| Africatime
Jeudi 27 Avril 2017
(APA 15/03/13)
APA-Ouagadougou (Burkina Faso) Le projet d’interconnexion Han (Ghana)-Bobo-Dioulasso (Burkina Faso)-Sikasso-Bamako(Mali) a fait l’objet d’une concertation entre les ministres de tutelle des trois pays, vendredi à Ouagadougou. L'objectif du conclave était d'accorder les violons pour un aboutissement dudit projet dans les meilleurs délais. La réalisation de cet ambitieux projet, d'un coût de 225 milliards de francs CFA viendra soulager les populations confrontées aux délestages. La réunion de Ouagadougou a recommandé la reprise des études de faisabilité afin de permettre aux partenaires techniques et financiers de revoir leur schéma du financement. ‘'Le projet était prévu pour être opérationnel en 2015. Mais au regard des difficultés qui entravent sa célérité, cette échéance n'est plus tenable et il conviendrait de tabler sur 2017'', explique...
(Xinhua 15/03/13)
BAMAKO, 15 mars (Xinhua) -- Un second déboursement de 7,5 milliards de F CFA sera proposé au conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI), qui a approuvé un premier déboursement le 28 janvier dernier de 9 milliards de F CFA, a affirmé jeudi le chef d'une mission du FMI au Mali, M. Christian Josz. "Nous sommes parvenus à un accord avec le ministre des Finances essentiellement, pour pouvoir présenter la demande d'un second décaissement en 2013 au Conseil d'administration du FMI", a laissé entendre M. Josz en fin de mission de deux semaines au Mali pour "discuter avec le gouvernement malien d'un second décaissement en 2013 afin d'aider le pays dans ces périodes difficiles". Pour la concrétisation de ce second...
( 14/03/13)
Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius s'est dit persuadé mercredi 13 mars que le gouvernement malien saurait faire respecter la presse, après l'arrestation de Boukary Daou, directeur de publication du quotidien Le Républicain, par les services de renseignement maliens, qui a suscité la protestation de la presse malienne. "Je suis sûr que le gouvernement malien fera ce qu'il faut pour que la presse soit respectée", a déclaré Laurent Fabius, interrogé sur la chaîne TV5-Monde sur une éventuelle intervention française pour la libération de Boukary Daou. M. Daou été arrêté le 6 mars à Bamako en raison de la publication d'une lettre ouverte de soldats contre le capitaine Amadou Haya Sanogo, auteur d'un coup d'Etat de militaires en mars...
(Maliweb 12/03/13)
Une réunion du Comité restreint des chefs d’Etat-major de la CEDEAO (CCEM) s’est tenue le vendredi 8 mars à l’Ecole de maintien de la paix Alioune Blondin Bèye. Le but de cette rencontre était d’examiner les modalités de la transformation de la Mission internationale de soutien au Mali sous la conduite africaine (MISMA) en une opération de maintien de la paix des Nations unies telle que proposée lors de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement des 27 et 28 février à Yamoussoukro. Au terme de cette réunion, le président du comité des chefs d’Etat-major de la CEDEAO, le général de corps d’armée, Soumaïla Bakayoko a affirmé l’adhésion du Tchad à la MISMA et la nomination très prochaine d’un...
(Maliweb 12/03/13)
L’un des problèmes de l’Etat malien demeure aujourd’hui le foncier. Après le spectacle du Maire du District Adama Sangaré d’autres gros poissons ne tarderont pas à mordre l’hameçon. Le Président de la FENASCOH Moussa Koné un proche du Président de la République par intérim vient d’usurper le titre provisoire de la concession rurale appartenant à Mme Sissoko Kadiatou Kouyaté d’une superficie de 6ha 00 A CA à Gouana (Arrondissement de Kalabacoro dans le Cercle de Kati). Le Service du Domaine et du Cadastre de Kati fait beaucoup parler de lui à travers des indélicatesses : création de faux titres, attribution abusive de parcelles d’autrui, spéculations au détriment des véritables propriétaires. Le Président de la FENASCOH M. Moussa Koné puisque c’est...
(Maliweb 12/03/13)
Les journalistes maliens ont décidé de lancer, à compter de mardi, une opération "presse morte" jusqu'à la libération d'un de leurs confères arrêté la semaine dernière par les services de renseignements. Le directeur de la publication du quotidien Le Républicain est accusé d'avoir publié une lettre ouverte de soldats contre le capitaine putschiste Sanogo. Deux mois après le début de la guerre au Mali, un bras de fer oppose le gouvernement à la presse. Les journalistes maliens ont décidé de lancer à compter de mardi une opération "presse morte" jusqu'à la libération d'un journaliste arrêté la semaine dernière par la sécurité d'Etat. "Nous avons décidé de ne pas paraître et de ne pas diffuser, par voie des ondes, jusqu'à la...
(Maliweb 12/03/13)
Le mouvement Ançardine pourrait rejoindre dans les semaines voire les mois à venir son chef (Iyad Ag Ghaly) sur la liste noire du Comité des sanctions de l’ONU. Après le Mujao, l’Onu se prépare à enfoncer le clou contre les responsables d’Ançardine et leurs parrains. L’initiative d’une telle décision serait de la France. Les pays membres du conseil de Sécurité seraient en train d’examiner la demande française. Ançardine (défenseurs de l’islam) est un mouvement terroriste, créé en 2012 au Mali, par Iyad Ag Ghaly. Le mouvement a pactisé avec les groupes terroristes du Mujao et d’Aqmi pendant l’occupation des régions nord du Mali. Avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de...
(Tchadactuel 11/03/13)
Le contingent tchadien de quelque 2 000 hommes envoyé au Mali, où il combat avec les troupes françaises les groupes jihadistes dans l'extrême nord, fait désormais partie de la mission africaine dans ce pays, la Misma. C’est ce qu’a annoncé samedi devant la presse le chef d'état-major ivoirien, le général Soumaïla Bakayoko, dont le pays préside actuellement la Cédéao. Annonce faite à la fin, ce samedi à Bamako, de la réunion du comité des chefs d'état-major des pays de la Cédeao sur la crise malienne. L'une des principales décisions, c'est donc l'intégration des troupes tchadiennes au sein de la Misma. Le Tchad ne fait plus bande à part, son contingent dans le nord du Mali intègre la Misma. Et dans...
(22 Septembre 11/03/13)
Le ministre français de la Défense, Jean Yves Le Drian, a achevé vendredi dernier une visite de 48 heures dans notre pays. Cette visite surprise a conduit le ministre dans la vallée d’Amattetaï, à l’extrême Nord Est du Mali, où se déroule une importante opération des armées française et tchadienne pour démanteler les dernières bases des terroristes, puis à Bamako, où il a rencontré le Président de la République par intérim et le Premier ministre. Arrivé tôt jeudi matin au Mali, le ministre français de la Défense s’est directement rendu à Tessalit, plus précisément dans la vallée d’Amattétaï, pour transmettre un message de soutien des autorités français aux militaires qui y sont déployés pour traquer les terroristes. Jean Yves Le...
(Maliweb 11/03/13)
Le gouvernement du Mali a exprimé depuis quelques semaines, sa volonté d’organiser, à partir du 7 juillet prochain, le premier tour des élections présidentielles. Au sein de la classe politique et de la société civile, l’on s’active par rapport à la faisabilité de ces élections imposées par l’ancien colonisateur français qui semble fouler au sol notre souveraineté et de nombreux paramètres clés. C’est des Maliens médusés qui assistent avec impuissance à l’interdiction faite à notre vaillante armée d’aller combattre les djihadistes retranchés dans les grottes et collines de l’Adrar des Iforas, aux côtés de leurs compagnons d’armes français et tchadiens. Pourtant, de 1989 à 1991, ce sont nos soldats qui ont combattu avec bravoure les rebelles qui se trouvaient dans...
(Maliweb 08/03/13)
Le ridicule ne tue vraiment plus dans ce monde. Le Mouvement national de Libération de l’Azawad (MNLA) dont l’existence n’est plus que mirage, déclare dans un communiqué en date du 5 mars avoir saisi ( ?) le Procureur de la Cour Pénale Internationale (CPI) pour enquêter sur « des crimes et autres violences qui auraient été commis par les soldats de l’armée malienne dans le nord du pays ». L’information émane de RFI. Quel culot de la part de cette organisation de bandits au col blanc et de criminels endurcis ? En effet, depuis les crimes odieux d’Aguelhok et les violences atroces commises sur les populations militaires et civiles en 2012, l’Etat malien a immédiatement introduit une requête auprès de...
(Maliweb 08/03/13)
François Hollande a fait état mercredi de la mort de « chefs terroristes » au Mali, sans les identifier. Le chef de l’Etat, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse à Varsovie en Pologne. Même s’il n’a pas donné de précision, sa déclaration semble confirmer les morts, annoncées ces jours derniers par le Tchad, des chefs islamistes Mokhtar Belmokhtar et Abou Zeïd lors des combats. Le chef de l’Etat, qui s’exprimait devant la presse à l’occasion d’un sommet avec l’Allemagne et des pays d’Europe de l’Est à Varsovie, a évoqué la situation au Mali.»Nous sommes dans la phase ultime de notre engagement au Mali, la phase la plus difficile, celle qui nous met en contact avec les groupes terroristes eux-mêmes...
(Maliweb 07/03/13)
Au nord du Mali, dans le massif des Ifoghas, la bataille fait rage depuis dix jours. De l’aveu des militaires français et tchadiens, les jihadistes se battent avec beaucoup de détermination. Et selon l’état-major français, la bataille risque de durer encore plusieurs jours. « Ce sont des combats au sol à moins de cent mètres. Les jihadistes vont d’une grotte à l’autre. Et malgré leurs pertes, ils ne renoncent pas », confie un membre de l’état-major français. Pourquoi une telle opiniâtreté ? « Parce qu’ils sont dans une forteresse naturelle de 25 km sur 25 km, et que leurs chefs sont sans doute avec eux », souligne ce haut-responsable, qui se dit incapable de confirmer la mort d’Abou Zeid et...
(22 Septembre 07/03/13)
C’est un bureau de 99 membres qui a été mis en place par les supporters de l’ancien Premier ministre, Modibo Sidibé, pour soutenir le candidat de la toute nouvelle formation politique, Forces des alternatives pour le renouveau et l’émergence (FARE), à l’élection présidentielle de juillet prochain. C’était au cours de son Assemblée générale constitutive, tenue dimanche dernier à l’Hôtel de l’Amitié. Ces 99 lieutenants viennent de divers horizons, du monde des affaires, des partis politiques, de la société civile, de la communication et de bien d’autres secteurs mouiller le maillot en faveur du fils du Capitaine Sidibé, afin de le porter à la magistrature suprême de notre pays. Tout ce beau monde va s’ajouter également aux clubs et associations de...
( 07/03/13)
François Hollande a rendu hommage, mercredi 6 mars, au quatrième soldat français tué au Mali, et annoncé "une diminution du nombre de soldats" français déployés dans ce pays "à partir du mois d'avril", lors d'une conférence de presse à Varsovie. "Nous sommes dans la phase ultime de notre engagement au Mali, la plus difficile. Celle qui nous met en contact avec les groupes terroristes eux-mêmes. Nous avons lancé une offensive dans deux directions, la première dans le massif des Ifoghas, et nous avons des succès qui seront encore démontrés ces jours prochains, y compris avec des chefs terroristes qui ont été anéantis. [La deuxième, à Gao] où nous sommes convaincus qu'il y a un des combattants terroristes. Nous avons réussi...
( 06/03/13)
« La police va bientôt être présente au nord du pays. Il y’a deux semaines que j’ai pris une décision pour que les unités de la police puissent rejoindre le septentrion. Nous sommes entrain de nous préparer, et je pense que dans un plus proche avenir les zones vont être réoccupées par la police. En dehors même des effectifs que nous allons déployer au nord, nous allons occuper les principales villes du nord qui n’étaient pas auparavant dotées de structures de la police nationale comme Ansongo, Ménaka etc. Nous allons tout faire pour être présent afin d’étendre notre maillon de sécurité sur l’ensemble du territoire national». Cette déclaration a été fait par le Directeur général de la Police, contrôleur général...
( 06/03/13)
"Les soldats (maliens) se sont livrés à des actes de torture, des exécutions sommaires et des disparitions forcées", a affirmé le MNLA. Les rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) ont annoncé mardi 5 mars qu'ils avaient demandé au procureur de la Cour pénale internationale (CPI) d'ouvrir une enquête sur "les crimes qui auraient été commis par l'armée malienne". "Les avocats du MNLA ont demandé au procureur de la CPI d'enquêter sur les crimes qui auraient été commis par l'armée malienne à l'encontre des membres des groupes ethniques peuls, touaregs, arabes, et songhai dans les environs de Tombouctou, Douentza, Gao, Sévaré, Boni, et Konna", a indiqué le mouvement dans un communiqué reçu à Paris. "Les soldats (maliens)...
(BBC News Africa 05/03/13)
William Hague devait s'entretenir avec le président Dioncounda Traoré, le Premier ministre Diango Cissoko et les commandants de la force africaine déployée dans ce pays. Le Royaume-Uni a apporté une aide logistique à l'offensive contre les islamistes qui avaient pris le contrôle de quelques villes du nord du Mali. Cette offensive a été lancée par la France, rejointe depuis lors par plusieurs pays africains. Le Royaume-Uni écarte, dans le contexte actuel, toute idée d'envoyer des troupes combattantes au Mali. En revanche, une quarantaine de Britanniques assurent la formation de militaires maliens sur le sol malien. Par ailleurs, des sources proches d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) ont confirmé la mort , au Mali, de l'un des principaux dirigeants de l'organisation, Abdelhamid...
(France24 05/03/13)
RFI a publié lundi sur son site Internet une photo présentée comme celle du cadavre du chef islamiste Mokhtar Belmokhtar. Le Tchad a annoncé sa mort à plusieurs reprises, malgré un démenti d'Al-Qaïda au Maghreb islamique. Sur le fond d’écran du téléphone portable d’un militaire tchadien, on aperçoit la photo d’un cadavre en treillis, la tête maculée de sang ceinte d’un foulard noir. Il est censé s'agir de Mokhtar Belmokhtar, dit "le Borgne", ce chef islamiste qui aurait été tué samedi soir dans la vallée d’Ametetai, selon l’état-major de l'armée tchadienne, sans qu’aucune autre source ne confirme ces dires. La photo a été prise par l'envoyé spécial de RFI au Mali, Madjiasra Nako, à Tessalit, dans l'extrême nord-est du pays,...
(Le Nouvel Observateur 05/03/13)
Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, ne confirme toujours pas les déclarations du président tchadien qui assure que les deux chefs islamistes ont été tués dans le nord du Mali. Le président tchadien Idriss Deby a réaffirmé lundi 4 mars que les deux chefs islamistes Abou Zeïd et Mokhtar Belmokhtar avaient été tués dans des combats dans le nord du Mali, assurant que les corps n'avaient pas été exposés par respect "des principes de l'islam", dans un discours retransmis à la télévision tchadienne. Mais le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a de son côté assuré lundi soir ne pas avoir de "preuve de la mort" des chefs islamistes, Abou Zeid et Mokhtar Belmokhtar. "Je n'ai...

Pages