Mardi 24 Avril 2018
(L'Essor 24/10/13)
Les récentes gestes de confiance effectués par le gouvernement dans le cadre du processus de dialogue avec les groupes armés du nord, à savoir la libération de prisonniers et la levée des mandats d’arrêt internationaux lancés contre d’anciens députés, sont loin de faire l’unanimité. Aussi bien dans le pays qu’à l’extérieur, des associations de défense des droits de l’homme ont rejoint une bonne partie de nos compatriotes pour marquer leur désapprobation vis-à-vis de cette levée des mandats d’arrêt. C’est ainsi que dans un communiqué conjoint, la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH), l’Association malienne des droits de l’homme (AMDH), l’Union interafricaine des droits de l’homme (UIDH), s’insurgent contre cette mesure qui consacrerait, selon elles, l’impunité. « Le...
(Xinhua 24/10/13)
L'Institut National Démocratique (NDI) a ouvert mercredi à Bamako, un atelier de renforcement des capacités de 50 femmes candidates en vue de relever leur niveau de représentation au parlement à l' occasion des élections législatives de 2013, a-t-on appris ce jour. Pendant deux jours, les travaux porteront sur la relation de la candidate avec son parti, les stratégies d' une campagne électorale, la recherche sur les adversaires, la préparation d' un plan de discours etc. Pour le NDI, la faible représentation des femmes aux instances de prises de décision tant au niveau national que local ou régional est un déficit démocratique et comme tel, travailler à la rehausser devient pour nos Etats une exigence démocratique, d' équité, de justice. Elle...
(AFP 24/10/13)
L'Afrique de l'ouest, rassemblée au sein de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) entend "accélérer" la création d'un marché unifié et d'une monnaie unique d'ici 2020."On a toujours l'habitude de voir la Cédéao sur le front des crises et des questions politiques, mais nous avançons (...) sur l'oeuvre de construction économique de nos pays", a déclaré mercredi le président de la Commission de la Cédéao, Kadré Désiré Ouédraogo, avant un sommet, vendredi à Dakar, essentiellement condacré à l'économie.Des questions politiques "peuvent être évoquées mais (...) ce sommet a été convoqué exprès pour des questions d'intégration économique", a souligné M. Ouédraogo devant l'Association de la presse étrangère au Sénégal (APES).Les dirigeants ouest-africains examineront une série de recommandations...
(Sud Quotidien 24/10/13)
Sur le chemin de l’intégration économique et des peuples, si cher à l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), se dresse un obstacle de taille sous la forme des tracasseries routières. Si des dispositions règlementaires ont été prises aux niveaux des Etats, leur non application constitue une véritable épine dans le pied de l’Uemoa et de la Cedeao. Dans les chantiers du processus d'intégration de l'UEMOA figure en bonne place celui de la paix et de la sécurité. En guise de perspective, un projet d’Acte additionnel instituant une politique commune en matière de paix et sécurité sera soumis à l’adoption de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement qui démarre ce jour, 24 octobre à Dakar. Dans la communication...
(Xinhua 24/10/13)
DAKAR, (Xinhua) -- Le sommet extraordinaire des chefs d'Etat de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), qui se tiendra vendredi à Dakar, devrait accélérer le processus d'intégration économique des 15 pays membres de cette organisation, selon le président de la commission de la CEDEAO, Kadré Désiré Ouédraogo. Le sommet devrait en effet adopter le Tarif extérieur commun ( TEC), prélude à une union douanière et à des politiques commerciales communes, a indiqué M.Ouédraogo, au cours d'une rencontre avec des journalistes, mercredi à Dakar. Le TEC viendrait ainsi compléter les décisions prises lors du sommet d'Abuja, au Nigeria, les 17 et 18 juillet 2013 et qui portaient sur l'accélération du processus d'intégration communautaire à travers la réalisation...
(AFP 23/10/13)
Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a condamné mercredi l'attentat-suicide commis dans le nord du Mali contre un poste de la Mission de stabilisation de l'ONU au Mali (Minusma) qui a fait au moins trois morts."Cette attaque n'altérera pas la détermination des Nations Unies à soutenir le rétablissement de la sécurité, de la stabilité et d'une paix durable au Mali", a souligné le porte-parole de l'ONU Martin Nesirky."Le secrétaire général présente ses condoléances aux familles des Casques bleus décédés et souhaite un prompt rétablissement aux blessés", a-t-il ajouté.Des islamistes armés ont attaqué mercredi des positions de l'armée tchadienne à Tessalit, faisant au moins trois morts et plusieurs blessés, dernière d'une série d'attaques qui témoignent du regain d'activité des jihadistes...
(AFP 23/10/13)
Des islamistes armés ont attaqué mercredi des positions de l'armée tchadienne à Tessalit, faisant au moins trois morts et plusieurs blessés, dernière d'une série d'attaques qui témoignent du regain d'activité des jihadistes dans le nord du Mali depuis près de trois semaines.Malgré la présence de milliers de soldats français et africains depuis janvier dans le nord du Mali pour les traquer, c'est la troisième attaque meurtrière menée depuis fin septembre par des jihadistes dans le nord du Mali, qu'ils avaient occupé pendant neuf mois en 2012,Elle survient un mois avant le premier tour des législatives maliennes prévu le 24 novembre et pose la question du renforcement de la mission de l'ONU au Mali, la Minusma. "Ce mercredi, des jihadistes ont...
(AFP 23/10/13)
PARIS, 23 octobre 2013 (AFP) - Amnesty International a affirmé mercredi qu'une "purge" était en cours au sein de l'armée malienne à la suite d'une mutinerie, dénonçant des "exécutions extrajudiciaires" et des "disparitions forcées". "Des informations récentes indiquent que des éléments de l'armée du Mali effectuent une purge de soldats qui ont pris part à une mutinerie le mois dernier dans une caserne située à l'extérieur de Bamako", a déclaré Amnesty International dans un communiqué. Le 30 septembre, plusieurs dizaines de jeunes soldats avaient bruyamment revendiqué, en tirant en l'air, des promotions comme celles accordées à Amadou Sanogo, capitaine promu général en août et auteur d'un coup d'Etat le 22 mars 2012. Ils avaient blessé un de ses proches, un...
(AFP 23/10/13)
Le président de la commission de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a "encouragé" mercredi les membres de cette organisation et d'autres pays "à répondre" à l'appel à renforcer la mission de l'ONU au Mali (Minusma)."Nous savons qu'il faut compléter (le nombre d'hommes de la Minusma) de 6.000 actuellement à 12.600 d'ici à la fin de l'année", a rappelé Kadré Désiré Ouédraogo.M. Ouédraogo s'exprimait lors d'une rencontre à Dakar avec l'Association de la presse étrangère au Sénégal (APES) avant un sommet extraordinaire de la Cédéao prévu vendredi à Dakar.Selon lui, "il faut encourager les Etats membres (de la Cédéao) et d'autre pays à répondre à cet appel" à un renfort en troupes et matériel, lancé il...
(RFI 23/10/13)
Au Mali, une attaque de jihadistes a été signalée, ce mercredi 23 octobre 2013, à Tessalit, dans l'extrême nord du pays. Des soldats tchadiens regroupés dans un bâtiment du centre-ville auraient été pris pour cible. Il y aurait des victimes civiles et militaires.Pour qualifier l’attaque jihadiste de ce mercredi contre les positions de l’armée tchadienne à Tessalit, une source militaire parle « d’attaque complexe ». En d’autres termes, les jihadistes ont minutieusement préparé l’opération.D’après les informations obtenues par RFI, les assaillants ont d’abord infiltré la localité de Tessalit, se sont rapprochés par deux endroits différents des positions tchadiennes. Et outre l’intervention de kamikazes à l’aide de véhicules piégés, d’autres combattants islamistes ont attaqué, semble-t-il à la roquette, des soldats tchadiens.
(Les Afriques 23/10/13)
Le président du Mali, Ibrahim Boubacar Kéita a plaidé pour un Etat malien « fort, responsable et protecteur, en pleine compatibilité avec les pouvoirs locaux », lors de l’ouverture des états généraux et de la décentralisation, ce lundi 21 octobre. Tenu ce lundi 21 Octobre à Bamako, le rassemblement des « Etats généraux et de la décentralisation » s’est ouvert avec la présence des représentants des 761 collectivités territoriales du Mali. Le chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Kéita qui a présidé l’ouverture de cet événement a souligné lors de son discours que sa vision est de construire « un Etat fort, au service de l’efficacité. Un Etat dont le socle ne peut être que la justice et la bonne gouvernance...
(RFI 23/10/13)
Après l'intervention de l'armée française au Mali, un tiers des jihadistes seraient parvenus à fuir les combats. Bénéficiant d'amitiés allant d'un extrême à l'autre de l'Afrique du Nord, les hommes d'Aqmi profitent des foyers d'insécurité de tous les pays riverains. En Tunisie, en Libye, au Maroc ou encore au Burkina Faso, les vétérans du Mali nourrissent les aspirations au jihad comme ceux de l'Afghanistan le firent vingt ans plus tôt.Depuis de nombreuses semaines maintenant, les militaires français qui ratissent le nord du Mali ne croisent plus beaucoup de jihadistes. La plupart de leurs fouilles permettent de poursuivre les captures de matériels, notamment d'explosifs. Un sapeur du 6e régiment de génie a d'ailleurs été grièvement blessé début octobre au cours de...
(L'Express 23/10/13)
Près de 1500 soldats, français, maliens et de la Minusma, se sont déployés dans le nord-est du pays afin de réduire les poches islamistes armées. La traque des islamistes armés continue. Dimanche 20 octobre, dans une chaleur étouffante, près de 1500 soldats ont quitté Gao, dans le nord-est du Mali, pour se déployer de part et d'autre de la boucle du fleuve Niger. Cette opération de longue durée, baptisée Hydre, est la première de cette envergure: elle est menée conjointement par les militaires français de la force Serval, les soldats de la Mission des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) et l'armée malienne (Fama). Cette dernière a engagé pour la première fois les quelque 700 hommes de son...
(Le Republicain (ml) 23/10/13)
Alors que le gouvernement a communiqué sur la mise sous contrôle des mutins et avec eux, le camp Soundiata de Kati, les disparitions forcées de soldats font recettes et des découvertes macabres de corps sans vie à Kati et environnant.La liste des éliminations physiques fait chapelet : des sources citent le Colonel Youssouf Abdoulaye Traoré, porté disparu, le lieutenant Dramane Sissoko, mort dans des conditions mystérieuses ; le soldat Lassine Keïta dit «Rougeaud» a été enlevé et son corps a été trouvé ; plus d’une dizaine de morts et de disparus, tous sans exception, proches du Général Sanogo. On cite également le Colonel Youssouf Traoré, son chauffeur et son garde de corps appelé «Ganda-Koy», qui a été retrouvé décapité. Le...
(Jeune Afrique 23/10/13)
Le candidat malheureux à la dernière présidentielle malienne, Soumaïla Cissé, prépare les législatives prévues pour le 24 novembre. Le patron de l'Union pour la république et la démocratie (URD) fustige le manque de considération dont le nouveau pouvoir et de la communauté internationale feraient preuve à son égard. JEUNE AFRIQUE : Quel est votre sentiment concernant l'enquête ouverte suite à la mutinerie du 30 septembre ? Nous avons salué la fermeté et la détermination affichées par le président. On ne peut tourner la page du coup d'État que si l'on cède la place à Kati, et la remise en ordre doit être faite de façon totale et impartiale. La junte a toujours été présente au Mali depuis le coup d'État...
(RFI 23/10/13)
Les responsables du Mouvement arabe de l’Azawad (MAA) sont réunis à Ouagadougou au Burkina Faso pour deux jours.Ils préparent à leur tour la prochaine réunion tripartite –MNLA, HCUA et MAA.Une rencontre censée permettre l’harmonisation de leurs revendications avant les prochains pourparlers inter-maliens.Ces concertations internes du Mouvement arabe de l’Azawad ont pour objectif, selon son secrétaire général adjoint, Sidi Ould Brahim Sidatt, de réorganiser le mouvement et de préparer la rencontre entre les différents mouvements armés du nord du Mali.« Il y a beaucoup d’actions qu’on fait actuellement ensemble. Et je pense que maintenant, il faut essayer vraiment de trouver une même revendication, une même plateforme, et avoir un agenda commun pour nous permettre vraiment de gérer cette crise du Mali...
(RFI 23/10/13)
Comment gérer le Mali autrement, au plus proche des besoins des Maliens ? La question est au centre des Etats généraux de la décentralisation qui se tiennent à Bamako du 21 au 23 octobre 2013. La question est d'autant plus importante au Mali que cette « autre » gestion de l'Etat est perçue comme une solution à la crise du Nord. Sur le papier, la décentralisation au Mali est un véritable modèle. Le dispositif est ambitieux. Il s’est mis en place au fil des années 90 : Constitution du 25 février 1992, qui prévoit la libre administration des collectivités territoriales, loi du 11 février 1993 sur les conditions de la libre administration de ces collectivités, loi du 12 avril 1995...
(Xinhua 23/10/13)
BAMAKO - Le bureau politique national de la CNAS-Faso Hèrè (Convention Nationale pour une Afrique solidaire), parti de l'ancien Premier ministre et candidat à l' élection présidentielle de juillet, Dr Soumana Sako, a contesté mardi la levée des mandats d'arrêt national et international lancés contre des éléments de la rébellion touareg du nord du Mali, a-t-on appris ce jour. Pour rappel, en février dernier, le gouvernement malien de la transition avait lancé plusieurs mandats d'arrêt contre des responsables du Mouvement national de libération national (MNLA) du groupe Ançar Dine transformé en Haut conseil pour l'unité de l' Azawad (HCUA), du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'ouest (MUJAO), d'AQMI. Au cours de ce mois d'octobre, le ministre...
(L'Essor 23/10/13)
La banque chinoise Exim Bank et notre pays ont signé hier une convention par laquelle l’institution bancaire accorde au gouvernement malien, un prêt de 94 millions de yuans soit environ 6 milliards de Fcfa, destinés au financement du système d’alimentation électrique des champs de N’Sukala SA. L’entente a été paraphée au ministère de l’Economie et des Finances, par le chef du département, Mme Bouaré Fily Sissoko, et l’ambassadeur de Chine au Mali, Cao Zhong Ming, en présence du directeur général adjoint du département prêts concessionnels d’Exim Bank, Wang Fade et du directeur général de la NSukala, Gao Xin Qiang. L’usine qui vient d’effectuer des tests concluants, va produire de l’électricité à partir des déchets de la canne à sucre. Cette...
(L'Essor 23/10/13)
Presque tous en conviennent aujourd’hui : le transfert des compétences et des ressources constitue le nœud gordien de l’ambitieuse réforme que notre pays met en œuvre depuis plus d’une décennie. Les participants aux Etats généraux de la décentralisation sont entrés hier dans le vif avec les travaux de groupe. Au total, une dizaine de groupes débattent de thèmes divers. L’atelier n° 6 était consacré au transfert des compétences par l’Etat aux collectivités. Presque tous en conviennent aujourd’hui : le transfert des compétences et des ressources constitue le nœud gordien de l’ambitieuse réforme que notre pays met en œuvre depuis plus d’une décennie. Pour Abda Ag Kazina, le 1er adjoint du maire de Kidal, « les gens font la différence entre...

Pages