéder les nouvelles autorités maliennes. Tout ce qui a été signé entre les gouvernements précédents et les entreprises minières sera passé à la loupe. « C'est certainement un bon signe, que l'on...
(L'Essor 17/09/13)
La répartition implicite des tâches entre « politiques » et « techniques » devrait faire progresser plus vite les grands dossiers. Le temps du politique est rarement celui de l’opinion publique. Une nouvelle autorité demandera inévitablement un délai raisonnable pour prendre ses marques et tester sa méthode. Les citoyens ne lui dénieront jamais formellement ce droit, mais assortiront leur agrément d’une double exigence implicite : que les gages d’efficacité soient rapidement donnés et que les preuves de diligence se fassent immédiatement percevoir. Cette double exigence est encore plus perceptible dans l’atmosphère qui imprègne aujourd’hui le pays. Une atmosphère qui allie un espoir parfois démesuré de changement à une attente immense de renouveau et à la crainte diffuse de voir revenir...
(L'indicateur du Renouveau 17/09/13)
Pendant la campagne, IBK avait juré que pendant sa présidence, personne ne marchera sur le Mali, sur son honneur. Un serment qu’il va falloir honorer en donnant une punition à la hauteur de la gravité de l’affront fait par les deux mouvements terroristes MNLA et HCUA dont les partisans se sont attaqués dimanche à Kidal à trois ministres de la République dont le véhicule a été caillassé et menacent de passer à l’offensive face à ce qu’ils appellent des actes terroristes de l’armée malienne sur les populations Azawadiennes. 11 jours après sa prise de fonction, le nouveau président est déjà confronté à ses promesses électorales. Quelle va être la première réaction du président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, après...
(L'Essor 17/09/13)
Le chef du gouvernement a discuté avec ses interlocuteurs de la méthode de travail à établir et leur a annoncé que les dates retenues pour l’organisation des élections législatives seront très prochainement fixées. C’est le Conseil des ministres qui fixera lesdites dates pour le premier et le second tour de ces élections. C’est la présidente par intérim du RPM, Mme Keïta Rokiatou Ndiaye, qui a inauguré la série des rencontres. Elle était accompagnée de l’ancien ministre Nancoman Keïta et de l’ancien député élu à Niono, Boubacar Touré. Bocar Moussa Diarra conduisait la délégation de l’UM-RDA, Mamadou Kassa Traoré celle du MIRIA. La délégation du CNID était conduite par Me Mountaga Tall et celle du MPR par son président, Choguel K...
( 17/09/13)
De sources concordantes, le rapport de synthèse des missions de vérification du Bureau du vérificateur général est attendu dans les prochaines semaines. » Probablement dans la première semaine du mois d’octobre « , révèle une des sources. Ce document, soulignent-elles, renferme la » gestion approximative » de la primature durant la transition. D’autres secteurs d’activité, tel le PMU-Mali, sont indexés pour «leur gestion non orthodoxe des deniers publics». Le rapport annuel 2012 du Bureau du Vérificateur général est très attendu par les observateurs de la scène socio-politique nationale dans la mesure où des voix ne cessent de s’élever pour décrier le laisser-aller dans la gouvernance durant la période transitoire qui vient de s’achever. Selon nos sources, le rapport de cette...
( 17/09/13)
Les Maliens ont été écœurés, le dimanche 15 septembre dernier, en apprenant que trois ministres du gouvernement Oumar Tatam Ly ont été pris à parti par des Touareg lors d’une visite officielle dans la capitale de l’Adrar des Ifoghas. Le convoi de nos ministres – Administration territoriale, Sécurité et Réconciliation nationale – a fait l’objet de jets de pierres et d’invectives de la part des jeunes Touareg instrumentalisés par les responsables du MNLA et les autres groupes armés. Le programme initial de la visite a été bouleversé voire même annulé. Cet acte humiliant est un véritable camouflet et un défi lancé au nouveau locataire de Koulouba, Ibrahim Boubacar Kéïta, investi seulement le 4 septembre dernier. Pas de temps de grâce...
(L'Essor 17/09/13)
Sans mettre en cause tout ce qui a été entrepris jusqu’ici, la nouvelle politique consistera à inventorier l’existant pour mieux scruter l’avenir. Pas de remise en cause des contrats établis, mais une analyse fine de la situation actuelle d’un secteur stratégique pour l’économie malienne. Telle est la substance d’un entretien que nous a accordé la semaine dernière le ministre de l’Industrie et des Mines. Le Dr Boubou Cissé y a analysé les enjeux et les défis du secteur minier, tout en démentant les allégations selon lesquelles le gouvernement envisagerait de remettre en cause certains contrats miniers. Il en a profité pour faire le point de l’apport des mines dans l’économie nationale et pour expliquer en quoi consistera la pratique de...
( 17/09/13)
De sources proches des organisateurs de la seconde phase de l’investiture du président IBK, c’est actuellement la croix et la bannière pour héberger les délégations de la trentaine de chefs d’Etat et de gouvernement attendus à Bamako pour assister à la cérémonie du 19 septembre prochain. Toute chose qui a poussé nos autorités à « prier » poliment nos hôtes de ne débarquer que le jour J, c’est-à-dire le 19 septembre et « si possible » à reprendre leur avion le même jour. C’est, selon nos informations, à sa majesté le Roi du Maroc que la dérogation est accordée de séjourner à Bamako jusqu’au vendredi 20 septembre. Il devrait prier à la grande mosquée de la capitale aux côtés du...
(Jeune Afrique 17/09/13)
Les jihadistes ont été chassés du Nord-Mali, mais les causes de la crise sont loin d'être résolues. Absence de services publics, dissensions entre les communautés nomades, défiance des populations... Le retour à l'unité s'annonce difficile. En finir avec le cercle vicieux de la vengeance dans le nord du Mali. C'est de cette mission, fondamentale pour la stabilisation du pays, que la Commission Dialogue et Réconciliation (CDR) est investie. Créée en avril, elle est aujourd'hui opérationnelle, après quatre mois essentiellement consacrés à la formation de ses trente-trois membres. En juillet et août, elle a commencé à sensibiliser les autorités de chaque région à l'importance de son action : "Nous sommes fin prêts et n'attendons plus que les orientations concrètes du nouveau...
(Les Echos 17/09/13)
Une délégation ministérielle s'est rendue le dimanche15 septembre à Kidal où elle a été confrontée à des jets de cailloux de la part d'une partie de la population hostile à leur présence. Selon la DIRPA, l'armée malienne n'a pas été impliquée dans ce voyage. En se rendant à Kidal le jimariche sans l'armée malienne, le ministre de la Réconciliation nationale et du Développement des Régions du Nord, Cheik Oumar Diarra et son collègue de la Sécurité, le colonel Sada Samaké ont effectué un voyage osé en raison de l'insécurité qui règne dans cette région. Au cours de ce voyage, ils ont été confrontés à des jets de cailloux de certains habitants hostiles de l'Adrar des Ifoghas qui n'ont guère apprécié...
(L'Essor 17/09/13)
La communauté internationale est plus que jamais mobilisée pour la relance économique et sociale de notre pays. Après l’organisation réussie de l’élection présidentielle, l’installation du nouveau président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, dans ses fonctions, la nomination du Premier ministre Oumar Tatam Ly et la formation du gouvernement, bailleurs de fonds et partenaires techniques ne cessent de réaffirmer leur soutien à notre pays à travers notamment la reprise de l’aide publique au développement. La visite, hier à la Primature, de responsables de la Banque islamique de développement puis de la Troïka, témoigne de cette dynamique. Elle marque une étape importante dans la reprise de la coopération entre notre pays et ses partenaires techniques et confirme l’adhésion de l’institution financière...
(APA 17/09/13)
Abidjan - La Bourse régionale des valeurs mobilières (Brvm) d’Abidjan a procédé lundi au lancement officiel de son passage de fixing à la cotation en continu afin de doter la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) d’un vaste marché boursier avec une plus grande capacité de mobilisation de ressources pour les entreprises et le placement des investisseurs. Cette innovation permettra selon le Directeur général de la Brvm, Edoh Kossi, d’aboutir à la détermination de plusieurs cours pour une valeur pendant la même journée et de se rapprocher davantage des standards internationaux. Ce processus favorisera un plus grand nombre de transactions et permettra de connaitre en temps réel l’offre et la demande disponible en fonction des anticipations des...
(Agence d'information d'afrique centrale 17/09/13)
Selon l'expert de l'ONG Greenpeace, Mohamed Diama, les eaux de l'Afrique de l'Ouest subissent l'impact du développement accéléré des activités de pêche, une des principales menaces pesant sur les océans de cette partie du monde. À l'origine de la situation, l'effondrement des stocks halieutiques en Europe, qui pousse les acteurs de la pêches des pays occidentaux et asiatiques à se tourner vers des zones de pêche ouest-africaines pour maintenir leurs flottes en activité. Parallèlement, le nombre de pêcheurs artisanaux exploitant les eaux côtières a intensifié la pression sur les stocks. À cela il faut ajouter la pêche illicite dont les dégâts annuels sont estimés à 500 millions de dollars. Une situation qui s'est aggravée par la croissance démographique dans les...
(Niger 24 17/09/13)
Ils sont une trentaine de praticiens de la santé, du Niger et du Mali, à prendre part, depuis hier, 16 septembre 2013, à un atelier de formation initié à l’intention des professionnels de la santé sur la chirurgie de guerre. Ces derniers auront, trois jours durant, à se familiariser avec les techniques spécifiques de la chirurgie de guerre, sous la supervision des experts du Comité international de la Roix-Rouge (CICR). Selon Jean-Nicolas Marti, chef de la Délégation du CICR pour le Niger, « cette formation, la deuxième après celle organisée en 2008, vise à renforcer les capacités des services de santé dans un contexte humanitaire où les besoins de prise en charge des blessés par balle ou par mine sont...
(Reuters 16/09/13)
Le gouvernement malien s'est déclaré lundi déterminé à poursuivre ses efforts de réconciliation nationale au lendemain du caillassage d'un convoi ministériel à Kidal, fief des rebelles touaregs dans le nord du Mali. Aux termes de l'accord ayant permis la tenue au cours de l'été d'une élection présidentielle sur l'ensemble du territoire du Mali, le nouveau chef de l'Etat, Ibrahim Boubacar Touré, doit ouvrir des négociations avec les rebelles touaregs dans un délai de 60 jours après la formation du gouvernement, qui a été constitué le 8 septembre. Le gouvernement compte toutefois engager un dialogue avec l'ensemble des communautés du nord du Mali avant d'ouvrir formellement les négociations avec les Touaregs. En vue de ce dialogue, le ministre de la Réconciliation...

Pages