Dimanche 22 Avril 2018
(RFI 07/11/13)
Al-Qaïda au Maghreb islamique a revendiqué l'enlèvement de Ghislaine Dupont et Claude Verlon, le 2 novembre à Kidal au nord du Mali. Une revendication jugée « plausible » par Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères. Aqmi affirme avoir enlevé et tué nos confrères Ghislaine Dupont et Claude Verlon pour des raisons politiques pour «punir la France pour sa nouvelle croisade» au nord du Mali. Mais les enquêteurs pensent que les auteurs du rapt ont tué nos confrères dans la panique, et la revendication ne lève pas toutes les zones d'ombre.
(L'Indépendant (ml) 07/11/13)
Le départ précipité du Premier ministre Oumar Tatam Ly, hier matin pour la France, a fait répandre dans les salons bamakois la rumeur selon laquelle il se serait » évanoui » la veille dans son bureau. Renseignement pris auprès d’un de ses proches collaborateurs, il n’y a pas eu d’évanouissement. En revanche, le chef du gouvernement a bien été l’objet d’un « malaise « , lié peut-être à la fatigue, l’intéressé travaillant beaucoup et ne quittant son bureau que tardivement – entre 22 et 23 heures. Le malaise a été jugé sans doute assez sérieux pour lui valoir une évacuation sur Paris. Kassoum THERA
(Le Figaro 07/11/13)
Le principal suspect est un Touareg de la région de Kidal, qui est passé du trafic au djihad dans les rangs d'Al-Qaida. Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué mercredi soir l'enlèvement et le meurtre des deux journalistes français de RFI à Kidal. Le groupe islamiste a fait parvenir un communiqué à l'agence de presse en ligne mauritanienne Sahara Média, l'un de ses canaux de communication habituels. «Cette opération intervient en réponse aux crimes commis par la France contre les Maliens et à l'œuvre des forces africaines et internationales contre les musulmans de l'Azawad», écrit Aqmi. L'annonce n'est qu'une demi-surprise et elle ne lève que très partiellement le mystère qui entoure toujours les assassinats de Ghislaine Dupont et de Claude...
(Les Afriques 07/11/13)
La Banque Mondiale (BM) va débloquer 1,5 milliards de dollars sur deux ans pour relancer le développement des infrastructures au Mali. L’annonce a été faite aujourd’hui, mercredi 6 novembre, à Bamako par Jim Yong Kim, directeur général de la BM. Lors de sa participation avec le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, à la réunion ministérielle sur la mise en œuvre de la stratégie intégrée des Nations unies pour le Sahel, Jim Yong Kim, directeur général de la Banque mondiale, a annoncé que son institution débloquera une enveloppe financière de 1,5 milliards de dollars, sur deux ans pour relancer les programmes de développement au Mali. Cette aide financière est destinée à propulser certains programmes, comme l’appui aux zones rurales et...
(Le Nouvel Observateur 07/11/13)
Au Nord du Mali, pays de sable et de pierre, les négociations avec Bamako sur le statut de la région se préparent. Beaucoup de cadres du MNLA, le mouvement Touareg pour la libération de l’Azawad, souhaiteraient un retour dans le giron démocratique des autorités maliennes. Est-ce à dire que les Touaregs ont fait le deuil d’un état indépendant? Certainement pas à long terme : si une grande partie d’entre eux se sent acculée par la communauté internationale à abandonner ses velléités d’indépendance, leur idée, dans les semaines à venir, est bien d’obtenir des postes de représentants politiques pour garder une emprise sur le territoire. La paix gagnée par Serval est loin d’être acquise, et sur le terrain, on craint un...
(Le Prétoire 07/11/13)
De sources judicaires, l’ex-homme fort de Kati, le Général Amadou Haya Sanogo, sera entendu ce jeudi 07 novembre par le juge d’instruction du Pôle économique et financier de Bamako, Yaya Karambé. Selon les mêmes sources, cette audition fait suite aux exécutions extrajudiciaires et disparitions perpétrées le 30 septembre dernier au cours de laquelle des soldats supposés proches du principal auteur du coup d’Etat du 22 mars 2012 sont suspectés d’avoir commis des actes d’atrocité sur ceux qui se sont mutinés contre lui. Le 30 septembre 2013, le camp Soundiata de Kati a été le théâtre des affrontements douloureux entre les membres de l’ex- junte (Cndre). Ceux qui se sentent frustrés ont manifesté leur colère en prenant les armes contre leur...
(Jeune Afrique 07/11/13)
L'ancien Premier ministre guinéen Kabiné Komara, désormais Haut-Commissaire de l'Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS), veut donner un nouvel élan à l'organisation. L'ancien Premier ministre guinéen Kabiné Komara était en visite à Paris du 30 octobre au 6 novembre. Le nouveau Haut-Commissaire de l'Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) y rencontrait des responsables de la Banque mondiale - qui vient de lui accorder 240 millions de dollars de financement - et de l'Agence française de développement. Nommé en mai dernier avec l'appui du président Alpha Condé, il veut "réveiller" cette vieille institution. À quoi sert vraiment l'OMVS ? L'Afrique de l'Ouest n'a-t-elle pas suffisamment d'institutions régionales ? Notre organisation est ancienne et...
(Le Prétoire 07/11/13)
En visite dans notre pays, le Secrétaire général de l’Organisation des nations unies a salué la détermination du peuple malien à sortir de cette crise dont il a longtemps trop souffert. Aussi, le diplomate Coréen a prôné une approche globale et intégrée de ladite crise et souhaité que les politiques du Mali ciblent désormais les causes profondes du problème. Mieux, il a réaffirmé la volonté de la communauté internationale à accompagner le développement de la région du Sahel. Le mardi 5 novembre 2013, le Secrétaire général de l’Organisation des nations unies, Ban Ki-moon, a bouclé une visite de deux jours dans notre pays. Il s’agissait pour M. Ki-moon et les organisations partenaires de l’ONU qui l’accompagnaient de démontrer leur solidarité...
(Le Republicain (ml) 07/11/13)
Aqmi (Al-Qaida au Maghreb islamique) a revendiqué hier mercredi, l’assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon, les deux journalistes de RFI exécutés à Kidal au nord Mali, le samedi 2 novembre 2013. C’est un communiqué transmis par Aqmi à Sahara media, un site mauritanien en langue arabe qui contient la revendication des assassinats. Les auteurs y évoquent «François Hollande et son peuple», et justifient la mort des journalistes par les «atteintes de l’Occident contre les musulmans». La France est donc visée par les terroristes d’Aqmi. 

Cette revendication intervient alors que la boussole de l’enquête s’oriente dans la direction d’Aqmi. Selon les investigations menées par la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) et la sous-direction antiterroriste (SDAT), chargées de l’enquête, au...
(Xinhua 07/11/13)
NEW YORK (Nations Unies), (Xinhua) -- Le Secrétaire général Ban Ki-moon et le Président du Groupe de la Banque mondiale Jim Yong Kim se sont engagés mercredi à soutenir une initiative visant à améliorer la santé reproductive des femmes et l'éducation des filles au Sahel en Afrique et à investir 200 millions de dollars dans un nouveau projet régional à l'appui de ces objectifs. M. Ban a annoncé le lancement du Projet d'autonomisation des femmes du Sahel, doté d'une enveloppe de 200 millions de dollars à Niamey, capitale du Niger, lors d'un déplacement historique dans la région des dirigeants de cinq organisations internationales - les Nations Unies, la Banque mondiale, l'Union africaine, la Banque africaine de développement et l'Union européenne...
(AFP 07/11/13)
PARIS, 7 novembre 2013 (AFP) - Une quarantaine de dirigeants africains ont annoncé leur présence au Sommet sur la paix et la sécurité en Afrique organisé par la France les 6 et 7 décembre à Paris, six autres ont été jugés persona non grata, selon la présidence française. Seront également présents le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, les dirigeants européens Herman Van Rompuy et José Manuel Barroso, ainsi que la présidente de la Commission de l'Union Africaine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma. Les chefs d'Etat qui ont maille à partir avec la justice internationale et ceux qui ont été exclus de l'UA, n'ont pas été conviés. Les premiers sont le président soudanais, Omar el-Béchir, qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt de...
(Xinhua 07/11/13)
Le président sud-africain Jacob Zuma a réaffirmé mercredi que les chefs d'État africains en exercice ne devraient pas avoir à comparaître devant un tribunal."Ce que nous cherchons à éviter c'est une situation dans laquelle des pays qui avaient progressé vers un semblant de stabilité rechuteraient brusquement en raison du vide qui serait laissé si leur dirigeant devait partir pour comparaître", a déclaré M. Zuma au Parlement en répondant à une question sur la tentative de la Cour pénale internationale (CPI) de juger certains dirigeants africains.La CPI veut convoquer le président kenyan Uhuru Kenyatta et son adjoint William Ruto pour répondre d'accusations d'incitation à la violence lors des élections générales de 2007 dans ce pays, des violences qui avaient fait plus...
(Sidwaya 07/11/13)
Ouagadougou abrite les 7 et 8 novembre une conférence visant à promouvoir les bénéfices d’une plus grande intégration économique et surtout à dégager les moyens d’y parvenir dans l’espace UEMOA. L’Union veut ainsi dégager ses priorités pour accompagner le vent de croissance qui souffle sur la région comme presque partout sur le continent.En vingt ans, l’intégration économique a fait un bond en avant. Pour mesurer le chemin parcouru, l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) marque une pause pour évaluer les gains et les progrès accomplis dans l’intégration en zone franc. L’institution régionale organise à cet effet en partenariat avec la FERDI (Fondation pour les études et recherches en développement international) et le Fonds monétaire international (FMI) une conférence sur le...
(AFP 06/11/13)
NOUAKCHOTT, 6 novembre 2013 (AFP) - Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué mercredi l'assassinat, le 2 novembre, de deux journalistes français au Mali, dans un communiqué publié par l'agence de presse mauritanienne Sahara Medias."Cette opération intervient en réponse aux crimes commis par la France contre les Maliens et à l'oeuvre des forces africaines et internationales contre les musulmans de l'Azawad", nom donné par les Touareg au nord du Mali, indique ce communiqué.
(AFP 06/11/13)
PARIS, 6 novembre 2013 (AFP) - L'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a annoncé mercredi dans un communiqué avoir réintégré le Mali dans ses instances dix-huit mois après l'avoir suspendu à la suite du coup d'Etat de mars 2012. Une résolution pour lever la mesure de suspension de la participation du Mali a été adoptée par le conseil permanent de la Francophonie (CPF), dans lequel sont représentés les 77 chefs d'Etat et de gouvernement des membres de l'OIF. Cette mesure de suspension avait été prise le 30 mars 2012, dans la foulée du coup d'Etat du 22 mars 2012. "La réintégration du Mali a été décidée à la suite à l'élection du président Ibrahim Boubacar Keita, lors des scrutins des...
(AFP 06/11/13)
PARIS, 6 novembre 2013 (AFP) - "Les investigations progressent" pour retrouver les meurtriers des deux journaliste de Radio France Internationale tués samedi au Mali, a déclaré mercredi le président français François Hollande, cité par la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem. "Une enquête a été diligentée avec célérité. Des opérations, des fouilles ont déjà eu lieu et les investigations progressent", a dit le chef de l'Etat lors du Conseil des ministres hebdomadaire. "Nous ferons tout pour retrouver ceux qui ont commis ces actes et les sanctionner", a-t-il précisé, toujours selon Mme Vallaud-Belkacem. M. Hollande a de nouveau exprimé "son émotion vive face au double assassinat des journalistes de RFI", soulignant que ce sont "des Français qui ont été tués" mais c'était...
(Le Nouvel Observateur 06/11/13)
Il serait grand temps que nos voisins européens viennent soutenir la France dans le bourbier malien. Jusqu'à quand la France va-t-elle supporter le sale rôle du flic au Mali ? Combien de journalistes assassinés faudra-t-il pour que nos partenaires européens ne se cantonnent pas au rôle de généreux donateurs des Etats du Sahel ? Combien d’otages français faudra-t-il compter, trente, quarante, cinquante, avant que les éminences grises de Bruxelles secouent les 27 pour venir, eux aussi, dans le bourbier malien ? En assumant, seul, les premier rôle dans la chasse aux djihadistes, François Hollande a acquis, quoi qu’en pensent ses détracteurs, une stature internationale. Mais il a aussi, parce que l’Europe a joué les Ponce Pilate, focalisé cette guerre moderne,...
(RFI 06/11/13)
« Tout sera fait pour retrouver ceux qui ont osé les abattre froidement ». Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, qui a décoré lundi à titre posthume nos deux confrères assassinés, n'a pas caché son immense émotion, hier à Bamako, en recevant la direction et les journalistes de RFI présents dans la capitale malienne. IBK répond aux questions de nos deux correspondants à Bamako, Serge Daniel et David Baché. RFI : Vous étiez très ému après la cérémonie en hommage à nos deux confrères... Ibrahim Boubacar Keïta : Je dois dire que je suis atterré. Je suis atterré et j’ai beau tourner cette tragédie dans tous les sens, je ne lui trouve aucune espèce de logique. Il est vrai que...
(Xinhua 06/11/13)
Le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a appelé mardi à la paix et à la réconciliation au Mali, la première étape de sa tournée conjointe avec d'autres responsables du développement internationaux dans la région africaine du Sahel. "Le secrétaire général était à Tombouctou, au Mali, mardi. Il y a rencontré des dirigeants communautaires et religieux, ainsi que les autorités locales", a indiqué Farhan Haq, porte-parle adjoint du chef de l'ONU. "A Tombouctou, il a fait un appel à la paix et à la réconciliation" au Mali, a annoncé M. Haq lors d'un point de presse quotidien. Un coup d'Etat du 22 mars 2012 au Mali a conduit à la prise de contrôle du nord du pays ouest-africain par...
(L'Essor 06/11/13)
La communauté de destin des pays sahéliens oblige à la création d’instruments pour la prise en charge des problèmes de sécurité et de développement. L’événement avait réuni hier un aréopage de qualité au Centre international des conférences de Bamako où le président de la République Ibrahim Boubacar Keita a présidé la première réunion ministérielle pour l’établissement d’une plate-forme de coordination de la stratégie intégrée des Nations unies pour le Sahel. Outre Ban Ki Moon, Secrétaire général de l’Organisation des nations unies, on notait la présence à cette importante réunion de Mme Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de la Commission de l’Union africaine, de plusieurs patrons d’organisations de financement du développement tels que Dr. Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale et...

Pages