Mardi 26 Septembre 2017
(AFP 11/08/13)
BAMAKO, 11 août 2013 (AFP) - Les Maliens ont voté dimanche dans le calme au second tour de la présidentielle, mais moins nombreux qu'au premier tour du 28 juillet, pour élire un nouveau chef de l'Etat qui devra sortir leur pays de dix-huit mois de chaos. Le vote, qui opposait deux vétérans de la vie politique malienne, Ibrahim Boubacar Keïta dit IBK, 68 ans, donné favori, et Soumaïla Cissé surnommé "Soumi", 63 ans, a été perturbé une partie de la journée par de fortes pluies dans le sud du pays, en particulier dans la capitale, Bamako. L'affluence dans les bureaux a été moins importante qu'au premier tour, qui s'était également déroulé dans le calme, ont constaté des journalistes de l'AFP...
(AFP 11/08/13)
BAMAKO, 11 août 2013 (AFP) - Le second tour de la présidentielle au Mali, qui opposait dimanche deux vétérans de la vie politique, Ibrahim Boubacar Keïta et Soumaïla Cissé, s'est achevé sans incident, ont constaté des journalistes de l'AFP. Les bureaux de vote, qui avaient ouvert à 08H00 (locales et GMT), ont fermé dans leur grande majorité à 18H00 et le dépouillement des bulletins a aussitôt débuté. Le ministère de l'Administration territoriale a au maximum cinq jours pour publier les résultats provisoires à compter du jour du scrutin. Le vote a été perturbé par de fortes pluies dans le sud du pays, en particulier dans Bamako, où l'affluence dans les bureaux a été moins importante qu'au premier tour du 28...
(AFP 11/08/13)
BAMAKO, 11 août 2013 (AFP) - Les Maliens votaient dimanche dans le calme pour élire leur nouveau président, et devaient départager Ibrahim Boubacar Keïta et Soumaïla Cissé pour sortir leur pays de dix-huit mois de chaos. Le début du vote à Bamako a été perturbé par de fortes pluies, mais tout semblait rentré dans l'ordre dans l'après-midi et de nombreux habitants de la capitale se rendaient aux urnes, ont constaté des journalistes de l'AFP. "Il faut que la pluie nous laisse accomplir notre devoir civique, c'est l'avenir du Mali qui est en jeu", déclarait une étudiante, Mariam Kanté dans un bureau de vote du centre de Bamako. Les deux candidats, vétérans de la vie politique malienne, Ibrahim Boubacar Keïta dit...
(Xinhua 11/08/13)
Ibrahim Boubacar Keita dit IBK, ex- Premier ministre du Mali et candidat présidentiel en face de Soumaïli Cissé, a promis de former un gouvernement pour bâtir l'unité nationale au cas où il est vainqueur du second tour du vote présidentiel en cours ce dimanche. Peu après avoir voté au centre de vote de Sebeninkoro Ecole AB, dans la 4ème Commune de Bamako, M. Keita a déclaré qu'il formerait, au cas où il est élu, un gouvernement qui sera "en sorte que notre ensemble national se retrouve sur le socle de l'unité". "Nos parents sont dans l'espérance", a annoncé ce politicien âgé de 68 ans qui tente la chance pour la présidence pour la troisième fois, "ce pays a besoin de...
(AFP 11/08/13)
JOHANNESBURG, 11 août 2013 (AFP) - Nelson Mandela, hospitalisé depuis plus de deux mois à 95 ans, "fait des progrès lents mais réguliers", mais "est toujours dans un état critique", a indiqué dimanche la présidence sud-africaine. "L'ancien président Nelson Mandela est toujours soigné dans un hôpital de Pretoria et les médecins ont indiqué au président Jacob Zuma" qu'il "fait des progrès lents mais réguliers", a indiqué la présidence dans un communiqué. "L'équipe médicale a également rappelé que, bien que sa santé s'améliore régulièrement, Madiba restait dans un état critique", a-t-elle ajouté, appelant le héros de la lutte anti-apartheid de son nom de clan, affectueusement adopté par les Sud-Africains. "Continuons à prier pour le rétablissement de Madiba et pour sa santé",...
(Xinhua 11/08/13)
Le gouvernement de transition du Mali, installé depuis avril 2012, a été un succès et le nouveau président, qui sera élu suite au deuxième tour de l’élection de ce dimanche, devrait se mettre pour la reconstruction du pays, a déclaré le Président de transition du Mali, Dioncounda Traoré, à la sortie d’un centre de vote à Bamako où il vient d’avoir voté. A cause de la pluie, les voteurs viennent timidement plus d’une heure après le démarrage du scrutin pour trancher entre les deux candidats, Ibrahim Boubacar Keita et Soumaïla Cissé. Pour Traoré, le déroulement du vote est "satisfaisant", et le taux de participation au premier tour, 48,89%, "est un record".
(AFP 11/08/13)
BAGNOLET, 11 août 2013 (AFP) - "J'arrête, je ne vote plus, j'en ai marre", s'énerve Moussa. Deux semaines après un premier scrutin chaotique et malgré quelques améliorations, la confusion régnait toujours dimanche devant le consulat général du Mali en France, pour le second tour de la présidentielle malienne. "Je suis fier d'être Malien, mais là je vais rentrer chez moi", poursuit Moussa. Autour de lui, d'autres électeurs découragés acquiescent. Il raconte: "je me suis levé à six heures pour aller voter à Villejuif", dans la banlieue sud de Paris. "Arrivé là-bas, on me dit que je dois venir au consulat à Bagnolet. Une fois à Bagnolet, on me dit de retourner à Villejuif". "Je ne vais pas courir toute la...
(AFP 11/08/13)
BAMAKO, 11 août 2013 (AFP) - "Pour le moment c'est la catastrophe", soupire le responsable d'un centre de vote de Bamako où la pluie est venue perturber dimanche le début du second tour de la présidentielle au Mali, dissuadant les électeurs de se déplacer. La capitale malienne et sa région se sont réveillées sous un ciel gris et bas, avec de fortes pluies par intermittence, et de nombreux électeurs semblaient dans un premier temps préférer rester chez eux que de devoir affronter les intempéries pour aller voter. Cette météo maussade est logique en saison des pluies, appelée "l'hivernage" en Afrique de l'Ouest, et plusieurs observateurs avaient mis en garde contre la tenue d'élections en cette période qui empêche des électeurs...
(AFP 11/08/13)
BAMAKO, 11 août 2013 (AFP) - Les Maliens se rendaient aux urnes dimanche pour élire leur nouveau président, devant choisir entre Ibrahim Boubacar Keïta et Soumaïla Cissé pour sortir leur pays de dix-huit mois d'une grave crise politico-militaire. La plupart des bureaux de vote à Bamako ont ouvert comme prévu à 08H00 (locales et GMT) et doivent fermer à 18H00 locales comme dans l'ensemble du pays. Dans certains bureaux visités par l'AFP, peu d'électeurs se pressaient pour voter alors qu'une forte pluie s'abattait sur la capitale malienne. "La pluie veut gâcher notre journée, j'espère que ça va cesser, sinon il faudra prolonger le vote", a déclaré Oumar Touré, un des rares électeurs présents dans un centre de vote installé dans...
(AFP 11/08/13)
BAMAKO, 11 août 2013 (AFP) - Les Maliens ont commencé à voter dimanche à 08H00 (GMT et locales) pour élire un nouveau président, devant choisir entre Ibrahim Boubacar Keïta et Soumaïla Cissé, qui aura pour mission de sortir le pays de 18 mois de crise politico-militaire, a constaté l'AFP. La plupart des bureaux à Bamako ont ouvert à l'heure, mais dans plusieurs de ceux visités par l'AFP, peu d'électeurs étaient présents alors qu'une forte pluie tombait sur la capitale malienne. "La pluie veut gâcher notre journée, j'espère que ça va cesser, sinon il faudra prolonger le vote", a déclaré Oumar Touré, un des rares électeurs présents dans un centre de vote installé dans une école du centre-ville. Mariam Kanté constate...
(Reuters 11/08/13)
Keïta part favori, Cissé en challengerLe vainqueur devra reconstruire et consolider la paixIl devra aussi supprimer la "politique du consensus"Résultats attendus en milieu de semaine. Les Maliens élisent dimanche leur président au second tour d'un scrutin pour lequel Ibrahim Boubacar Keïta, un ancien Premier ministre qui ne mâche pas ses mots, part favori face à son rival Soumaïla Cissé qui joue la carte de la compétence technique pour redresser un pays appauvri par la crise et plusieurs mois de guerre contre les islamistes. Les 21.000 bureaux de vote doivent ouvrir à 08h00 GMT dans tous le pays. Les électeurs se trouvent surtout dans le sud du Mali où vivent 90% des 16 millions de Maliens et d'où est originaire Ibrahim...
(RFI 11/08/13)
Au Mali, l'un des enjeux du second tour de la présidentielle de ce dimanche 11 août, est de garantir la sécurité des opérations de vote. Près de sept millions d’électeurs sont appelés aux urnes dans tout le pays ; la crainte d'opérations d'éléments jihadistes persiste, notamment dans les régions du Nord. Du coup, un important dispositif de sécurité est en place, avec, en pointe, l’armée malienne et les forces sous drapeau onusien. En soutien, les forces françaises de l’opération Serval.
(Xinhua 11/08/13)
BAMAKO, 11 août (Xinhua) -- Les quelque 6,8 millions de Maliens déclarés inscrits sur les listes électorales par les autorités de Bamako se rendent aux urnes dimanche pour départager Ibrahim Boubacar Keïta et Soumaïlé Cissé, les deux candidats du deuxième tour de l'élection présidentielle dont les pronostics annoncent une issue favorable au premier, après sa large avance le 28 juillet sur son rival. Au premier tour qui mettait en compétition 27 candidats au total, 48,98% de ce corps électoral avaient exprimé leur choix, selon les chiffres officiels. Le décompte des résultats confirmés par la Cour constitutionnelle après les premières indications du ministère de l'Administration territoriale avait classé en tête Ibrahim Boubacar Keïta avec 39,7% des suffrages, suivi de Soumaïla Cissé,...
(Xinhua 11/08/13)
Le Maroc est devenu le premier investisseur africain dans la zone de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) et la zone de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). Cette dernière structure continentale, créée en 1994, regroupe huit pays: Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo. Ces pays ont comme monnaie commune le Franc CFA et représentent un marché de plus de 70 millions d'habitants. Le Maroc négocie actuellement des accords de partenariats stratégiques, incluant la mise en place progressive de zones de libre échange, avec la CEDEAO et la CEMAC. Depuis 2012, le Maroc est la première économie en Afrique du Nord, la plus attractive en termes d'Investissements directs étrangers (IDE) et...
(Le Nouvel Observateur 10/08/13)
Réconciliation nationale, réforme de l'armée, lutte contre le terrorisme, lutte contre la corruption, reconstruction économique : le prochain président aura de quoi faire. Les Maliens, qui se rendent ce dimanche pour élire leur prochain président lors d'un second tour qui oppose le favori Ibrahim Boubacar Keita (dit IBK) au challenger Soumaïla Cissé, veulent tourner la page. L'espoir a remplacé la résignation et le nouveau président élu aura fort à faire pour satisfaire une population traumatisée par la crise la plus grave de leur histoire et stopper la spirale de la violence. Réconciliation nationale, réforme de l'armée, lutte contre le terrorisme, lutte contre la corruption, reconstruction économique : tout un programme pour un pays aussi fragile. La réconciliation nationale Comme toujours,...
(La Libre 10/08/13)
Les électeurs maliens sont appelés, dimanche, à élire leur président entre Ibrahim Boubacar Keïta et Soumaïla Cissé. Le vainqueur aura à redresser un pays sorti exsangue de dix-huit mois de crise politico-militaire. Gilles Yabi est directeur du projet Afrique de l’Ouest de l’International Crisis Group, une organisation sans but lucratif qui œuvre à la prévention et la résolution des conflits armés. Depuis Dakar, il suit attentivement le processus électoral au Mali. S’il le juge crédible, il pointe aussi les immenses défis auxquels le nouveau président devra faire face. Ibrahim Boubacar Keïta apparaît comme le grand favori du second tour. Soumaïla Cissé a-t-il encore ses chances ? Il faut toujours laisser la parole aux électeurs. Keïta est encore plus favori qu’il...
(AFP 10/08/13)
BAMAKO, 10 août 2013 (AFP) - Les Maliens étaient à la veille samedi de choisir entre Ibrahim Boubacar Keïta et Soumaïla Cissé comme nouveau président de leur pays plongé dans le chaos et devant se relever de dix-huit mois d'une grave crise politico-militaire. Le second tour de la présidentielle de dimanche, deux semaines après un premier tour réussi le 28 juillet en dépit de la rapidité avec laquelle il a été organisé et de craintes d'attentats jihadistes, doit rétablir l'ordre constitutionnel interrompu par un coup d'Etat militaire le 22 mars 2012 qui a précipité la chute du nord du pays aux mains de groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda. Le scrutin va opposer deux vétérans de la vie politique malienne:...
(Xinhua 10/08/13)
BAMAKO, 10 août (Xinhua) -- Chacun déterminé à l'emporter dimanche. Ibrahim Boubacar Keïta et Soumaïla Cissé, les deux adversaires du second tour de la présidentielle au Mali, ont jeté leurs dernières forces dans la bataille lors de la campagne qui a officiellement pris fin vendredi à minuit dans un climat globalement calme, sans mettre cependant un terme aux tractations de coulisses demeurées intenses. Comme au premier tour du 28 juillet, quelque 6,8 millions d'électeurs maliens sur une population totale estimée à 15 millions d'habitants sont appelés aux urnes dans 20.000 bureaux de vote sur le territoire national, y compris dans la région du Nord à peine libérée des groupes rebelles et terroristes, pour élire leur futur président, le cinquième depuis...
(Xinhua 10/08/13)
L'Union européenne (UE) a déployé ce vendredi 27 observateurs supplémentaires pour l'observation du second tour de la présidentielle au Mali prévu le 11 août prochain, a annoncé vendredi matin lors d'une conférence de presse Mme Maria Espinosa, chef adjointe de la Mission d'Observation électorale de l'UE. Avec ces 27 observateurs supplémentaires, le nombre d'observateurs de l'UE se porte ainsi à "plus de 100 personnes", a ajouté Mme Maria Espinosa. Celle-ci a précisé que "l'ensemble des observateurs de l'UE seront déployés lors du second tour dans les régions de Kayes, Koulikoro, Mopti, Ségou, Sikasso et dans le district de Bamako", la capitale malienne. Ceux-ci (observateurs) "superviseront l'ouverture et la fermeture des bureaux de vote, le dépouillement et la transmission des résultats",...
(L'Express 10/08/13)
Si le verdict appartient aux seuls électeurs maliens, Ibrahim Boubacar Keïta apparaît comme le favori du ballottage qui le mettra dimanche aux prises avec Soumaïla Cissé. A quelques heures de l'échéance, il affichait une confiance insolente. Entretien. J-1 pour le Mali. Hier vendredi, dernier jour d'une campagne d'entre-deux-tours aussi brève que minimaliste, Ibrahim Boubacar Keïta, alias IBK, archi-favori du ballottage qui l'oppose ce dimanche à Soumaïla Cissé, a préféré se livrer à un marathon médiatique à étapes plutôt que de sillonner le Grand Bamako, tâche confiée aux caravanes de militants. L'ex-Premier ministre reçoit dans sa vaste résidence du quartier de Sebenikoro, dont deux grues couronnées arpentent les allées d'un pas altier et indolent. Privilège ? L'Express aura droit à l'ultime...

Pages