Mercredi 25 Avril 2018
(L'Essor 07/10/13)
Une mission d’évaluation du Fonds a apprécié les progrès réalisés par le pays dans la maîtrise des dépenses et l’amélioration des recettes malgré la crise. Son assemblée générale qui se tient cette semaine statuera sur la mise à la disposition de notre pays d’un nouveau financement de près de 30 milliards de Fcfa pour accompagner la relance économique. Une mission d’évaluation du Fonds monétaire international (FMI) a récemment séjourné dans notre pays. Au terme de cette mission elle a animé conjointement vendredi, avec le ministre délégué chargé du Budget, Madani Touré, une conférence de presse sur les conclusions de cette évaluation du programme commun entre notre pays et l’institution financière internationale. C’était en présence du représentant résident du FMI, Alain...
(Les Afriques 07/10/13)
La nouvelle tragédie de l’immigration au large des côtes italiennes de Lampedusa, avec plus de 130 morts, doit interpeller tout le monde, et en premier lieu les africains. Ce drame doit les inviter à une véritable prise de conscience sur ce phénomène. Un navire avec à son bord quelques 500 migrants somaliens et érythréens fait naufrage au large de Lampedusa, avec un bilan provisoire qui fait état d’une centaine de morts et 200 portés disparus. L'Italie a prévu de proclamer un deuil national. "C'est affreux, c'est comme un cimetière, on ramène toujours de nouveaux corps", avait déclaré la maire de Lampedusa, Giusy Nicolini, visiblement marquée par cette grave tragédie. Jusqu’ici, tout laisse penser que rien n’est fait pour arrêter cette...
(AFP 07/10/13)
LAGOS, 7 octobre 2013 (AFP) - L'Afrique abrite beaucoup plus de milliardaires en dollars qu'on ne l'estimait jusqu'à présent, révèle le magazine Ventures qui publie lundi les noms de 55 d'entre eux, alors que le nombre de pauvres continue de progresser. Parmi les personnalités les plus riches d'Afrique répertoriées dans ce nouveau classement, 20 d'entre elles sont nigérianes. L'Afrique du Sud et l'Egypte arrivent en seconde et troisième position, avec respectivement neuf et huit milliardaires qui en sont originaires. Selon Ventures, l'entrepreneur nigérian Aliko Dangote, considéré comme l'homme le plus riche d'Afrique depuis plusieurs années par Forbes, est à la tête d'une fortune de 20,2 milliards de dollars. M. Dangote, qui a fait fortune dans le ciment, est aujourd'hui à...
(AFP 06/10/13)
OUAGADOUGOU - Les rébellions touareg et arabe ont annoncé samedi soir qu’elles reprenaient les négociations de paix avec le gouvernement malien, portant notamment sur les territoires du Nord où vivent essentiellement ces communautés, neuf jours après les avoir suspendues unilatéralement. L’annonce, effectuée par Ibrahim Ag Mohamed Assaleh, le chargé des relations extérieures du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), au sortir d’une audience à Ouagadougou avec le président burkinabè Blaise Compaoré, médiateur de la crise malienne, relance le processus de paix, alors que des violences avaient repris dans le nord du Mali. "Désireux de créer un climat de confiance réciproque pour la poursuite du processus de paix, réaffirmant notre attachement à l’esprit de l’accord préliminaire à l’élection présidentielle et...
(AFP 05/10/13)
WASHINGTON, (AFP) - Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé vendredi être en discussion "avancée" avec le Mali sur un plan d'aide au pays qui se relève lentement d'une profonde crise politico-militaire. "Les discussions sont bien avancées et vont se poursuivre la semaine prochaine" lors des assemblées générales du FMI et de la Banque mondiale à Washington, a indiqué l'institution, évoquant un plan d'aide sur trois ans sans toutefois en préciser le montant. En janvier et en juin, le FMI avait déjà prêté 18,4 puis 15,1 millions de dollars au Mali pour combler ses besoins de financement "urgents" après la crise au nord du pays, qui avait conduit en janvier à une intervention militaire conduite par la France. La situation...
(Xinhua 05/10/13)
BAMAKO, (Xinhua) -- Le Fonds monétaire international (FMI) a accordé un prêt d'un montant de 30 milliards de FCFA au gouvernement malien, a annoncé vendredi Christian Josz, qui a conduit une mission du FMI du 23 septembre au 4 octobre au Mali. S' agissant de la durée du prêt, M. Josz a indiqué qu'il s' étale sur une période de trois ans. Par ailleurs, lors d'une conférence de presse conjointe tenue vendredi avec le ministre malien de l' Economie et des Finances, Madame Bouaré Fily Sissoko, M. Josz a fait savoir qu'un programme de développement concernant le Mali sera abordé début décembre à Washington au cours des réunions du FMI et de la Banque mondiale. Selon lui, les réformes qui...
(AIB 05/10/13)
Ouagadougou, (AIB)- Le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU au Mali Bert Koenders a invité vendredi à Ouagadougou, les acteurs maliens à reprendre « le plus vite possible les pourparlers inclusifs », quelques jours après des accrochages entre l’armée et des rebelles touaregs et la récrimination de militaires réclamant des promotions.« Je suis venu pour discuter avec le médiateur pour (m’) assurer que les pourparlers inclusifs, les discussions entre les partis au Mali reprennent », a affirmé Berth Koenders à l’issu d’une audience avec le président Blaise Compaoré médiateur de la CEDEAO dans la crise malienne.Face aux accrochages entre l’armée et des rebelles touaregs et à la récrimination de militaires réclamant des promotions intervenus la semaine écoulée, M. Koenders...
(AFP 04/10/13)
OUAGADOUGOU, 4 octobre 2013 (AFP) - Le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU pour le Mali, Bert Koenders, a appelé vendredi à Ouagadougou à une reprise des pourparlers "le plus vite possible" entre le gouvernement malien et la rébellion, après les violences survenues fin septembre dans le nord. Le 26 septembre en soirée, les rebelles touareg et arabes avaient suspendu le dialogue avec Bamako, qui achoppe notamment sur la question de l'autonomie des territoires du nord du Mali, souhaitée par les insurgés mais dont Bamako ne veut pas entendre parler. Dès le lendemain, deux militaires maliens étaient blessés dans un attentat à la grenade à Kidal (nord-est), où des échanges de tirs, parfois nourris, ont eu lieu entre soldats...
(RFI 04/10/13)
Le ministre malien de la Défense, Soumeylou Boubèye Maïga annonce que l'armée a repris le contrôle du camp de Kati, près de la capitale. Cette base militaire était, jusqu’ici, le quartier général des anciens rebelles, responsables du coup d'Etat de mars 2012. Toutes les armes ont été saisies et une vingtaine d'anciens responsables de la junte ont été arrêtés. Dans la garnison militaire de Kati la récréation est effectivement terminée. Ceux que le gouvernement malien qualifie désormais de «mutins» ont été matés, toutes les armes individuelles et collectives saisies.
(AFP 04/10/13)
BAMAKO, (AFP) - Un groupe de militaires maliens ayant provoqué des incidents lundi dans la ville garnison de Kati, près de Bamako, ont été "neutralisés", a annoncé jeudi le ministre malien de la Défense, Soumeylou Boubèye Maïga. A la suite "de l'agitation créée" lundi "par un groupe de soldats et de sous-officiers à la garnison de Kati, une opération conduite par l'état-major général des armées a abouti à la neutralisation sans violence des éléments impliqués dans des évènements ayant terni momentanément l'honneur et l'image des forces armées et de sécurité", indique le ministre dans un communiqué, sans donner le nombre de soldats arrêtés. "Toutes les armes individuelles et collectives qui étaient en possession des mutins, ainsi que celles détenues à...
(L'Essor 04/10/13)
Depuis mercredi soir, une opération baptisée « Sanya » a pris le contrôle de la garnison de Kati pour mettre fin à la pagaille : une trentaine de militaires mutins sont mis aux arrêts. Finis les coups de sang, les coups de feu intempestifs, les check-points à l’utilité contestable, les équipées sauvages du genre de celle de lundi dernier qui perturbaient la vie des habitants de la ville garnison de Kati. Une opération spéciale, du nom de code « Sanya » (propreté), menée par plusieurs dizaines de véhicules lourdement armés, embarquant de soldats aguerris venus du Nord, ont investi la cité pour y remettre de l’ordre. Et restaurer une discipline qui avait bel et bien déserté du camp Soundiata Keita...
(Xinhua 04/10/13)
A la suite de l’ agitation créée le lundi 30 septembre 2013 par un groupe de soldats et de sous-officiers à la Garnison de Kati, une opération conduite par l’ Etat-major Général des Armées a abouti à la neutralisation sans violence des éléments impliqués dans des évènements ayant terni momentanément l’ honneur et l’ image des Forces Armées et de Sécurités, selon le ministre malien de la Défense et des Anciens Combattants, Soumeylou Boubèye Maïga. Dans un communiqué rendu public jeudi en début de soirée, le ministre de la Défense précise que toutes les armes individuelles et collectives qui étaient en possession des mutins ainsi que celles détenues à la résidence du Général Amadou Aya SANOGO (chef de l’ ex-junte)...
(Le Pays 04/10/13)
Dans un discours à la nation le mercredi 2 octobre dernier, le président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) est revenu sur deux sujets brûlants, dont la gestion permettra de juger du charisme et de l’intelligence politique du nouveau locataire de Koulouba.D’abord, le premier sujet : celui-ci porte sur la fronde des militaires du camp de Kati.L’on se rappelle que des soldats de ce camp, en rupture avec leur ancien mentor, le Général Sanogo, n’y sont pas allés avec le dos de la cuillère, pour réclamer les mêmes traitements que ceux qui ont été gracieusement concédés à certains de leurs compagnons d’armes. Le parallélisme des formes voudrait, en effet, que tous ceux qui ont pris les armes pour déloger Amadou Toumané Touré...
(L'indicateur du Renouveau 04/10/13)
IBK n’a pas n’a pas voulu que l’ancien Premier ministre continue son mandat à la médiature qui court jusqu’en 2018. Hier, il a informé le Conseil des ministres de la nomination de Baba Akhib HAIDARA en qualité de Médiateur de la République. Le président de la République n’a pas voulu que l’ancien Premier ministre continue son mandat à la médiature. Hier, il a nommé l’ancien ministre de l’Education nationale, Baba Akhib Haidara en lieu et place de Diango Cissoko. Cette nomination ne fera que relancer la polémique car les proches de l’ancien PM, comme notre confrère Ibrahim Famagan Coulibaly Coulibaly, notamment le directeur du département de la Communication à la Médiature, nous confiait récemment à notre journal que la reconduction...
(Africatime 04/10/13)
C’est à la soixantaine que meurt le Président Modibo Keita (62 ans), père fondateur de la Nation malienne et premier Président de la République du Mali. C’est à la soixantaine qu’accède au palais de Koutouba, le Président Ibrahima Boubacar Keita (68 ans) à la tête de l’Etat malien. C’est d’abord à Kidal que fût envoyé Modibo Keita en prison en 1968 par la junte militaire. C’est de Kidal en 2012, qu’est partie l’une des plus graves crises politico-militaires qu’a connu le Mali. C’est à l’école normale William Ponty de Gorée, au Sénégal, que le Président Modibo Keita est sorti comme instituteur. C’est à l’Université de Dakar que le Président Ibrahima Boubacar Keita a fait ses premiers cycles d’études supérieures. Le...
(Xinhua 04/10/13)
BAMAKO, - La Fondation Centre malien pour le Dialogue Interpartis et la Démocratie (CMDID) a organisé jeudi à Bamako une rencontre avec une quarantaine de partis politiques dans le cadre des échanges en vue de préparer et de mieux réussir les élections législatives prochaines. Il s’agit plus précisément à travers cette rencontre de tirer les leçons des insuffisances qui ont découlées de l’élection présidentielle de 2013 en vue de porter les correctifs nécessaires pour des élections législatives mieux réussies. Selon Seydou Nourou Keita, président du conseil d’ administration du CMDID, les élections législatives prochaines nous offrent l’opportunité de revoir ces questions afin de les actualiser en rapport avec le contexte spécifique de celles-ci et d’échanger sur les et moyens qui...
(L'indicateur du Renouveau 04/10/13)
Le maire du district Adama Sangaré, qui vient de séjourner en prison suite à des plaintes pour spéculation foncière, sera bientôt devant les tribunaux, a annoncé le ministre de la Justice, Me Bathily, qui a précisé sa mauvaise gestion concernant plus de 50 dossiers. Se voyant bientôt dans les mailles de dame justice, Adama Sangaré chercherait un abri à travers les législatives prochaines. En effet, l’intéressé serait le candidat choisi par Adéma, pour défendre les couleurs de la ruche en Commune III. Incarcéré depuis le 7 mai 2013 à Koulikoro, le maire du district de Bamako, Adama Sangaré, vient d’obtenir la liberté provisoire, le lundi 19 août 2013. L’on se souvient en effet que le maire central du district de...
(L'Essor 04/10/13)
Les prix élevés sur les marchés de la capitale ne sont pas tous liés à la spéculation. Explications de nos « consultants. » L’Aïd el Kébir, « la Grande fête » , communément appelée chez nous la fête de la Tabaski ou encore plus prosaïquement la fête des moutons, c’est dans deux semaines. Comme d’habitude, la proximité de cette fête est source de préoccupations et même de crainte pour les chefs de famille dont les principales préoccupations sont offrir à Madame et aux rejetons des habits de fête, préparer les spéciales pour la nourriture de fête et assurer l’acquisition du précieux mouton pour le sacrifice. Pour supporter ce qui équivaut à une saignée financière, les chefs de famille font assaut...
(Le Quotidien (Sn) 04/10/13)
Le respect des droits de l’enfant en Afrique de l’Ouest souffre d’un désintéressement des pouvoirs publics.Ainsi,pour une meilleure prise en compte,l’Union des coalitions ouest-africaines pour l’enfance a initié un atelier, pour renforcer les capacités de ses membres sur la programmation basée sur les droits des enfants et inviter les décideurs au changement.Caractérisée par l’exploitation et les violences faites aux enfants, l’Afrique de l’Ouest occupe la tête du peloton pour ce qui est du non-respect des droits des mômes. Cet état de fait, constaté par l’Union des coalitions ouest-africaines pour l’enfance (Ucoa), résulte d’après elle, d’une mauvaise prise en compte de cette couche vulnérable dans les programmes de politiques publiques. «Nous avons constaté que sur l’agenda des hommes politiques, généralement les...
(Le Mag 04/10/13)
Le club algérien de handball, le Groupement Sportif des Pétroliers, se serait retiré de la 35e édition du championnat africain de handball qui se déroule à Marrakech du 2 au 13 octobre. Le Maroc est représenté, lors de ce championnat, par deux clubs: le Mouloudia de Marrakech et le Wydad Smara. Ce dernier club se trouve au groupe D avec l’Espérance de Tunisie (Tunisie), GSP (Algérie), l’AS Sonabel (Burkina Faso) et Warriors Club (Tchad). Cependant, l'équipe algérienne se serait retirée de la compétition, selon les médias, prétextant son retrait par la présence du Wydad Smara, un club qui ne représenterait pas le Maroc, selon les algériens, puisque "Smara n'est point une ville marocaine", selon l'équipe algérienne. Le retrait a été...

Pages